Innus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Innus
Description de cette image, également commentée ci-après

Populations importantes par région
Drapeau du Québec Québec 25 275
Drapeau de Terre-Neuve-et-Labrador Terre-Neuve-et-Labrador 2 480
Population totale 27 755 (2016)
Autres
Régions d’origine Nitassinan
(Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord (Québec)
ainsi que la péninsule du Labrador)
Langues Innu-aimun
Religions Mushuau Innu
Ethnies liées Peuples algonquiens

Les Innus ou Ilnus (anciennement appelés Montagnais), sont un peuple autochtone d'Amérique du Nord, originaires de l’est de la péninsule du Québec-Labrador, plus précisément des régions de la Côte-Nord et du Saguenay–Lac-Saint-Jean au Québec ainsi que de la région du Labrador à Terre-Neuve-et-Labrador[1]. Les Innus désignent leur territoire ancestral sous le nom de Nitassinan.

Le terme Innu provient de leur langue, l’innu-aimun, et signifie « être humain »[2]. Ce nom fut officiellement adopté en 1990 remplaçant le terme Montagnais donné par les premiers explorateurs français.

En 2016, on estimait leur nombre à plus de 27 755, dont plus de 25 275 au Québec répartis dans 11 bandes et plus de 2 480 au Labrador répartis dans deux bandes.

En 2021, au Québec, la population innue est estimée à 20 000 personnes établies sur la Côte-Nord, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et à Schefferville.

Innu, Montagnais ou Naskapis[modifier | modifier le code]

Au Québec, le peuple innu est parfois divisé en deux communautés :

  • les Montagnais du Saguenay et de la Côte-Nord ;
  • les Naskapis, signataires de la Convention du Nord-Est du Québec, traité qui crée un régime politique distinct pour ses signataires. Le peuple naskapi, bien que culturellement très près des Innus (Montagnais), est désigné comme peuple à part entière.

Les premiers missionnaires ayant rencontré les Innus de la Côte-Nord les ont appelés « Montagnais » qui désigne l'habitant des montagnes. Par contre, ceux vivant dans la région de la toundra étaient appelés Naskapis qui signifie « païen ». Au 20e siècle, les anthropologues ont rassemblé les deux termes, créant ainsi Montagnais-Naskapi, puisqu'ils considéraient que les deux peuples avaient une même culture[3].

Aujourd'hui, on considère les Naskapis et les Innus comme étant deux peuples autochtones distincts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Innus sont un des peuples Algonquiens du Nord avec les Attikameks, et les Cris, qui occupent le reste de la zone subarctique de Québec.

Il y a environ 7 000 ans, le réchauffement de l’Amérique du Nord qui entraîne la fonte des glaces amène les Innus à s’installer un peu partout sur la Côte-Nord du Québec et sur le territoire du Labrador. Leur premier contact avec une autre nation se fait avec les Inuit du Grand Nord qui chassaient la baleine migrant vers le Sud en raison de la fonte des glaces. Les Innus et les Inuit, pendant que ces derniers résident sur le même territoire durant quelques centaines d’années, partagent cultures et coutumes par des raids. Le combat le plus mémorable se passe en 1640 sur l’Île aux Esquimaux en Basse-Côte-Nord[4].

Puis, les premiers Européens entrent en contact avec les Innus vers l’an 1000. Leurs premiers échanges sont des produits locaux (la nourriture, les médicaments, les fourrures, etc.) contre des objets de métal que les Innus ne peuvent pas produire eux-mêmes[4].

La carte de Skálholt (1570).
Territoires traditionnels innus : Naskapi en jaune et Montagnais en rouge
Des Innus fabricant un canoë près de Sheshatshiu vers 1920.

Les Norses (en), ou Vikings, dans la Grœnlendinga saga (1002-1003) nomment Skræling toutes les populations autochtones rencontrées dans la Péninsule du Québec-Labrador, et Markland leur territoire (Nitassinan), situé au sud du Helluland et au nord du Vinland.

En 1814 apparaissent l’Acte des Sauvages et les fondements de la politique d’assimilation. Comme partout sur le territoire, les missionnaires français arrivent sur la Côte-Nord afin d’assimiler les Innus[5]. Ils changent leur nom, leur enseigne la religion catholique et leur apprend le français. La culture autochtone est condamnée par les missionnaires[6].

Les Innus du Labrador, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord n'ont jamais officiellement cédé leur territoire au Canada par voie d'un traité autochtone, et jusqu'en 2002, les Innus des villages de Natuashish et Sheshatshiu du Labrador n'étaient pas assujettis à la loi sur les Indiens.

Avec l'expansion de l'exploitation minière et forestière depuis le début du XXe siècle, une proportion de plus en plus grande des Innus s'établissaient dans des villages au long des côtes et dans l'intérieur des terres. La sédentarisation des Innus était aussi activement encouragée par les gouvernements du Canada, du Québec et de Terre-Neuve et par les Églises catholique et anglicane, ce qui a mis définitivement fin à leur nomadisme.

Les Innus commencent le travail salarié lors de la construction du chemin de fer Québec North Shore et Labrador qui a été bâti entre les villes de Sept-Îles et de Schefferville. Comme la majorité de leur temps est consacré au travail et que ce dernier se retrouve à un endroit fixe, les Innus salariés cessent de parcourir de longues distances pour la chasse. Ils se contentent de chasser près du chemin de fer[7].

Avec le déclin des activités traditionnelles (la chasse, le piégeage et la pêche), la vie dans ces nouveaux villages fut souvent troublée par la toxicomanie, la violence familiale et le suicide.

Kawawachikamach, Québec[modifier | modifier le code]

La nation naskapie de Kawawachikamach est la seule communauté naskapie qui ait signé un traité sur ses revendications territoriales, la Convention du Nord-Est du Québec de 1978. Depuis cette date, les Naskapis de Kawawachikamach ne sont plus assujettis à la Loi sur les Indiens, comme le sont toutes les autres communautés innues du Québec.

Innus du Labrador[modifier | modifier le code]

En 1999, l'organisme Survival International a publié une étude sur les conditions de vie dans les deux communautés innues du Labrador et sur les politiques gouvernementales favorisant leur localisation dans des villages éloignés de leurs terres de chasse traditionnelles. Survival International affirmait que ces politiques violaient le droit international et se comparaient au traitement infligé aux Tibétains par les autorités de la République populaire de Chine. De 1990 à 1997, selon ce rapport, la communauté innue de Davis Inlet au Labrador, affichait un taux de suicide douze fois plus élevé que celui de la population canadienne, donc au moins trois fois plus élevé que le taux observé dans plusieurs villages nordiques isolés du Canada.

Cette situation a amené le gouvernement canadien à allouer le statut d'indien aux Innus du Labrador en 2002, à allouer le statut de réserve indienne à la communauté de Natuashish en 2003 et à déménager et les Innus Mushuan (de Davis Inlet) dans la nouvelle réserve de Sheshatshiu en 2006.

Culture[modifier | modifier le code]

Panneau routier « attachez vos enfants » en langue innu, dans la réserve de Pointe-Parent à Natashquan, Québec.

Les connaissances sur la culture innue ont commencé à se diffuser largement auprès des francophones du Québec avec des ouvrages comme ceux d'An Antane Kapesh et, plus tard, par les écrits d'anthropologues et d'ethnologues comme José Mailhot, Rémi Savard, Serge Bouchard et Sylvie Vincent.

L’institut Tshakapesh, le musée Shaputan et celui de Mashteuiatsh sont reconnus pour le partage et la transmission de la culture innue[8].

Mode de vie traditionnel[modifier | modifier le code]

Les innus abordent un mode de vie traditionnellement nomade, à la recherche du meilleur territoire de chasse. Ils doivent parfois se déplacer d'une région à l'autre pour suivre le mouvement du gibier, à cause des feux de forêt et des changements climatiques[9]. Ce peuple nommait leur territoire selon leurs déplacements, donc pour reconnaitre certains territoires innus, il suffit de connaître le nom d’une rivière, d’un lac ou d'un lieu de portage nommés par ce peuple nomade[10].

Les moyens de transport privilégiés des Innus sont les raquettes et le toboggan en hiver tandis qu'ils préfèrent se déplacer en canaux d'écorces de bouleau en été[3].

Plusieurs objets symboliques font partie du paysage culturel innu, dont le Teueikan, le mocassin, le canot, le toboggan et les raquettes[11]. Tous les objets traditionnels sont fabriqués de façon artisanale avec les ressources de leur territoire, comme la peau d'animaux, le bois et la pierre.

Le Teueikan, un tambour sacré, sert entre autres à la chasse au caribou et à la communication avec les esprits. C’est un objet dit dangereux, précieux et respecté pour lequel l’utilisation requiert une personne qui en a rêvé à trois reprises. Il est légué à l’aîné de la famille, qui se doit de respecter, lui aussi, les mêmes conditions oniriques qu’au précédent propriétaire. Les animaux chassés sont honorés lors des cérémonies performées à l’aide du tambour[11].

Culture moderne[modifier | modifier le code]

On peut mentionner le Festival Innu Nikamu de Maliotenam (Mani Utenam en innu-aimun: le village de Marie) dont la vocation est de transmettre aux enfants la mémoire de la Culture innue; ainsi que le festival annuel d'Innucadie, à Natashquan.

La littérature innue est représentée nationalement et internationalement par les poétesses Joséphine Bacon, Natasha Kanapé Fontaine et Rita Mestokosho.

La musique est défendue par plusieurs groupes et musiciens innus, notamment Shauit, Florent Vollant et Claude McKenzie du groupe Kashtin populaire durant les années 1990. On mentionnera également Jean-Marc Picard et Petapan de Pessamit, le Groupe Maten de Mani-Utenam, Meshikamau de Sheshatshit (North West rivers), Bobby Couture de Uashat (Sept-îles), Francois Jerome de Mani-Utenam, Teueikan de Unamen-shipu (La Romaine), Uasheshkun, Innutin de Ekuanitshit (Mingan), William-Mathieu Mark de (La Romaine), Jennifer Bellefleur de (La Romaine), James Nuna de (Sheshatshit), Pearl Nuna de (Sheshatshit), Laurent Mark de (La Romaine), Mike Paul Kuekuatsheu de (Mashteuiatsh) et George Nuna de (Sheshatshit). Voir aussi Innu Folk.

Population[modifier | modifier le code]

Villages innus du Québec et du Labrador.
Population des Innus (Montagnais) du Québec en [12]
Communauté Municipalité Total Résidents Non-résidents
Pessamit Pessamit (réserve indienne dans la MRC Manicouagan, Côte-Nord) 3 925 2 893 1 032
Essipit Les Escoumins 774 514 260
Unamen Shipi La Romaine 1 161 1 116 45
Mashteuiatsh Pointe-Bleue 6 704 2 085 4 447
Matimekosh Schefferville 964 847 117
Ekuantshit Mingan 662 * *
Nutashkuan Natashquan 1 097 1 003 94
Pakuashipi Saint-Augustin 363 * *
Uashat Mak Mani-Utenam Sept-Îles/Moisie 4 532 3 506 1 026
Innus Total 19 955 12 616 7 339
Numéro Nom officiel de la bande[13] Siège Population inscrite
()
85 Bande des Innus de Pessamit Pessamit 3 950[14]
80 Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam Sept-Îles 4 608[15]
86 Innue Essipit Essipit 743[16]
87 Nation innue de Matimekush-Lac John Schefferville 985[17]
76 Montagnais du Lac Saint-Jean Mashteuiatsh 6 612[18]
Numéro Nom officiel de la bande[13] Siège Population inscrite
()
82 Innus d'Ekuanitshit Ekuanitshit 634[19]
83 Montagnais de Natashquan Nutashkuan 1 118[20]
88 Montagnais de Pakua Shipi Saint-Augustin 371[21]
84 Montagnais d'Unamen Shipu La Romaine 1 179[22]

Au total, les communautés innues du Canada comptent plus de 22 000 membres en 2016.

Personnalités innues[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Naomi Fontaine (1987-), Kuessipan (2011), Manikanetish (2017)
  • Michel Jean, Kukum (2019), vie romancée d'Almanda Siméon, innue, arrière-grand-mère de l'auteur
  • An Antane Kapesh (1926-2004), Je suis une maudite sauvagesse (1976), Qu'as-tu fait de mon pays? (1979)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tipatshimuna : Les Innus et leur territoire », sur www.tipatshimuna.ca (consulté le ).
  2. Rémi Savard, La forêt vive : récits fondateurs du peuple innu, Montréal (Québec), Boréal, , 218 p. (ISBN 2-7646-0327-4 et 9782764603277, OCLC 56531996, lire en ligne), p.20-21.
  3. a et b « La culture des Innus », sur www.heritage.nf.ca (consulté le )
  4. a et b « Point de vue innu : Histoire | Histoire | Culture | Nametau innu : mémoire et connaissance du Nitassinan », sur www.nametauinnu.ca (consulté le )
  5. « Point de vue innu : L’Acte des Sauvages | Histoire | Culture | Nametau innu : mémoire et connaissance du Nitassinan », sur www.nametauinnu.ca (consulté le )
  6. « Point de vue innu : Missionnaires | Histoire | Culture | Nametau innu : mémoire et connaissance du Nitassinan », sur www.nametauinnu.ca (consulté le )
  7. Jean-Sébastien Boutet, « Développement ferrifère et mondes autochtones au Québec subarctique, 1954-1983 », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 40, no 3,‎ , p. 35–52 (ISSN 0318-4137 et 1923-5151, DOI 10.7202/1009367ar, lire en ligne, consulté le )
  8. « Innus (Montagnais) », sur www.quebec.ca (consulté le )
  9. « La culture des Innus », sur www.heritage.nf.ca,
  10. ICI Radio-Canada- Radio-Canada.ca, « Innu: Une langue, un peuple | Radio-Canada.ca », sur Radio-Canada (consulté le )
  11. a et b « Culture Innue », sur Conseil des innus de Pessamit (consulté le )
  12. http://www.autochtones.gouv.qc.ca/nations/population.htm
  13. a b c et d « Détails sur le Conseil tribal », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  14. « Population inscrite (Bande des Innus de Pessamit) », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  15. « Population inscrite (Innu Takuaikan Uashat Mak Mani-Utenam) », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  16. « Population inscrite (Innue Essipit) », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  17. « Population inscrite (La Nation Innu Matimekush-Lac John) », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  18. « Population inscrite (Montagnais du Lac St-Jean) », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  19. « Les Innus de Ekuanitshit : population inscrite », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  20. « Montagnais de Natashquan », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  21. « Montagnais de Pakua Shipi : population inscrite », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).
  22. « Montagnais de Unamen Shipu : population inscrite », sur Affaires autochtones et du Nord Canada (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Wikipédia en innu-aimun dans l'Incubateur de Wikimedia.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Dorothy K. Burnham, To Please the Caribou : Painted Caribou-Skin Coats Worn by the Naskapi, Montagnais, and Cree Hunters of the Québec-Labrador Peninsula, Toronto, Royal Ontario Museum, .
  • José Mailhot, Au pays des Innus : les gens de Sheshashit, Montréal, RAQ,
  • (en) Jose Mailhot, The People of Sheshatshit, Saint-Jean de Terre-Neuve, ISER, .
  • (en) Lucien M. Turner, Ethnology of the Ungave District, Hudson Bay Terriroty, Montréal, McGill-Queen's University Press, .
  • (en) Marie Wadden, Nitassinan : The Struggle to Reclaim Their Homeland, Toronto, Douglas & McIntyre,
  • (en) Nymphia Byrnc et Camille Fouillard, It's Like the Legend : Innu Women's Voices, Charlottetown (ÎPÉ), Gynergy Books, .
  • Madeleine Lefebvre, Tshakapesh : récits montagnais-naskapi, .

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Anne Doran, « Territoire et sacré chez les Innus », Théologiques, Faculté de théologie et de sciences des religions, Université de Montréal, vol. 16, no 1,‎ (ISSN 1492-1413, lire en ligne [PDF]).
  • Aude Maltais-Landry, « Un territoire de cent pas de côté : récits de la création d'une réserve indienne en territoire innu au milieu du XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 69, nos 1-2,‎ , p. 19-50 (lire en ligne).
  • (en) Eleanor Leacock, « Montagnais Women and the Jesuit Program for Colonization », Women and Colonization: Anthropological Perspectives, New York, Præger,‎ .
  • Jean-Paul Lacasse, « L'affirmation des droits territoriaux des Innus », Revue générale de droit, vol. 37, no 1,‎ , p. 183-199 (lire en ligne).
  • Jean-Paul Lacasse, « Autonomie gouvernementale et justice pénale innue », Revue générale de droit, vol. 32, no 3,‎ , p. 809-820 (lire en ligne).
  • Jean-Paul Lacasse, « Le territoire dans l'univers innu d'aujourd'hui », Cahiers de géographie du Québec, Département de géographique de l'Université Laval, vol. 40, no 110,‎ (ISSN 1708-8968, lire en ligne [PDF]).
  • Laurie Guimond et Alexia Desmeules, « « Les oreilles se sont ouvertes des deux côtés » : développement territorial et relations entre Innus et non-Innus au chantier Romaine », Recherches sociographiques, vol. 58, no 2,‎ , p. 363-386 (DOI 10.7202/1042167ar, lire en ligne).
  • Maxime Saint-Hilaire, « La proposition d'entente de principe avec les Innus : vers une nouvelle génération de traité ? », Les Cahiers de droit, Faculté de droit de l'Université Laval, vol. 44, no 3,‎ (ISSN 1918-8218, lire en ligne [PDF]).
  • Yvette Mollen, « Transmettre un héritage : la langue innue », Cap-aux-Diamants, Les Éditions Cap-aux-Dimants inc., no 85,‎ (ISSN 1923-0923, lire en ligne [PDF]).

Liens externes[modifier | modifier le code]