Re 4/4 II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Re 4/4II, Re 420, Re 421

Re 4/4II 11218 et Re 421 379-9 à Zürich HB, 31 juillet 2006

Re 4/4II 11218 et Re 421 379-9 à Zürich HB, 31 juillet 2006

Identification
Exploitant(s) CFF, CFF Cargo
Désignation Re 4/4II, Re 420, Re 421
Surnom BoBo, Lion[1]
Construction 1964 - 1985
Constructeur(s) SLM-BBC-MFO-SAAS
Modernisation 2011[2]
No  de série 11101-11349
11371-11397
Nombre 276 (+ 1 MThB)
Mise en service 1964 - 1985
Utilisation Suisse
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement 1 435 mm
 Captage pantographe
 Tension ligne de contact 15 V
 Pantographes 1 (11101–11155)
2 (dès 11156)
 Puissance continue 4 780 kW
 Effort de traction à 105 km/h : 150 kN
Diamètre roues motrices 1235 mm
Tare 84 t
 Masse adhérente 26 t
Dimensions
 Longueur hors tampons 14,80 m (11101–06)
14,90 m (11107–55)
15,41 m (dès 11156) m
 Largeur 2,95 m
 Hauteur 3,8 m
Empattement total 7.9 m
Bogies 2 motorisés (Bo+Bo)
 Empattement du bogie 2,8 m
Vitesse maximale 140 km/h

[A 1]

Les Re 4/4II (dénomination UIC Re 420 et 421) sont des locomotives électriques des chemins de fer fédéraux suisses entrées en service en 1964. Il s'agit de la plus grande série de locomotives en Suisse, avec 277 exemplaires. Elles sont destinées au trafic voyageur et marchandises. Équipées de la commande d'unité multiple VST, elles sont souvent attachées à des Re 6/6 pour le trafic de marchandises lourdes.

Historique[modifier | modifier le code]

Poste de conduite Re 4/4

À la fin des années 50, les CFF lancèrent un appel d'offre à l'industrie ferroviaire suisse, en vue de remplacer en tête des trains rapides les Ae 4/7 et Re 4/4I à la vitesse maximale trop limitée. La nouvelle locomotive se devait d'être polyvalente et tracter aussi bien des trains de voyageurs à 140 km/h que de marchandises, sur les lignes escarpées de la montagneuse Suisse.

Un consortium composé de SLM Winterthur (partie mécanique), Brown, Boveri & Cie, Maschinenfabrik Oerlikon (pour la partie électrique), rejoints par après par la Société anonyme des ateliers de Sécheron de Genève, se lança à la réalisation de la future locomotive, et en 1964, six prototypes furent livrés aux CFF.

Les prototypes donnèrent satisfaction et répondirent aux attentes des CFF, qui passèrent rapidement commande pour une première série de 49 locomotives. Finalement, les CFF ne commanderont au consortium pas moins de sept commandes (1961, 1964, 1966/67, 1968, 1970, 1979 et 1981) pour un total de 276 locomotives.

En 1967, BBC reprend MFO Oerlikon, et SAAS subira le même sort en 1969. La dernière série ne porte donc plus que les plaques des constructeurs SLM et BBC.

Première série[modifier | modifier le code]

Prototypes[modifier | modifier le code]

Re 4/4II Prototype 11101 à Bâle 2007

Six exemplaires furent construits en 1964 par les usines SLM, BBC, MFO et SAAS. Ils sont immatriculés 11201 à 11206 et renumérotés 11101 à 11106 en 1967. Les caisses sont courtes et mesurent que 14800 mm.

  • La 11101 est équipées d'un indicateur de vitesse spécial pour basses vitesses, utilisées pour la manœuvre des rames voyageurs à Bâle. Elle n'effectue plus de circulations en ligne.
  • La 11103 et la 11106 possèdent un pantographe unijambiste BBC.
  • Les autres possèdent un pantographe standard (parallélogramme).
  • Les Re 4/4 II 11102 à 11106 ont été vendues au BLS et roulent actuellement avec les numéros BLS Re 420.508 à 420.511.

Série[modifier | modifier le code]

Re 4/4II 11115 à Zurich 8.4.1970
Re 4/4II 11151 à Lausanne

59 exemplaires furent construits entre 1967 et 1968 par les usines SLM, BBC, MFO et SAAS. Ils sont immatriculés 11107 à 11155. D'aspect très similaire aux six prototypes, ils sont légèrement plus long (14 900 mm contre 14 800 pour les prototypes).

Par la suite, les locomotives no 11107 à 11110, 11119, 11123, 11137, 11140, 11142, 11143 et 11145 reçurent un pantographe unijambiste BBC à la place du losange.

  • La 11107, comme la 11101, est équipées d'un indicateur de vitesse spécial pour basses vitesses, utilisées pour la manœuvre des rames voyageurs à Bâle. Elle n'effectue plus de circulations en ligne.
  • Les locomotives 11113 et 11133, ex Swiss-Express, ont conservé l'insigne CFF (au lieu de l'écusson suisse) sur les faces frontales.

Livrée « Swiss-Express »[modifier | modifier le code]

Re 4/4II « Swiss-Express »

Entre 1972 et 1975, les CFF équipèrent 8 locomotives Re 4/4II d'attelages automatiques UIC pour tracter les nouveaux trains intervilles Swiss-Express composés des voitures du type VU III. Ces locomotives reçurent une livrée spécifique orange et blanche et l'écusson suisse frontal fut remplacé par le logo des CFF. Afin de recevoir une paire de tampons hydrauliques, la traverse de tamponnement a été modifiée, portant la longueur totale du véhicule à 16 030 mm.

Locomotives modifiées : 11103, 11106, 11108, 11109, 11112, 11113, 11133 et 11141.

La série fut normalisée en 1987 et les attelages UIC firent place à des attelages standards à vis. La livrée orange et blanche fut conservée jusqu'à la prochaine révision générale. A l'occasion de leurs grandes révisions, les locomotives 11112, 11113, 11133 et 11141 ont déjà reçu la livrée rouge et les 11103 et 11106 ont reçu la livrée bleu-argent-vert des BLS. Les locomotives 11109 et 11112 sont maintenues en service actif, mais restent cependant des locomotives de réserve.


Re 420.5 BLS[modifier | modifier le code]

Re 420.5 du BLS
Article détaillé : BLS Re 420.5.

En 2004, le chemin de fer BLS reprend l'ensemble de l'exploitation du S-Bahn de Berne et abandonne le trafic à longue distance. Toute la série de voitures du type IV BLS (32 voitures, 12 A et 20 B) devient alors inutile à la compagnie bernoise qui l'échange contre l'intégralité de la série des voitures unifiées III des CFF, mieux adaptées à un trafic RegioExpress.

Pour tracter ces trains, le BLS achète en décembre 2004 6 locomotives Re 4/4II de la 1re série (no 11110, 11117, 11119, 11123, 11137 et 11142), puis 6 autres un an plus tard (no 11102 à 11107). Ces locomotives sont renumérotées au BLS Re 420 501 à 512. À la suite de l'arrivée des RABe 535 « Lötschberger ». Seules restent actuellement en service les no 505-0, 501-9, 502-7 et 504-3

Re 420.5 TRAVYS et MBC[modifier | modifier le code]

Re 420 503-6 en livrée Travys à la gare Sentier-Orient

En janvier 2013, le BLS vend deux des six dernières Re 420.5 aux Transports Vallée de Joux, Yverdon-les-Bains, Sainte Croix (Re 420 503-5) et au Transports de la région Morges-Bière-Cossonay (Re 420 506-8) ; les deux locomotives conservent toutefois leur numéro d'immatriculation.

