Paille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir paille (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec foin.
Résultat d'un andainage mécanisé de la paille après moisson dans un pays d'agriculture intensive : Guise en Picardie, France.
Paille emballée mécaniquement.
Depuis les années 1980, les balles rondes tendent à remplacer les parallélépipédiques (ici dans la Picardie).
Bottes, balles ou ballots de paille.


La paille est un produit agricole représenté par la partie de la tige (ou chaume) de certaines graminées, dites « céréales à paille » (blé, orge, avoine, seigle, riz), coupée pendant la moisson.

Morphologie[modifier | modifier le code]

La partie de la tige, de faible hauteur, qui reste au sol s'appelle le chaume (en botanique, on appelle « chaume » la tige des graminées).

Les entre-nœuds peuvent chez certaines espèces ou variétés résorber leur moelle à maturité. On a alors, selon le cas :

Moisson[modifier | modifier le code]

Article connexe : botte (agriculture).

Moisson manuelle[modifier | modifier le code]

Moisson mécanisée[modifier | modifier le code]

La moissonneuse-batteuse est une machine agricole multifonctions, elle permet de réaliser :

  1. le moissonnage (fauchage) des céréales à paille ;
  2. le battage (ou dépique) pour extraire les grains des épis ;
  3. le rejet de la paille sous forme d’andains dans le champ, l'agriculteur règle pour cela la hauteur de la barre de coupe de l'engin, selon qu'il désire ou non récolter un maximum de paille.

Ensuite, il faut passer avec une ramasseuse-presse ou emballeuse, qui permet d'emballer la paille en ballots, balles, bottes ou rouleaux, qui seront ensuite transportés pour être mis à l'abri de la pluie.

La hauteur de la paille varie selon les espèces et variétés cultivées. Certaines variétés de blé, par exemple, dites « à paille courte », ont été sélectionnées pour prévenir le risque de verse et produise donc peu de paille. Il existe également des traitements de synthèse qui permettent de limiter la croissance des tiges afin de limiter la verse. Ce sont les « régulateurs de croissance ».

Utilisations[modifier | modifier le code]

Briquettes combustibles de paille.

Une fois récoltée, la paille peut avoir plusieurs types d'utilisations :

  • Protection du sol ; le paillis est notamment utilisé en horticulture ; la paille est cependant pour cela concurrencée par d'autres matériaux, comme l'écorce de pin, les copeaux de bois puis les films et tissus en matière plastique… ;
    certaines pailles ont des effets allélopathiques (paille de seigle : par exemple ou paille d'Avoine cultivée. Cette dernière est tolérée par certaines espèces, mais elle inhibe la croissance de certaines adventices : plantain (Plantago lanceolata), herbe à aiguilles (Bidens pilosa) et d'autres plantes cultivées (riz, tomate), alors qu'elle favorise la croissance du maïs et du souchet rond (Cyperus rotundus)[1].
    L'exportation de paille hors du champs appauvrit le sol et le rend plus vulnérable à l'érosion hydrique et/ou éolienne ; elle devrait être compensée par une couverture végétale du sol ou en restituant au sol la matière organique ou les éléments correspondants : apports de fumier, de fertilisants organiques et/ou minéraux.
    Comme amendement elle peut être enfouie dans le sol, ce qui évite les opérations de récolte et de transport, relativement coûteuses, surtout dans les régions céréalières sans élevage (comme le bassin parisien), et permet d'apporter au sol une quantité significative de matière organique humifiable. Elle est alors généralement superficiellement enfouie par une charrue à disque ou une déchaumeuse, pour accélérer sa décomposition avant le labour d'automne.
    Brûlis : dans certains cas, la paille est brûlée sur place.
  • Ressource énergétique : comme agrocombustible les pailles (voire le grain[2]) peuvent être un combustible (restituant 6 à 7 fois l'énergie mécanique requise pour sa fabrication[3]), ou avec de meilleurs rendements énergétiques via des procédés de fermentation (biogaz), pyrolyse (charbon de bois) ou production d'éthanol (en développement). Mais la paille agricole est relativement peu disponible et a d'autres usages agroécologiquement bien plus intéressants[4],[5] ;
    Des pailles peuvent aussi être utilisées pour améliorer le prétraitements de certaines matières à méthaniser[6]
  • Fibre ; la paille, riche en cellulose est une matière première possible pour la fabrication de papier

Références artistiques[modifier | modifier le code]

Antependium génois du XVIIIe siècle (sur toile de fond bleu) décoré de paille naturelle.
  • Objets de mode et de fantaisie : lors de l'Exposition universelle de Paris en 1855, de nombreux exemplaires d'objets en paille tressée (chapeau, porte-feuilles, étuis à cigare, sacs, pantoufles, bottines, bonnets grecs...) d'une extraordinaire finesse sont présentés par le Grand-duché de Toscane, industries où les Toscans ont une supériorité absolue[7]depuis plusieurs siècles.
  • Objets liturgiques et dévotionnels : quelques chefs-d’œuvre (antependium, reliquaires, tabernacles, boites à hosties...) de l'art votif dit pauvre proviennent principalement de chez les Frères mineurs capucins qui, depuis le début du XVIIe siècle, ont commencé à se spécialiser dans ce type d'activité artistique à la suite de l'interdiction d'utiliser des matériaux précieux pour décorer les édifices de leur Ordre. Souvent prise pour de l'or, la paille crée l'admiration[8] et l'étonnement, par exemple, chez Gœthe lors de sa visite à l'église du Rédempteur de Venise.

Langage[modifier | modifier le code]

  • « Être sur la paille » : se trouver sans le sou.
  • « Couleur paille »
  • « Regarder la paille qui est dans l'œil de son voisin » : cette expression fait référence à la parabole biblique de la paille et de la poutre (Évangile selon Luc, 6, 41) dans laquelle Jésus reproche aux hypocrites de vouloir enlever la paille de l'œil de leur frère, alors qu'ils ne voient pas la poutre dans leur propre œil.
  • « Un feu de paille » : se dit d'une chose éphémère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interactions végétales.
  2. Warnant G & al (2006) Grains et paille combustibles : une autre voie de valorisation des céréales, document Farr-Wal, p.13
  3. Enerzine.com - Droué (41) : 38 logements sociaux chauffés à la paille
  4. Christelle M (2011), Agro-combustibles: Analyse de la disponibilité de la paille, PDF, 15 p
  5. Robinet D. (2010), La valorisation énergétique des menues-pailles, document Farr-Wal, p.23
  6. Nordmann V (2013), [Caractérisation et impact des différentes fractions d'une biomasse lignocellulosique pour améliorer les prétraitements favorisant sa méthanisation: utilisation de la paille de blé comme biomasse lignocellulosique d'étude] (Doctoral dissertation, Université Sciences et Technologies-Bordeaux I).
  7. Escourrou Milliago, De l'Italie agricole, industrielle et artistique: à propos de l'Exposition universelle de Paris 1855 suivie d'un essai sur l'exposition du Portugal, Librairie internationale universelle, Paris - 1856, pp.  271-272
  8. Gœthe, Voyage en Italie, Venise, le 3 octobre 1786, p. 131 - Wikisource-logo.svgsur Wikisource

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]