Nymphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nymphe (homonymie).
Nymphes et satyre, par William Bouguereau (1873).
Nymphes écoutant les chansons d'Orphée, par Charles François Jalabert.
Une nymphe et un satyre (toile de Nicolas Poussin).

Dans la mythologie grecque et romaine, les nymphes sont des divinités subalternes, membres d’un large groupe d’esprits de sexe féminin associé à la nature. Leur nom vient du grec ancien νύμφη / númphê, signifiant généralement « jeune fille » et, selon les contextes, « jeune fille en âge d’être mariée », « fiancée » ou « vierge ». De fait, les nymphes personnifient les activités créatives et productives de la nature. Elles sont quelquefois liées à un lieu ou un élément particulier, et pouvaient faire l’objet d’un culte local. Elles accompagnent parfois d’autres divinités, dont elles forment le cortège.

Le terme de « nymphe » est parfois utilisé, dans un sens plus large, pour désigner des divinités subalternes de la nature dans d’autres mythologies (ex. : les ondines et nixes de la mythologie germanique, les wilis de la mythologie slave, La Nymphe de la rivière Luo dans la mythologie chinoise, etc.).

Leur nom a donné naissance au terme « nymphomanie », car elles étaient réputées pour leurs nombreuses aventures. En vérité, les mythes les associent fréquemment aux satyres, d’où une tendance sexuelle d’hypersexualité fantasmée.

Mythes[modifier | modifier le code]

Les nymphes sont des divinités féminines de la nature, caractérisées par la jeunesse et la beauté. Elles peuplent la plupart des lieux : forêts et bois, vallées fertiles et bocages, sources et rivières, montagnes et grottes, etc. Elles sont souvent associées à des divinités supérieures comme la chasseresse Artémis, le devin Apollon, le maître des mers Poséidon, la déesse de l’agriculture Déméter, le dieu de la vigne Dionysos ou encore à des dieux plus rustiques comme Pan ou Hermès.

Elles sont bienfaisantes et fertilisent la nature. Elles protègent les fiancés qui viennent plonger dans leur source, inspirent de même les humains, peuvent les guérir de leurs maux. Amoureuses des dieux, mais généralement simples mortelles vivant des milliers d’années, les nymphes insouciantes chantent dans les lieux qu’elles occupent. De leur union avec les mortels sont nés les héros, les demi-dieux.

Typologie[modifier | modifier le code]

Il y a différentes sortes de nymphes, selon le milieu naturel où elles vivent. On distingue notamment :

Les nymphes grecques ont plus tard été assimilées avec les différentes divinités romaines des fontaines, sources et rivières.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paracelse, Le Livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits (Liber de Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus), trad. de l'all., Nîmes, Lacour, 1998, 308 p.