Deuxième série[modifier | modifier le code]

Re 4/4II de la 2e série (no 11232) à Genève-Cornavin
SBB-Re 4/4II 11160 en test de climatisation

221 exemplaires furent construits entre 1969 et 1985 et immatriculés 11156 à 11349 - 11371 à 11397. Les exemplaires de cette série disposent de deux pantographes unijambistes, la longueur hors tampons est plus généreuse (15 410 mm, soit 510 mm de plus que la 1ère série).

Les exemplaires de la dernière commande passée en 1981 (no 11371 à 11397) furent les seuls à disposer de projecteurs halogènes rectangulaires dès leur sortie d'usine, alors que toutes les autres Re 4/4II et Re 4/4III (et les Re 6/6) ne possédaient que de phares ronds à très faible portée. Aujourd'hui, toutes les Re 4/4II et Re 4/4III sont équipées de projecteurs halogènes.
A noter que la dernière livrée (série 5) des Re 4/4II no 11305 à 11349' et 11371 à 11397, les plaques latérales des usines de fabrication comportent plus que les sigles SLM et BBC. En décembre 2013, il restait plus que la 11330 en livrée vert CFF[3].

  • Les locomotives no 11155 et 11166 furent les prototypes pour essais avec l’attelage automatique, similaire aux Swiss-Express. Celui-ci était apposé sur une seule face. Cependant, elles n'ont pas porté la livrée gris-orange, et n’ont jamais circulé avec les rames VUIII.
  • Les locomotives no 11156 à 11189 (sauf 11172 et 11181) sont télécommandables par radio. Leurs immatriculation est Ref 4/4II
  • Les locomotives no 11160, 11162, 11218, 11242, 11368 sont équipées à titre d’essai d’une climatisation des cabines de conduite. Puis, en septembre 2003, pour les locomotives no 11218, 11160, 11162, 11242, 11368. À ce jour, toutes les locomotives en sont équipées.
  • Les locomotives no 11156 à 11192 et 11384 à 11396 (sauf 11172 et 11181) sont équipées du système de signalisation ETCS.
  • La locomotive no 11181 « Bourret » a porté entre 1983 et 1985 une livrée "psychédélique" due à l’artiste Daniel Bourret, de Wettingen. Puis, elle fut repeinte en 1999 en livrée « Zugkraft Aargau » (similaire à celle de la Re 460.034-2) à l’occasion de la mise en service des trains régionaux rapides RX entre Baden et Aarau.
  • Les locomotives no 11265 à 11298 sont équipées du système de signalisation en cabine FSS (= ETCS Niveau 2) pour les essais sur la ligne Zofingen – Sempach. Elles sont marquées d’un triangle blanc sur les portes des cabines de conduite.

« Lindau-Lok »[modifier | modifier le code]

Les locomotives no 11195 à 11200 (Initialement no 11196 à 11201) reçurent sur l'un des pantographes une palette de 1 950 mm de large, leur permettant de circuler sous caténaires DB et ÖBB entre St. Margrethen et Lindau. Après l'accident de la 11201 à Wolfurt, elle fut équipée de deux pantographes au gabarit suisse et se fut la 11195 qui reçut le pantographe large. En automne 2004, les locomotive 11199 et 11200 furent à nouveau équipées de deux pantographe unijambistes BBC au gabarit suisse

Re 4/4II TEE[modifier | modifier le code]

9 Re 4/4II, les locomotives no 11158 à 11161 et 11249 à 11253 reçurent à la livraison la livrée bordeau et crème des Trans-Europ-Express et seront attribuées à la traction de ces prestigieux trains (TEE Helvetia, L'Arbalète, Lemano, Cisalpin, Roland).
À la fin des services TEE, la livrée bordeau/crème fut conservée jusqu'à la prochaine révision générale. Les locomotives no 11158 à 11161 furent normalisées en livrée verte en 1982 et les locomotives no 11249 à 11253 furent normalisée en 1994 en livrée rouge.

Re 420[modifier | modifier le code]

Re 420 en livrée CFF Cargo
Détail du pantographe

A terme toutes les Re 4/4II recevront l'appellation UIC Re 420 à l'exception des n°11371 à 11397 convertie en Re 421 CFF Cargo.

  • Les Re 4/4II n° 11268, 11276, 11307, 11310, 11344, 11346 et 11347 sont converties en Re 420 CFF Cargo et reçurent les appareils de sécurité Indusi et d'un pantographe à palette large[3].

Re 420.11110[modifier | modifier le code]

Elle est une des 6 locomotives de la série 11107-11154 vendues au BLS. Elle fut la seule à avoir été repeinte en nouvelle livrée BLS avant le transfert officiel qui eut lieu le 12 décembre 2004 et fut provisoirement immatriculée Re 420.11110. Une fois transférée, elle prit le Re 420.501-9.

Re 420 «Lion»[modifier | modifier le code]

Re 420 209 à Bellinzone le 10 août 2012.
Détail de la face avant Re 420 209

Pour les besoins du S-Bahn de Zürich, 30 Re 4/4II, n°11201 à 11230, seront entièrement rénovées et modernisées entre 2011 et 2016 dans les ateliers CFF de Bellinzone. En moyenne, 6 machines seront mises en service chaque année avec leurs nouvelles livrées. Indépendamment des nombreuses modifications électriques et mécaniques, sans oublier la peinture, il est bon de noter qu'elle sont équipées des mêmes tampons rectangulaires et les pantographes du type WBL-85 des Re 460, mais également, un nouvel éclairage LED équipent leurs phares.

Les Re 420 202, 203, 205, 209, 213, 216, 221, 222, 224 à 230 sont déjà en service[4].

La Re 420 230 fut remise en réparation dans les mêmes ateliers suite à une collision à Neuhausen survenu le 10 janvier 2013[5].

Dans les futures grandes révisions, toutes les Re 420 recevront cette nouvelle peinture.

Re 421[modifier | modifier le code]

CFF Cargo Re 421 391-4 en Allemagne
Détail du pantographe DB & ÖBB de la 11380

Les Re 421 sont les anciennes 4/4II11371 à 11397 construites entre 1984 et 1985. Elles sont transformées en Re 421, n° 421 371 et 421 397, entre 2003 et 2005 en livrée CFF Cargo, à l'exception de 11382, détruite en 2002 par un incendie. Elles sont toutes équipées des appareils de sécurité Indusi et d'un pantographe à palette large, comme le furent les Re 4/4 II n° 11196 à 11201) leur permettant de circuler en Allemagne sur le réseau de la DB et en Autriche sur les réseau des ÖBB. Cependant, elles peuvent rouler en Allemagne qu'à la vitesse maximale de 120 km/h avec ce pantographe, ce qui suffit pour le transport de marchandises. Leurs compresseurs d'air sont aux normes de sécurité DB et les chronotachymètres et des tachygraphes, ainsi que pose d'une radio sol-train en conformité avec les systèmes allemands. Malgré leur livrée spécifique au trafic des marchandises, ces locomotives tractent quelques trains de voyageurs EuroCity entre Zürich HB et Lindau en empruntant une partie du réseau ferroviaire autrichien qui possèdent les même normes que le réseau allemand.

Re 4/4II MThB[modifier | modifier le code]

En même temps que l'EBT passait commande pour 2 Re 4/4III, le MThB en profita également et acquit un exemplaire de Re 4/4II. Livrée en 1969, elle reçut le numéro 21. Tout comme ses homologues du groupe EBT-SMB-VHB, elle avait des phares de grande taille et un écusson thurgovien frontal.

Lors de la faillite du MThB en 2003, les CFF reprenaient l'ensemble du matériel roulant de la défunte compagnie et le plaça dans la société Thurbo qu'elle possédait à part égale avec le MThB. La Re 4/4II 21 étant inutile à Thurbo, elle intégra le parc CFF sous le numéro 11172', numéro laissé vacant à la suite de l'accident de la première locomotive 11172 le 8 décembre 1978 à Vaumarcus. Dorénavant, l'ex MThB 21 se distingue par leurs inscriptions SBB-CFF, leurs numéros et leurs écussons frontaux autocollés.

