Loup dans la culture européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Loup dans la culture.
Loup européen

Le Loup gris, une sous-espèce de Canis lupus plus simplement appelé localement loup, est un des animaux les plus emblématiques d'Europe, il était à l'honneur durant l'Antiquité chez la totalité des anciens peuples européens[1].

Les mythologies européennes, depuis les côtes de la Méditerranée jusqu'au nord de la Scandinavie, n'ont eu de cesse de relier le loup à la fécondité, à la protection, à la destruction, à la punition, au soleil et aux divinités héroïques qui incarnaient ces valeurs comme Apollon ou Belen[2].

L'aspect particulier de l'approche des peuples indo-européens par rapport aux Amérindiens du Nord est que le loup symbolise à la fois la protection et la destruction. Il existe donc à l'origine une dualité dans le culte ou la vision de cet animal[3]. Le loup occupe une place dans toutes les religions d'Europe même monothéistes, il est respecté, vénéré ou craint.

Cette symbolique du loup se retrouve aussi chez les peuples turcs et mongols, originaires des steppes. Il est à rappeler que l'hypothèse kourgane (hypothèse majoritaire chez les spécialistes même si elle reste controversée), place l'origine des Indo-Européens dans la steppe pontique située au Nord de la Mer Noire et de la Mer Caspienne. On peut donc présumer une concurrence forte entre le loup et l'Homme dans ce biome.

Avant le développement de l'agriculture et de l'élevage, de nombreux peuples d'Europe se disaient descendants des loups et vouaient ainsi un culte au dieu-loup ancêtre.

Dans l'Antiquité, voir un loup avant le début d'une bataille était aussi présage de victoire, le loup étant l'animal symbolique du chasseur et du guerrier.

Paléolithique et Néolithique[modifier | modifier le code]

En Europe les premières interactions confirmées entre le loup et l’Homme datent du Paléolithique. Plus tard des loups seront domestiqués pour donner naissance au chien actuel[4] sans que le premier ne disparaisse de l'imaginaire des hommes.

Au Paléolithique, les artistes gravaient des loups sur les parois des cavernes[5].

La plus ancienne trace de cohabitation entre les deux espèces date d'il y a 14 000 ans.

Des traces d'association entre les espèces humaine et canine ont été découvertes en Rhénanie, à Oberkassel aux alentours de Bonn[6]. Elles datent d'environ 12 000 av. J.-C., c'est-à-dire 2 000 ans avant la révolution néolithique et 5 000 ans avant la domestication d'autres espèces. Le loup est donc le premier animal domestiqué par l'Homme.

Également en Europe, on a trouvé dans les couches magdaléniennes (11 000 av. J.-C.) de la Kniegrotte[7] (" caverne du genou ") en Thuringe (Allemagne) plusieurs ossements de canidé. D'après l'archéozoologue tchèque Musil, ce canidé se distingue du loup du paléolithique supérieur européen par sa taille plus petite, mais aussi par le resserrement des dents jugales. Il ne ressemble toutefois pas encore au chien actuel. Le chien domestique apparait donc vraiment avec des caractères propres à l'issue d'une longue cohabitation avec l'Homme.

Le loup est le symbole de la puissance de la nature (un peu à l'image du lion en Afrique), qui tantôt protège, tantôt détruit, une sorte de roi de la faune européenne, il est également l'unique réel prédateur organisé capable de concurrencer l'homme dans l'environnement européen. En effet le loup vit en meute comme l'homme vit à cette époque en tribu.

Chez les chasseurs-cueilleurs il était donc l'adversaire et l'exemple à travers son organisation sociale hiérarchisée et sa capacité à utiliser toutes les ressources de la meute pour chasser et assurer la survie du clan.

À cette époque les loups sont beaucoup plus nombreux que les hommes en Europe et ces derniers en rencontrent aisément.

Monde celtique[modifier | modifier le code]

Le loup était un symbole pour les Celtes. Lug, dieu suprême de la mythologie celtique, est représenté accompagné de deux loups, ce qui s’explique probablement par la ressemblance indo-européenne entre *leuks « lumière », qui est peut-être la base du nom de Lug, et *lukwos (ou *wlkwos) qui signifie « loup ».

Les Volcae sont une confédération de tribus celtes établies en Gaule et le long du Danube. Volcae pourrait signifier « les loups », mais d'autres étymologies ont été proposées[8].

Chez les Gaulois[modifier | modifier le code]

Dans la tradition celtique bretonne bleiz (« loup » en breton moderne, bleid en ancien breton) est un des derniers grands druides, il est l'instructeur de Merlin l'Enchanteur, futur guide spirituel du roi Arthur. Il vivait comme un ermite dans la forêt avec les animaux qu'il soignait entouré de loups. Le loup étant un des animaux attributs du Dieu Belen son protecteur. Bleiz[9] était de ce fait considéré et surnommé « l'homme-loup ».

Le loup était le symbole des guerriers gaulois[réf. nécessaire], certains soldats gaulois allaient même jusqu’à recouvrir leur casque d’une tête de loup après avoir mangé leur cœur en rituel[10]. Cela dans le but de s'attribuer les qualités du loup. Le chien a peu à peu remplacé ce dernier dans le culte celtique, y ajoutant quelques attributs.

Mythologie germanique et nordique[modifier | modifier le code]

Pierre runique représentant le loup Fenrir, Östergötland, Suède
Représentation de Fenrir
Fenrir arrache la main de Týr.
Manuscrit SÁM 66, 1765, Copenhague, Bibliothèque royale.

Quand Odin trônait dans son palais du Walhall, il était représenté avec deux grands loups qui étaient couchés à ses pieds comme dans le cas de Lug chez les Celtes[11].

Dans la mythologie germanique, Fenrir le loup, le « Destructeur » est celui à qui incombe la destruction de l’ordre du monde, c'est l’exécuteur du Destin. Avant la fin du Monde deux autres loups (Managarm) devaient également dévorer le Soleil et la Lune ce qui serait le signe de la fin du monde et de l'affrontement final[12]. Il semble que l'on retrouve ces thèmes dans la mythologie gauloise puisqu'un statère en or des Unelles représente un loup qui semble prêt à avaler une roue solaire. De même, une monnaie des Sylvanectes représente un personnage difforme dont le bras gauche est enfourné dans la gueule d'un monstre qui est vraisemblablement un loup[13].

Fenrir était le fils de Loki et d'une géante, il fut élevé par les Ases (dieux) mais il grandit si vite et devint si fort que ces derniers durent l'enchaîner.

Dans l'ancienne Germanie, comme chez les Gaulois, les guerriers se nourrissaient de loups pour acquérir ses qualités que sont la force, la rapidité et l'endurance. Ce rituel permettait de donner du courage aux combattants en les plaçant sous la protection des loups[14].

De nombreux anthroponymes germaniques (incluant les prénoms nordiques) sont composés avec l'élément vieux norrois ulfr, autrement ulfR, vieil anglais wulf, vieux haut allemand wolf (souvent réduits à -ulf, -olf comme deuxième éléments d'un composé), etc. signifiant tous « loup », par exemple : Gundulf, Arnulf, Rodulf, Hariulf, Wolfgang, Wulfram, Wulfila (ou Ulfila), Askulf, Thorulf, Ragnulf, Oddulf, Ingenulf, Haulf, Adolf, Thiudulf, Landulf, Pandulf, Gisulf, Wulfgar, Wulfstan, etc.

La plupart de ces anthroponymes sont tombés en désuétude en tant que prénom, mais il reste assez fréquents comme patronymes (cf. en Normandie : Renouf, Ingouf, Ouf, Surcouf, Ozouf, etc.) ou dans la toponymie.

Chez les Grecs anciens[modifier | modifier le code]

Le loup était appelé "lycos" (rac. Λυκw terminée par une labio-vélaire évoluant en k- en gr. et p- en lat.)[15]. Dans la langue grecque primitive, les deux termes utilisés pour désigner la lumière et le loup étaient si proches qu'ils finirent parfois par se confondre : Apollon Lycien, selon les interprétations, désigne soit le dieu de la lumière soit le dieu-loup. Le loup étant également l'emblème du dieu solaire Apollon pour ses actes justiciers.

Zeus marié à Héra eut une aventure avec Léto qui était enceinte de celui-ci. Pour protéger Léto, Zeus la transforma en louve et la mena sur l’île de Délos, où elle mit au monde leurs deux enfants : Apollon et Artémis. Ayant une louve pour mère, ils furent surnommés Artémis Lycaea et Apollon lycien.

Dans Apollo the Wolf-god[16], Daniel E. Gershenson voit en Apollon un dieu d’origine indo-européenne, dont les attributs principaux seraient rassemblés dans l’expression Apollon dieu-loup. Cet auteur s’inscrit dans la lignée des travaux de Louis Gernet Dolon le loup et de Henri Jeanmaire Couroï et Courètes.

