Ours noir d'Asie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ursus thibetanus

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ours du Tibet.
image illustrant les carnivores
Cet article est une ébauche concernant les carnivores.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'ours noir d'Asie (Ursus thibetanus), aussi parfois appelé, ours du Tibet, ours à collier[1] ou encore ours à collier du Tibet à cause de la tache en forme de croissant sur son poitrail, est un ours des montagnes d'Asie, principalement localisé dans l'Himalaya. Ses poils sont courts et lisses, sauf sur les épaules et le cou où ils sont longs. Il vit dans des forêts de zones montagneuses et sort surtout la nuit. La journée, il dort dans des cavernes ou des arbres car c'est un très bon grimpeur. En été, il vit à 3 000 m d'altitude alors que l'hiver, il redescend jusqu'à 1 500 m et parfois plus bas.

Son alimentation est essentiellement végétarienne : fruits, noix, glands... mais il se nourrit aussi de nids d'abeilles, insectes, invertébrés, petits vertébrés et charognes.

Dès l'âge de 3-4 ans, les femelles peuvent donner naissance à des oursons qui naissent en octobre et en février, l'accouplement se faisant d'avril à juin. En captivité, l'ours à collier peut vivre jusqu'à 20 ans.

L'ours noir américain, semble être l'espèce la plus proche de son cousin asiatique.

L'ours à collier est un animal sacré pour certaines populations locales, au Japon, notamment. Par contre, depuis 3000 ans, la médecine populaire chinoise attribue à sa bile des vertus curatives. On sait, depuis 1955, fabriquer en laboratoire l'acide ursodésoxycholique qui en est la matière active, mais depuis les années 1970, on trouve en Chine, au Vietnam et en Corée des élevages où on prélève quotidiennement jusqu'à 100 ml de bile par animal : les ours sont enfermés dans des cages étroites, certains depuis plus de 20 ans, et selon l'association Animals Asia Foundation ([1]) qui lutte contre cette pratique, plus de 10 000 ours à collier seraient concernés.

Il est classé comme vulnérable dans la Liste rouge de l'UICN.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :