Ursule de Cologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sainte Ursule)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Ursule (homonymie).
Ursule de Cologne
Image illustrative de l'article Ursule de Cologne
Statue dans l'église Sainte-Ursule, à Cologne, en Allemagne
Décès 383 ? 
Cologne
Fête 21 octobre
Saint patron Cologne
Retable du peintre anonyme...

Sainte Ursule (fête le 21 octobre) est au centre de la tradition chrétienne des onze mille vierges, née au IXe siècle, puis transformée et amplifiée au XIIIe siècle après la découverte d'une pierre tombale, dans une petite chapelle de Cologne, attribuée ultérieurement à une certaine Ursula, une fillette de huit ans.

Étymologiquement, Ursule est un diminutif du latin ursus qui veut dire « ours » (Ursule signifiant donc « petite ourse »).

Légende de sainte Ursule[modifier | modifier le code]

Plusieurs variantes ont été proposées concernant un personnage historique qui aurait pu être à l'origine de la légende de sainte Ursule. Trois de ces récits situent sa vie et son martyre respectivement au IIIe siècle, IVe siècle et Ve siècle[1]. Une source à la légende peut être trouvée dans l'Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth ou dans un texte d'Usuard, repris dans Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée ... de Louis Moreri, Claude-Pierre Goujet et Étienne François Drouet dans sa version de 1759[2] : Ursule, fille de Dionotus (ou Donatus - Dionor), Gouverneur Romain de la Demetia et Domnonée britannique (comprenant Cornouailles et Devon) aurait été choisie , dans un échange d'alliance avec les Bretons, par l'empereur Maxime (Macsen Wledig en gallois) comme épouse de Conan Mériadec, tribunus prolegato de la XX Valeria, Dux Armoricana Nevernii. Dans ce texte, la mort d'Ursule se situe en 383. Mais l'historicité d'Ursule n'est pas assurée[1].

La formation de la légende des onze mille vierges s'est réalisée en plusieurs étapes : au début du Ve siècle une basilique funéraire est reconstruite à Cologne, sur les tombes de martyres, massacrées par une armée de Huns en 383. Au IXe siècle une inscription abrégée XI.M.V., qu'on doit traduire par « onze vierges martyres » fut lue de façon fautive en « onze mille vierges », et on y ajouta un nom lu sur une inscription funéraire voisine, Ursula, une enfant de huit ans. En 1106, des fouilles dans le cimetière qui entourait l'église mirent au jour de nombreux restes humains, aussitôt qualifiés de reliques, qui justifièrent le nombre de ces vierges. Sur ces bases se développa la légende[3].

Il en existe plusieurs versions entremêlées. Telle qu'elle est synthétisée par la croyance populaire, notamment rapportée par Jacques de Voragine entre 1261 et 1266 dans La Légende dorée, il s'agirait d'une princesse bretonne des Cornouailles du IIIe siècle (ou IVe siècle) qui aurait accompli, pour fuir son prétendant, un pèlerinage de trois ans auprès de saint Cyriaque de Rome. À son retour, elle aurait été capturée par les Huns et aurait refusé d'épouser leur chef Uldin (ou son petit-fils Attila ?), et donc d'abjurer sa foi. Elle est massacrée, criblée de flèches par les Huns qui assiégeaient Cologne, ainsi que ses suivantes vierges, au nombre de onze mille.

Le Dictionnaire de l’argot des typographes de 1883 donne une autre version[4] :

« On prétend que la légende de sainte Ursule et des onze mille vierges, ses compagnes, est due, comme Vénus sortant des ondes, à cette coquille d’un traducteur. Le texte latin portait que sainte Ursule et sa compagne Undecimille avaient été martyrisées le même jour. Le traducteur, étonné de rencontrer le nom Undecimille, excessivement rare, supposa que le texte était altéré et qu’il fallait lire undecim millia c’est-à-dire onze mille.

Voilà pourtant comme se font les légendes ! »

Postérité de la légende[modifier | modifier le code]

Le Martyre de sainte Ursule, art allemand du XVIe siècle

L’importance donnée à cette légende dans la chrétienté du Moyen Âge explique les onze flammes ornant le blason de la ville de Cologne, dont sainte Ursule est la sainte patronne. Ses reliques sont vénérées dans la basilique qui porte son nom. Au XIIIe siècle, la Sorbonne l’adopta comme patronne, imitée en cela par l’université de Coimbra au Portugal et celle de Vienne en Autriche. Elle est aussi la patronne des drapiers, son manteau ayant été considéré comme miraculeux. Elle est l’objet d’une iconographie importante et a notamment inspiré le peintre Carpaccio.

Sainte Ursule est également connue pour sa vertu. Elle fut longtemps invoquée en temps de guerre pour obtenir une bonne mort, un bon mariage, mais aussi comme protectrice des jeunes filles. À ce titre, elle est la sainte protectrice de l’ordre des Ursulines qui inspira sainte Ursule Ledochowska, canonisée le 18 mai 2003, connue pour avoir fondé la congrégation des « Ursulines du cœur de Jésus agonisant » (ou « Ursulines grises ») au début du XXe siècle.

La légende des onze mille vierges inspira les noms donnés à l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon (anciennement dénommé « archipel des onze mille Vierges »), aux îles Vierges des Caraïbes : îles Vierges britanniques et îles Vierges américaines, ainsi qu'au cap des Vierges, à l'embouchure orientale du détroit de Magellan.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Les représentations prennent souvent la forme de cycles narratifs montrant de nombreux épisodes de son histoire. Les attributs de sainte Ursule sont la couronne, les flèches, un bateau, un groupe de pèlerins. Elle est souvent représentée avec un ample manteau sous lequel elle protège ses compagnes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Albert Poncelet, « St. Ursula and the Eleven Thousand Virgins », dans The Catholic Encyclopedia, vol. 15, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne)
  2. Entrée « Ursule » dans Le grand dictionnaire historique numérisé sur Gallica.
  3. Michel Rouche, Attila, la violence nomade, 2009, Fayard, (ISBN 2-07-030903-7), p. 372-373.
  4. (fr) Dictionnaire de l'argot des typographes 1883 suivi d’un choix de coquilles typographiques célèbres et curieuses, par Eugène Boutmy, correcteur d'imprimerie, Flammarion et Marpon, Paris, 1883, Texte intégral sur Wikisource.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :