Hivernation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la zoologie
Cet article est une ébauche concernant la zoologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le terme « hivernation » (ou « hivernement », au Québec) est parfois employé pour désigner la somnolence hivernale chez certains animaux.
Il ne doit pas être confondu avec hibernation ou hivernage.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Entrecoupée de nombreux réveils et accompagnée d’une hypothermie modérée, l'hivernation n’entraîne pas une interruption de toutes les activités physiologiques. Ainsi, l’ours donne naissance aux petits pendant l’hiver. Les organes vitaux restent à une température normale pour réagir en cas de danger.

Elle se distingue de l'hibernation, qui implique une véritable léthargie et une diminution profonde de la température de l’animal.

Espèces concernées[modifier | modifier le code]

Certains carnivores comme l’ours et le blaireau hivernent durant la mauvaise saison.

Il existe également des exemples d'hivernation chez les insectes tels que le bourdon terrestre (Bombus terrestris). Ce bourdon butine en hiver avec des températures proches de 0°C s'il y a du soleil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]