John Vorster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Balthazar Johannes Vorster
John Vorster en 1960
John Vorster en 1960
Fonctions
4e président d'État de la République d'Afrique du Sud
10 octobre 19784 juin 1979
(&&&&&&&&&&&&02377 mois et 24 jours)
Prédécesseur Marais Viljoen(interim)
Successeur Marais Viljoen
8e Premier ministre sud-africain
13 septembre 19662 octobre 1978
(&&&&&&&&&&&0440212 ans, 0 mois et 19 jours)
Président Charles Swart
Jozua François Naudé(interim)
Jacobus Johannes Fouché
Nicolaas Diederichs
Marais Viljoen(interim)
Prédécesseur Hendrik Verwoerd
Successeur Pieter Botha
Ministre de la police et des prisons
19661968
Président Charles Swart
Jozua François Naudé (interim)
Premier ministre Hendrik Verwoerd
Balthazar Johannes Vorster
Successeur Lourens Muller (Police)
P.C. Pelser (Prisons)
Ministre de la Justice
19611966
Président Charles Swart
Premier ministre Hendrik Verwoerd
Prédécesseur François Christiaan Erasmus
Successeur Petrus Cornelius Pelser
Ministre de l'Éducation, des Arts et des Sciences
19611961
Président Charles Swart
Premier ministre Hendrik Verwoerd
Prédécesseur Jan Serfontein
Successeur Jan de Klerk
Membre du parlement
19531978
Biographie
Date de naissance 13 décembre 1915
Lieu de naissance Uitenhage, province du Cap (Afrique du Sud)
Date de décès 10 septembre 1983 (à 67 ans)
Lieu de décès Le Cap, province du Cap (Afrique du Sud)
Nationalité sud-africaine
Parti politique Parti national
Conjoint Martini Steyn Malan Vorster (1917-2000)
Enfant(s) 3
Diplômé de Université de Stellenbosch
Profession Avocat

John Vorster
Premiers ministres sud-africains
Président de la République d'Afrique du Sud

Balthazar Johannes (John) Vorster (né le 13 décembre 1915 à Uitenhage dans la province du Cap - mort le 10 septembre 1983 au Cap dans la province du Cap) est un homme politique d'Afrique du Sud. Il fut membre du Parti national, membre de l'assemblée (1953-1978), ministre de la Justice de 1961 à 1966, Président du Parti National et premier ministre de 1966 à 1978, et président de la République d'Afrique du Sud de 1978 à 1979.

À l'apogée de sa vie politique, John Vorster fut l'homme politique le plus puissant que l'Afrique du Sud ait jamais connu de toute son histoire et le plus populaire des Afrikaners au sein de la communauté blanche. Sous son autorité, un conseil représentatif des coloureds (purement consultatif) a notamment été instauré à la place des quatre sièges destinés aux personnes de couleur au parlement sud-africain. Malgré ses réformes intérieures concernant l'apartheid, sa politique de détente auprès de plusieurs chefs d'État africains et sa médiation pour amener les dirigeants de Rhodésie à abandonner leur domination politique, il laisse un pays singulièrement isolé sur la scène internationale et les Afrikaners en proie à une plus grande inquiétude existentielle[1].

Origines, études et militantisme[modifier | modifier le code]

La famille Vorster serait originaire de Berne en Suisse. Jan Vorster, marin à bord du Velserhoofdt, serait arrivé au Cap le 13 mai 1717. Il reste dans la colonie néerlandaise en tant que maçon et a trois enfants avec Élisabeth Lubbe (1702-1770), née à Stellenbosch, et qu'il a épousé en 1721.

Quinzième et dernier enfant de Willem Carel Vorster (1869-1935), riche éleveur de moutons, et de son épouse Elizabeth Wagenaar (1875-1950), John Vorster, arrière-arrière-arrière-arrière petit-fils de Jan Vorster, est né le 13 décembre 1915 à Uitenhage dans la province du Cap en Afrique du Sud. Très dévots, ses parents sont aussi des nationalistes afrikaners. Enfant, ses lectures favorites sont centrées sur la guerre des Boers et sur les injustices que ressentent alors les Afrikaners. L'un de ses livres favoris traite notamment des Boers exécutés par les Anglais[2].

Après avoir fréquenté l'école à Uitenhage, John Vorster est entré comme étudiant en droit à l'université de Stellenbosch, qui sera réputée pour être le berceau du nationalisme afrikaner. L'influence de l'université sur le développement de la culture afrikaans a été profonde. Vorster lui-même est très impliqué dans la vie politique étudiante et devient président de la société de débat, vice-président du conseil étudiant et chef du parti national de la jeunesse.

