Ours kodiak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ursus arctos middendorffi

L'ours kodiak (Ursus arctos middendorffi) est une sous-espèce de l'ours brun habitant les îles de l'archipel Kodiak en Alaska.

Il est généralement considéré, avec l’ours blanc, comme le plus grand des ours et le plus grand des carnivores terrestres. La longévité de l'ours kodiak est estimée à environ 20 ans, mais elle peut atteindre 30 ans.

Description[modifier | modifier le code]

Ours kodiak ayant attrapé un saumon.

L'ours kodiak est, avec l'ours blanc, le plus grand carnivore terrestre[1].

À l'instar du grizzli avec lequel il présente beaucoup de similitudes, c'est une sous-espèce d'ours brun habitant l'Alaska[2].

Il tire son nom de l'île Kodiak, une des îles du golfe de l'Alaska, mais on en trouve aussi sur la péninsule d'Alaska et sur les îles voisines, comme Afognak et Shuyak. La taille des grands mâles dépasse 3 m de hauteur quand il se lèvent sur leurs deux pattes arrière, 1,50 m au garrot et leur masse peut atteindre 850 kg[3] (près de 500 kg en moyenne), contre 250 à 300 kg en moyenne pour les femelles.

Le record est détenu par un mâle, mort en dans un zoo du Dakota du Nord, qui a pesé 1 090 kg[4]. Comme chez tous les ours bruns, la couleur est très variable d'un individu à l'autre. Certains sont grisâtres, d'autres très foncés, d'autres d'un brun clair tirant sur le jaune. Comme l'ours blanc, la pauvreté de la végétation dans les régions désolées où il vit le rend essentiellement carnivore.

C'est un animal placide et solitaire dont la principale source d'alimentation semble être constituée par les saumons qu'il pêche dans les fleuves et les ruisseaux. Sur l'île Kodiak, il mange ainsi principalement des végétaux et du saumon.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Leur impressionnante corpulence peut s'expliquer par leur alimentation. En effet, ces ours se nourrissent essentiellement de saumons, une espèce riche en protéines et en graisse. Outre son alimentation à base de poissons (saumons, etc.), l'ours kodiak est parfois amené à chasser du plus gros gibier, comme des élans.

Reproduction[modifier | modifier le code]

À la mi-octobre, quand les jours raccourcissent et que les premières bourrasques de neige font leur apparition, la faim du Kodiak diminue. C’est le moment de se protéger de la menace du froid.

Il se met en quête d’un refuge isolé et bien au sec pour y passer l’hiver. La saison de reproduction a lieu en mai et juin. Pour les femelles, entre janvier et février, c’est la mise bas de un à trois oursons (quelquefois quatre ou cinq). À la naissance, ils pèsent environ 500 grammes. La reproduction et l’éducation des petits sont identiques à celles des autres ours bruns. Les femelles sortent de leur tanière avec leurs petits vers le mois de mai. Ceux-ci sont pris en charge par leur mère durant une période de deux à quatre ans[5].

L'ours kodiak et l'homme[modifier | modifier le code]

Femelle kodiak avec trois oursons.

Sur les îles de l’archipel de Kodiak, la population est estimée à un peu plus de 3 500 individus. Grâce à la protection dont elle fait l’objet, la population a sensiblement augmenté ces 20 dernières années. Il y a environ 14 000 personnes qui vivent sur l’archipel. Très peu d’incidents avec les ours ont été rapportés. Un accident mortel a eu lieu en 1999 sur Uganik Island. Un chasseur a été tué en retournant chercher le cervidé qu'il avait abattu[6]. D’une manière générale, les ours kodiak évitent les rencontres avec les hommes. Les principales exceptions à ce comportement arrivent quand l'ours est surpris, menacé, ou attiré par de la nourriture pour humains, des ordures, ou des gibiers tués par des chasseurs. Les ours blessent environ une personne par an aux Îles Kodiak.

Cette sous-espèce est protégée au sein d’un parc national depuis 1941[7]. En dehors du refuge, la chasse est toujours légale mais est très contrôlée et s’étend sur une période très courte. Les ours kodiak attirent de nombreux touristes, ce qui est une raison supplémentaire pour les protéger.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Ours kodiak

L'ours kodiak est considéré par les peuples nordiques comme le roi des animaux. Il a également impressionné de nombreux hommes blancs (trappeurs et voyageurs) lors de sa découvertes[8].

Les Amérindiens le vénéraient pour sa puissance et sa force légendaires. Cet ours est important pour la culture Alutiiq, tribu indienne de l'ethnie Yupiks installées sur l'île Kodiak. Son nom local est Taquka’aq, signifiant tout simplement « ours »[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site futura-sciences.com, page sur l'ours Kodiak, consulté le 29 avril 2020.
  2. Site zoo-la-fleche.com, page sur l'ours grizzli, consulté le 29 avril 2020
  3. l'Ours Kodiak.
  4. Site le matin.ch, article "Jim, Susan et Leurs énormes ours", consulté le 29 avril 2020
  5. Site http://www.ursides.com, page sur l'ours kodiak, consulté le 29 avril 2020.
  6. Site dinosoria.com, page sur l'ours Kodiak, consulté le 29 avril 2020
  7. (en) « Mammals », sur U.S. Fish and Wildlife Service (consulté le 17 janvier 2012)
  8. Google Livre, "Événement et roman: Une relation critique" de Marc Courtieu, pages 167 et 168, consulté le 29 avril 2020.
  9. « Bear », Alutiiq Museum, (consulté le 21 juillet 2017)
  10. « Kodiak Alutiiq Language Level I & II Teaching Resource Workbook », Native Village of Afognak, (consulté le 21 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :