Péché capital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Péché (homonymie).

Les péchés capitaux correspondent, dans la tradition chrétienne, aux péchés dont découleraient tous les autres, des « vices » cardinaux établis au nombre de sept. Cette nomenclature remontant au IVe siècle, elle a été ensuite systématisée par Thomas d'Aquin qui distingue : l’acédie, l’orgueil, la gourmandise, la luxure, l’avarice, la colère et l’envie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier à reconnaître un certain nombre de ce qu'il appelait des passions fut Évagre le Pontique, moine et théologien ascétique (345-399), élève de Grégoire de Naziance, qui s'est inspiré de listes moins formalisées d'Origène[réf. nécessaire]. Évagre divise l'âme en trois parties : partie concupiscible, partie irascible, et l'intellect. De ces trois parties découlent toutes les pensées et passions. Évagre identifia huit passions ou pensées mauvaises : (λογισμοί / logismoí en grec), sources de tous les paroles, pensées, actes impropres[1] :

Les « concupiscibles », ou désirs de possession 
  • Γαστριμαργία / Gastrimargía (Cassien : gastrimargia ; gourmandise et excès de bouche) ;
  • Πορνεία / Porneía (Cassien : fornicatio ; luxure) ;
  • Φιλαργυρία / Philarguría (Cassien : philarguria ; avarice) ;
  • Κενοδοξία / Kenodoxía (Cassien : cenodoxia ; vaine gloire, démesure).
Les « irascibles », ou privations, frustrations 
  • Ὀργή / Orgế (Cassien : ira ; colère) ;
  • Λύπη / Lúpê (Cassien : tristitia ; tristesse)
  • Ἀκηδία / Akêdía (Cassien : acedia ; acédie, dépression profonde, désespoir)
  • Ὑπερηφανία / Huperêphanía (Cassien : superbia ; orgueil)

Exemple de développement sur ce sujet (noter l'absence d'acédie et de luxure, et à la place la rancune et l'égoïsme) :

« Les pensées génériques provenant de la partie concupiscible sont trois : celle de gourmandise, celle d'avarice et celle de vaine gloire, car on désire soit des nourritures, soit de l'argent, soit la gloire ; mais la cupidité, la vaine gloire et les autres pensées de la partie concupiscible sont précédées par l'égoïsme (philautia). Seule la pensée de tristesse ne comporte pas de plaisir. Celle de l'orgueil est sans matières. À celles de rancune (μνησικακία / mnêsikakía) et de colère est liée la tristesse. Toutes aboutissent à celle d'orgueil, mais se ramènent à celle d'égoïsme. Celui donc qui n'est pas égoïste est forcément aussi ennemi du plaisir, car devenu maître de lui, il les a évidemment toutes maîtrisées. »

— Chapitres des disciples d'Évagre, ch. 69 (Géhin, p. 166-168)

Cette liste a été revue par Jean Cassien au Ve siècle, puis par le pape Grégoire le Grand (590-604), qui, dans les Moralia, supprime la vaine gloire (qu'il identifie à l'orgueil) et l'acédie (qu'il identifie à la tristesse), mais rajoute l'envie, ramenant ainsi les passions capitales à sept.

La liste est définitivement fixée au quatrième concile du Latran en 1215 et consignée par Thomas d'Aquin au XIIIe siècle dans sa Somme théologique. La liste de « sept péchés capitaux » sera répandue par la Contre-Réforme (XVIe siècle).

Doctrine de l'Église catholique[modifier | modifier le code]

Péchés capitaux[modifier | modifier le code]

La liste actuelle (toujours de sept) est citée par le Catéchisme de l'Église catholique dont la dernière version date de 1997[2]. Cette liste a été influencée par Thomas d'Aquin dans sa Somme théologique (question 84, Prima secundae) au XIIIe siècle. Il y mentionne que certains d'entre eux ne sont pas en eux-mêmes à proprement parler des péchés, mais plutôt des vices, c'est-à-dire des tendances à commettre certains péchés.

Thomas d'Aquin précise en tête de sa conclusion à la Somme : « On appelle péchés capitaux, ceux dont les fins ont la vertu première et principale de mouvoir l’appétit, et comme ces vertus sont au nombre de sept, on distingue aussi sept vices capitaux qui sont : l’orgueil, l’avarice, la luxure, l’envie, la gourmandise, la colère et la paresse »[3].

  • L’orgueil (superbia en latin) : attribution à ses propres mérites de qualités ou de comportements qui sont des dons de Dieu (intelligence, vertus, etc.).
  • L’avarice (avaritia en latin) : au sens dominant de cupidité, soit accumulation des richesses recherchées pour elles-mêmes.
  • La luxure (luxuria en latin) : plaisir sexuel recherché pour lui-même.
  • L’envie (invidia en latin) : la tristesse ressentie face à la possession par autrui d'un bien, et la volonté de se l'approprier par tout moyen et à tout prix (à ne pas confondre avec la jalousie).
  • La gourmandise (gula en latin) : ce n'est pas tant la gourmandise au sens moderne, peu ou pas du tout péjoratif, qui est blâmée que la gloutonnerie, cette dernière impliquant davantage l'idée de démesure et d'aveuglement que le mot gourmandise. On constate du reste que dans d'autres langues ce péché est désigné par un mot signifiant plutôt gloutonnerie que gourmandise (gluttony en anglais, Völlerei en allemand par exemple).
  • La colère (ira en latin) : produit des excès en paroles ou en actes : insultes, violences, meurtre.
  • La paresse, anciennement l'acédie (acedia en latin). Le Catéchisme de l'Église catholique définit l'acédie, terme disparu du langage courant, comme « une forme de dépression due au relâchement de l'ascèse ». Il s'agit en effet de paresse morale. L'acédie, c'est un mal de l'âme qui s'exprime par l'ennui, l'éloignement de la prière, de la pénitence et de la lecture spirituelle.

Péchés capitaux et péchés véniels[modifier | modifier le code]

Les péchés capitaux sont des péchés de « tête » (capita), cela ne signifie pas qu'ils sont plus graves que d'autres, mais plutôt qu'ils sont à même d'en entraîner bien d'autres.

Les péchés capitaux/non-capitaux ne sont donc pas à confondre avec les péchés mortels/véniels, cette dernière distinction portant sur l'importance réelle du péché, sa capacité à nous couper ou non de l'amour et de Dieu.

Les sept vertus[modifier | modifier le code]

Les sept vertus catholiques comprennent, les trois vertus théologales (d'origine divine), que sont :

Complétées par les quatre vertus cardinales (d'origine humaine), déjà reconnues par les philosophes, que sont :

Vices et péchés dans les représentations[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Les vices ou les péchés ont été très tôt traités sous forme d'allégorie par les auteurs chrétiens, qui s'inspiraient des allégories antiques (la Discorde telle qu'exprimée chez Homère, la Fortune, la Rumeur) décrites par les poètes grecs ou latins. L’Éthique à Nicomaque d'Aristote met en jeu la philosophie morale, ce texte fondamental circule abondamment dans l'Empire d'Alexandre, puis la République romaine et enfin aux premiers temps de l'Empire romain. Tertullien est un des premiers à opérer cette conversion de la culture antique, suivi par Prudence, dont la Psychomachia sera longtemps une référence en la matière. La littérature allégorique médiévale non seulement reprend ces archétypes des péchés, mais les multiplie à plaisir, dans des œuvres comme le Livre du cœur d'amour épris, 1457) de René d'Anjou, ou le Livre de la Cité des Dames de Christine de Pizan. La Divine Comédie de Dante elle non plus ne se contente pas des sept péchés mais en décline de nombreuses variations dans la première partie, Le Purgatoire. Chaucer charge un curé de les énumérer et de les commenter (« The Parson's Prologue and Tale ») dans Les Contes de Canterbury[4].

Au milieu du XIXe siècle, Eugène Sue les traite en feuilleton dans Les Sept Péchés capitaux (1847-1852). En 1926, l'écrivain espagnol Wenceslao Fernández Flórez publie Las siete columnas (Les sept colonnes), roman dans lequel le diable, prenant au mot un anachorète, supprime les sept péchés capitaux, provoquant ainsi l'effondrement de la civilisation. Au XXIe siècle, Alcante dans la série de bande dessinée Pandora Box imagine un lien entre les Sept Péchés Capitaux, la mythologie grecque et les technologies contemporaines ou à venir.

Le manga Seven Deadly Sins (七つの大罪, Nanatsu no taizai), commencé en 2012 par Nakaba Suzuki, utilise également les péchés capitaux. Chacun des protagonistes est représenté par un péché associé à un animal : Dragon de la Colère, Serpent de l'Envie, Renard de l'Avarice, Grizzli de la Paresse, Bélier de la Luxure, Sanglier de la Gourmandise et Lion de l'Orgueil.

Dans le light-novel Re:Zero, des évêques appartiennent au culte de la Sorcière et sont chargés d'un péché capital.

Points de vue d'écrivains[modifier | modifier le code]

Paul Valéry

Paul Valéry fait remarquer que ces péchés capitaux se neutralisent entre eux dans une certaine mesure. Ainsi l'envie – qui implique jalousie de la position d'autrui – serait relativement incompatible avec l'orgueil. Un orgueilleux estime rarement la position d'autrui comme aussi enviable que la sienne propre (mais il peut jouir de l'abaissement ou du malheur d’autrui). De même l’avarice s'opposerait dans les faits à la pratique de la luxure, etc. Il en arrive à la conclusion que « la perfection du juste est formée de la bonne composition des sept péchés capitaux, comme la lumière blanche de la composition des sept couleurs traditionnelles[5] »[réf. nécessaire].

Georges Bernanos

Georges Bernanos estime que le système économique rendra toujours plus rentable le fait de spéculer sur les vices de l'homme que sur ses besoins[6]. Il voit donc la « société marchande » comme un facteur de corruption s'il n'est pas équilibré d'une manière ou d'une autre par une sorte d'idéal. La publicité utiliserait la propension de l'homme aux péchés capitaux ; ceux-ci seraient donc utilisés afin de « servir les ventes ». Il est possible à titre d'exercice de prendre une série de publicités et de voir quel est le (ou quels sont les) péchés capitaux sollicités par chacune : déculpabiliser la paresse (« oubliez vos soucis »), justifier l'orgueil (« parce que je le vaux bien »), exciter la luxure (en général par l'image), réveiller la cupidité (placements financiers ou immobiliers), susciter l'envie (« tous les autres en ont »).

Wenceslao Fernández Flórez

L'écrivain espagnol Wenceslao Fernández Flórez estime qu'au contraire, les sept péchés capitaux sont la base de la civilisation, et que sans eux le monde ne pourrait pas tourner, nous reviendrons tous à une sorte de passivité indolente qui nous mènerait au chaos, thèse qu'il expose avec un sens de l'humour raffiné dans son roman Las siete columnas (Les sept colonnes, 1926).

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Jacob Matham, L’Orgueil, vers 1587.

Les sept péchés capitaux ont été une source d'inspiration inépuisable pour les artistes tout au long du Moyen Âge et à la Renaissance. On les trouve dans la sculpture et les peintures qui ornent les églises[7]. On les trouve par exemple sur les chapiteaux des colonnes du Palais des Doges de Venise, sur les fresques de Giotto di Bondone (1267-1337), pour la chapelle des Scrovegni de Padoue, (ca. 1305-1306). Aux XVIe et XVIIe siècles, ils inspirent encore des artistes tels que Jérôme Bosch, Pieter Brueghel l'Ancien, Jacques Callot, Albrecht Dürer, Andrea Mantegna, Veronese.

Les sept péchés ou vices ne cessent ensuite d'inspirer les artistes modernes : Adriaen Brouwer, Peter Paul Rubens, Francisco Goya, Gustave Courbet, offrent, sous la forme de peintures allégoriques, leurs interprétations.

Des artistes plus contemporains ayant traité ce sujet sont également fort nombreux, citons : Otto Dix, Marc Chagall, Paul Cadmus, Salvador Dali, Gilbert & George, Cindy Sherman, Andy Warhol...

Arts vivants[modifier | modifier le code]

Le théâtre médiéval représente les tentations auxquelles sont soumis les héros. Dans The Castel of Perseverance (en) (Le château de persévérance), écrit en anglais entre 1425 et 1440, on trouve notamment le groupe des sept péchés capitaux. Jusqu'au XVIe siècle, le théâtre populaire anglais met en scène les sept péchés qui font une dernière apparition dans la version remaniée du Faust de Christopher Marlowe, La Tragique Histoire du docteur Faust, dont le texte est publié en 1604.

En 1933, Kurt Weil et de son compère Bertold Brecht produisent Die sieben Todsünden, un ballet chanté pour cinq voix (une femme et un quatuor masculin) et orchestre.

Arts audiovisuels[modifier | modifier le code]

Dès 1910, le cinématographe exploite ce thème. Peu avant la Seconde Guerre mondiale, sous la forme d'un dessin animé, apparaît un des avatars édulcoré de la série dans Blanche-Neige et les Sept Nains de Walt Disney Pictures.

Après guerre, le thème est traité sous la forme de films à sketch : Les Sept Péchés capitaux en 1952, dont chaque épisode est réalisé par un cinéaste différent, puis en 1962 Les Sept Péchés capitaux, film à sketchs de Philippe de Broca, et de nouveau en 1992 un film à sketchs du même titre de Beatriz Flores. En 1995, le film Se7en suit les traces d'un tueur en série qui utilise le paradigme des sept péchés capitaux pour commettre une série de meurtres effroyables. Le film montre un inspecteur de police lettré se plonger dans la lecture de Dante pour remonter jusqu'à l'assassin.

En 2001, la série Charmed consacre l'épisode 18 de sa troisième saison au Sept Péchés capitaux. Prue hérite de l'orgueil, Piper de la gourmandise, Phoebe de la luxure et Léo de la paresse.

Les sept péchés capitaux peuvent être vus comme représentés par certains personnages de la série Lost : Les Disparus dans la première saison : l'orgueil par Jack, l'envie par Jin, la paresse par Shannon, l'avarice par Sawyer, la gourmandise par Hurley, la luxure par Boone et la colère par les personnages mentionnés (à l'exception de Hurley) et par Charlie et Sayid[réf. souhaitée].

Dans le manga Fullmetal Alchemist d'Hiromu Arakawa, les péchés capitaux sont représentés par sept Homunculus (un être immortel dont le seul trait de caractère est le péché que le Père leur a attribué). On les retrouve également dans Seven Deadly Sins de Nakaba Suzuki où chacun des péchés est attribué à un chevalier, les sept réunis formant un groupe surpuissant. Dans Fullmetal Alchemist: Brotherhood, chacun des antagonistes secondaires a le nom d'un péché tel que Wrath ou encore Greed.

En 2007, la série Les Sept Péchés capitaux, diffusée sur la chaîne Historia, illustre chacun des péchés sur des éléments de l'histoire québécoise.

Le cercle de chansons « Evillious Chronicles » composée par Mothy (ja) relate des sept péchés capitaux. La partie les concernant directement est chantée par les vocaloids : Hatsune Miku (paresse) dans Gift from the Princess Who Brought Sleep, Kagamine Rin (orgueil) dans Daughter of Evil, Kamui Gakupo (luxure) dans Duke Venomania's Madness, Megurine Luka (envie) dans Tailor Shop on Enbizaka, Kaito (avarice) dans Judgement of Corruption, Gumi (colère) dans The Muzzle of Nemesis et Meiko (gourmandise) dans Evil Food Eater Conchita.[pas clair]

Les sept péchés capitaux sont aussi représentés dans le jeu vidéo Saints Row: Gat out of Hell (en) sous forme d'arme avec chacun son type : l'arme de la colère, de la paresse, de la gourmandise, de l'orgueil, de l'avarice, de l'envie et de la luxure.

Polémiques récentes[modifier | modifier le code]

Une liste remaniée par le Vatican ?[modifier | modifier le code]

En mars 2008, des articles publiés font croire à une mise à jour de la liste des péchés capitaux[8],[9], mais le prélat interviewé, monseigneur Gianfranco Girotti, régent de la Pénitencerie apostolique, parlait de la notion moderne du péché et non de nouveaux péchés capitaux. La nouvelle liste proposée comporterait : la pollution, la manipulation génétique, le trafic de drogue, les injustices économiques et sociales ; ces éléments constituant des conséquences et non des causes à proprement parler, ils relèvent en conséquence soit d'une autre classification, soit d'un changement de la terminologie même[10].

One nation, seven sins (États-Unis)[modifier | modifier le code]

En mars 2009, l'Association des géographes américains a présenté un travail intitulé One nation, seven sins (Une nation, 7 péchés), à ses auditeurs lors de son assemblée annuelle. Il s'agissait d'un rendu, sous forme de cartographie SIG, d'une étude des zones géographiques (par comtés) les plus touchées par les « 7 péchés capitaux » aux États-Unis. Ces « péchés » ont été évalués selon des indices calculés d'après les statistiques nationales officielles disponibles[11]. La cupidité a été évaluée par les statistiques d'inégalités de revenu par habitant d'une région par rapport au nombre d'habitants vivant sous le seuil de pauvreté. Un indice d’envie a été calculé sur la base du nombre de vols (dont cambriolage, larcin et vols de véhicule à moteur) par habitant. La colère a été évaluée via le nombre de meurtres, agressions et viols par habitant (données probablement sous-estimées, par sous déclaration dans certaines populations vulnérables et victimes). Le nombre de restaurants, service de livraison ou restauration rapide disponibles par tête d'habitant a servi à évaluer la gourmandise. La luxure a été évaluée par la prévalence des chlamydioses et gonorrhées, de la syphilis et du VIH/SIDA dans chaque comté (indices particulièrement discutables car notamment influencés par les conditions d'hygiène, la pauvreté, la culture, le risque de viol, la drogue et les pratiques sexuelles… mais la prostitution ou le commerce du sexe restent des sujets souvent pudiquement traités et culturellement difficiles aux États-Unis). La paresse a été évaluée en comparant les dépenses faites par individu (pour les arts, spectacles et loisirs) avec le taux d'emploi. L'orgueil, en tant que racine de tous les péchés, a été calculé et cartographié en agrégeant les indices précédents. La part du sérieux statistique, de l'arbitraire dénoncé, et de l'humour ou de l'« amusement érudit »[12] de cette approche a été laissée à l'appréciation des utilisateurs de ces statistiques. Ce travail a été présenté devant une assemblée d'environ 6 000 géographes venus traiter de questions lourdes. C'est une « cartographie rigoureuse de données ridicules » a commenté Abigail Goldman dans le journal[12]. Les auteurs, qui ont aussi classé les grands casinos des États-Unis au regard de ces critères, disent y avoir pris tant de plaisir, qu'ils envisagent de poursuivre cette approche[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir par exemple Traité pratique, ch. 6-15 (Guillaumont, p. 506-534).
  2. « Catéchisme de l'Église catholique », Vatican (consulté le 20 août 2010)
  3. La Somme Théologique de Saint Thomas latin-français en regard avec des notes théologiques, historiques et philologiques, traduction de l'abbé Claude-Joseph Drioux, en ligne.
  4. Geoffrey Chaucer (trad. Th. Bahans, J. Banchet, et alii), « Les Contes de Cantorbery », Félix Alcan, , p. 548 sq.
  5. Paul Valéry, Tel Quel
  6. Georges Bernanos, La France contre les robots
  7. Voir Émile Mâle, L'Art religieux de la fin du Moyen Âge en France (1908), L'Art allemand et l'art français du Moyen Âge (1917), L'Art religieux au XIIe siècle en France (1922)
  8. 20minutes
  9. Courrier international
  10. « Ils sont appelés capitaux parce qu’ils sont générateurs d’autres péchés, d’autres vices. », Catéchisme de l’Église catholique, paragraphe 1866
  11. travail par trois doctorants et un étudiant en maîtrise du département de géographie de l'université d'État du Kansas
  12. a b et c « One nation, seven sins Geographers measure propensity for evil in states, counties », article d'Abigail Goldman 2009/03/26

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Nault, La Saveur de Dieu, l'acédie dans le dynamisme de l'agir, Les éditions du Cerf, cogitatio Fidei, chapitre 4 consacré aux auteurs médiévaux ou les sept péchés capitaux
  • Évagre le Pontique, Praxis et Gnosis ou la guérison de l'esprit. Présenté par Jean-Yves Leloup. Paris, Albin Michel, Cerf, 1992 (Spiritualités chrétiennes).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]