En 1938, il est diplômé et devient assistant du juge-président de la cour suprême sud-africaine de la division provinciale du Cap. Il ne reste pas à ce poste longtemps et ouvre son premier cabinet d'avocats à Port Elizabeth puis un second à Brakpan dans le Witwatersrand.

À partir de 1939, Vorster s'est offert une notoriété en s'opposant fermement à l'intervention de l'Afrique du Sud aux côtés des alliés et de leur ancien ennemi, l'Angleterre, durant la Seconde Guerre mondiale. Davantage par ressentiment anti-anglais qui a ses racines dans la guerre des Boers, que par des convictions pro-nazies, les nationalistes afrikaners espèrent une victoire allemande pour se débarrasser de la tutelle britannique. Vorster, quant à lui, adhère à une organisation afrikaner, anti-britannique et pro-nazie, l'Ossewa Brandwag (la sentinelle des chars à bœufs), fondée en 1938 à l'occasion du centenaire du Grand Trek. Sous la direction de Johannes Van Rensburg, la sentinelle des chars à bœufs mène de nombreux actes de sabotages contre l'Afrique du Sud afin de limiter son effort de guerre. Si Vorster a affirmé n'avoir jamais participé à des actes de guerre attribué au groupe, il gravit rapidement les échelons de l'Ossewa Brandwag et en devient général de son aile paramilitaire. Son engagement auprès de ce groupe l'amène à être arrêté et détenu à Koffiefontein en 1942. Il n'est libéré de ce camp de détention qu'en 1944.

Son accession vers le pouvoir[modifier | modifier le code]

Une fois la guerre terminée, vivant dorénavant avec son épouse, Martini Steyn Malan Vorster à Brakpan dans le Transvaal, John Vorster rejoint le Parti afrikaner et se présente en tant que candidat indépendant aux élections générales de 1948. Il est battu de deux voix par le candidat du parti uni, Alfred Trollip. Cinq ans plus tard, en 1953, il est néanmoins élu dans la circonscription voisine de Nigel et est parallèlement admis au barreau de Johannesburg.

En 1958, John Vorster entre dans le gouvernement d'Hendrik Verwoerd, en tant que vice-ministre de l'éducation, des arts et des sciences (1958-1961) et vice-ministre des pensions et de la sécurité sociale (1958-1961).

Chef de file de l'aile droite du parti national. Il devient une figure importante de la politique sud-africaine quand il est nommé ministre de l'Éducation, des Arts et des Sciences (1961) et surtout ministre de la Justice (1961-1966). À ce poste, il sera un strict exécutant de la politique d'apartheid. Il fit son possible pour que Nelson Mandela fût condamné à mort lors du procès de Rivonia (1964). Vorster devait gagner le surnom de "Jackboot John", pour l'introduction du Sabotage Act de 1962, et les politiques de détentions de dissidents sans procès et le bannissement, une forme d'assignation à résidence[3].

Une semaine après l'assassinat de Verwoerd en plein parlement par un déséquilibré du nom de Dimitri Tsafendas, un métis d'origine grecque et mozambicaine, John Vorster devient le chef du Parti national et premier ministre d'Afrique du Sud après l'avoir emporté contre le ministre des transports, Ben Schoeman, président du parti national dans le Transvaal.

Un Premier ministre pragmatique[modifier | modifier le code]

Beaucoup plus détendu que son prédécesseur, John Vorster autorise à se laisser photographier en train de jouer au golf en short. Il accueille également des journalistes de l'opposition dans son propre cabinet pour des réunions d'informations régulières[4] et se permet de saluer ses visiteurs étrangers d'un surprenant bienvenue dans l'État de police le plus heureux dans le monde[4].

Cette nouvelle perspective dans le leadership du pays fut qualifiée par les Sud-Africains blancs de gentillesse raisonnable[4]. Ainsi, alors qu'elle avait déclaré que Hendrik Verwoerd avait quelque chose de presque diabolique, Helen Suzman, unique députée du parti progressiste au parlement sud-africain de 1961 à 1974, considérait que Vorster avait de la chair et du sang[4].

Au racisme explicite de Johannes Strijdom et à celui implicite d'Hendrik Verwoerd a succédé un homme qui fut le premier chef de gouvernement nationaliste à affirmer sans ambiguïté qu'il n'avait pas de races supérieures où inférieures en Afrique du Sud et autorisa la venue de diplomates et sportifs noirs en Afrique du Sud et a permis (un peu à contre-cœur) la constitution de la première équipe sportive sud-africaine multiraciale. Durant les années 1970, il a assumé un contrôle presque complet sur le mouvement nationaliste afrikaner[1]. C'est également sous le gouvernement Vorster qu'est abandonné le concept du Baasskap au profit de la lutte contre le communisme.

En politique intérieure, John Vorster assouplit certaines lois vexatoires du petty apartheid. Il autorise ainsi l'ouverture des bureaux de poste, des parcs, et de certains hôtels et restaurants aux noirs[3].

En 1971, il enterre l'idée de changer le drapeau sud-africain, contrairement à ce que voulait faire Verwoerd qui souhaitait adopter un nouveau drapeau tricolore, débarrassé de l'Union Jack et aux bandes verticales orange, blanche et bleue au centre duquel auraient figuré un springbok et des proteas.

Sur le plan sportif[modifier | modifier le code]

Vorster annonce en 1967 un relâchement des règles en qui concerne les rencontres sportives internationales : il annonce que les équipes sportives internationales comprenant à la fois des joueurs blancs et des joueurs de couleur sont désormais bienvenues en Afrique du Sud, à la condition qu'elles n'aient pas de visées politiques[5]. La même année, son gouvernement abroge la législation d'apartheid interdisant des équipes sportives multiraciales pour permettre à l'Afrique du Sud de participer aux Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico [6]. Toutefois l'équipe olympique sud-africaine sélectionnée pour ces jeux olympiques ne peut y participer en raison des protestations de nombreux pays africains[7].

Pourtant, en 1968, Vorster refuse la présence de Basil D'Oliveira, joueur métis de cricket anglais d'origine sud-africaine dans l'équipe d'Angleterre de cricket venue faire une tournée en Afrique du Sud cette même année : refusant tout d'abord qu'une équipe comprenant D'Oliveira puisse entrer sur le territoire sud-africain, Vorster se sert des réactions anti-apartheid que la non-sélection de D'Oliveira a déclenchées. Il oppose donc au Marylebone Cricket Club un refus qui obligera le club (organisateur de la tournée) à la faire annuler.

En revanche, il autorise la présence de joueurs et spectateurs Maoris lors de la tournée de l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande en Afrique du Sud en 1970, une décision qui provoque une crise au sein même du parti quand ses membres les plus extrémistes, emmenés par Albert Hertzog (connu pour ses discours anglophobes) Jaap Marais, Louis Stofberg et Willie Marais, font scission pour fonder en 1969 le Herstigte Nasionale Party (HNP)[8].

Ce schisme renforce la popularité de Vorster au sein de la communauté blanche, y compris chez les progressistes anglophones, pourtant opposés à la politique d'apartheid. Après s'être montré intraitable au début des années 1960 avec les nationalistes noirs anti-apartheid en concoctant les lois les plus répressives du régime, il se montre tout autant intraitable avec les héritiers spirituels de Verwoerd, n'hésitant pas à aller jusqu'à risquer le schisme politique afin de préserver, selon sa vision, l'unité et la source du pouvoir afrikaner.

Dans les années 1970, son ministre des Sports, Piet Koornhof annonce la mise en place d'équipes sportives zoulous, xhosas, indiennes et métisses.

En 1976, le gouvernement sud-africain consent à ce qu'une des premières équipes mixtes sud-africaines affronte la grande équipe d'Argentine en match amical. À cette occasion Jomo Sono, joueur des Orlando Pirates Football Club, marque 4 buts et permet à l'Afrique du Sud de s'imposer 5-0[9].

Sur le plan constitutionnel[modifier | modifier le code]

En 1977 John Vorster mandate une commission dirigée par Erica Theron, chargée de proposer des réformes constitutionnelles. Dans ses rapports, la commission Theron stipule que le système parlementaire de Westminster est obsolète, inadapté pour une société multiculturelle et plurielle comme la société sud-africaine, renforce les conflits politiques et la domination culturelle d'un groupe sur les autres, formant ainsi un obstacle à la bonne gouvernance du pays.

La commission en appelle au changement de système mais ne remet pas en question le principe des lois d'apartheid mises progressivement en place par le gouvernement sud-africain depuis 1948. Les conclusions de la commission Theron serviront de bases à la création d'un parlement tricaméral, qui sera instauré en 1984 sous le gouvernement de Pieter Botha, successeur de Vorster, avec trois chambres séparées une pour les blancs, une pour les métis et une pour les indiens[10].

Sur la politique sud-africaine au Sud-Ouest africain/Namibie[modifier | modifier le code]

Contrairement à son prédécesseur qui avait fait interdire l'ANC en Afrique du Sud après le massacre de Sharpeville le 21 mars 1960, John Vorster n'a jamais fait interdire la SWAPO, mouvement anti-apartheid luttant contre l'occupation sud-africaine du Sud-Ouest africain/Namibie. En 1967, son gouvernement annonce qu'il accorde une autonomie limitée à l'Ovamboland, une zone tribale[4], fief de l'organisation.

Les années 1970 sont marquées par une forte évolution de la politique interne. À la suite de la grève de milliers d'ouvriers Ovambos entre décembre 1971 et juin 1972, le gouvernement Vorster entreprend des réformes et abroge la loi de 1920 dite « maître et serviteurs ». Les contacts sont renoués entre le l'ONU et le gouvernement sud-africain.

À la suite de la désignation par l'Assemblée générale des Nations Unies de la SWAPO comme représentant unique et authentique du peuple namibien le 12 septembre 1973, et percevant les divisions au sein même des mouvements d'opposition du Sud-Ouest africain, Vorster abandonne les objectifs du rapport Odendaal, un rapport de 1964, mis en place en 1968 qui prévoyait la constitution de dix bantoustans sur le territoire namibien, dont six ayant vocation à devenir autonomes, représentant ainsi plus des deux tiers de la population namibienne et décide dans le cadre de sa politique de détente avec les pays africains de s'engager dans la voie de l'autodétermination du territoire « y compris celle de l'indépendance ».

Il va ainsi faire de la Namibie un terrain de négociations politiques dont il réutilisera les résultats pour la Rhodésie dirigée par Ian Smith (des résultats qui servirent de modèle pour l'Afrique du Sud elle-même dans les années 1990).

C'est également sous John Vorster qu'ont lieu les dernières élections où seuls les blancs du Sud-Ouest Africain disposent du droit de vote pour élire l'assemblée législative du Sud-Ouest Africain. Elles ont lieu le 24 avril 1974 et sont remportées pour la 6ème fois consécutive par le parti national du Sud-Ouest Africain.

En novembre 1974, l'ensemble des autorités du territoire, y compris les autorités tribales et les représentants des partis politiques noirs sont invités par l'assemblée législative du Sud-Ouest africain, dominée par le Parti national du Sud-Ouest Africain à déterminer leur avenir politique. Toutefois l'invitation est déclinée par la SWAPO et la SWANU. Ces pourparlers débouchent sur la Conférence de la Turnhalle (septembre 1975 à octobre 1977).

Le 1er septembre 1977, Vorster nomme comme administrateur du Sud-Ouest africain, Martinus Steyn, un juge à la réputation libérale, qui un mois après sa nomination abroge les lois d'apartheid sur les mariages mixtes, et sur l'immoralité, et supprime les contrôles intérieurs sur tout le territoire, à l'exception de la zone diamantifère (où elle est toujours en vigueur de nos jours) et de la frontière septentrionale.

La conférence de la Turnhalle débouche sur les premières élections multiraciales du Sud-Ouest Africain (boycottées par la SWAPO, la SWANU) qui ont lieu en décembre 1978 et qui sont remportées par l'Alliance démocratique de la Turnhalle avec 82 % des voix.

Avec les pays africains[modifier | modifier le code]

Plus pragmatique, plus émotionnel, et surtout moins dogmatique que ses prédécesseurs, John Vorster, entreprend une politique de détente avec les pays africains. Il noue des relations suivies avec de nombreux chefs d'État africains comme l'Ivoirien, Félix Houphouët-Boigny[11] ou le Zambien, Kenneth Kaunda.

En février 1967, il provoque une certaine agitation en recevant avec toutes les honneurs une délégation commerciale du Malawi[6] et exempte les diplomates de ce pays de l'application des lois d'apartheid[12].

Il reçoit également à déjeuner Joseph Leabua Jonathan, le premier ministre du Lesotho un état enclavé sur le territoire sud-africain, au Mount Nelson dans la ville du Cap[6]. Dans le même temps il apporte une aide militaire et policière au gouvernement blanc de Ian Smith en Rhodésie. Sa politique d'ouverture à l'Afrique suscite le plus grand intérêt mais sa volonté de faire de l'Afrique du Sud une superpuissance régionale se heurte au contexte géopolitique de l'époque.

Le vote par l'Assemblée Générale des Nations Unies de la résolution 2145, le 17 octobre 1966 déclarant que l'Afrique du Sud avait failli à ses obligations résultant du mandat qui lui avait été confié par la SDN pour occuper le Sud-Ouest africain, la révocation du mandat sud-africain dans le Sud-Ouest africain par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1968, la déclaration de l'illégalité de la présence sud-africaine par le Conseil de sécurité des Nations unies en 1970, la confirmation de la révocation du mandat sud-africain dans le Sud-Ouest Africain par un avis consultatif de la Cour internationale de justice le 21 juin 1971, et l'exclusion de l'ambassadeur d'Afrique du Sud à l'assemblée générale des Nations Unies, Pik Botha en 1974, mettent à mal cette politique de détente. Pourtant avec ses réformes intérieures, sa médiation dans le conflit en Rhodésie et l'annonce d'une conférence constitutionnelle dans le Sud-Ouest-Africain, John Vorster voulait démontrer la volonté de l'Afrique du Sud à s'imposer comme une force de stabilisation.

Dans le conflit en Rhodésie[modifier | modifier le code]

Pour Robert Jaster, chef de la CIA en Afrique, la Rhodésie était le test majeur de cette politique de détente d'autant plus que les buts de Vorster étaient différents de ceux de Ian Smith, premier ministre de Rhodésie et seul homme politique blanc de la région dont la cote de popularité est alors supérieure à celle du premier ministre sud-africain au sein de la communauté blanche[13].

Au début du mois de janvier 1973, Ian Smith provoque l'hostilité de son grand voisin sud-africain en prenant la décision de fermer sa frontière avec la Zambie où les intérêts économiques de l'Afrique du Sud sont considérables[14]. L’État tampon de Rhodésie du Sud devient un fardeau pour son puissant voisin. L'éditorial d’un journal sud-africain exprime cette mauvaise humeur en demandant à Monsieur Smith de « rechercher des solutions aux problèmes existants » au lieu d’en créer de nouveaux[15]. Ainsi, un pont aérien est mis en place entre la Zambie et l’Afrique du Sud pour le transport de matériel d’exploitations des mines[16]. La frontière est finalement rouverte dès le 5 février 1973 marquant un échec diplomatique pour Smith, lâché par ses alliés sud-africains et portugais au Mozambique[17]. Un épisode qui démontre par ailleurs la dépendance de la Rhodésie envers l’Afrique du Sud.

Dans le cadre de sa politique de détente avec les pays africains, John Vorster décide d'intervenir auprès de Smith pour tenter de l’amener à négocier la fin de la domination de la minorité blanche en Rhodésie. Ainsi le 11 décembre 1974, sous la pression de Vorster, Smith annonce la libération de tous les prisonniers politiques emprisonnés pendant 10 ans au camp de restriction de Gonakudzingwa à la frontière entre la Rhodésie du Sud et le Mozambique, assuré selon lui de la fin des actes de terrorisme en Rhodésie et de l'organisation prochaine d’une conférence constitutionnelle avec des chefs nationalistes noirs modérés. Mais les libérations de prisonniers sont assez rapidement ajournées à la suite de nombreuses violations du cessez-le-feu.

En 1975, avec le soutien des Britanniques et des Américains, John Vorster fait pression sur le gouvernement de Ian Smith pour que ce dernier accepte de négocier le principe d'un transfert du pouvoir à la majorité noire en Rhodésie. Dans ce but, il annonce le retrait progressif de plusieurs contingents de police sud-africaines, auxiliaires des forces de police locales au moment même où, pour contrer la guérilla, les forces de sécurité du gouvernement rhodésien multiplient les raids contre les bases d’entraînement de la ZANU et de la ZAPU au Mozambique et en Zambie. Vorster réduit également les liens commerciaux entre l'Afrique du Sud et la Rhodésie.

Pour Smith, le comportement de Vorster était une trahison digne de ce qu'il attendait de la Grande-Bretagne et non d'un allié mais il est obligé de céder. À plusieurs reprises, John Vorster tenta de persuader Ian Smith de se réconcilier avec les dirigeants nationalistes noirs rhodésiens. Après une vaine tentative en juin 1975, le Conseil national africain uni, dirigé par l'évêque méthodiste Abel Muzorewa déclare que Vorster aboyait sur Smith alors qu'il devait être mordant[18].

En concordance avec Kenneth Kaunda, le président de la Zambie, (avec qui il déjeuna à l'hôtel Intercontinental Musi-o-Tunya, à Livingstone en Zambie, en présence de deux dirigeants nationalistes noirs rhodésiens, Abel Muzorewa et Joshua Nkomo et du secrétaire sud-africain pour les affaires étrangères Brand Fourie)[19], John Vorster fait organiser dans un wagon sud-africain situé au-dessus des Chutes Victoria la première rencontre officielle entre Smith et les principaux chefs rebelles de Rhodésie le 25 août 1975.

Ian Smith insista pour que la rencontre ait lieu en Rhodésie alors que le Conseil national africain uni voulait qu'elle est lieu ailleurs car au moins deux de ses représentants le révérend Ndabaningi Sitholé, et James Chikerema, étaient soumis à une arrestation basée sur des accusations de subversion en cas de retour en Rhodésie[18]. Au bout de neuf heures d'entretien, cette conférence entre Smith, Abel Muzorewa, Joshua Nkomo, le révérend Ndabaningi Sitholé et Robert Mugabe se solde par un échec.

En 1976, inquiet de l'évolution politique du Mozambique et de l'Angola, deux anciennes colonies portugaises récemment indépendantes et dirigées par des gouvernements marxistes favorables aux mouvements de guérilla, Vorster entreprend de calmer la situation en Rhodésie, quitte à laisser s'y installer un gouvernement noir modéré. Il a l'appui des Britanniques mais surtout celui des Américains. En effet Henry Kissinger, le secrétaire d’État américain, partisan de la détente avec les régimes « blancs » d’Afrique et de l'adoucissement des relations avec l’Afrique du Sud, a entrepris de mettre en place une « diplomatie globale » à l’avantage du gouvernement de Pretoria. En échange de pressions de Vorster sur Ian Smith, le gouvernement américain s’abstiendrait de pressions directes sur les questions concernant l’avenir du Sud-Ouest africain et sur la pérennité de l’apartheid.

Le 18 septembre 1976 au cours d'un match de rugby à l'Ellis Park Stadium de Johannesburg entre l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, John Vorster réussit à convaincre Ian Smith d'assouplir sa position et d'accepter de rencontrer le secrétaire d’État américain Henry Kissinger qui avait indiqué qu'il accepterait de rencontrer Ian Smith à la condition que celui accepte au préalable l'arrivée au pouvoir de la majorité noire en Rhodésie. Le lendemain matin, après 4 heures de discussions, Ian Smith accepte le principe de l'accession de la majorité noire au pouvoir[20]. Mais les obstacles s’amoncellent vite, relatifs notamment au processus de transition (organisation du cessez-le-feu, le désarmement des forces armées, la surveillance des élections, la coordination interne entre les mouvements de guérilla, etc).

En mai 1977, la rencontre entre John Vorster et le nouveau vice-président américain Walter Mondale au palais Hofburg de Vienne en Autriche[21] aboutit à une impasse. La solution interne rhodésienne basée sur un gouvernement multiracial visé par les accords de Salisbury du 3 mars 1978, signés entre Smith et trois dirigeants noirs rhodésiens modérés, Abel Muzorewa, le révérend Ndabaningi Sitholé et le chef Jeremiah Chirau, ne reçoit pas ainsi l'aval de la nouvelle administration américaine. Deux ans plus tard, à la suite des accords de Lancaster House, un nouveau processus sous patronage britannique aboutit à l'indépendance du Zimbabwe (ex-Rhodésie) qui sera gouverné par Robert Mugabe, le chef marxiste de la ZANU et sur un régime de parti unique à partir de 1986.

Un Premier ministre offensif[modifier | modifier le code]

L'invasion de l'Angola par les troupes sud-africaines (août-décembre 1975)[modifier | modifier le code]

En 1975, soutenu par le gouvernement américain de Gerald Ford, John Vorster appuyé par Hendrik van der Bergh, chef des services de renseignements sud-africains, envisage une implication minimum et circonstanciée des forces armées sud-africaines pour installer un gouvernement pro-occidental en Angola, une ancienne colonie portugaise alors gouvernée par les marxistes du Mouvement Populaire de Libération de l'Angola.

Mais Pieter Willem Botha et son chef des armées, Magnus Malan, convaincus de l'existence d'un plan global soviétique dont le but est la prise de pouvoir en Afrique du Sud, se font alors les avocats d'un plan plus radical, une invasion du pays par les troupes sud-africaines pour chasser le MPLA de Luanda.

Finalement c'est la première option qui est approuvée et en août 1975, les troupes sud-africaines envahissent le sud de l'Angola et se retrouvent rapidement aux portes de Luanda. Mais en décembre, le congrès américain fait retirer son aide financière aux mouvements et aux troupes hostiles au MPLA alors que l'armée sud-africaine. Furieux et humiliés, les sud-africains apparaissent alors comme des fauteurs de guerre et les seuls responsables de l'invasion. Ils sont obligés de se retirer sur la zone frontalière, apportant dorénavant une aide logistique au mouvement rebelle de l'UNITA de Jonas Savimbi, afin notamment de protéger la frontière nord de leur colonie du Sud-Ouest africain contre les infiltrations de l'organisation indépendantiste SWAPO.

Sa chute politique[modifier | modifier le code]

En 1976, son vice-ministre de l'Administration et de l'Éducation bantoue, Andries Treurnicht, membre de l'aile dure du parti, tente d'imposer aux écoliers noirs l'enseignement obligatoire en afrikaans ce qui déclenche les émeutes de Soweto suivies de la répression par les forces de sécurité. Pour John Vorster, les émeutes sont moins une contestation du régime qu'une faillite des services de sécurité, incapables de prévoir l'évènement et arrêter les meneurs en amont[1]. La répression menée par les forces de police aboutit notamment à l'arrestation et la mort de Steve Biko en 1977.

En 1976 pour redresser l'image de son pays et pallier les condamnations internationales à la suite de la répression des émeutes de Soweto, John Vorster entreprend une série de visites en Europe (France, Allemagne de l'Ouest) et au Moyen-Orient.

Sa visite officielle d'État en Israël en avril 1976 au cours de laquelle la coopération nucléaire et militaire entre les deux pays est relancée constitue son plus grand succès diplomatique. Accueilli par le premier ministre israélien Yitzhak Rabin comme un défenseur des libertés au nom des valeurs communes aux deux États, Vorster s'incline devant le mémorial dédié à l'Holocauste et devant le mur des Lamentations à Jérusalem[22].

Alors que les relations de l'Afrique du Sud avec les pays occidentaux s'étaient maintenues à un bon niveau jusqu'au milieu des années 1970, celles-ci se détériorent avec l'arrivée au pouvoir de Jimmy Carter aux États-Unis. Cette détérioration se concrétise en 1977 quand, pour la première fois, les pays occidentaux disposant d'un droit de veto au conseil de sécurité des Nations unies refusent de bloquer une résolution instaurant un embargo total sur la vente d'armes à destination de l'Afrique du Sud. Parallèlement, le gouvernement américain fait savoir qu'il ne soutiendrait plus le gouvernement sud-africain dans sa politique au Sud-Ouest africain et renonce à sa médiation avec le gouvernement rhodésien.

En 1977, un scandale politico-financier (un emploi de fonds secrets pour financer dans la presse nationale et internationale des articles favorables à la politique gouvernementale) implique son ministre de l'Intérieur et de l'Information Connie Mulder.

En octobre 1977, son gouvernement fait arrêter 50 dirigeants noirs et interdire 18 organisations noires et multiraciales, ce qui pousse l'ONU à voter un embargo sur les armes à destination de l'Afrique du Sud[3].

Lors des élections du 30 novembre 1977, le parti national remporte son plus grand succès électoral (64 % des voix) alors que l'opposition de droite et celle de gauche sont laminées. John Vorster bénéficie alors d'un taux d'approbation supérieur à 80 % au sein de la communauté blanche, tant chez les anglophones que chez les Afrikaners[1]. Même l'un des plus fermes opposants à l'apartheid, le journaliste libéral Donald Woods (qui révéla au monde entier les conditions de la mort de Steve Biko) ne manque pas de parler avec une certaine empathie de ses entretiens avec John Vorster[1].

En septembre 1978, compromis dans le scandale de l'information, John Vorster annonce dans un discours prononcé en afrikaans et en anglais sa démission du poste de premier ministre et de celui de président du parti national[3]. Après la démission de Vorster, des élections internes ont lieu au sein du parti pour désigner son successeur au poste de président du parti national et à celui de premier ministre d'Afrique du Sud. Trois candidats sont alors en lice, le ministre de la défense, Pieter Botha (62 ans), président du parti national dans la province du Cap, le ministre des Relations plurales et du Développement Connie Mulder (53 ans) président du parti national dans le Transvaal et le jeune ministre des Affaires étrangères Pik Botha (46 ans) représentant de l'aile libérale du parti national[23],

Après l'élimination de Pik Botha au premier tour de scrutin, le second tour de scrutin oppose Connie Mulder à Pieter Botha qui l'emporte par 78 voix contre 72 et devient président du parti et premier ministre d'Afrique du Sud. Le 10 octobre 1978, Vorster se fait élire au poste honorifique de président de la République par les députés.

En juin 1979, rattrapé par le scandale de l'information (la commission d'enquête chargée d'enquêter sur le scandale conclura qu'il avait menti dans son témoignage sous serment au sujet de son rôle dans toute cette affaire, alors qu'elle l'avait pourtant exonéré de toute responsabilité dans son rapport préliminaire), John Vorster démissionne brusquement de son poste de président de la République, sa longue carrière se termine en disgrâce, son dernier acte officiel en tant que président de la République fut de recevoir le rapport qui a conduit à sa démission[24].

John Vorster se retire alors de la vie politique pour aller vivre à Oubos, à 150 km à l'ouest de Port Élisabeth.

En 1982, John Vorster apporte son soutien au parti conservateur d'Afrique du Sud d'Andries Treurnicht lors de son congrès-fondateur[25].

Malade depuis plusieurs années, (des rumeurs disait qu'il souffrait d'une congestion pulmonaire et d'une embolie à la jambe)[3], John Vorster meurt au Cap à l'âge de 67 ans le 10 septembre 1983 et est enterré 3 jours plus tard à Kareedouw au Cap-Oriental.

