Référendum sur la constitution

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des résultats du référendum par région.

Le référendum sur la constitution a lieu en Afrique du Sud le 17 novembre 1983. Limité à la population blanche dans le cadre de l'apartheid, ce référendum vise à entériner une nouvelle constitution sud-africaine mettant en place un régime présidentiel et créant un parlement tricaméral ouvrant la représentation nationale aux populations coloureds et hindo-asiatiques.

Le taux de participation fut de 76,02 % soit 2 062 469 votants sur les 2 713 000 membres du corps électoral. Le oui à la nouvelle constitution remporta 66,29 % des votes (soit 1 360 223 voix) contre 33,71 % de non (soit 691 577 suffrages).

La nouvelle constitution entrée en vigueur en 1984 établit trois chambres parlementaires distinctes dont les membres sont élus par les trois groupes raciaux minoritaires du pays (les blancs, les indiens et les métis) en proportion de leur population. Si les noirs n'ont aucune représentation nationale, ils obtiennent le droit d'élire, hors des bantoustans, leurs propres conseillers municipaux dans les townships. Enfin, le poste de premier ministre est supprimé, les fonctions de chef d’État et de chef de gouvernement relevant dorénavant du seul Président d’État de la République d'Afrique du Sud (State President).

Question du référendum[modifier | modifier le code]

"Are you in favour of the implementation of the Constitution Act, 1983, as approved by Parliament ?" (Êtes-vous en faveur de la mise en œuvre de la Loi constitutionnelle de 1983, approuvée par le Parlement ?).

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1981, le Sénat est supprimé et remplacé par un organe consultatif, le conseil présidentiel présidé par Alwyn Schlebusch et composé de membres nommés soit 41 blancs, 7 Coloureds, 7 Indiens et un asiatique[1] représentant les groupes de population blanche, coloured, indiennes et chinoises d'Afrique du Sud. Reprenant les conclusions de la commission Theron (1977), selon laquelle le système parlementaire de Westminster est obsolète et inadapté pour une société multiculturelle et plurielle comme la société sud-africaine, qu'il renforce les conflits politiques et la domination culturelle d'un groupe sur les autres, formant ainsi un obstacle à la bonne gouvernance du pays[2], le Conseil présente en mai 1982, à la demande du Premier ministre Pieter Botha, un ensemble de propositions de réforme constitutionnelle et politique, visant à partager le pouvoir législatif entre les communautés blanches, métis et indiennes. Toutefois, le principe des lois d'apartheid n'est pas remis en cause.

L'aile droite du parti national (NP) rejette ces constatations et ces propositions. Menée par Andries Treurnicht, un ministre et le chef du NP dans la province du Transvaal, des députés font scission et créaient le parti conservateur d'Afrique du Sud (CP) avec pour objectif de revenir à un apartheid strict tel qu'il était appliqué durant le gouvernement Verwoerd. Botha, secondé efficacement par ses ministres Alwyn Schlebusch, Chris Heunis et Frederik de Klerk, met en œuvre les propositions du conseil pour réformer la constitution sud-africaine de 1961, créer un parlement tricaméral et présidentialiser la gouvernance du pays.

Un référendum est organisé en 1983 dans le but de déterminer le soutien de l'électorat blanc au nouveau cadre constitutionnel.

Les opposants à cette réforme se situent autant dans le camp conservateur que dans le camp progressiste ou libéral. Les conservateurs s'opposent à l'octroi du droit de vote et à l'entrée au parlement des métis et des indiens tandis que le Parti progressiste fédéral (PFP) s'oppose au maintien de l'exclusion des Noirs du suffrage électoral et de la représentation parlementaire et demande l'inclusion d'une déclaration des droits pour protéger les libertés individuelles contre les abus de l'État.

Pour expliquer son opposition frontale, le parti conservateur prend exemple sur le destin de la Rhodésie, pays où la population blanche a du céder, et non partager, le pouvoir avec la population noire. Dans le camp progressiste, les divisions apparaissent. Une partie de la presse d'opposition de langue anglaise apporte son soutien au "oui" à la nouvelle constitution considérée comme un pas dans la bonne direction.

Du côté des partis noirs, l'Inkatha Freedom Party (zoulou) s'oppose à la réforme tandis qu'un Front démocratique uni est créé pour s'opposer au référendum et appeler au boycott du référendum. Cette coalition non raciale devient rapidement le porte-parole officieux du congrès national africain et de plusieurs partis noirs interdits.

Résultats régionaux[modifier | modifier le code]

Des circonscriptions référendaires par région furent créés pour comptabiliser les votes[3]. Seule la région du nord-Transvaal (Pietersburg), où Andries Treurnicht a son fief électoral, a voté contre la nouvelle loi constitutionnelle.

Circonscriptions Yes check.svg Oui X mark.svg Non Votes
valides
Votes
blancs ou nuls
Total
suffrages
Votes  % Votes  %
Province du Cap de Bonne Espérance
Beaufort West 22,502 74.42 7,733 25.58 30,235 93 30,328
Le Cap 221,511 75.61 71,456 24.39 292,967 1,229 294,196
East London 53,202 77.91 15,087 22.09 68,289 255 68,544
George 31,256 73.23 11,426 26.77 42,682 141 42,823
Kimberley 34,815 66.05 17,898 33.95 52,713 110 52,823
Port Elizabeth 60,661 70.08 25,901 29.92 86,562 208 86,770
Total Province du Cap 423,947 73.93 149,501 26.07 573,448 2,036 575,484
Natal
Durban 123,783 73.58 44,442 26.42 168,225 750 168,975
Pietermaritzburg 50,519 71.58 20,060 28.42 70,579 366 70,945
Total Natal 174,302 72.99 64,502 27.01 238,804 1,116 239,920
État libre d'Orange
Bloemfontein 52,019 65.86 26,960 34.14 78,979 331 79,310
Kroonstad 55,486 63.19 32,321 36.81 87,807 189 87,996
Total État libre d'Orange 107,505 64.46 59,281 35.54 166,786 520 167,306
Transvaal
Germiston 113,600 65.35 60,241 34.65 173,841 900 174,741
Johannesburg 194,396 69.44 85,554 30.56 279,950 3,906 283,856
Pietersburg 31,403 47.42 34,827 52.58 66,230 247 66,477
Pretoria 209,763 57.13 157,433 42.87 367,196 1,035 368,231
Roodepoort 105,307 56.76 80,238 43.24 185,545 909 186,454
Total Transvaal 654,469 61.01 418,293 38.99 1,072,762 6,997 1,079,759
Total Afrique du Sud 1,360,223 66.29 691,577 33.71 2,051,800 10,669 2,062,469

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The President’s Council, SAHO
  2. Tricameral Parliament, SAHO
  3. « Notice 874 of 1983: Result of the referendum held on 2 November 1983 », Government Gazette of the Republic of South Africa, vol. 219, no 8960,‎ 11 novembre 1983, p. 27

Liens externes[modifier | modifier le code]