Par là, il faut entendre non pas le culte de l’animal en lui-même, mais de son symbolisme de loup mythique, pouvoir duquel est exercé par le vent considéré tant par ses vertus bénéfiques que destructrices. Les vents, comme Zéphyr le vent-loup, peuvent être favorables aux semences, mais sont aussi tenus pour issus des cavernes et cette origine souterraine les met en relation avec les Enfers. Le vent est ainsi le passage entre le chaos et le cosmos.

Ceci explique le rôle de la divinité comme tuteur des éphèbes, de jeunes guerriers qui accomplissent leur initiation d’adultes, sa fonction de protecteur du grain semé et enfin sa qualité de dieu de la prophétie qui révèle les mystères et initie les musiciens et les poètes. Le Lycée, créé par Aristote, est placé dans un gymnase jouxtant le temple d’Apollon Lykeios. Apollon Lykeios, le dieu-loup, serait le maître des passages, dieu qui transforme les forces chaotiques des confréries de loups-garous de l’adolescence vers l’âge adulte, qui dévoile par la prophétie ou la Pythie le monde caché vers le découvert.

Gershenson présente de nombreux témoignages dans le monde européen qui pourraient montrer que ce dieu-loup et dieu-vent remonte à une période antérieure à la séparation des peuples européens qui ont pénétré en Europe centrale et méridionale. Ses déductions ont été confirmées plus tard par Bernard Sergent, un auteur qui a notamment souligné le lien d'Apollon avec les loups et son rôle joué dans les initiations, ainsi que son origine indo-européenne. Apollon est particulièrement associé à Borée, le Vent du Nord. Lug, son équivalent celtique, est un « chevaucheur de tempêtes ». Sergent a cependant accusé Gershenson de donner une vision trop réductrice d'Apollon, ce dieu ayant une personnalité beaucoup plus riche que celle décrite dans cette thèse

À Delphes, le temple d'Apollon était gardé par un loup de bronze, en souvenir d'un vrai loup qui aurait protégé les trésors du temple contre un voleur.

Dans la mythologie grecque, le dieu Hadès, maître des Enfers apparaît également vêtu d'une peau de loup.

Chez les Troyens[modifier | modifier le code]

Dolon, le Loup décrit par Homère, était un guerrier troyen qui s'habillait avec une peau de loup et qui imitait ce dernier. Toutefois, d'après les récits, Dolon ne parviendra jamais à s'accaparer les qualités guerrières de cet animal.

Chez les Étrusques[modifier | modifier le code]

Carte de l'Étrurie à son expansion maximum

Dans la tradition étrusque, les éléments et monuments funéraires sont ornés d'une forme humaine à tête de loup nommée Aita. On peut souvent voir des mains crochues saisissant un corps humain. Cet être hybride ne serait que l'ancêtre loup des Étrusques ainsi que le soutient Salomon Reinach. Les Étrusques comme d'autres peuples d'Europe et d'Anatolie prétendaient descendre des loups.

Chez les Romains[modifier | modifier le code]

Statue de la louve allaitant Rémus et Romulus

Faunus Lupercus était le dieu des troupeaux, on le vénérait et invoquait sa protection contre les attaques de loups, il était particulièrement célébré pendant les Lupercales.

Dans la mythologie romaine il était également le symbole de Mars, dieu de la guerre. Chez les Sabins, peuple qui a fortement influencé la culture romaine, Mars (ou plus exactement Quirinus) était un dieu-loup ce qui a sans doute joué un rôle dans l'adoption du loup comme animal emblématique de Rome.

La Louve était et est toujours l'emblème de Rome, symbole de fécondité et de protection. Les jumeaux Romulus et Remus abandonnés au bord du Tibre furent recueillis, nourris et élevés par une louve, celle-ci devient donc l'emblème de la ville et sera par la suite vénérée par tous les citoyens de l'Empire. Le loup est à la fois le symbole du père Mars et de la mère nourricière du premier roi de Rome.

À Rome toujours, de la graisse de loup frottée sur la porte de la maison des nouveaux époux leur portait bonheur.

Il est également à noter que les prostituées romaines était appelées lupa : « les louves », terme qui donnera le mot lupanar désignant une « maison close ».

Les Daces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion des Daces.
La Dacie romaine

Les Daces[17] se nommaient les loups ou ceux qui sont semblables aux loups.

Ils se considéraient descendants des loups comme les Étrusques. Le dieu loup est celui qui guide l’âme des morts vers l’autre monde[18].

Selon Maria Runcanu, ethnologue du Musée ethnographique de Comanesti, dans l’Est de la Roumanie: La stabilité de son comportement reproducteur, la férocité avec laquelle il procure sa nourriture, sa dignité [...] tous ces traits ont fait du loup, pendant l’Antiquité, une vraie divinité.

