Fleury-les-Aubrais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury.
Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)
La mairie et l'église.
La mairie et l'église.
Blason de Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)
Blason
Fleury-les-Aubrais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Fleury-les-Aubrais
Intercommunalité Agglomération Orléans Val de Loire
Maire
Mandat
Marie-Agnès Linguet
2014-2020
Code postal 45400
Code commune 45147
Démographie
Gentilé Fleuryssois
Population
municipale
20 677 hab. (2013)
Densité 2 043 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 52″ Nord 1° 55′ 15″ Est / 47.93111, 1.92083
Altitude Min. 109 m – Max. 133 m
Superficie 10,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleury-les-Aubrais -(Fleury-aux-Choux avant 1907)
Liens
Site web ville-fleurylesaubrais.fr

Fleury-les-Aubrais (latin : Floriacum) est une commune française située dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Fleury-les-Aubrais et des communes limitrophes.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située en bordure ouest de la région naturelle de la forêt d'Orléans (108 hectares du territoire de la commune sont occupés par la forêt au nord-est), dans l'aire urbaine et l'unité urbaine d'Orléans.

Elle est limitrophe d'Orléans et distante de 129 km au sud de Paris.

L'emprise ferroviaire de la gare SNCF, ainsi que la zone d'activité qui l'accompagne, constitue la partie la plus à l'ouest de la commune. La gare constitue historiquement un des principaux attraits de cette ville, la gare d'Orléans n'étant qu'un terminus.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saran Cercottes Chanteau Rose des vents
Orléans N Semoy
O    FLEURY-LES-AUBRAIS    E
S
Orléans Orléans Orléans

Centre commercial et magasin de proximité[modifier | modifier le code]

  • L'orée Forêt : Centre E.Leclerc (pompe à essence, parfumerie, restaurants, bar-tabac, opticien...), McDonald, Gifi et Jardi Leclerc.
  • la place du Commerce : Noz, Stokomani, Norauto, Cœur de femmes, Atol, Jouet Club, Estétic center, Styl'éco, Chauss'expo, D'marques, Royal Kids...
  • Centre commercial Lamballe : Carrefour market, Banques (une dizaine sont implantées), tabac/presse, pharmacie, kebab/pizzeria, bar, coiffeurs, opticiens...
  • Intermarché Gare des Aubrais (+pompe à essence)
  • Petit centre aux Orme du Mail et au Clos de la Grande Salle : boulangerie, épicerie, tabac, bar...
  • Tabac, boulangerie, pharmacie coiffeur oriental sur la place Jean-Philippe-Rameau à Lignerolle.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • ZUP Est : Les Ormes du Mail, Les Andrillons
  • ZUS Nord : Lignerolles, La Jabotte, La Hartière
  • ZUP Sud : Tournemaine, Clos de la Grande Dalle, Denis Papin.

Les quartiers :

  • Centre ville : Lamballe
  • Clos des Moulins
  • Clos de l'Ange
  • Clos du Bellebat.

Lieux-dits :

  • l'Herveline
  • la Croix Fleury
  • la Barrière Saint Marc
  • les Escures
  • les Boudines
  • la Bustiére
  • Faubourg Bannier.

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Dessertes ferroviaires[modifier | modifier le code]

En raison de la situation en cul-de-sac de la gare d'Orléans, c'est la gare des Aubrais qui est utilisée pour la plupart des liaisons Grandes lignes desservant l'agglomération orléanaise. Le trafic dans cette gare est de 7 000 passagers par jour[1]. La grande majorité des passagers effectue des trajets pendulaires quotidiens vers Paris pour se rendre à leur lieu de travail.

Dessertes routières[modifier | modifier le code]

La tangentielle traverse la commune, avec un trafic journalier de 51 500 véhicules au niveau de la commune. La route départementale 2020 (ex-route nationale RN 20) traverse également la commune, avec 18 000 véhicules empruntant cette portion de l'axe[1].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne A du tramway.

En tant que commune membre de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire, Fleury-les-Aubrais est desservie par le réseau TAO :

  • Tram A : cinq stations se situent sur le territoire de la commune (Libération, gare des Aubrais, Bustière, Lamballe et Jules-Verne), cette dernière étant le terminus nord de la ligne. De plus, trois parc relais (P+R) couplés à des stations de tramway y sont implantés et permettent aux Fleuryssois de rejoindre le centre d'Orléans ou le sud de l'agglomération par le tram.
  • Lignes de bus sur le territoire de Fleury-les-Aubrais :
    • 4

 : FLEURY LES AUBRAIS Bicharderies SAINT JEAN DE LA RUELLE Petite Espère

9 : ORLÉANS Gare d'Orléans ↔ SEMOY Herveline

21 : FLEURY LES AUBRAIS Gare des Aubrais ↔ FLEURY LES AUBRAIS Lamballe

19 : INGRÉ Maurice Genevoix ↔ FLEURY LES AUBRAIS Gare des Aubrais

12 : FLEURY LES AUBRAIS Gare des Aubrais ↔ BOIGNY SUR BIONNE Grand Boulard

  • 11 : ORLÉANS Gare d'Orléans ↔ ORMES Paradis
    • 6 : SARAN Les Montaubants ↔ ORLÉANS Gares d'Orléans
    • 7 : ORMES Paradis ↔ SAINT CYR EN VAL Petite Mérie
    • Citéis 21 : FLEURY LES AUBRAIS Gare des Aubrais
    • 33 : CHANTEAU Saint Remy ↔ FLEURY LES AUBRAIS Bustière
    • 37 : SAINT JEAN DE BRAYE Léon Blum ↔ FLEURY LES AUBRAIS Jules Verne via Marigny les Usages et Chanteau
    • Flexo 45 : FLEURY LES AUBRAIS Gare des Aubrais ↔ ORMES Paradis Le système de location de vélo en libre-partage Vélo'+ est disponible dans plusieurs stations dédiées installées à Fleury les Aubrais.

La gare des Aubrais est un point d'échange majeur de l'agglomération orléanaise du point de vue des transports en commun (tram, bus, train, vélo).

Déplacements doux[modifier | modifier le code]

Des bornes de location de vélo sont implantées dans la commune, par exemple à la gare. Ces bornes sont également sur la commune d'Orléans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement ancien[modifier | modifier le code]

Quelques moines, issus de l'abbaye bénédictine de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), vinrent s'installer au nord d'Orléans en créant une chapelle Fleury. Village rural et maraîcher, il s'est appelé Fleury-aux-Choux jusqu'en 1907.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Intérieur de la gare, au début du XXe siècle.

L'importante gare ferroviaire a été inaugurée le au lieu-dit les Aubrais, constituant un pôle d'attractivité pour toute la ville.

Durant la guerre franco-allemande de 1870, la ville est le terrain d'importants combats opposant les Français aux Prussiens sur le lieu de l'actuel quartier des Aydes.

La légende veut qu'une remarque moqueuse sur le patronyme de la ville, faite par Alphonse XIII, roi d'Espagne, en transit à la gare le , ait provoqué le changement de nom qui a été avalisé en 1907.

La mairie actuelle est construite en 1928.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la gare est détruite lors de bombardements alliés en 1944 qui touche également le quartier adjacent. La ville est libérée le 18 août de cette même année.

La gare actuelle date de 1961. L'ouverture du tramway d'Orléans, passant par Fleury-les-Aubrais, a lieu en 2000.

Le centre culturel La Passerelle est inaugurée en 2006.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : armorial des communes du Loiret.
Blason de Fleury-les-Aubrais

Les armes de Fleury-les-Aubrais se blasonnent ainsi : Palé de sinople et de gueules, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or et d'un lambel d'argent[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 20 677 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
764 772 927 908 1 043 1 054 1 003 1 032 1 151
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 109 1 155 1 146 1 222 1 302 1 393 1 666 1 733 1 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 134 2 351 2 887 4 503 5 043 6 016 6 818 6 321 8 521
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
10 756 13 180 16 842 19 758 20 673 20 690 21 418 21 203 21 132
2013 - - - - - - - -
20 677 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Âge de la population[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune de Fleury-les-Aubrais en 2010[5]ainsi que, comparativement, celle du département du Loiret la même année[6], sont représentées avec les graphiques ci-dessous.

La population de la commune comporte 47,8 % d'hommes et 52,2 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge légèrement plus jeune que celle de la France métropolitaine[7]. L'indice de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans, est en effet de 1,35 pour la commune, soit 135 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indice est également supérieur à celui du département (1,1) et à celui de la région (0,95)[8].

Pyramide des âges à Fleury-les-Aubrais en 2010 en pourcentage[5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,6 
5,5 
75 à 89 ans
8,3 
11,4 
60 à 74 ans
12,8 
21,0 
45 à 59 ans
20,5 
20,2 
30 à 44 ans
18,8 
20,3 
15 à 29 ans
19,5 
21,1 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges dans le département du Loiret en 2010 en pourcentage[6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,2 
6,6 
75 à 89 ans
9,6 
13,8 
60 à 74 ans
14,3 
20,0 
45 à 59 ans
19,9 
20,1 
30 à 44 ans
19,4 
19,0 
15 à 29 ans
17,4 
20,0 
0 à 14 ans
18,3 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse de Fleury acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[9] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[10]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[11].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[12].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Fleury était rattachée sur le plan ecclésiastique à l'ancien diocèse d'Orléans, sur le plan judiciaire au bailliage d'Orléans , sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans, élection d'Orléans[13],[14].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Fleury est alors incluse dans le canton de Fleury, le district d'Orléans et le département du Loiret[15].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[16]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[17]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[18]. L'acte II intervient en 2003-2006[19], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Fleury-les-Aubrais aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Orléans 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district d'Orléans de 1790 à 1795[12],[15]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[20].
Canton Fleury 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Fleury est rattachée au canton de Fleury[21],[12]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[20]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[22]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Ingré 1801-1806 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[23]. Fleury est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton d'Ingré, sous le nom de Fleury[24],[12].
Orléans-Nord-Ouest 1806-1973 En 1806, la commune est rattachée au canton d'Orléans-Nord-Ouest, un canton nouveau formé entre autres des communes de l'ancien canton d'Ingré[25].
Fleury-les-Aubrais 1973-2015 En 1973, la commune est rattachée au canton de Fleury-les-Aubrais[26].
Fleury-les-Aubrais 2015- Électorale La loi du [27] et ses décrets d'application publiés en février et [28] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Fleury-les-Aubrais[28]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[29].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative Fleury est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[12],[24].
Circonscription législative 5e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[30],[31]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[32]. La réforme n'affecte pas Fleury-les-Aubrais qui reste rattachée à la cinquième circonscription[33].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune de Fleury-les-Aubrais est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[34], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de l’Agglomération orléanaise depuis sa création le . Cette communauté de communes devient communauté d'agglomération Orléans Val de Loire le 27 décembre 2001[35].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Fleury-les-Aubrais et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Fleury-les-Aubrais Maire Marie-Agnès Linguet 2014 2020
Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire Président de l'intercommunalité Charles-Eric Lemaignen 2014 2020
Département Départementales Canton de Fleury-les-Aubrais Conseillère départementale Marie-Agnès Courroy 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Michel Breffy
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[36] 2021[37]
Pays Législatives 5e circonscription Députée Marianne Dubois

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Fleury-les-Aubrais, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[38], pour un mandat de six ans renouvelable[39]. Il est composé de 35 membres [40]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Marie-Agnès Linguet est maire depuis 2014.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
19XX 19XX Maurice Jourdain   Distillateur
Président de la Chambre de commerce
Conseiller général du canton d'Orléans-Nord-Ouest
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Louis Labonne    
mars 1971 juin 1995 André Chène PCF Conseiller général du canton de Fleury-les-Aubrais (1973-1997)
juin 1995 5 avril 2014[41] Pierre Bauchet UDF
puis MoDem
puis sans étiquette
 
avril 2014[41] en cours Marie-Agnès Linguet UDI Conseillère régionale du Centre-Val de Loire, 2e Vice-présidente de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Gracanica (Bosnie-Herzégovine)

Drapeau de l'Italie Formia (Italie)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La ville est dotée d'un Plan d'occupation des sols (POS) valant Plan local d'urbanisme (PLU). Sa révision en 2001 a eu pour objet la définition de nouveau projet, et l'intégration d'un projet de ZAC : la ZAC « Cœur de ville ». La commune a réalisé une exposition en 2004 afin de communiquer avec la population locale sur les futurs projets.

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) de l'agglomération orléanaise a été approuvé en décembre 2008[42]. C'est un document avec lequel le POS, et donc la politique de la ville, devront être en cohérence.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Les quartiers (Ormes du mail / Andrillons, Tournemaine / Denis Papin, Lignerolles / La Jabotte) font partie des contrats urbains de cohésions sociale. Ce sont les quartiers prioritaires de la ville, les quartiers qui rencontrent un problème de délinquance, un taux de chômage élevé et un problème économique au sein du quartier. Ces quartiers sont quotidiennement confrontés aux forces de l'ordre afin d'installer un calme. Un projet de prévention à la délinquance a été mis en place, la police municipale a été renforcée et de nombreux projets de rénovation sont en cours.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune est l'un des premiers employeurs de l'agglomération, avec environ 10 000 emplois sur le territoire et plus de 10 000 actifs en 1999[1]. L'activité est répartie sur plusieurs zones :

  • Dessaux à l'ouest ;
  • Fleury - Saran au nord ;
  • l'Herveline et Lignerolles à l'est ;
  • Bicharderies au nord-est.

La maison vinaigrière Martin Pouret et l'entreprise Thalès sont installées sur la commune.

Depuis 2011, le nord de la ville à vue se développer l'offre commercial autour du centre commercial de l'Orée de la Fôret, avec l'ouverture dans un premier temps de commerce rue Joliot-Curie.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le lycée professionnel Jean-Lurçat

La commune est dotée d'un lycée d'enseignement professionnel, de 2 collèges et de 7 groupes scolaires. L'école maternelle Jacques-Brel a été agrandie en 2003.

Jeunesse et Loisirs[modifier | modifier le code]

Fleury dispose également de trois crèches (Les Oisillons, L'Île aux Momes et 1, 2, 3 Soleil).

L'offre péri-scolaire est assurée par deux centres de loisirs (La Brossette et Anaïs et Thibault) et trois maisons de quartier (Jacques-Tati, Jean-Vilar et Jean-Gabin).

La ville dispose également d'un Espace-Emploi-Formation : SPRO / PIJ - Relais Mission Locale - Relais Emploi

Chaque année en juin la municipalité organise la fête de la Jeunesse (R2Fête).

Santé[modifier | modifier le code]

Un hôpital psychiatrique est implanté sur la commune. Une clinique (clinique de la Présentation) était également présente. fermée en 2013 avec l'ouverture du pôle de santé Oréliance à SARAN.

Sports[modifier | modifier le code]

Les équipements sportifs sont les suivants : quatre stades, quatre salles omnisports, une piscine, un boulodrome couvert et non-couvert, un stand de tir, une piste d’athlétisme (250 m), trois terrains de football et des courts de tennis.

  • L'équipe de handball féminin de la ville, le Fleury Loiret Handball (SASP) est en première division féminine depuis 2003. Le club est devenu vice-champion de France en 2013 après avoir terminé deuxième de la saison régulière. Le 31 mai 2015, il est sacré champion de France pour la première fois de son histoire en battant Issy-Paris (30-24).
  • La ville était partenaire du club de basket de l'Orléans Loiret Basket par une convention appelée 3 villes - 3 clubs (Fleury-les-Aubrais, Orléans et Saint-Jean-de-Braye) entre 1993 et 2010 ;
  • L'équipe de rugby à XV, le CJF Rugby est en vice-champion honneur pour la saison 2006-2007. Son école de rugby est la première du comité de centre à recevoir le label « FFR »Site du CJF Rugby ;
  • L'équipe de water-polo de Fleury-les-Aubrais est en Nationale 2 masculine pour la saison 2008-2009.

Recyclage[modifier | modifier le code]

L'AgglO gère la collecte des ordures ménagères et du tri sélectif. Elle a également mis en place un système pour encourager le compostage dans les jardins individuels (don de composteurs et formation des habitants).

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • La corrida : course festive le soir de la Saint Sylvestre, dont la première édition date de 1976 ;
  • La brocante annuelle "Festi'Fleury" en mars ;
  • La réception des sportifs ;
  • Le festival Cheminance ;
  • La course caritative "la Fleuryssoise"
  • L'action "parcours-santé"
  • La fête de la jeunesse "R2Fête"
  • Le "Fleury Raid Aventure"
  • Le Fleury Handi Challenge ;
  • le Forum des Associations ;
  • Les Folles journées du développement durable ;
  • La semaine de la santé ;
  • la semaine de la ville équitable ;
  • Le salon des artistes fleuryssois ;
  • Fêtes de quartier au mois de juin.

Médias[modifier | modifier le code]

La radio associative « Radio Arc En Ciel » est installées sur la ville de Fleury-les-Aubrais.

La chaine de télévision locale Orléans TV était installée aussi sur la commune de Fleury-les-Aubrais puis Orléans avant de disparaitre en 2011.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église catholique Saint-André ;
  • Presbytère ;
  • Cimetière communal, et cimetière intercommunal des Ifs sur la commune de Saran ;
  • Salle de prière pour le culte musulman.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

La ville est ville fleurie avec quatre fleurs et la distinction Grand Prix attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Louise de Savoie-Carignan, femme de l'arrière-arrière-petit-fils de Louis XIV et de la marquise de Montespan et princesse de Lamballe, y possédait un domaine, dont il ne reste plus aucune construction. Elle a donné son nom (parc Princesse-De-Lamballe) à un parc où est édifié le centre culturel de la ville (La Passerelle) et l'école de musique Maurice-Ravel, ainsi qu'à une rue et un quartier de la commune.

Georges Daumezon (1912-1979), psychiatre, dirigea l'hôpital psychiatrique de Fleury-les-Aubrais entre 1938 et 1951. Son nom est accolé à ce dernier depuis 1998[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Exposition Fleury, ma ville, commune de Fleury les aubrais, 2004
  2. Le blason de la ville sur Gaso et Les emblèmes de France. Consultations : mars 2008.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  5. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population de Fleury-les-Aubrais », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013)
  6. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département du Loiret en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013)
  7. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013).
  8. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Centre en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013).
  9. Motte 2003, p. 24
  10. Motte 2003, p. 23
  11. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  12. a, b, c, d et e « Notice communale de Fleury-les-Aubrais », sur le site de l'EHESS (consulté le 7 novembre 2015).
  13. Bloch 1906, p. 19
  14. Abbé Patron 1870, p. 362
  15. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  16. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  17. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  18. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  19. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  20. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  21. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 7 novembre 2015)
  22. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 7 novembre 2015), p. 6.
  23. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  24. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 46 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 7 novembre 2015)
  25. Louis Rondonneau, Collection générale des lois : décrets, arrêtés, sénatus-consultes, avis du conseil d'État et réglemens d'administration publiés depuis 1789 jusqu'au 1er avril 1814. Gouvernement Impérial : 3 juillet 1806 - 22 décembre 1808, vol. 10, Paris, Imprimerie royale, coll. « Bulletin des lois », , 434 p. (lire en ligne), 2e, p. 485-486.
  26. « Décret no 73-726 du 23 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015)
  27. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  28. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 7 novembre 2015).
  29. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  30. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  31. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  32. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  33. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 7 novembre 2015).
  34. « Rattachements administratifs de la commune de Fleury-les-Aubrais », sur le site de l'Insee (consulté le 7 novembre 2015)
  35. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 6 novembre 2015)
  36. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  37. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  38. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  39. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 7 novembre 2015)
  40. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  41. a et b Marion Bonnet, « Marie-Agnès Linguet, première femme maire de Fleury », La République du Centre,‎ (lire en ligne).
  42. lien vers le SCOT sur le site de l'AgglO
  43. Palmarès des villes et villages fleuris dans le Loiret. Consultation : janvier 2009.
  44. La République du Centre, , p13.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]