Bonnefamille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonnefamille
Bonnefamille
Église et monument aux morts de Bonnefamille
Blason de Bonnefamille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné
Maire
Mandat
André Quemin
2020-2026
Code postal 38090
Code commune 38048
Démographie
Gentilé Bonnefamiliens, Bonnefamiliennes
Population
municipale
1 073 hab. (2019 en augmentation de 1,04 % par rapport à 2013)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 48″ nord, 5° 07′ 51″ est
Altitude 300 m
Min. 275 m
Max. 443 m
Superficie 9,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Verpillière
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Bonnefamille
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Bonnefamille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnefamille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnefamille
Liens
Site web www.bonnefamille.com

Bonnefamille est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Bien que située à proximité de l'agglomération berjalienne, la commune est adhérente à la communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné dont le siège est situé à Heyrieux.

Bonnefamille, dénommée sous l'appellation de Menufamille[Note 1] ou MenueFamille[Note 2] durant l'Ancien Régime, est historiquement rattachée de la province royale du Dauphiné et ses habitants sont dénommés les Bonnefamiliens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village se trouve dans le département français de l'Isère, dans la région du Bas-Dauphiné, dénommé également sous le terme de Nord-Isère.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Le bourg est situé à 83 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, 34 km de Lyon, chef-lieu de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, 308 km de Marseille et 503 km de Paris, par la route[2]. Le centre de la commune est également situé à 15,7 km de Bourgoin-Jallieu, principale ville de son secteur[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte de Bonnefamille et des communes limitrophes.

Le village de Bonnefamille se situe entre la plaine de Lyon et la bordure occidentale du plateau du Bas-Dauphiné qui recouvre toute la partie iséroise où il n'y a pas de massifs montagneux.

Le plateau se confond donc avec la micro-région du Nord-Isère, région qui est composée essentiellement de collines de basse ou moyenne altitude et des longues vallées et plaines. L'ouest de ce secteur correspond à la plaine lyonnaise.

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Bonnefamille présente un climat de type semi-continental[4] qui se caractérise par des précipitations en toutes saisons.

Les étés sont généralement chauds et plutôt sec mais connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par le ruisseau du Bivet d'une longueur de 16,7 km selon un axe nord-sud. Ce modeste cours d'eau est un affluent de la Bourbre, mais il est lui-même sans affluent[5].

Le ruisseau du Bivet traverse cependant quelques étangs dont l'étang des Dames.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée de Bonnefamille sur la RD124

Le bourg de Bonnefamille et ses hameaux se situe à l'écart des grands axes routiers, mais il reste facilement accessible aux véhicules automobiles, notamment depuis l'autoroute A43 qui relie Lyon à Modane et qui permet de rejoindre directement les agglomérations de Grenoble, de Chambéry et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Une sortie située à Villefontaine permet de rejoindre le bourg en empruntant la RD318, la RD313 et la RD36.

Le territoire communal est traversé par la RD36 qui relie le bourg et de nombreux hameaux aux communes de Diémoz (jonction avec la RD75) et de Villefontaine (jonction avec la RD1006, ancienne RN6) mais aussi par la RD124 qui passe devant le château de Moidière.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche de la commune est la gare de L'Isle-d'Abeau, desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Arrêt de car du village de Bonnefamille (ligne Transisère)
Transport routier[modifier | modifier le code]

En 2019, la commune est desservie par deux lignes d'autocars du réseau interurbain de l'Isère, plus connu sous le nom de Transisère [6].

  • la ligne de « proximité » 2070 : Valencin ↔ Roche ↔ Bourgoin-Jallieu
  • la ligne régulière « Intercités » 2990  : Vienne ↔ L'Isle-d'Abeau ↔ Bourgoin-Jallieu

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bonnefamille est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (29,8 %), forêts (28,7 %), zones agricoles hétérogènes (19,8 %), prairies (15,4 %), zones urbanisées (6,3 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Présenté comme une commune rurale sur son site officiel[14], Bonnefamille est constitué d'un bourg entouré de nombreux hameaux, l'ensemble étant structuré en quelques bâtiments de ferme (dont certaines sont encore en activité), entourés d’un certain nombre de maisons rurales et de petites maisons individuelles de construction récente. La ville a vu sa population augmenter de façon constante, celle-ci étant située à proximité de l'ancienne ville nouvelle de L'Isle-d'Abeau.

