Chasse à l'ours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la chasse
Cet article est une ébauche concernant la chasse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un chasseur attaquant un ours brun.

La chasse à l'ours est un type de chasse que l'on rencontrait autrefois dans de nombreuses sociétés d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie. En Europe, elle fut longtemps encouragée par l'Église catholique romaine, qui voyait en l'ours brun un rival du Christ à éradiquer des forêts[1].

En France[modifier | modifier le code]

La tradition de la chasse à l'ours est très ancienne en France. Au Moyen-Age, Gaston Phoebus, seigneur du Comté de Foix et de Béarn, auteur d'un célèbre ouvrage sur la chasse, serait mort au retour d'une chasse à l'ours.

Dans les Pyrénées[modifier | modifier le code]

Animal mythique, père d'un personnage légendaire, Jean de l'Ours, il vit dans les montagnes profondes difficiles d'accès. Sa proximité avec les troupeaux en estive, voire les villages isolés, a entrainé les hommes à le chasser le plus souvent sous forme de battue. A cette occasion, les participants font un tohu-bohu avec force pétards, fusils, chiens et bruits divers. L'animal délogé est attendu par des chasseurs armés de fusils placés à des endroits stratégiques. Au XIXe siècle, rapporter sa dépouille dans la vallée est une fête au cours de laquelle les gens donnent une pièce au chasseur qui ramène sa peau, en remerciement du service rendu. Cependant, la vente d'une peau d'ours est encore plus rémunératrice.

Il existe aussi la chasse aux ourses suitées. Le métier de montreur d'ours étant assez rémunérateur dans ces régions où le travail est rare, les chasseurs suivent une mère et tente de la tuer pour récupérer les petits et les dompter. Cette chasse extrêmement dangereuse a eu pour conséquences de nombreuses morts de chasseurs; certains espérant récupérer les petits dans leur abri lorsque la mère est sortie. Celle-ci n'étant jamais loin, les accidents furent nombreux.

Les chasseurs d'ours sont très réputées et des articles élogieux, souvent romancés, racontent leurs exploits. Les riches notables qui découvrent le thermalisme dans les Pyrénées louent leurs services pour des battues ou des courses en montagne[2].

En France, la dernière battue « officielle » eut lieu en août 1963 dans les Basses-Pyrénées, aujourd'hui Pyrénées-Atlantiques[3]. L'ours fut réintroduit en 1996 dans les Pyrénées[4]

Dans les Alpes[modifier | modifier le code]

L'ours, peu abondant dans les Alpes, y fut chassé jusqu'à la fin du XIXe siècle, et disparut en 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Ours. Histoire d'un roi déchu, Michel Pastoureau, Éditions du Seuil, ISBN 978-2020215428.
  2. Jacques Luquet, La chasse dans le Sud-Ouest autrefois, Sud-Ouest,‎ , 189 p. (ISBN 9782817703060)
  3. René Arripe, Les dernières chasses à l'ours dans les Basses-Pyrénées, Laruns, 1998
  4. Voir Réintroduction de l'ours dans les Pyrénées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]