Chien dans la culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chien dans la culture
Sous-article d'un taxon biologique
Rin Tin Tin 1929.JPG
L'acteur canin Rintintin.
Article principal :
Sous-articles
Listes et catégories dépendantes

Le chien dans la culture apparaît aussi bien dans l'art que dans la culture populaire et revêt des symboliques différentes selon la culture de chaque région.

Mythes et légendes[modifier | modifier le code]

Statue d'Anubis.

Le chien tient une place importante dans la mythologie car il est considéré comme un animal psychopompe. C'est-à-dire qu’il guide les âmes jusqu’au royaume des morts. L’on retrouve le symbolisme du loup initiateur et gardien du royaume des morts chez de nombreux peuples : Égyptiens (Anubis le dieu des morts et conducteur d’âmes, à tête de chien ou de chacal), Grecs (Cerbère le chien monstrueux à trois têtes, gardien des Enfers), Sioux (le loup est appelé « chien de dessous-terre » et le coyote « chien qui rit »), Bantous (le chien délivre les messages des morts au sorcier en transe), Mexicains (Xolotl dieu chien jaune qui accompagna le soleil dans son voyage sous la terre pour le protéger durant la nuit). Chez les Celtes, le chien était considéré comme un animal au courage exceptionnel. Qualifier quelqu’un de « chien » dans cette civilisation, était rendre hommage à la bravoure de l’intéressé. Le héros Cúchulainn (chien de Culann) de la mythologie celtique irlandaise en est l’image la plus emblématique. Pour les Chinois, le chien est le onzième des douze animaux qui apparaît dans le zodiaque. Il est dit sensible à tout ce qui touche à l’injustice, intelligent et serviable. On trouve également de nombreuses légendes sur le chien ou son ancêtre le loup : les chiens noirs fantômes du folklore britannique, les loups-garous, les fameuses bêtes du Gévaudan, du Nivernais ou de l’Aubrac,

Religion[modifier | modifier le code]

Les aléas de sa domestication expliquent sans doute l'image ambigüe, tantôt positive ou négative, attachée à cet animal[évasif]. Si les chiens ont très tôt été domestiqués en Europe occidentale par les Grecs, ils sont restés sauvages dans les régions d'Asie occidentale, de même que les chiens parias en Inde. Les chiens sont ainsi plutôt considérés comme de fidèles compagnons par les Chrétiens, tandis que les Hébreux et l'Islam continuaient à mépriser les chiens sauvages ou marrons rôdant en bandes affamées, volontiers charognards, propageant la rage et copulant à la vue des passants[1],[2].

Ainsi pour un Arabe, la pire injure serait d'être traité de « chien »[1].

Une plaisanterie (1882) par Jean-Léon Gérôme représentant un musulman dans son salon soufflant une bouffée provenant du narguilé à son chien, un lévrier arabe

Pourtant le Coran fait peu référence au chien, si ce n'est au chien de chasse : il est considéré comme bon de manger la viande d'un animal tué par un chien domestique après avoir prononcé le nom de Dieu[3]. De même, le chien y est présenté comme un animal fidèle[4] ou présenté comme un réfugié à part entière[5] des Dormants de la Caverne, cachés là car ils étaient persécutés pour leur croyance en Dieu.

Les Hadiths abordent davantage la question du chien. Selon ces récits, Mahomet aurait dit qu'un homme qui donne à boire à un chien assoiffé sera pardonné de ses péchés, il précise qu'il en va de même pour l'aide apportée à tout autre animal[6]. Il aurait également déconseillé aux musulmans de garder dans leurs maisons des chiens appartenant à des races autres que des chiens de chasse, chiens de berger ou chiens de garde pour les terrains (par les terrains il faut comprendre les champs)[7].

Le Talmud n'approuve pas non plus la détention d'un chien chez soi, où il doit alors être constamment enchaîné. Il est interdit à une veuve de vivre seule avec un chien, de crainte d'être soupçonnée d'avoir des « relations interdites »[1].

Dans l'iconographie chrétienne, le chien qui est représenté aux côtés des saints a un rôle positif et actif. Par exemple Saint Wendelin est accompagné d'un chien de berger, tandis qu'on attribue à saint Eustache, saint Hubert et saint Julien l'Hospitalier des chiens de chasse. Dans la peinture dominicaine, les chiens ont pour rôle de mettre en fuite des loups, représentant les hérétiques, qui s’attaquent aux brebis, image des fidèles[8].

Dans l'Antiquité grecque, le chien est également utilisé lors d'insultes : ainsi, Agamemnon traite-t-il Achille « d'Homme à l'œil de chien, au cœur de cerf »[9]. Le juron préféré de Socrate est Par le chien, et se rapporte au dieu égyptien Anubis[10].

Contes populaires[modifier | modifier le code]

  • Le vieux Sultan et Les Musiciens de Brême, contes des Frères Grimm dont l'un des protagonistes est un chien.
  • L'ours, le chien et le chat et Le chien et le coq, contes russes
  • Le chien et le chat, conte africain

Expressions, proverbes et idiotismes[modifier | modifier le code]

De nombreuses expressions sont en rapport avec le chien et présentent une connotation tantôt positive, tantôt négative. Les expressions les moins flatteuses, « un caractère de chien », « un temps de chien », « traiter quelqu’un comme un chien », avoir une vie de chien » sont cependant plus nombreuses que les déclinaisons élogieuses telles que « avoir du chien »[11]. Plusieurs proverbes sont également entrés dans le langage courant en rapport avec les relations homme-chien comme « Chien qui aboie ne mord pas » ou « Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage »[12].

Symboles[modifier | modifier le code]

D'après le dictionnaire des symboles, le chien est lié à une trinité élémentaire terre, eau et lune, à symbolique végétative, féminine, sexuelle et divinatoire, aussi bien dans le domaine inconscient que pour le subconscient[13]. Son rôle principal est celui de psychopompe, « guide de l'homme durant la nuit de la mort après avoir été son compagnon durant le jour de la vie[13]. »

Article détaillé : Symbolique du chien.

Astronomie[modifier | modifier le code]

Le chien est aussi représenté en astronomie depuis Ptolémée, par les constellations du Grand Chien (Canis Major) qui abrite Sirius l’étoile la plus brillante du ciel, celle du Petit Chien (Canis Minor) qui accueille Procyon, l’étoile se levant juste avant Sirius, et la constellation boréale des Chiens de chasse (Canes Venatici) dont la découverte est plus récente.

Chien dans l'art[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des chiens de fiction.

Peinture et sculpture[modifier | modifier le code]

Chienne blanche devant un buisson de sureau (1714) par Alexandre-François Desportes.

Les premières représentations du chien dans la peinture et la sculpture apparaissent dès l'Antiquité. Compagnon de chasse au Moyen Âge, il est représenté dans les enluminures et les peintures murales. Dans les peintures de la Renaissance, il est représenté dans les scènes de vie quotidiennes. C'est à partir du XVIe siècle que l'on voit apparaître les premiers portraits seuls de chien. Mais c'est au XVIIIe siècle que l'on voit apparaître un véritable engouement pour la peinture animalière avec des artistes comme Alexandre-François Desportes[14]. Au XIXe siècle, le peintre Louis Godefroy Jadin, peintre de la vénerie sous Napoléon III, est surnommé par Arsène Houssaye le « Michel-Ange des chiens »[15]. Le siècle suivant, le chien devient un motif d'expérimentation pour les avant-gardes du XXe siècle[14].

Littérature[modifier | modifier le code]

Le chien est présent très tôt dans la littérature. C'est un symbole de fidélité comme dans le cas d'Argos, qui dans l’Odyssée reconnait son maître Ulysse à son retour et meurt ensuite, ou encore dans celui d'Husdent, le chien de Tristan dans Tristan et Iseut, qui est le seul à reconnaître son maître déguisé en fou[16]. Il n’est pas non plus oublié dans les romans tels que « Le Chien des Baskerville », une aventure de Sherlock Holmes, le détective inventé par Arthur Conan Doyle, Lassie, chien fidèle de Eric Knight, ou « Cujo » de Stephen King.

Bande-dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la bande dessinée, le chien se veut compagnon et fidèle ami du héros comme Milou, Rantanplan et Idéfix, ou bien personnage à part entière comme Bill, Cubitus et Snoopy.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Le chien est également à l’honneur au cinéma et à la télévision comme dans Beethoven, Lassie, Belle et Sebastien, Rintintin ou encore Rex[17].

Musique[modifier | modifier le code]

De très nombreuses chansons ont pour thème le chien et ses relations avec l'homme.

Chiens célèbres réels[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive[18] :

  • Abaker, chien du pharaon Khéops
  • Bo, un chien d'eau portugais, actuel First Dog, résident à la Maison Blanche avec la famille Obama.
  • Baltique
  • Balto
Statue de Balto à Central Park (New York).
Statue de Red dog à Dampier (Australie).
  • Rex III, chien policier dressé par Arthur Holman, ayant grandement contribué à la mise en place des chiens policiers à Scotland Yard[19]
  • Rintintin acteur canin
  • Saucisse
  • Snuppy
  • Fortuné (chien de Joséphine de Beauharnais)
  • Stubby
  • Taro et Jiro, abandonnés lors de la mission Antarctica. Ils sont symbole de courage, de vie et de persévérence au Japon

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Eugène-Humbert Guitard, Le chien dans la médecine et le folklore hébraïques : Dr Lavoslav Glesinger, dans la Revue d'histoire de la médecine hébraïque, 1956, Revue d'histoire de la pharmacie, 1957, vol. 45, no 154, p. 139-140. Consulté le 14 septembre 2011. Lire en ligne.
  2. A. Smets, L’image ambiguë du chien à travers la littérature didactique latine et française (XIIeXIVe siècles), dans Reinardus, Volume 14, Number 1, 2001, p. 243-253(11), Éditeur : John Benjamins Publishing Company. Lire le résumé ligne.
  3. Coran, sourate 5 : « La table servie » (Al-Maidah), verset 4 - Ils te questionnent sur ce qui leur est autorisé. Réponds : Vous sont permises les bonnes nourritures, ainsi que ce que capturent les carnivores que vous avez dressés, en leur apprenant ce qu'Allah vous a appris. Mangez donc de ce qu'ils capturent pour vous et prononcez dessus le nom d'Allah. Et craignez Allah. Car Allah est, certes, prompt dans les comptes.
  4. Coran, sourate 18 : « La Caverne » (Al-Kahf), verset 18 - Et tu les aurais cru éveillés, pourtant ils dorment. Et nous les tournons sur le côté droit puis sur le côté gauche, tandis que leur chien est à l'entrée, les pattes étendues. Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant et tu aurais été assurément rempli d'effroi devant eux.
  5. Coran, sourate 18 : « La Caverne » (Al-Kahf), verset 22 - Ils diront : « ils étaient trois et le quatrième était leur chien. ». Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu'ils étaient cinq, le sixième étant leur chien et ils diront : « sept, le huitième étant leur chien ». Dis : M« on Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n'en est que peu qui le savent ». Ne discute à leur sujet que d'une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne.
  6. L'authentique d'al-Boukhari - Abou Horaira - Un homme qui marchait éprouva une soif intense. Il descendit dans un puits et se désaltéra. Lorsqu’il sortit, il vit un chien qui haletait et qui léchait la terre humide pour étancher sa soif. – Ce chien, se dit l’homme, est assoiffé, autant que je l’étais tout à l’heure. Il retourna au fond du puits remplit sa bottine d’eau et la maintenant avec les dents, il remonta et abreuva le chien. Dieu agréa son comportement et lui pardonna ses péchés. – Ô Envoyé de Dieu, lui dit-on, on est récompensé même pour les animaux ? – Pour le bien fait à chaque cœur humide, il y a une récompense, répondit le Prophète.
  7. Sahih Moslem - Abou Horaira - Celui qui garde chez lui un chien voit chaque jour le salaire de ses bonnes actions diminué d'une mesure, sauf un chien de chasse ou pour garder les troupeaux ou les terrains
  8. Saints et animaux, extrait du Mémoire de licence de Olivier Jelen présenté à la Faculté de Théologie, Fribourg (Suisse), septembre 2001, sous la direction du professeur Othmar Keel.
  9. Iliade, chant I, vers 225-226
  10. Gorgias, Ed. Arléa, p. 58
  11. René Paloc, L'intégrale des plus belles Expressions, City Edition,‎ 2013 (ISBN 9782824649931, lire en ligne)
  12. Sylvie Brunet, Petit livre de - Les proverbes, First,‎ 2012 (ISBN 9782754047678)
  13. a et b Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Éditions Robert Laffont, Jupiter,‎ 1969, 1110 p. (ISBN 2.221.08716-X[à vérifier : isbn invalide]), p. 239
  14. a et b Pickeral 2009
  15. Catherine Granger, L'empereur et les arts : la liste civile de Napoléon III, Librairie Droz,‎ 2005, 866 p. (ISBN 9782900791714, lire en ligne), p. 216
  16. « Le chien, un symbole ! », sur ChiensAZ.com
  17. (en) Staci Layne Wilson, Animal Movies Guide, Running Free Pr,‎ 2007, 421 p. (ISBN 0-9675-1853-9)
  18. André Demontoy, Dictionnaire des chiens illustres à l'usage des maîtres cultivés, Honoré Champion,‎ 2012, 576 p. (ISBN 978-2745324641)
  19. (en) Arthur Holman, My Dog Rex : The Story of Police Dog Rex III, Harrap,‎ 1958, 207 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Chien dans la culture.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]