Croyances slaves[modifier | modifier le code]

Le loup fascinait les peuplades slaves, comme en témoignent de nombreux contes anciens. Les slaves sont issus des peuples germaniques et baltes. On lui prêtait la faculté de se métamorphoser selon les circonstances et il jouait ainsi un rôle d'initiateur.

Les Lutices, peuple slave se disaient descendants des loups. Lutices signifie "les loups".

Croyances judéo-chrétiennes[modifier | modifier le code]

Neuw Jag vnnd Weyderwerck Buch, Francfort 1582

Chez les Hébreux, les loups étaient une manifestation concrète de la toute-puissance divine. Selon les textes bibliques, Dieu aurait créé les fauves qui peuplent la terre dans le but de punir les hommes qui seraient coupables d'impiété : aux habitants de Jérusalem qui avaient refusé de se convertir, il aurait envoyé "le loup du désert" pour les ravager.

Plus tard, l'église chrétienne tenta de reprendre cette explication. Cependant pour les habitants des campagnes dans une Europe en pleine expansion démographique et en phase de défrichement massif, le loup passait plutôt pour un envoyé du Diable, et comme il était un des symboles du paganisme, les autorités religieuses de l'époque se mirent donc à le diaboliser et à prôner son extermination.

Cependant St François d'Assise considère Frère Loup comme un semblable tandis qu'à l'époque contemporaine le scoutisme européen qu'il soit ou non de spiritualité chrétienne est très favorable au loup et au louveteau.

Contexte[modifier | modifier le code]

Grâce aux progrès de l'agriculture, l'homme étendait toujours ses terres cultivables et ses cheptels au détriment des espaces forestiers. La féodalité et la chasse de loisir diminua le gibier, les loups commencèrent donc à s'attaquer davantage aux troupeaux de moutons qui constituent une proie facile en période de manque de nourriture.

Le loup en temps normal n'attaque pas l'homme, en effet, même affamé, il craint l'humain, surtout s'il est face à lui en position debout. Face à l'homme le loup s'éloigne ou s'enfuit.

Toutefois, les loups du Moyen Âge suivaient les hommes lorsqu'ils se promenaient la nuit hors des villages mais ils restaient toujours à distance. Sans doute faisaient-il cela pour se nourrir, pensant l'homme en train de chasser et qu'ils pourraient récupérer des restes de gibier. Ces récits de loups qui suivent au loin les hommes parfois seuls sur des dizaines de kilomètres accentuèrent le phénomène de peur du loup.

Cependant des attaques de loups envers l'homme sont pour la première fois relatées vers la fin du Moyen Âge à partir de la guerre de Cent ans, ces attaques sont également corrélées avec les épidémies de rage qui expliquent un changement comportemental. À cette époque de famine, le loup se serait mis à dévorer les cadavres laissés derrière elles par les armées. Des loups non enragés mais habitués à la viande humaine auraient ainsi commis des actes de prédation envers des hommes affaiblis. Ces cas de prédation disparaissent vers 1820 en raison de l'absence de charniers à ciel ouvert à partir de cette époque. Il subsistera néanmoins quelques attaques isolées liées aux épidémies de rage, mais dans ce cas la cause (la maladie) est identifiée.

Au XVIIIe siècle, quelques personnes ont pu voir dans la bête qui ensanglantait le Gévaudan, une sorte de punition divine.

Article détaillé : Bête du Gévaudan.

Le loup fut de plus en plus exterminé.

Toutefois, même après la raréfaction et disparition de l'espèce dans de nombreux pays qu'il occupait jadis, l'animal continua à alimenter l'imaginaire des peuples à travers les expressions linguistiques et les contes.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Le loup a inspiré de nombreux noms vernaculaires, toponymes, etc. issus du folklore populaire :

Botanique[modifier | modifier le code]

En botanique, le terme s'applique aux espèces de plantes :

Toponymie[modifier | modifier le code]

En France notamment, la multiplicité des toponymes relatifs au loup, traduit l’importance de celui-ci dans l’Ancienne France, de jadis à naguère. Bien loin de l’exhaustivité, la liste ci-après permet cependant de distinguer divers sentiments à l’égard du loup : crainte, respect, voire vestige d’une antique sacralisation plus ou moins bien récupérée par l’Église…

Communes[modifier | modifier le code]

(En alsacien, « Wolf » signifie « loup ».)

La Rivière-du-Loup est une ville canadienne du Québec.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Dolmens et grottes[modifier | modifier le code]

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • Le Loup, fleuve du département des Alpes-Maritimes (France).
  • Le Loup, rivière du Nebraska (États-Unis).

Architecture[modifier | modifier le code]

En architecture, le terme s'applique à :

escalier saut de loup acier
  • Saut-de-loup, escalier à double accès, destiné au franchissement de murs coupe-feu, murets ou obstacle de faible hauteur.
  • Saut-de-loup, ouverture percée au ras du sol, afin d'éclairer un sous-sol par la lumière naturelle.
  • Saut-du-loup, fossé creusé au bout d’une allée, à l’extrémité d’un parc ou d’un jardin, pour en défendre l’entrée sans borner la vue.

Divers[modifier | modifier le code]

En anthroponymie, Loup ou Lou, parfois rencontré sous forme composée Jean-Loup[19], est un prénom mixte, quoique plus fréquemment porté par des hommes.

Familles nobles de Lupis[20].

En politique, le terme s'applique à une organisation ultranationaliste turque, les Loups gris (Bozkurtlar).

Un loup, est un demi-masque noir, couvrant le pourtour des yeux.

Un loup ou tête de loup, est un balai pourvu d'un long manche permettant, entre autres, d'atteindre les toiles d'araignée.

Loup dans l'art[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

En cinématographie, le terme se retrouve dans de nombreux titres de films, tels que :

court métrage publicitaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

En littérature, le loup est un personnage récurrent, notamment dans :

Musique[modifier | modifier le code]

Un loup (musique) est un défaut musical.

Musée[modifier | modifier le code]

Il existe, en Bretagne, un musée du loup au Cloître-Saint-Thégonnec, commune des Monts d'Arrée en Pays de Cornouaille et également en France le Muséoloups au lieu-dit Les Angins, commune de Tannerre-en-Puisaye dans l'Yonne[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.e-monsite.com/louploup/rubrique-1014153.html La vie des Loups - le loup en détail - la place du loup pour les différentes culture indo-européennes
  2. Ygora - la symbolique du loup en Europe http://www.oldwishes.net/ygora/nav/recits/contes/traditionnels/loups/symbolique.htm
  3. Thomas Stahler - Le mythe du Loup
  4. http://www.vetopsy.fr/histoire/domest_cn.php Domestication du chien à partir de loup
  5. http://donsmaps.com/frenchcavesfr.html Grottes et abris sous roches Français et Espagnols - gravures de loups
  6. Die Wildsäugetiere in der Umwelt des Menschen von Oberkassel bei Bonn und das Domestikationsproblem von Wolfen im Jungpaläolithikum
  7. Studies on Early Dog Remains from Northern Europe - N. Beneke - Journal of archaeological science (J. archaeol. sci.) ISSN 0305-4403 CODEN JASCDU - L'analyse discriminante confirme que les restes de canidés de Mezin, Dobritz-Kniegrotte, Starr Carr et Drigge (Paléolithique Supérieur et Mésolithique) représentent un stade initial de la domestication du loup. Ils se situent entre les loups de Knabstrup et Ertebolle et les chiens de Bonn Oberkassel et Senckenberg
  8. Pierre-Yves Lambert, la langue gauloise, errance 1994.
  9. http://www.rhedae-magazine.com/Bleiz-l-Initiateur_a105.html - Bleiz l'initiateur - Rhedae magazine
  10. http://www.haut-koenigsbourg.net/loups/documents/moyena.htm Loup au Moyen Âge - Site du Haut-Koenigsbourg - château-fort alsacien
  11. http://mythologica.fr/nordique/odin.htm Mythologica - Mythologie Nordique
  12. Histoire du Monde - Fenrir http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=74
  13. Patrice Lajoye, Mythes et légendes scandinaves en Normandie, OREP éditions, Cully, 2011, p. 32.
  14. Le loup gris - Le loup dans la Mythologie http://cybcharlotte.free.fr/mythologie/mythologie.htm
  15. http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/itinera/ebook/etymons.pdf - Étymons grecs et latins du vocabulaire scientifique français
  16. Journal of Indo-European Studies, vol. 8, 1991
  17. Les Daces et les loups - Mircea Eliade
  18. Romania radio International - Le loup, fêtes et traditions
  19. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse, , 675 p. (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 401.
  20. Aubert de La Chenay-Desbois F-A, Dictionnaire de la Noblesse, tome 9, A. Boudet, Paris, 1775. p.115
  21. https://www.youtube.com/watch?v=J4jZ1UFR
  22. Muséoloups

Articles connexes[modifier | modifier le code]