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Bonnefamille, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[15].

  • L'Alouette
  • Ponas
  • le Bivet
  • les Pires
  • Maison Brossard
  • le Larnuse
  • Maison Guédy
  • les Sétives
  • Chavant
  • les Cruis
  • le Crouzat
  • les Allouets
  • le Triève - Gillet
  • la Garenne
  • le Grand Chemin
  • Beausoleil
  • les Crozes
  • les Eynards
  • le Thévénard
  • Moidière (Château)
  • En Benoît
  • Meurand
  • la Tour
  • les Moutons
  • les Fontaines
  • la Cornière
  • le Petit Bois
  • Verday
  • Vignieu
  • Giraudière

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Bonnefamille est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[16].

Terminologie des zones sismiques[17]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon André Planck, auteur d'un livre sur la toponymie des communes de l'Isère, le village se dénommait Menuefamile (ou Menufamille) jusqu'en 1825, année où le village prit le nom de Bonnefamille. Au Moyen Âge un château en bois se situait à l'emplacement de l'église (ancienne motte castrale) et dans lequel vivaient le seigneur des lieux, sa famille et ses gens. Cette petite communauté se dénommait « Familia ». À la suite d'une attaque des sarrasins en 936, celle-ci fut décimée et se trouva réduite, d'où le nom de « Minuta familia » (du latin « minutus » signifiant réduit) donné au lieu et qui donné au fil du temps le terme Menufamille[18].

Le nom du hameau de Ponas, ancienne paroisse indépendante de Menufamille/Bonnefamille doit son nom à la déesse de la mythologie celtique gauloise, Epona[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

En 1933 et en 1945, au niveau du hameau de Ponas, une vingtaine de sépultures dont dix en pleine terre et orientées à l'ouest ont été fouillées par une section locale de paléontologie. Ces sépultures, estimées d'origine médiévales, recouvraient des niveaux beaucoup plus anciens datant du Néolithique final et du Bronze Moyen. Le site contenait une pointe de flèche en silex, des fragments de céramique noire et un foyer indiquant une présence humaine durant cette période [20].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges

Le secteur actuel de Bonnefamille se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné située au nord de la rivière Isère.

Bonnefamille était située sur le tracé de la Via Agrippa entre Vienne et Bourgoin. Des tronçons de cette voie se verraient encore au bas de la route actuelle. Après avoir traversé le Vallon de Bonnefamille, la voie passait au pied de la butte ou se situe le bourg. A l’endroit dénommé « la Taverne » se situe un embranchement d'un chemin ancien en direction de Villefontaine et de Fallavier et, à proximité, le tronçon de la vieille route montre encore son pavage ancien[21].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

En 517, Apollinaire de Valence participe au concile de Ponas ou concile d'Épaone[22] organisé par Viventiole de Lyon, sous l'autorité de Sigismond, roi des Burgondes de 516 à 523[23]. Ce fait est confirmé par l'historien dauphinois Nicolas Chorier, bien que d'autres sources indiquent d'autres lieux d'accueil pour ce concile [24].

Durant l'Ancien Régime, la paroisse portait le nom de Menufamille[25]. Celle-ci faisait partie du diocèse et de l'élection de Vienne, mais du parlement et de l'intendance de Grenoble[26]. Le village de Ponas, devenu ensuite simple hameau de la commune, formait une paroisse séparée[27].

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

En 1655, le domaine de la Moidière est racheté par les Guillet de la Platière qui changeront leur nom en Guillet de Moidière. Nicolas Scipion Guillet de Moidière, maréchal de batailles des armées de Louis XIV entreprend la construction du château [28].

Le , la famille de Talleyrand-Périgord cède les terres et la seigneurie de Menufamille à la famille Guillet-Moidière[29].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire d'Eugène Cicuto, victime des combats contre les troupes allemandes en 1944, lors de la libération du canton.

Lors de la période de la Grande Peur, des paysans locaux effrayés par les rumeurs de brigandage qu'ils estimèrent propagés par la noblesse, décidèrent de s'attaquer aux demeures et aux biens des seigneurs locaux et s'en prirent dans la soirée du 28 juillet, au château de Moidière, puis ils brûlèrent la maison de Guillet de la Platière. Selon un témoignage de l'époque, « Le feu fut mis au château par un nommé Boulu de Diémoz qui ensuite a été tué d’un coup de pistolet par un dragon »[30].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1811, Othon Guillet de Moidière revint à Menufamille son père Nicolas étant décédé en 1798. Il entreprit la restauration du château et fut élu maire de la commune de 1840 à 1848[31].

Le , la commune, qui s'appelait auparavant Menu-Famille[Note 5], change de nom par ordonnance du roi Charles X et devient Bonne-Famille[32],[33].

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le des combats opposent l'armée allemande aux troupes de l'armée de libération et celle de la Résistance locale qui progressent vers Lyon après avoir contourné le secteur du canton de La Verpillère[34].

Une stèle installée au cœur de la commune, à proximité immédiate de l'église Saint-Antoine permet de connaître le nom de certaines victimes liées aux combats[35].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Entre 2003 et 2006, la bande organisée d'abord dénommée sous le nom de « gang des mécanos » puis sous le nom de « gang des souris vertes » procèdent à de nombreuses attaques de banques et de fourgons de transport de fonds sur le territoire français.

Le une attaque dans la commune voisine de La Verpillière va entraîner la fin de l'aventure pour les membres du gang : un convoyeur de fonds s'échappe et réussit à donner l'alarme et les gendarmes réussissent à intercepter la voiture des gangsters entraînant l'arrestation de trois hommes sur le territoire de Bonnefamille et le suicide de leur chef[36].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Bonnefamille

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2019, le conseil municipal est composé de quinze membres (neuf hommes et cinq femmes) dont un maire, quatre adjoints au maire et dix conseillers municipaux[37].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2015 Denis Vernay PS Retraité, conseiller général (1998-2015)
2015 En cours André Quemin LR Retraité[38]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Bonnefamille est jumelé avec Glonn, commune d'Allemagne, située à 777 km de son territoire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2019, la commune comptait 1 073 habitants[Note 6], en augmentation de 1,04 % par rapport à 2013 (Isère : +2,9 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
395417500604555644755796797
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
717672650621630624600584531
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
547532511448462413354292321
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3283214095857879271 0291 0431 017
2014 2019 - - - - - - -
1 0831 073-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École de Bonnefamille

La commune de Bonnefamille est rattachée à l'académie de Grenoble. L'unique école maternelle et élémentaire compte plusieurs classes avec un effectif de 132 élèves à la rentrée 2018[43].

Équipement sanitaire et social[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier le plus proche de la commune est le CHPO, situé sur la commune de Bourgoin-Jallieu.

Équipement sportifs et culturels[modifier | modifier le code]

Bibliothèque municipale

La mairie gère une salle d'animation rurale mise à la disposition des associations ainsi qu'une médiathèque qui fait partie du réseau des médiathèques de la Communauté de Communes des Collines du Nord-Dauphiné[44].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique, l'église de Bonnefamille (propriété de la commune) ainsi que la congrégation des Petites Sœurs de l'Évangile, installée dans la commune depuis plus de cinquante ans, dépendent de la paroisse Saint-Paul-des-Quatre-vents qui recouvrent dix communes. Cette paroisse est elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[45].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et secteur d'activité[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine[modifier | modifier le code]

Cette église paroissiale est un édifice de rite catholique en forme de croix latine. Elle a été édifié sur le site de l'ancienne chapelle de Menufamille (dite « chapelle St-Jean et St-Roch » fondée au XVIe siècle par Jean des Moidières) et date de la première moitié du XIXe siècle[46].

Ce bâtiment a bénéficié de nombreuses réparations au cours du XIXe siècle, dont celle du clocher en 1856[47]

Le château de Moidière[modifier | modifier le code]

Construit vers 1660[48], ce château ainsi que son parc sont répertoriés à l'inventaire des monuments historiques et à l'inventaire général du patrimoine culturel[49]. La bibliothèque, le vestibule, l'escalier, l'élévation, la rampe d'appui, la toiture et le décor intérieur font l'objet d'une inscription par arrêté du 21 mars 1983[50].

Le château de Moidière est agrémenté d'un parc de trente hectares comprenant des bois et des étangs animalier ainsi qu'une réserve naturelle.

La grange de Bonnefamille[modifier | modifier le code]

La grange de Bonnefamille, dont l’origine a été estimée autour vers 1150, semble être liée au développement de l’abbaye cistercienne de Bonnevaux située plus au sud. Il s'agit d'un simple bâtiment comprenant plusieurs corps de bâtiments, la grange remplissait une fonction économique locale ainsi qu'un moyen de pouvoir faire face aux périodes de disette.

La grange proprement dite se présente sous la forme d'un bâtiment à trois nefs séparées par deux rangées de poteaux avec une charpente chevillée, avec des poutres en chêne, rénovée en 1432. L'ensemble a été rachetée par la commune en 2003 et a bénéficié d’une restauration en 2006 par des compagnons charpentiers[51].

La Maison Vacher dit « Château de l'Alouette »[modifier | modifier le code]

Les bâtiments de la propriété Vacher, situé à proximité du hameau de L'Alouette, date pour la plupart de la seconde moitié du XIXe siècle. L'ensemble architectural compte trois cours et s'ouvre à l'ouest sur un vaste parc arboré comprenant une ancienne serre chauffée. Le bâtiment d'habitation de plan rectangulaire présente, au niveau du parc, une façade composée série de portes-fenêtres en rez-de-chaussée, des cordons d'appui séparant les étages, baies à chambranle mouluré. L'intérieur conserve des boiseries et plusieurs cheminées d'époque. Une crête faîtière et deux épis en terre cuite dominent le bâtiment [52].

Langue et traditions locales[modifier | modifier le code]

Carte linguistique du Dauphiné : Le dauphinois est un dialecte arpitan parlé dans le nord du Dauphiné.

Langue locale[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se situe dans la partie septentrionale du Dauphiné, au nord de Grenoble et donc le domaine linguistique des patois dauphinois, laquelle appartient au domaine des langues dites francoprovençales ou arpitanes au même titre que les patois savoyards, vaudois, Valdôtains, bressans et foréziens. (voir carte).

Historiquement, l'idée du terme francoprovençal, attribué à cette langue régionale parlée dans le quart centre-est de la France, différent du français, dit langue d'oil et de l'occitan, dit langue d'oc, est l'œuvre du linguiste et patriote italien Graziadio Isaia Ascoli en 1873 qui en a identifié les caractéristiques.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire de Bonnefamille abrite deux espaces naturels inventoriés en raison de leurs caractères remarquables.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Armes de Bonnefamille

La commune de Bonnefamille porte :

Écartelé : au premier d'or à la tour de sable ouverte et ajourée du champ, au deuxième d'argent au chêne arraché de sinople, au troisième d'argent à la libellule de sinople posée en pal, au quatrième d'or aux trois hirondelles contournées au naturel volant en barre et mal ordonnées ; à la croix estrée de sinople brochant sur la partition, la traverse chargée de trois edelweiss d'argent boutonnés d'or [55].


La devise de Bonnefamille présentée sur le site officiel de la commune est « Ebona familia nascetur robur  » que l'on peut traduire par cette formule « D’une bonne famille naîtra la force »[56].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon la transcription du journal de Paris du 29 août 1810 (voir section "Histoire")
  2. Selon le site officiel de la commune
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Selon l'orthographe utilisée dans le document original
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 11 avril 2019
  2. site annuaire mairie Distances des grandes villes avec Bonnefamille, consulté le 12 avril 2019
  3. Site via michelin page sur la distance entre Bonnefamille et Bourgoin-Jallieu, consulté le 12 avril 2019
  4. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - ruisseau de bivet (V1761020) » (consulté le ).
  6. Paln du réseau Transisère, consulté le 12 avril 2019
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Site de la commune de Bonnefamille, page "Situation géographique", consulté le 11 avril 2019
  15. Site géoportail, page des cartes IGN
  16. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  17. [1]
  18. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" (ISBN 2-84424-043-7) par André Planck, édition L'atelier, 2006, page 43
  19. Google livre "Mémoires Critiques, Pour servir d'éclaircissements sur divers points de l'histoire ancienne de la Suisse ...", Volume 2, page 511, consulté le 12 avril 2019
  20. Site isère Patrimoine, page " Habitat néolithique et sépultures médiévales - Lieudit Ponas", consulté le 12 avril 2019
  21. site de JC michel, page sur la carte archéologique de l'Isère, section "Bonnefamille", consulté le 12 avril 2019
  22. Google livre "Histoire de l'église de Lyon d'Étienne-Joseph Poullin de Lumina, 1770, page 71, consulté le 12 avril 2019
  23. Google livre, "Dictionnaire historique des saints Personnages", Tome premier, page 125, année 1772, consulté le 12 avril 2019
  24. Le grand dictionnaire historique, ou le melange curieux de l'Histoire sacrée et profane, volume 4, page 121, consulté le 12 avril 2019
  25. Google livre "Journal de Paris du 29 août 1810, consulté le 12 avril 2019
  26. D'après le Dictionnaire géographique des Gaules et de la France, volume 4, p.  670 (MENUE-FAMILLE, en Dauphiné…) sur Google Livres.
  27. Google Livre Le Mercure de France, novembre 1740, page 2842, consulté le 12 avrile 2019
  28. site du journal le dauphiné article "le château des animaux", consulté le 12 avril 2019
  29. Google livre Recueil général des lois et des arrêts en matière civile, criminelle Tome VI, consulté le 11 avril 2019
  30. Site généalogique de la famille Simard-Boudarel, "Diémoz sous la Révolution, deuxième partie", consulté le 12 avril 2019
  31. Site de JC Truffet sur les châteaux, forteresses, villages fortifiés et leurs vestige, page sur le château de Moidière, consulté le 12 avril 2019
  32. Voir le Bulletin des Lois du Royaume de France, 8e série, p.  407 : N° 1012. - Ordonnance du Roi qui autorise la Commune de Menu-Famille (Isère)… sur Google Livres.
  33. Site Gallica Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, et avis du Conseil d'Etat, édité en 1827, page 92, consulté le 12 avril 2019
  34. Site de l'association des 11ème cuirassés page sur le 29 aout 1944, consulté le 12 avril 2019
  35. Site Isère Patrimoine, page sur la stèle commémorative de la Résistance, consulté le 12 avril 2019
  36. Article sur le gang des souris vertes sur le site de Lyon-mag.
  37. Site de la commune de Bonnefamille, trombinoscope du conseil municipal, consulté le 12 avril 2019
  38. « Résultats municipales 2020 à Bonnefamille », sur lemonde.fr (consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  43. Site du Minsitère de l'Éducation nationale, page sur l'école de Bonnefamille, consulté le 12 avril 2019
  44. Site de la commune de Bonnefamille, page sur la médiathèque, consulté le 12 avril 2019
  45. Site de la paroisse Saint-Paul-des-quatre-vents, page sur Bonnefamille, consulté le 12 avril 2019
  46. Site isère-patrimoine, page sur l'église Saint-Antoine de Bonnefamille, consulté le 12 avril 2019
  47. site des archives de la préfecture de l'Isère, page sur Bonnefamille, consulté le 12 avril 2019
  48. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 670.
  49. « Liste des lieux et monuments de la commune de Biviers à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Château de Moidière », notice no PA00117125, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. Site de la communauté de communes des collines du nord-dauphine, page sur la Grange de Bonnefamille, consulté le 11 avril 2019
  52. Site Isère Patrimoine, page sur la Maison Vacher, dite château de l'Alouette, consultée le 12 avril 2019
  53. Site de la direction de l'environnement, page sur la znieff du vallon du Bivet, consulté le 12 avril 2019
  54. Site de la direction de l'environnement, page sur la znieff du plateau de la ferme Chavant, consulté le 12 avril 2019
  55. Banque du Blason de l'Isère
  56. Site de la commune de Bonenfamille, page Histoire, consulté le 12 avril 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]