Famille[modifier | modifier le code]

John Vorster avait épousé Martini Steyn Malan (1917-2000) le 20 décembre 1941 à Worcester (province du Cap). Ils eurent trois enfants (Elizabeth née en 1945, Willem Carl né en 1950 et Pieter Andries (1951-1984).

Martini Steyn Malan Vorster fit partie des anciennes premières dames sud-africaines qui furent invitées par le président noir du pays Nelson Mandela pour un déjeuner à la résidence présidentielle de Pretoria en compagnie d'épouses de dignitaires de l'ANC. au cours duquel elle conversera amicalement avec Albertina Sisulu, la femme de Walter Sisulu (qui fut condamné aux côtés de Nelson Mandela lors du procès de Rivonia en 1964) et Adélaïde Tambo, épouse de Oliver Tambo (qui fut le président de l'ANC en exil pendant 30 ans jusqu'en 1990).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e BJ Vorster et le cheval du sultan, article du professeur et politologue Hermann Giliomee sur Politicsweb, 3 septembre 2008
  2. Pierre Haski, L'Afrique blanche : histoire et enjeux de l'apartheid, Seuil, 1987,
  3. a, b, c, d et e « SOUTH AFRICA: Vorster's Double Shocker », sur Time,‎ 2 octobre 1978
  4. a, b, c, d et e www.time.com/time/magazine/article/0,9171,941074,00.html South Africa Touch of Sweet Reasonableness, 31 mars 1967
  5. Bruce Murray et Christopher Merrett, Caught Behind: Race and Politics in Springbok Cricket, University of KwaZulu-Natal Press, 2004, p. 93
  6. a, b et c www.time.com/time/magazine/article/0,9171,941074,00.html : South Africa Touch of Sweet Reasonableness, 31 mars 1967
  7. www.time.com/time/magazine/article/0,9171,900012,00.html : The Olympics: Boycotting South Africa, 8 mars 1968
  8. E. J. Verwey, E. W. Verwey & Nelly E. Sonderling, New Dictionnary of south african biography, Human Sciences Research Council Press, 1999, p 98-101
  9. Le pelé de Soweto, article paru dans le n°2377 du Nouvel Observateur du 27 mai au 2 juin 2010
  10. www.sahistory.org.za/.../tricameral-parliament.htm
  11. [www.dialprod.com/memoire/paix.html Dès 1970, le président ivoirien préconise l'ouverture d'un dialogue avec le pays de l'apartheid, il recevra John Vorster en présence du président sénégalais Léopold Sédar Senghor à Yamoussoukro en 1974.
  12. Daniel Bach, ibid, p 204 - le Malawi sera le seul État africain à entretenir avec l'Afrique du Sud des relations diplomatiques au niveau des ambassades. Et c'est au Malawi que John Vorster effectuera sa première visite officielle dans un pays africain en 1970. Le président malawite Kamuzu Banda se rendra en visite officielle en Afrique du Sud un an plus tard
  13. "BJ Vorster et le cheval du sultan", article du professeur et politicologue Hermann Giliomee
  14. Le groupe sud-africain Oppenheimer contrôlait les mines zambiennes de l’Anglo-American corporation et l’Afrique du Sud vendait chaque année pour 100 millions de dollars de produits manufacturés à la Zambie
  15. The Sunday Times du 28 janvier 1973
  16. Roland pichon, ibid, p 175
  17. Le port de Beira se trouvait ainsi privé de l’essentiel de ses ressources
  18. a et b RHODESIA: A Bizarre Venue article du Time le 25 août 1975
  19. www.tleg.co.nz/history.php
  20. Archives INA, le journal télévisé d'Antenne 2 du 19 septembre 1976
  21. « SOUTH AFRICA: Mondale v. Vorster: Tough Talk », sur Time,‎ 30 mai 1977
  22. Frères en armes le pacte secret d’Israël avec Pretoria, article publié dans le journal britannique le Guardian le 7 février 2006
  23. « SOUTH AFRICA : The Not-So-Favorite Choice », sur Time,‎ 9 octobre 1978
  24. www.time.com/time/magazine/article/0,9171,920409,00.html : SOUTH AFRICA: Vorster Quits, 18 juin 1979
  25. Pierre Haski, L'Afrique blanche : histoire et enjeux de l'apartheid, Seuil, 1987, p. 137

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • E. J. Verwey, E. W. Verwey, Nelly E. Sonderling, New dictionary of South African biography, Human Sciences Research Council Press, 1999, p. 253-259

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John D'Oliveira, Vorster : the Man, Johannesburg, Ed. Ernest Stanton, 1977