Ursidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ursidés, Ours

Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec les Ursides.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ours (homonymie).

Les ours forment la famille de mammifères carnivores des ursidés (Ursidae). Le Grand panda, dont la classification à longtemps fait débat, est aujourd'hui condiséré comme un ours herbivore au sein de cette famille[1],[2].
Il n'existe que huit espèces d'ours vivants, mais ils sont largement répandus dans une grande variété d'habitats, dans l'hémisphère Nord et dans une partie de l'hémisphère Sud. Les ours vivent sur les continents d'Europe, d'Amérique du Nord, d'Amérique du Sud, et en Asie.

Les ours modernes ont comme caractéristiques un corps grand, trapu et massif, un long museau, un pelage dense, des pattes plantigrades à cinq griffes non rétractiles, et une queue courte. L'ours polaire est principalement carnassier. Le panda géant se nourrit presque exclusivement de bambou. Les six autres espèces sont omnivores, leur alimentation variée comprend essentiellement des plantes et des animaux.

Sauf en période de reproduction et d'éducation des jeunes, les ours sont solitaires. Ils sont généralement diurnes, mais également actifs la nuit ou au crépuscule, notamment autour des zones d'habitation humaine. On les dit parfois « nocto-diurnes ».
Aidé par un odorat développé, malgré sa corpulence l'ours peut courir rapidement et nager, et escalader certaines parois ou des arbres. Cavernicole, il se réfugie volontiers dans des grottes, cavernes et tanières. La plupart des espèces y passent la saison froide à dormir (hivernation).

Les ours sont chassés depuis la préhistoire pour leur viande et leur fourrure. Ils ont joué un rôle de premier plan dans la culture (mythologie, légendes...) et les arts. À l'époque moderne, les populations d'ours sont victimes de pressions (comme celles des éleveurs dans les Pyrénées), de l'empiètement de l'homme sur son habitat naturel, de l'artificialisation et de la fragmentation des forêts et du commerce illicite, notamment le marché asiatique de la bile d'ours. L'UICN a classé six espèces d'ours comme vulnérables ou menacées d'extinction. L'ours brun est menacé de disparition dans certains pays européens. Le braconnage et le commerce international des populations les plus menacées sont interdits, mais se pratiquent toujours.

L'ours a largement marqué la culture humaine, à travers des rites et des traditions attestés de l'Europe aux Amériques ou en Asie, et une abondante culture populaire. Théophraste, dans son traité des Odeurs, dit que la chair de l'animal croît si on la conserve, même cuite, pendant le temps de leur retraite. Il dit encore que lors de l'hibernation, on ne trouve aucune trace d'aliments et que leur ventre ne contient qu'une très petite quantité de liquide ; de même dans leur cœur pour le sang[3] et que le reste du corps n'en contient pas du tout. A leur sortie, au printemps, ils consomment une certaine herbe nommée aros (en grec ancien αρος[4]).

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Les ursidés sont une famille d'évolution tardive, ils partagent un ancêtre commun avec les canidés, et un plus récent avec les mustélidés et les pinnipèdes.

L'ancêtre des mustélidés et des pinnipèdes a divergé de celui des ours il y a environ 30 Ma. L'Ours à lunettes s'est séparé des autres ours il y a environ 13 millions d'années. Les six espèces distinctes d'ursinés sont apparues il y a environ 6 millions d'années. Les témoignages fossiles et l'analyse de leurs ADN ont montré que l'Ours blanc a divergé de l'Ours brun il y a environ 200 000 ans.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

 v · d · m  Formule dentaire
mâchoire supérieure
2 2-4 1 3 3 1 2-4 2
3 2-4 1 3 3 1 2-4 3
mâchoire inférieure
Total : 32-40
Dentition des ursidae

Cette famille a été décrite pour la première fois en 1817 par le naturaliste saxon Gotthelf Fischer von Waldheim (1771-1853)[5].

Liste des genres et espèces actuelles[modifier | modifier le code]

Genres et espèces actuelles selon ITIS (4 juillet 2015)[6] et Mammal Species of the World (4 juillet 2015)[7] sont :

Diverses études classent les genres actuels en trois sous-familles distinctes[8],[9]:

  • Sous-famille Ailuropodinae Grevé, 1894
    • Genre Ailuropoda Milne-Edwards, 1870
  • Sous-famille Tremarctinae Merriam & Stock, 1925
    • Genre Tremarctos Gervais, 1855
  • Sous-famille Ursinae Fischer von Waldheim, 1817
    • Genre Helarctos Horsfield, 1825
    • Genre Melursus Meyer, 1793
    • Genre Ursus Linnaeus, 1758

Liste des taxons éteints[modifier | modifier le code]

Sous-familles et genres fossiles d'après Fossilworks Paleobiology Database (novembre 2015)[10]: A transférer dans la future page du genre Ailuropoda

En 2011, des chercheurs espagnols annoncent la découverte d'une nouvelle espèce d'ursidés anciens baptisée Agriarctos beatrix[11] (aujourd'hui Kretzoiarctos)[12]. qui aurait vécu en Espagne au Miocène.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

            Ailuropoda melanoleuca (et    ,    )
            Helarctos malayanus (et    )
            Melursus ursinus (et    )
            Tremarctos ornatus
            Ursus americanus
            Ursus thibetanus (et    ,    ,    ,    )
            Ursus arctos (et    )
            Ursus maritimus

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Ursidae.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/ours/64881#903211
  2. http://www.larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/grand_panda/178159#2900060
  3. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (XI, 91)
  4. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne] (VIII, 3)
  5. Référence ITIS : Ursidae Fischer de Waldheim, 1817 (fr) (+ version anglaise (en)) (consulté le 4 juillet 2015).
  6. ITIS, consulté le 4 juillet 2015
  7. Mammal Species of the World, consulté le 4 juillet 2015
  8. J. Krause, « Mitochondrial genomes reveal an explosive radiation of extinct and extant bears near the Miocene-Pliocene boundary », BMC Evolutionary Biology, vol. 8,‎ , p. 220 (PMID 18662376, PMCID 2518930, DOI 10.1186/1471-2148-8-220)
  9. (en) Iram Shahzadi, Safia Janjua, Fakhar-i-Abbas (en) et Gary J. Galbreath, « A universal primer set to amplify the cytochrome c oxidase subunit I gene in bears », Ursus, vol. 25, no 1,‎ , p. 73-77 (DOI 10.2192/URSUS-D-13-00014.1, lire en ligne).
  10. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le novembre 2015
  11. J., P. Montoya, and J. Morales. "A New Species of Agriarctos (Ailuropodinae, Ursidae, Carnivora) in the Locality of Nombrevilla 2 (Zaragoza, Spain)." Estudios Geologicos 67.2 (2011): 187-191
  12. Abella, Juan, David M. Alba, Josep M. Robles, Alberto Valenciano, Cheyenn Rotgers, Raül Carmona, Jorge Morales, and Plinio Montoya. "Kretzoiarctos Gen. Nov., the Oldest Member of the Giant Panda Clade." PLOS ONE 7.11 (2012): 1-5.