Livrées[modifier | modifier le code]

Dès leur livraison, les Re 4/4II arborèrent la traditionnelle livrée verte des CFF, exception des no 11158 à 11161 et 11249 à 11253 qui reçurent les couleurs des TEE. Les tout derniers exemplaires furent livrés rouges aux CFF, ceux-ci décidèrent, peu avant le passage en peinture des dernières locomotives de la série, d'adopter le rouge comme couleur uniforme de leurs locomotives. Petit à petit au fil des révisions générales, la série se muta donc en rouge, et plus tard encore, en livrée CFF Cargo. À ce jour restent encore quelques rares exemplaires verts.

Livrées spéciales et publicitaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Locomotive publicitaire.
11320
  • Re 4/4II no 11181 : livrée spéciale de l'artiste argovien Daniel Bourret (juillet 1983 – février 1985), puis livrée spéciale Zugkraft Aargau (mai 1999 – février 2005)
  • Re 4/4II no 11228 : livrée publicitaire Kuoni (juin 1998 – juillet 2007)
  • Re 4/4II no 11238 : livrée spéciale pour les 75 ans du SEV (Syndicat suisse des cheminots) (mai 1994 – janvier 1995)
  • Re 4/4II no 11276 : livrée prototype vert-menthe de CFF Cargo (novembre 1999 – octobre 2002)
  • Re 4/4II n° 11320 : livrée orange InterregioCargo
  • Re 4/4II no 11322 : 2x150=222 : livrée publicitaire pour l'abonnement ½-tarif 2 ans des CFF (août 1997 – février 2001)

Re 4/4II blasonnée[modifier | modifier le code]

La Re 4/4II 11239 « Porrentruy » en gare de Rotkreuz.
Détail de l'écusson de la Re 4/4II 11239.

Initialement, les 25 premières locomotives de la série Ae 6/6 (no 11401 à 11425) arboraient des « moustaches » chromées et reçurent en baptême les écussons des 25 cantons suisses. Les 25 suivantes (n° 11426 à 11450, sans moustaches chromées) les écussons des chefs-lieux.

Lorsque fut créé en 1979 le 26e canton suisse, le Jura, il fallut également lui trouver une locomotive. Toutes les Ae 6/6 étant déjà baptisées, on choisit de prendre l'une des deux « Jurassiennes » , en l'occurrence la no 11483 « Porrentruy » pour y aposer les couleurs du nouveau canton. (l'autre, la no 11482, portait l'écusson de Delémont, chef-lieu du canton). Comme il était hors de question de faire disparaître le blason qui avait été payé par la commune, on décida d'attribuer l'écusson au sanglier à une locomotive d'une autre série. Ce fut le Re 4/4II no 11239 qui eut l'honneur de recevoir les armes de Porrentruy.

Réformées et accidentées[modifier | modifier le code]

