Iphigénie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iphigénie (homonymie) et Iphianassa.
Oreste et Iphigénie, mosaïque romaine, IIe-IIIe siècle, Musées capitolins (Rome)

Dans la mythologie grecque, Iphigénie [en grec ancien Ἰφιγένεια / Iphigéneia, composé de l'adverbe ἶφι (avec force, avec courage), et de γένος (naissance, origine)], ou Iphianassa chez Homère (Ἰφιάνασσα / Iphiánassa), est la fille d'Agamemnon et de Clytemnestre, et la sœur d'Oreste, d'Électre et de Chrysothémis, donc soumise au joug de la malédiction des Atrides. Selon une autre légende, elle serait la fille de Thésée et d'Hélène confiée par sa mère à Clytemnestre pour paraître vierge à son mari, Ménélas.

Hypostase d'Artémis, la légende d'Iphigénie comme son culte sont étroitement liés à la déesse « maîtresse des animaux sauvages »[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les composés (W)iphi- ont toujours un sens instrumental « par (la) force », « de force ». Il faudrait interpréter son nom comme signifiant « né de la force ». Le rapport avec l'enfantement se basant sur l'homologie entre la naissance et la production du feu par frottement: « le feu nouveau est assimilé à un enfant nouveau-né ». Iphigénie serait ainsi un ancien Feu divin féminin. La forme Iphianassa n'est probablement qu'une substitution, les auteurs ultérieurs remettant en honneur la forme Iphigéneia abandonnée en raison de son étrangeté[2].

Liens avec Artémis et culte[modifier | modifier le code]

Iphigénie est originellement une déesse, hypostase d'Artémis[3]. Pausanias signale à Corinthe l'existence d'un sanctuaire d'Artémis surnommé Iphigénie. Il mentionne à Égira en Achaïe une très ancienne représentation d'Iphigénie dans le temple d'Artémis[4].

Si on considère qu'Iphigénie est le nom originel d'Artémis, on peut interpréter la légende de sa naissance. L'accouchement de Léto qui dure neuf jours justifie son nom[5].

Le tissage des femmes mortes en couches était offert à Iphigénie alors qu'Artémis recevait les vêtements de la survivante[5].

Mythe[modifier | modifier le code]

Agamemnon a été désigné par la coalition des rois grecs pour diriger les troupes grecques contre la ville de Troie. En effet, Ménélas, frère d'Agamemnon, a contraint tous les rois grecs à honorer un serment et donc à l'aider à reprendre son épouse, Hélène enlevée par Pâris, fils du roi de Troie. Lorsque Agamemnon tente de lancer la flotte grecque réunie à Aulis vers les côtes de Troie, les vents restent défavorables. Calchas le devin révèle alors qu'une offense commise par Agamemnon contre Artémis en est la cause et que seule la mort de sa fille Iphigénie apaisera la colère de la déesse. Agamemnon refuse d'abord le sacrifice, mais poussé par Ménélas et Ulysse, il s'y résigne.

Agamemnon invente alors un stratagème afin d'attirer Iphigénie à Aulis : on fait dire à Clytemnestre qu'Achille refuserait de partir si on ne lui accordait pas la main d'Iphigénie. Une fois arrivées au camp achéen, Clytemnestre et Iphigénie finissent par apprendre le funeste destin qui lui est réservé. Consciente, toutefois, de la nécessité du sacrifice vis-à-vis de la Grèce, Iphigénie accepte de mourir. Au moment du sacrifice, Artémis l'aurait, suivant certains écrits, remplacée in extremis par une biche, afin de la préserver de la folie des hommes, et en aurait fait la prêtresse de son temple en Tauride. Selon Racine, elle aurait été remplacée par Ériphile, fille d'Hélène et de Thésée sur un décret de Calchas qui aurait désigné cette dernière comme étant "Un autre sang d' Hélène, une autre Iphigénie" (vers n° 1749). Clytemnestre, contrairement à sa fille, ne pardonnera pas Agamemnon et se vengera en le tuant au retour de la guerre de Troie. Selon une autre version, Agamemnon fut assassiné par Égisthe, l'amant de sa femme Clytemnestre, avec l'aide de celle-ci : crime qui sera vengé par Oreste, leur fils, d'après l'oracle d'Apollon. Plus tard, le matricide sera pardonné par les Athéniens.

En Tauride, après son sacrifice manqué, Iphigénie est prêtresse d'Artémis (Artemis Tauropolos) et a pour fonction de sacrifier tous les étrangers qui abordent la région. Bien des années plus tard, Oreste, frère d'Iphigénie qu'elle croit mort, et son ami Pylade abordent la Tauride. Ils obéissent ainsi à l'oracle de Delphes qui leur a ordonné d'emporter la statue d'Artémis. Iphigénie les reconnaît et les aide à s'échapper avec la statue. Poursuivis, ils sont aidés par la déesse Athéna et finalement retournent tous les trois en Grèce. Aujourd'hui on peut voir près de Vravrona (antique Brauron) le "tombeau" d'Iphigénie (du moins les ruines d'un sanctuaire qui lui était dédié) au nord-est d'Athènes. Elle y aurait fini ses jours en déesse protectrice des jeunes filles (rituels des "Ourses", aktoi).

Elle obtient, selon Hésiode, le surnom d'Hécate après sa mort[réf. nécessaire].

Interprétations[modifier | modifier le code]

Pour Jean Haudry, il convient d'inverser la chronologie des deux parties principales de sa légende. Iphigénie en Tauride, prêtresse d'Artémis, devait précéder Iphigénie en Aulide, fille d'Agamemnon. Il explique le rôle de prêtre ou prêtresse attribué à un ancien Feu en raison de sa fonction de « convoyeur » des offrandes. Selon Euripide, elle pratique « le feu sacré brûlant dans l'abîme rocheux »[5].

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jouan, F., "Le Rassemblement d'Aulis et le Sacrifice d'Iphigénie", In: Euripide et les Légendes des Chants Cypriens, Les Belles Lettres, Pris, pp.73–75, 1966
  • Kahil, L., "Le sacrifice d'Iphigénie", In: Mélanges de l'École française de Rome, Antiquité, Rome, v. 103 pp.183–96, 1991
  • (en) Lloyd-Jones, H., "Artemis and Iphigenia", Journal of Hellenic Studies, 103, pp. 87–102, 1983
  • Séchen, L., "Le Sacrifice d'Iphigénie", Revue des Études Grecques, Paris, pp. 368–426, 1931

Références[modifier | modifier le code]

  1. Iliade, 21, 470
  2. Jean Haudry, Le feu dans la tradition indo-européenne, Archè, Milan, 2016 (ISBN 978-8872523438), p.500-501
  3. Euripide, Iphigénie en Tauride, Traduit et commenté par Henri Grégoire, p.88
  4. Jean Haudry, 2016, p.500
  5. a, b et c Jean Haudry, 2016, p.501

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :