Guerre sud-africaine de la frontière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre de la frontière de l'Afrique du Sud
Informations générales
Date 1966-1988
Lieu Namibie, Angola, Zambie
Issue Mise en oeuvre de la Résolution 435 liant le retrait de Cuba du territoire angolais à l'accession de la Namibie à l'indépendance
Belligérants
Flag of South Africa 1928-1994.svg Afrique du Sud
Flag of UNITA.svg UNITA
Flag of South-West Africa People's Organisation.svg SWAPO
Flag of Angola.svg Angola
Cuba Cuba
Flag of Ethiopia.svg Éthiopie
Guerre froide

La guerre de la frontière de l'Afrique du Sud (Border War) désigne le conflit qui se déroula de 1966 à fin 1988 dans le Sud-Ouest africain (de nos jours la Namibie) et l'Angola entre l'Afrique du Sud et ses alliés (principalement l'UNITA) d'une part et, de l'autre, le gouvernement de l'Angola, la SWAPO et leurs alliés. principalement l'URSS et Cuba.

Cette guerre est notamment marquée par la bataille de Cuito Cuanavale qui opposa en Angola du 12 au 20 janvier 1988 les soldats angolais et cubains aux combattants de l'UNITA soutenus par l'armée sud-africaine (SADF). Elle constitua la plus importante bataille engagée sur le continent africain depuis la Seconde Guerre mondiale et fut un élément déclencheur du règlement de la situation politique de la Namibie.

La bataille de Cuito-Cuanavale met aux prises 7 000 soldats de l'armée sud-africaine, 10 000 combattants de l'UNITA contre 20 000 soldats angolais et 5 000 soldats cubains.

Elle se solda par un échec relatif de toutes les forces engagées, en dépit des proclamations de victoire des uns et des autres, et marqua les limites de la solution militaire. Au nombre impressionnant de soldats angolais et cubains tués répondit l'absence de conquête territoriale de l'UNITA qui échoua à prendre la ville aux Cubains.

Carte de la guerre de frontière marquant l'étendue des interventions de l'armée sud-africaine, de la SWAPO et de l'Unita

Suite aux contacts établis depuis 1985 avec la SWAPO, du soutien des États-Unis à la solution dit du « linkage » (indépendance de la Namibie contre retrait cubain d'Angola) et de l'avancement des négociations avec l'Angola entrepris depuis 1984, le Conseil sud-africain de sécurité nationale présidé par Pieter Botha opta pour une solution négociée, rejetant l'idée de mener une guerre totale à l'issue incertaine qui pouvait déboucher sur une coûteuse occupation militaire de la moitié du territoire angolais.

Le 20 juillet 1988, un accord en 14 points fut trouvé entre l'Afrique du Sud, l'Angola et Cuba prévoyant la mise en œuvre de la résolution 435 soit des élections en Namibie sous le contrôle des Nations unies en contre-partie du repli du contingent cubain.

Les 8 et 12 août, l'Afrique du Sud et la SWAPO, mouvement national namibien installé en Angola, acceptèrent la cessation des hostilités l'un envers l'autre et le 22 août, l'accord de paix était signé entre l'Angola et l'Afrique du Sud à Ruacana.

Le secrétaire général de l'ONU, Javier Pérez de Cuéllar se rendit alors aux Union Buildings de Pretoria pour préparer l'accord de Brazzaville qui aboutit à la signature du 22 décembre préparant le calendrier de la mise en œuvre de la résolution 435 et celui du retrait cubain d'Angola.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

  • Christian Bader, La Namibie, Karthala, 1997