La Re 4/4 II accidentée à Chavornay le 28 octobre 2009.
  • 11113 - Reformée le 3 août 2004 suite à une collision à Zürich qui eut lieu le 24 octobre 2003.
  • 11120 - Accidentée le 6 novembre 1987 à Rupperswill avec les 11124 et 11230 en traction double.
  • 11141 - Réformée le 1 octobre 2007. Elle servit pour le chauffage des rames à Bienne, puis fut remise en service le 18 septembre 2009.
  • 11169 - Accidentée le 29 septembre 1982 à Bumplitz.
  • 11170 - Accidentée le 28 octobre 2009 à Chavornay
  • 11172 - Réformée après un accident à Vaumarcus en décembre 1978. Le numéro 11172 a été repris par l'ex MThB n°21.
  • 11215 - Accidentée le 04 septembre 1987 à Coire avec l'Ae 6/6 11403.
  • 11233 - Accidentée le 12 septembre 1990 à Bern-Wylerfeld.
  • 11236 - Accidentée le 5 août 1991 à Bevaix avec l'Ee 3/3 16384.
  • 11239 - Accidentée le 3 novembre 1982 à Grandvaux.
  • 11268 - Accidentée le 10 février 2005 à Villnachern.
  • 11282 - Réformée en décembre 1975 après un accident à Landquart le 30 octobre 1975.
  • 11287 - Accidentée le 12 avril 1989 à Winterthur avec le prototype Ae 6/6 11401.
  • 11302 - Accidentée le 1 octobre 1990 à Muttenz.
  • 11304 - Accidentée le 16 septembre 1994 à Courfaivre avec la RBDe 4/4 2164.
  • 11312 - Réformée en octobre 1985 après un accident à Renens le 14 septembre 1985.
  • 11315 - Accidentée le 7 juin 1988 à Concise avec l'Ae 4/7 10988. Vous pouvez voir des images ici.
  • 11323 - Réformée le 1 juillet 2005 suite à un incendie dut à l'explosion de son graduateur à Arth-Goldau le 23 mars 2005.
  • 11343 - Accidentée le 26 juillet 1986 à Aigle.
  • 11382 - Réformée en juillet 2002 suite à un incendie survenu dans la Leventina le 31 janvier 2001

Re 4/4III[modifier | modifier le code]

Re 4/4III 11351
Article détaillé : Re 4/4 III.

En 1967 déjà, le chemin de fer SOB profita de la série pour passer commande d'un modèle avec engrenages de traction différents (démultiplication de 1:3,107 contre 1:2,636), permettant ainsi un meilleur effort de traction sur les rampes raides de leur ligne, au détiment d'une vitesse maximale réduite (125 km/h).

À la 5e commande (1970), les CFF ajoutèrent vingt locomotives ainsi modifiées (no 11351 à 11370). La série prit alors la dénomination de Re 4/4III. Le groupe EBT-SMB-VHB acquit également cinq Re 4/4II.

Modélisme ferroviaire[modifier | modifier le code]

Étant donné qu'il s'agit de la plus grande série de locomotives de Suisse, les fabricants de modèles réduits ferroviaires se devaient de la réaliser ! La liste n'est pas exhaustive.

Échelle HO (1/87e)[modifier | modifier le code]

La 11320 de HAG HO

Échelle N (1/160e)[modifier | modifier le code]

--------------- colonne 3 ----------------------------- colonne 4 --------------

  • Prototypes et 1ère série :
8 différentes Re 4/4II de la 2e série, fabriquées par HAG à l'échelle HO.
De gauche à droite : 11224 version d'origine, 11249 « TEE », 11181 « Bourret », 11238 « 75 ans SEV », 11196 « Lindau-Lok », 11321 avec projecteurs halogènes, 11322 « 2x150=222 » et 11181 « Zugkraft Aargau »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour les modèles transformés en 2011
  2. nos 11201-11230
  3. a et b http://www.juergs.ch/bahn/vorbild/sbb/re420.html
  4. Etat en septembre 2013
  5. http://www.bahnonline.ch/wp/36091/s-bahn-zuerich-30-sbb-re-420-lion.htm

Références[modifier | modifier le code]

  • Kaller : Traction électrique
  1. Fiche 8.3.3

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Secrétariat général CFF, Locomotives et automotrices CFF, Berne, CFF,‎ 1997 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roger Kaller et Jean-Marc Allenbach, Traction électrique, vol. 2, Lausanne, PPUR,‎ 1995, 1e éd. (ISBN 2-88074-275-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Yves Marclay, « Modernisierung von Lokomotiven Re 4/4 II und doppelstockwagen für Zusatzzüge der S-Bahn Zürich », Schweizer Eisenbahn Revue, no 8-9,‎ 2011, p. 410-415 (ISSN 1022-7113)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

De très belles images des Re 4/4II

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]