Forces armées cubaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forces Armées Révolutionnaires.
Forces armées révolutionnaires
Fuerzas Armadas Revolucionaras
Image illustrative de l'article Forces armées cubaines
Fondation 1960
Branches armée de terre
marine
forces aériennes
paramilitaires
Commandement
Président Raúl Castro
Ministre de la défense Général de corps Julio Casas Regueiro
Main-d'œuvre
Âges militaires 17
Disponibles au service militaire 3 134 622 hommes
3 022 063 femmes
Aptes au service militaire 1 929 370 hommes
1 888 498 femmes
Actifs 85 000 (2011)
Budgets
Budget 3,8 % du PIB (2006)
Industrie
Fournisseurs nationaux Drapeau de Cuba Union of Military Industry
Fournisseurs étrangers Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Articles annexes
Histoire Débarquement de la baie des Cochons
Guerre d'indépendance de l'Angola
Guerre sud-africaine de la frontière
Guerre érythréenne d'indépendance
Guerre de l'Ogaden
Invasion de la Grenade

Les forces armées cubaines, officiellement Forces armées révolutionnaires (en espagnol : Fuerzas Armadas Revolucionaras) sont divisées en une armée de terre (« Ejercito Revolucionario »), une armée de l'air (« Defensa Anti-Aérea Y Fuerza Aérea Revolucionaria ») et une marine de guerre (« Marina de Guerra Revolucionaria »), auxquelles s'ajoutent des forces paramilitaires.

Les forces armées ont longtemps été la plus puissante institution de Cuba et les généraux de haut rang sont censés avoir un rôle crucial dans tous les scénarios imaginables de succession du fait de leur fidélité au Parti communiste cubain. L'armée contrôle 60 % de l'économie à travers la gestion de centaines d'entreprises dans des secteurs économiques clés. Elle est également le pilier du dirigeant Raúl Castro. En effet, ce dernier souligne le rôle des militaires en tant que « partenaire du peuple » dans de nombreux discours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le T-55 équipe encore majoritairement l'armée de terre cubaine.

Les forces armées révolutionnaires sont fondées au lendemain de la révolution cubaine par le Mouvement du 26-Juillet en 1960. Le pays reçoit d'importantes aides militaires et financières de la part de l'URSS afin de développer son armée.

En 1961, elle participe à la défense de Cuba lors du débarquement de la baie des Cochons contre des exilés cubains anti-communistes soutenus par la CIA. Elle s'engage par la suite du côté de l'Armée soviétique dans divers conflits en Afrique tels qu'en Angola, en Érythrée et en Éthiopie. 1 500 soldats cubains auraient également participé du côté des forces arabes contre Tsahal lors de la guerre du Kippour en 1973. En 1983, 24 soldats cubains trouvent la mort lors de l'invasion de la Grenade par l'US Army qui visait à renverser le gouvernement grenadin communiste.

Équipement[modifier | modifier le code]

Camion militaire logistique de l'armée cubaine lors du 50e anniversaire de la révolution cubaine en 2009.

L'essentiel du matériel cubain date de la guerre froide. L'infanterie est équipée d'AKM-59 (un dérivé du classique et célèbre fusil d'assaut AK-47), de RPK, PKM, SKS, SVD, RPG-7 et également de SPG-9.

Le T-55 reste le blindé le plus utilisé par l'armée cubaine, soit en tant que char d'assaut, soit en tant qu'artillerie automotrice (plus de 1 200 exemplaires en stock), auxquels s'ajoutent le BMP-1 (400 exemplaires) et le PT-76.

Depuis la chute de l'URSS, Cuba souhaite acquérir du matériel auprès du Vénézuela et de la Russie post-communiste en signant divers contrats. Elle acquiert également des missiles balistiques Hwasong-5 auprès de la Corée du Nord.

Les effectifs de l'armée cubaine sont de 85 000 hommes selon une estimation en 2011, toutes branches confondues. Par ailleurs, une étude publiée en 2006 affirme que 3,8 % du PIB est réservé aux forces armées[1].

Armée de l'air[modifier | modifier le code]

Cocarde de l'armée de l'air cubaine.
MiG-21 au-dessus du détroit de Floride.
Hawker Sea Fury exposé au Musée de l'intervention à Playa Girón.

L'armée de l'air cubaine (Defensa Anti-Aérea Y Fuerza Aérea Revolucionaria) est principalement équipée d'aéronefs soviétiques produits par la firme Mikoyan-Gourevitch. Bien qu'il n'y ait peu d'informations concernant celle-ci, un coup d'œil sur Google Earth aux coordonnées 22*52'28.40" N 82*30'26.04" W permet de voir ce qui semble être 8 MiG-21, 19 MiG-23, 2 MiG-29 et 1 Mi-8 à la base aérienne de San Antonio de los Baños située au sud-ouest de La Havane[2].

Aéronef Origine Type Version Total construits Total en service
Avion de combat
Mikoyan-Gourevich MiG-21 Fishbed Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur MiG-21MF
MiG-21UM
60
10
7
5
Mikoyan-Gourevich MiG-23 Flogger Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur multi-rôles MiG-23MF/MS
MiG-23ML
MiG-23UB
21
21
5
19
21
2
Mikoyan-Gourevich MiG-29 Fulcrum Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur multi-rôles MiG-29B
MiG-29UB
14
2
5
1
Mil Mi-8 Hip Drapeau de l'URSS Union soviétique hélicoptère de transport/d'attaque Mi-8T
Mi-8TKV
20
20
6
7
Mil Mi-17 Hip-H Drapeau de la Russie Russie hélicoptère de transport/d'attaque Mi-17 16 8
Mil Mi-24 Hind Drapeau de l'URSS Union soviétique hélicoptère d'attaque Mi-24D 20 17
Antonov An-24 Coke Drapeau de l'URSS Union soviétique avion-cargo An-24 20 4
Antonov An-26 Curl Drapeau de l'URSS Union soviétique avion-cargo An-26 17 3
Yakovlev Yak-40 Codling Drapeau de l'URSS Union soviétique transport de VIP Yak-40 8 3
Iliouchine Il-62 Drapeau de l'URSS Union soviétique transport de VIP Il-62 1 1
Iliouchine Il-96 Drapeau de la Russie Russie transport de VIP Il-96 3 3
Aero L-39 Albatros Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie avion d'attaque L-39C 30 8
Zlin Z-326 Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie avion d'entraînement Z-326T 60 20

Marine de guerre[modifier | modifier le code]

Patrouilleur de classe Turya de la marine cubaine en 1984.

La marine de guerre cubaine (Marina de Guerra Revolucionaria) se compose de 20 navires, principalement des patrouilleurs dont 13 de classe Osa. Elle prévoit par ailleurs d'acquérir 4 sous-marins de classe Sang-O à la Corée du Nord.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) IISS Military Balance 2007, p.70
  2. Google Earth coordonnées 22*52'28.40" N 82*30'26.04" W

Liens externes[modifier | modifier le code]