Institut national des sciences appliquées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir INSA.
Institut national des sciences appliquées (INSA)
Image illustrative de l'article Institut national des sciences appliquées
Informations
Fondation 1957
Fondateur Jean Capelle et Gaston Berger
Type Écoles d'ingénieurs (EPSCP)
Régime linguistique Français
Budget 300 M€
Localisation
Ville Blois, Bourges, Lyon, Rouen, Toulouse, Strasbourg, Rennes, Fès
Pays Drapeau de la France France
Chiffres clés
Étudiants 13 000
Doctorants 1100
Niveau Bac+5 (Master) - Bac+8 (Doctorat)
Diplômés/an 2200
Divers
Particularités Écoles à cycle préparatoire intégré
Affiliation CGE, CDEFI
Site web groupe-insa.fr/

Les instituts nationaux des sciences appliquées (INSA) sont des établissements publics français de recherche et d’enseignement supérieur. Plus grand ensemble de formation d'ingénieurs en France (10 % des ingénieurs), ils délivrent principalement le diplôme d’ingénieur après une formation de cinq années après le baccalauréat.

L'organisation de ce groupe d'écoles entre dans le cadre d'une politique de décentralisation. De création assez récente, les INSA ont essentiellement un objectif social qui est de donner accès au plus grand nombre d'étudiants à des études supérieures de qualité quel que soit leur milieu d'origine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, la France est en pleine expansion industrielle et manque malheureusement d'ingénieurs et de techniciens. Le nombre d’ingénieurs Arts et métiers (ENSAM) alors formés par an est de 360 en 1959, nombre jugé fortement insuffisant par l’union des industries métallurgiques qui met en évidence par une vaste enquête un besoin annuel de 728 ingénieurs Arts et métiers. Les États-Unis forment à cette époque 29 000 ingénieurs par an, alors que la France n'en a formé que 4500 [1]. Par ailleurs, le marché commun qui s’ouvre placerait la France dans une place délicate en cas de manque de personnel technique [2].

C’est alors que la direction de l’enseignement technique commence à étudier la création de trois nouveaux centres ENSAM : Bordeaux, Le Havre et Toulouse. La société des Arts et Métiers est très divisée sur le nombre de Gadz'arts formés par an. Certains pensent qu’il faut se plier aux besoins de l’industrie, d’autres pensent qu’il faut entretenir un certain manque de Gadz'arts, afin de les rendre rares et chers. Il faut que le bureau de la Société adopte une position intermédiaire : une seule école est finalement ouverte, celle de Bordeaux-Talence en 1963 [3].

Il faut tout de même répondre aux besoins de la société. Deux types d’écoles d'ingénieurs publiques en quatre ans après le baccalauréat sont alors créées à l’instar des Fachhochschulen germaniques : les instituts nationaux des sciences appliquées (INSA) et les écoles nationales d'ingénieurs (ENI). Ce sont deux figures de la ville de Lyon, le recteur Jean Capelle et le philosophe Gaston Berger, qui ont imaginé le modèle de formation INSA [1]. Les INSA, tout comme les ENI évoluent rapidement en formations en cinq ans, en grande partie à cause de la massification simultanée des diplômes universitaires de technologie (DUT) et des brevets de technicien supérieur (BTS) [4].

Le tout premier INSA ouvre ses portes à Lyon en 1957 [5], suivi par Toulouse en 1963 [6], et Rennes en 1966 [7].

À la création, les étudiants disposaient d'une chambre et de frais d'inscription à prix réduits, permettant ainsi aux classes dites moyennes ou populaires d'accéder aux hautes études [8]. Toutefois, les frais de scolarité sont aujourd'hui similaires à ce qui se pratique dans les autres écoles publiques [9].

Plus tard, plusieurs écoles d'ingénieurs changent de nom ou fusionnent entre elles pour donner de nouveaux INSA. C'est le cas de l'institut national supérieur de chimie industrielle de Rouen (INSCIR) qui devient l'INSA de Rouen en 1985 [10], de l'école nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg (ENSAIS) qui devient l'INSA de Strasbourg en 2003 [11], et de l'école nationale d'ingénieurs du Val de Loire (ENIVL), l'école nationale supérieure d'ingénieurs de Bourges (ENSIB) et l'école nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois (ENSNP) qui fusionnent en 2014 pour donner l'INSA Centre Val de Loire [12].

En 2015, l'Institut international des sciences appliquées Euro-Méditerranée (INSA Euro-Méditerranée) voit le jour à Fès au Maroc [13]. C'est le premier INSA international, né de la collaboration entre le groupe INSA, l'université Euro-Méditerranéenne de Fès et un consortium d'universités du pourtour méditerranéen, sur la volonté des ministres français et marocains de l'enseignement supérieur et de la recherche.

A noter qu'un institut n'appartenant pas vraiment au réseau a été ouvert en 1996 à Tunis : l'Institut national des sciences appliquées et de technologie (INSAT) [14]. Il a été créé dans le cadre d'une coopération franco-tunisienne dans le domaine d'enseignement supérieur. C'est une volonté de la France de répandre le système de formation Ingénieur avec classes préparatoires intégrées. Cet établissement est en partenariat avec les INSA.

Description[modifier | modifier le code]

Ces écoles relèvent de la tutelle du ministre qui est chargé de l'enseignement supérieur et constituent des EPSCP (« écoles extérieures aux universités ») [15].

Le groupe INSA est le plus grand ensemble de formation d'ingénieurs en France (environ 10% des ingénieurs et plus de 80 000 ingénieurs-INSA dans le monde) [16].

Après un cycle préparatoire intégré de deux ans, ces écoles proposent de nombreuses filières d'enseignement en second cycle : Topographie, Génie industriel, Énergétique et environnement, Génie civil, Biologie, Chimie, Informatique, Électronique, Mathématiques, mécanique, Physique, Télécommunications, Matériaux, etc.

L'INSA de Strasbourg forme également des architectes [17], et l'INSA Centre Val de Loire des paysagistes [18] dans des cursus spéciaux.

Certains des INSA ont la particularité de proposer à leurs étudiants un cursus international en cycle préparatoire (EURINSA, ASINSA, AMERINSA, NORGINSA...). Dans ces cursus, les étudiants français et étrangers sont rassemblés dans des promotions communes. Par ailleurs, l'INSA Euro-Méditerranée propose un cursus international avec jusqu'à deux années d'études sur cinq passées à l'étranger. Elle propose également des échanges entre ses étudiants et ceux des autres INSA.

Il est également possible dans certains instituts de pratiquer un sport à haut niveau (section sport-études), ou encore de suivre une formation artistique (musique-études, danse-études, théâtre-études, arts-plastiques-études, techniques-études).

La fédération des ingénieurs INSA (qui regroupe les associations d'anciens élèves de chaque INSA) édite un magazine nommé INTERFACE, qui présente les activités de tous les groupes régionaux de la fédération.

Liste des écoles[modifier | modifier le code]

Fondatrices[modifier | modifier le code]

Partenaires[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « INSA, son histoire », sur insa-lyon.fr (consulté le 12 août 2016)
  2. « Histoire des Écoles d'Arts et Métiers... de la boîte à fumée à l'ENSAM », sur trads.am.free.fr/
  3. Arnaud Evrard, « Histoire de savoir... », Bulletin Interne de Liaison AniENIT,‎ (lire en ligne)
  4. Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs, Les écoles françaises d’ingénieurs : trois siècles d’histoire (lire en ligne)
  5. Loi n°57-320 du 18 mars 1957 créant à Lyon un institut national des sciences appliquées
  6. Arrêté du 19 juin 1963 INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE
  7. Arrêté du 14 mars 1966 INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE RENNES
  8. Laurent Cagliani, « Les origines sociales des Insaliens (§1.2) », sur leshumas.insa-lyon.fr,‎ (consulté le 26 novembre 2010)
  9. « Palmarès 2012 des écoles d'ingénieurs après bac », sur www.letudiant.fr, l'Étudiant,‎ (consulté le 4 janvier 2012)
  10. Historique de l'INSA de Rouen
  11. Décret n° 2003-191 du 5 mars 2003 portant création de l'Institut national des sciences appliquées de Strasbourg
  12. Décret n° 2013-521 du 19 juin 2013 portant création de l'Institut national des sciences appliquées Centre Val de Loire
  13. « INSA Euro-Méditerranée », sur insa-euromediterranee.org (consulté le 12 août 2016)
  14. « INSAT : L’Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie - L'annuaire des entreprises », sur tunisieindex.com (consulté le 12 août 2016)
  15. Article R715-2 et suivants du code de l’Éducation (partie réglementaire)
  16. « S'informer - Groupe INSA », sur groupe-insa.fr (consulté le 12 août 2016)
  17. « Architecte à l'INSA de Strasbourg », sur insa-strasbourg.fr (consulté le 12 août 2016)
  18. « Présentation de l'école nationale supérieure de la nature et du paysage », sur ecole-nature-paysage.fr (consulté le 12 août 2016)