Ours mal léché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La croyance selon laquelle l'ourse lèche son ourson pour le mettre en forme est très ancienne. Ici, un bestiaire anglais vers 1200.

Ours mal léché est une expression populaire datant du XVIIe siècle. Elle est employée pour désigner une personne faisant preuve d'un comportement social bourru, grossier, désagréable, rustre, qui n'est ni poli, ni convenable, et ne sait que peu de choses des usages du monde[1],[2].

Cette expression est associée à l'ours, car c'est un animal généralement solitaire et nos ancêtres pensaient que les oursons n'étant pas tout à fait formés à leur naissance, leur mère devait donc les lécher pour qu'ils soient complètement achevés. Rabelais disait déjà : « Ainsi que l'ourse, à force de lécher son petit, le met en perfection... »

Rabelais lui-même reprenait une information qui se trouvait déjà dans les Étymologies d'Isidore de Séville en 630, et qui a été inlassablement reprise dans les encyclopédies du Moyen Âge et de la Renaissance :

« On dit que l’ours (ursus) est ainsi nommé de ce qu’il forme ses petits avec sa gueule (ore suo), quasiment orsus. On dit en effet qu’il engendre des petits informes qui naissent comme des morceaux de chair, que la mère transforme en membres en les léchant. De là ce [vers] qui suit : « L’ourse façonne avec sa langue le petit qu’elle a engendré ». Mais la raison en est une naissance avant terme. Tout au plus, l’ourse met bas au trentième jour ; cette courte gestation produit des êtres informes[3] ».

La Fontaine joue sur cette expression en parlant d'un ours « à demi léché » dans sa fable L'Ours et l'Amateur des jardins.

L'expression « mal léché » signifiant donc « mal élevé et sans éducation », s'applique à une personne dont la « formation » aux règles de vie en société n'a pas été entièrement accomplie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ours mal léché », sur http://www.linternaute.com/ (consulté le 1er mars 2010).
  2. « Ours mal léché », sur http://www.notteghem.fr/rozan/p93.php (consulté le 1er mars 2010).
  3. Bernard Ribémont, Le livre des propriétés des choses, Stock, 1999, p. 11.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]