Arnold van Gennep

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arnold van Gennep
Arnold Van Gennep.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
Epernay
Nom de naissance
Charles Kurr
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Chaire
Domaine

Arnold van Gennep, né le à Ludwigsbourg et mort le à Epernay[1], est un ethnologue et folkloriste français principalement connu pour son travail concernant les rites de passage et pour son monumental Manuel de folklore français contemporain, demeuré inachevé.

Considéré aujourd’hui comme le fondateur en France du folklore en tant que discipline scientifique, ses travaux sur le concept de rite de passage et sa théorie des trois phases (préliminaire, liminaire, postliminaire) furent poursuivis et approfondis par Victor Turner.

Parcours[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière, van Gennep consacra ses études à des cultures extra-européennes à l'École des langues orientales et à l'École pratique des hautes études.

En 1914, il organise, avec Gustave Jéquier, le premier Congrès d'ethnographie et d'ethnologie, qui a lieu à Neuchâtel. Jusqu'en 1915, date de son expulsion de Suisse, Van Gennep occupe la chaire d'ethnologie et d'histoire des civilisations de l'Université de Neuchâtel.

À compter de 1924, année où il publia Le folklore, van Gennep se consacra à l’établissement du folklore comme discipline scientifique et fit l’étude des cultures populaires françaises.

Opposé à l’évolutionnisme de folkloristes comme Paul Sébillot et Pierre Saintyves qui se livraient à la collecte d’archaïsmes et de survivances, van Gennep développa une méthode dite biologique, dans le but d’aborder les faits de culture populaire dans leur dynamisme et de faire l’étude de ce qu’il désignait comme les conditions psychiques des coutumes. La méthode développée par van Gennep procède par enquête et observation directe des faits de folklore vivants, c’est-à-dire des coutumes toujours exécutées sur le terrain d’enquête et observables par le folkloriste.

Pour rendre compte de la transformation dans le temps des faits de folklore, van Gennep développa la notion de chaîne traditionnelle et s’attacha à l’étude des phénomènes de diffusion. Reprenant la méthode historico-géographique, dite aussi méthode finnoise, van Gennep travailla, en France, à l’établissement de cartes dans le but de circonscrire des zones folkloriques et d’étudier les différents facteurs intervenant dans les processus de diffusion. Pour ces travaux de cartographie, il utilisa largement[2] l'appareil à cartographier de Paul Fortier-Beaulieu.

Reconnu pour avoir assigné au folklore un objet d’étude et pour avoir doté la discipline d’un ensemble d’outils d’enquête (principalement des questionnaires) et de méthodes d’analyse, van Gennep fut aussi un intellectuel controversé, entretenant des rapports tendus avec certains de ses contemporains dont il a souvent critiqué les écrits (notamment Durkheim et Mauss). Il mena l’essentiel de ses travaux en marge de l’institution académique et fut renvoyé du seul poste universitaire qu’il occupa très brièvement dans sa carrière (1912-1915, chaire d’ethnographie de l’Université de Neuchâtel), après avoir publiquement remis en question la neutralité de la Suisse vis-à-vis de l’Allemagne.

Van Gennep a publié un nombre impressionnant d'articles et de monographies ayant trait au folklore.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tabou et totémisme à Madagascar; étude descriptive et théorique, Paris, E. Leroux, 1904.
  • Mythes et légendes d'Australie : études d'ethnographie et de sociologie, Paris, E. Guilmoto, 1906.
  • « Linguistique et ethnologie II. Essai d’une théorie des langues spéciales », Revue des études ethnographiques et sociologiques, sous la direction d’Arnold Van Gennep, Paris, Paul Geuthner, no 6-7, p. 327-337, 1908.
  • Religions, mœurs et légendes : essais d'ethnographie et de linguistique, 5 séries, Paris, Mercure de France, 1908-1914.
  • Les rites de passage : étude systématique ..., Paris, E. Nourry, 1909 ; rééd. 1981. [1].
  • De quelques rites de passage en Savoie, Paris, Leroux, 1910.
  • La formation des légendes, Paris, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique, [2], 1910.
  • Les demi-savants, Paris Mercure de France, 1911.
  • Études d’ethnographie algérienne, Paris, E. Leroux, 1911.
  • La Savoie vue par les écrivains et les artistes, Paris, éditions Louis Michaud, 1913.
  • En Algérie, Paris, Mercure de France, 1914.
  • L'État actuel du problème totémique, Paris, Leroux, 1920.
  • Traité comparatif des nationalités, 1922.
  • Le Folklore, Paris, Librairie Stock. [deux premiers chapitres: lire en ligne] [3], 1924.
  • Les Jeux et les Sports populaires de France, textes inédits, L.S. Fournier (éd.), Paris, 1925, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2015.
  • Le Folklore du Dauphiné (Isère). Étude descriptive et comparée de psychologie populaire, avec huit cartes folkloriques et linguistiques. Tome I : I. Du berceau à la tombe. II. Cérémonies périodiques. Tome II : II. Cérémonies périodiques (fin). III. Magie, médecine et météorologie populaires. IV. Littérature populaire, jeux et chansons. Paris, Maisonneuve, 1933.
  • Le Folklore de la Flandre et du Hainaut français (département du Nord), 1935-1936.
  • Manuel de folklore français contemporain, 1937-1958.
  • Le Folklore de l'Auvergne et du Velay avec 10 cartes folkloriques et 2 photos, Paris, Maisonneuve, 1942.

Travaux sur Arnold Van Gennep[modifier | modifier le code]

  • Nicole Belmont, Arnold van Gennep, créateur de l'ethnographie française, Paris, Payot, 1974. (Petite Bibliothèque Payot ; 232)
  • Pierre Centlivres, Les tribulations d'un ethnographe en Suisse : Arnold van Gennep à Neuchâtel (1912-1915), in Gradhiva, Paris, 1994, no 15, p. 89-101.
  • Pierre Centlivres, Le rendez-vous manqué : Van Gennep et la première chaire d'ethnologie de Neuchâtel (1912-1915), in Cent ans d'ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas, 1904-2004, Neuchâtel, Musée d'ethnographie, 2005, p. 139-152
  • Jean-François Gossiaux, Préface à la réédition de Arnold Van Gennep, Traité comparatif des nationalités, Paris, CTHS, 1922, VII-XXIV p..
  • Caroline Moricot, Arnold van Gennep, in Sociologie - ethnologie : auteurs et textes fondateurs, sous la dir. de A. Gras, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1998, p. 223-234.
  • (en) Rosemary Zumwalt, Arnold van Gennep: The Hermit of Bourg-la-Reine, in American Anthropologist, 84, 1982, p. 299-313
  • Thierry Goguel d'Allondans, Arnold Van Gennep, l'homme des passages, Bulletin du centre protestant d'études, no 1, février 2009, Genève, ISSN 1015-1141
  • Georges Dubouchet, De Van Gennep au Mucem, 2015.
  • Daniel Fabre et Christine Laurière (dir.), Arnold Van Gennep : du folklore à l'ethnographie, Paris, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dossier : 19800035/0173/22294 p.3/23 Charles Marie Alfred Eugène Guillaume Arnold KURR VAN GENNEP », sur Archives Nationales LEONORE (consulté le 22 février 2017)
  2. « QUELQUES CARTES MANUSCRITES DU MNATP (1937) », sur www.lecfc.fr, (consulté le 27 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]