Tlingits

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple tlingit. Pour la langue tlingite, voir Tlingit.
Tlingits
Description de cette image, également commentée ci-après
Deux femmes Tlingit et plusieurs enfants près de la Kotsina River, Alaska en 1902.
Populations significatives par région
Autres
Langues Anglais, tlingit
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition

Les Tlingits sont une ethnie indigène d'Amérique du Nord, plus précisément un peuple autochtone d'Alaska. Ils occupent l'Alaska du Sud-Est, un territoire qui comprend la zone côtière du sud-est de l'Alaska et les îles qui lui font face.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premiers contacts avec les Européens[modifier | modifier le code]

Deux jeunes filles Tlingit, près de Copper River (Alaska), 1903. Photographie des frères Miles

Les premiers contacts avec les Européens datent des expéditions maritimes russes, espagnoles et britanniques dans cette région vers la moitié du XVIIIe siècle. De nombreux explorateurs entrèrent ainsi en contact avec les Tlingits. La plupart de ces échanges furent amicaux, malgré certaines craintes européennes. Les Tlingits apprécièrent assez rapidement le troc avec les produits européens. Dans l'ensemble, les Européens furent assez impressionnés de l'aisance des Tlingits.

Le premier contact date sans doute de 1741 lors de la deuxième expédition du Kamtchatka de Vitus Béring avec Alekseï Tchirikov. Le navire de Vitus Béring fut séparé de celui de Tchirikov et atteint l'île Kayak. Cependant Tchirikov navigua lui jusqu'aux côtes occidentales de l'archipel Alexandre. Il perdit deux canots avec leurs hommes vers le détroit Lisianski au nord de l'île Chichagof. En les cherchant, Tchirikov rencontra les Tlingits qu'il estima hostiles et retourna vers l'ouest.

En 1744, Juan José Pérez Hernández fut envoyé par le vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Antonio María de Bucareli y Ursúa, pour explorer la côte Pacifique avec l'objectif d'atteindre les 60 degrés de latitude nord pour repérer d'éventuels établissements russes et réclamer le pays pour l'Espagne. Il était accompagné par Fray Juan Crespi et Fr. Tomás de la Peña Suria (ou Savaria), ce dernier a exécuté un certain nombre de dessins qui constituent aujourd'hui des témoignages inestimables sur la vie Tlingit dans la période précoloniale.

Selon Carl Sagan, dans Cosmos[Note 1], repris dans Faits, II (2007, Marcel Cohen), La Pérouse rencontre des indiens Tlingits de la baie Lituya en 1786[1]. Ce peuple sans écriture, par transmission orale, de chaman à chaman, conserve une mémoire collective précise de cet événement, deux siècles plus tard.

Culture[modifier | modifier le code]

Totem Tlingit à Ketchikan.

Les Tlingits ont développé une culture complexe basée sur la chasse et la cueillette dans les forêts tempérées humides de la région. Regroupée en dix-huit groupes locaux dits ḵwáan, souvent appelés « tribus », la société tlingite est hiérarchisée. Avec un système matrilinéaire, elle comprend des nobles (chefs de clan et de lignage et parents immédiats), des gens du commun et des esclaves. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les « casques-heaume », appelés aussi « masques de tête », étaient portés lors de danses rituelles. Cette pièce, sculptée dans un nœud de bois évidé, représente une femme dont la lèvre inférieure est munie d'un labret, insigne de noblesse. Peut-être le masque incarnait-il son esprit. Il aurait eu alors une fonction protectrice auprès des guerriers tlingit. Outre un esprit protecteur, ou le blason familial, le heaume pouvait aussi figurer un animal (ours ou lion de mer) que les Tlingit admiraient pour leur agressivité, qualité exemplaire du guerrier. Les Tlingit se servent des mêmes symboles sur leurs totems que sur leurs coiffes et leurs masques guerriers polychromes.

La langue tlingite est connue non seulement pour sa grammaire complexe mais aussi pour utiliser certains phonèmes que l'on n'entend pas dans la presque totalité des autres langues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cosmos 13, Who speaks to the Earth? Dec. 21, 1980

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lapérouse, Le voyage de Lapérouse annoté par J.B.B. de Lesseps : De Brest à Botany Bay, Escourbias, Pôles d'images, coll. « fac similé de 1831 », , 208 p. (ISBN 2-915561-05-2, lire en ligne), p. 60-83.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) George Thornton Emmons, The Tlingit Indians, Seattle, University of Washington Press, , 488 p. (ISBN 978-0-295-97008-0, OCLC 23463915)
  • (en) Andrei Val'terovich Grinev, The Tlingit Indians in Russian America, 1741-1867, Lincoln, University of Nebraska Press, , 386 p. (ISBN 978-0-8032-2214-4, OCLC 835820602)
  • (en) Mary Helen Pelton et Jacqueline DiGennaro, Images of a people : Tlingit myths and legends, Englewood, Libraries Unlimited, , 170 p. (ISBN 978-0-87287-918-8, OCLC 44957050, lire en ligne)
  • (en) Sharon Bohn Gmelch, The Tlingit Encounter With Photography, , 163 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]