Ormes (Loiret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ormes.
Ormes
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Orléans-3
Intercommunalité Agglomération Orléans Val de Loire
Maire
Mandat
Alain Touchard
2014-2020
Code postal 45140
Code commune 45235
Démographie
Gentilé Ormois
Population
municipale
3 725 hab. (2013)
Densité 205 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 30″ Nord, 1° 49′ 18″ Est
Altitude Min. 106 m – Max. 131 m
Superficie 18,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Ormes

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Ormes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ormes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ormes
Liens
Site web ville-ormes.fr

Ormes est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. Ses habitants sont appelés les Ormois.

Commune au nord-ouest de Orléans, Ormes se situe au cœur du deuxième plus grand parc industriel de l’agglomération Orléans Val de Loire qu'il forme avec les communes limitrophes de Saran et d'Ingré, et qui a permis la transformation massive du territoire désormais urbain.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Ormes (Loiret) et des communes limitrophes
Ormes se situe au nord-ouest de la communauté de communes Orléans Val de Loire.

La commune d'Ormes se trouve dans le quadrant nord-ouest du département du Loiret, dans la région agricole de la Beauce de Patay[1] et l'aire urbaine d'Orléans[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 7,9 km d'Orléans[3], préfecture du département, et à 2,8 km d'Ingré, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie d'Orléans[2].

Les communes les plus proches sont : Ingré (2,8 km), Bucy-Saint-Liphard (3,9 km), Saran (4,7 km), Boulay-les-Barres (4,9 km), Gidy (5,4 km), Saint-Jean-de-la-Ruelle (5,7 km), La Chapelle-Saint-Mesmin (6,3 km), Bricy (6,7 km), Cercottes (6,8 km) et Chaingy (7,3 km)[4].

Rose des vents Boulay-les-Barres Boulay-les-Barres Gidy Rose des vents
Bucy-Saint-Liphard N Saran
O    ORMES    E
S
Ingré Ingré Ingré, Saran

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 815 hectares ; son altitude varie entre 106 et 131[5].

Aucun cours d'eau ne traverse la commune. Néanmoins, Ormes se situe au nord de la Loire, en lisière de la région naturelle de Beauce. Cette dernière zone fait partie de la structure géologique du bassin parisien, et y correspond à une zone d'affleurement des calcaires (issus des dépôts sédimentaires d'un grand lac qui recouvrait la région durant l'ère Tertiaire) déposés entre l’Éocène moyen (43 millions d'années) et le début du Miocène (25 millions d'années).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Sur le territoire d'Ormes, les différents risques majeurs peuvent venir de risques industriels, du transport de marchandises dangereux, ou encore de l’effondrement liés aux cavités souterraines. Le niveau de sismicité est de 1 sur 5 ce qui correspond à une probabilité de survenue d'un séisme très faible.

Plusieurs états de catastrophe naturelle ont été reconnus via différents arrêtés interministériels entre 1992 et 1999, notamment en raison de mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Climat du Loiret et Orléans#Climat.

Tout comme le reste du département du Loiret, le climat, selon la classification de Köppen, est tempéré de type océanique dégradé se caractérisant par des hivers doux et pluvieux, et des étés frais et relativement humides[7].

La station météorologique la plus proche est celle d'Orléans-Bricy.

Relevé observé de 1971 à 2000, à la station météorologique d'Orléans-Bricy (45)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,9 1,1 2,8 4,4 8,3 11 13,1 12,9 10,3 7,4 3,5 2 6,5
Température moyenne (°C) 3,7 4,5 7,2 9,4 13,5 16,4 19 19 15,7 11,7 6,8 4,6 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,9 11,6 14,4 18,6 21,7 24,8 25 21,1 15,9 10,1 7,2 15,4
Ensoleillement (h) 65 88 136 160 211 195 217 237 166 113 56 58 1 710
Précipitations (mm) 52 50 47 49 67 45 54 40 56 62 56 58 636
Source : Météo-Centre.fr
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,4
0,9
52
 
 
 
7,9
1,1
50
 
 
 
11,6
2,8
47
 
 
 
14,4
4,4
49
 
 
 
18,6
8,3
67
 
 
 
21,7
11
45
 
 
 
24,8
13,1
54
 
 
 
25
12,9
40
 
 
 
21,1
10,3
56
 
 
 
15,9
7,4
62
 
 
 
10,1
3,5
56
 
 
 
7,2
2
58
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune d'Ormes se situe à proximité immédiate de l'autoroute A10 reliant Paris à Bordeaux. L’échangeur autoroutier vers l'ancienne l'autoroute A701, aujourd'hui D 2701, et situé sur le territoire de Saran, permet de rejoindre Ormes par le Pôle 45.

Elle est également desservie par la Route nationale 157, déclassée en D 2157 dans le Loiret, et appartenant anciennement à la Route nationale 155. Elle permet de rejoindre Le Mans, Laval et Rennes depuis Orléans.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un véhicule Agora L du réseau TAO traversant la ville d'Ormes.

La commune est desservie par trois lignes du réseau de transports de l'agglomération orléanaise (TAO) :

  • La ligne no 4 reliant la Rue du Champ Rouge à Saran et le centre routier d'Ormes jusqu'au lieu-dit Les Auvernats à Saint-Denis-en-Val ;
  • La ligne no 7 reliant la Rue du Paradis à Ormes jusqu'au lieu-dit Petite Mérie à Saint-Cyr-en-Val ;
  • La ligne no Flexo 45 reliant la Rue du Paradis à Ormes jusqu'à la Gare des Aubrais - Orléans.

La commune est également desservie par les lignes 1A 1B 1D du réseau départemental de cars Ulys.

Transports ferroviaire[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, le territoire de la commune comprend les lieux-dits et écarts les Barres et la Borde.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 187, alors qu'il était de 987 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 98,4 % étaient des résidences principale et 1,5 % des logements vacants. La ville d'Ormes ne compte qu'un seul logement de type « secondaire ». Ces logements étaient en majorité des maisons individuelles : on dénombre 95,7 % de maisons contre 4,3 % d'habitats collectifs[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 78,8 %, en légère baisse par rapport à 1999 (79,1 %)[I 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'aménagement de nouveaux centres de sécurité prioritaire dans le département du Loiret à l'horizon 2017, un centre d'incendie et secours sera construit chemin de l'Allée à Ormes, non loin de la communauté d'Emmaüs, dans le Pôle 45. Un endroit décrit comme « stratégique » par les responsables. Cette caserne de sapeurs-pompiers remplacera les deux casernes d'Ormes et de Saran[8].

Sur la route départementale RD 955, la municipalité envisage de construire un nouveau rond-point situé à l'entrée nord du territoire[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom vient de « Ulmus », nom d'une villa gallo-romaine. Cette occupation gallo-romaine est attestée par des fouilles archéologiques près du château de la Riffaudière, retrouvant une cave et plusieurs éléments de cette époque (monnaie, poterie…)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux saints : Liphard et Léonard, seraient baptisés au hameau de Corroy[11].

La commune a appartenu successivement aux cantons d'Ingré (1793-1806), Patay (1806-1973), Saint-Jean-de-la-Ruelle (1973-1982) et Ingré à nouveau depuis 1982[12].

Lors de la guerre franco-allemande de 1870, la ville d'Ormes a été le théâtre de violents combats. Après leur victoire près de Artenay, les Prussiens arrivent sur le territoire le 11 octobre 1870. Les Français subissent la performance du matériel de guerre prussien et tombent au combat. 190 soldats ont péri. La majorité d'entre eux reposent dans un monument situé non loin de la route de Châteaudun. 800 autres personnes ont été emprisonnées à la ferme Bois-Girard[13],[14].

C'est à la fin du XIXe siècle que la commune a pu prendre son essor grâce à l'apparition du Bourg Neuf et à la construction de l'église Notre-Dame[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Ormes acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[16] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[17]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[18].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[19].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse d'Ormes était rattachée sur le plan ecclésiastique à l'ancien diocèse d'Orléans, sur le plan judiciaire au bailliage d'Orléans , sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans, élection d'Orléans[20],[21].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune d'Ormes est alors incluse dans le canton d'Ingré, le district d'Orléans et le département du Loiret[22].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[23]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[24]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[25]. L'acte II intervient en 2003-2006[26], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune d'Ormes aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Orléans 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district d'Orléans de 1790 à 1795[19],[22]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[27].
Canton Ingré 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité d'Ormes est rattachée au canton d'Ingré[28],[19]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[27]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[29]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Ingré 1801-1806 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[30]. Ormes est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton d'Ingré, sous le nom d'Ormes[31],[19].
Patay 1806-1973 En 1806, la commune est rattachée au canton de Patay, un canton nouveau formé d'une commune de l'ancien canton d'Ingré, supprimé, de sept communes issues du canton de Neuville et de trois issues du canton de Patay[32].
Saint-Jean-de-la-Ruelle 1973-1982 En 1973, la commune est rattachée au canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle[33].
Ingré 1982-2015 En 1982, la commune est rattachée au nouveau canton d'Ingré[34].
Orléans-3 2015- Électorale La loi du [35] et ses décrets d'application publiés en février et [36] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton d'Orléans-3[36]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[37].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative Ormes est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[19],[31].
Circonscription législative 2e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[38],[39]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[40]. La réforme n'affecte pas Ormes qui reste rattachée à la deuxième circonscription[41].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune d'Ormes est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[42], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de l’Agglomération orléanaise depuis sa création le . Cette communauté de communes devient communauté d'agglomération Orléans Val de Loire le 27 décembre 2001[43].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune d'Ormes et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune d'Ormes Maire Alain Touchard 2014 2020
Communauté d'agglomération Orléans Val de Loire Président de l'intercommunalité Charles-Eric Lemaignen 2014 2020
Département Départementales Canton d'Orléans-3 Conseiller départemental Muriel Cheradame 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Alain Touchard
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[44] 2021[45]
Pays Législatives 2e circonscription Député Serge Grouard

Au second tour de l'élection présidentielle de 2007, 62,62 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 37,38 % pour Ségolène Royal (PS), avec un taux de participation de 88,37 %[46].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 57,64 % des suffrages se sont exprimés pour Nicolas Sarkozy (UMP), 42,36 % pour François Hollande (PS), avec un taux de participation de 89,41 %[47].

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal d'Ormes, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[48], pour un mandat de six ans renouvelable[49]. Il est composé de 27 membres[50]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Lors des élections municipales de 2014, la liste « divers droite » conduite par Alain Touchard a totalisé 1 479 votes, soit 52,55 % des suffrages exprimés, contre 40,97 % d'abstention et 6,47 % de bulletins blancs ou nul[51]. Lors de la première réunion du conseil municipal, Alain Touchard a été réélu maire.

Liste des maires successifs depuis 1840[52]
Période Identité Étiquette Qualité
1840 1852 Pierre Maréchal    
1852 1860 Stanislas Casimir Maréchal    
1860 1870 Gentien Michel Pinsard    
1870 1875 Jean-Baptiste Vaillant    
1875 1878 Paul Prosper Budon    
21 janvier 1878 17 février 1878 Clément Boucher    
17 février 1878 1890 Désiré Vaillant    
5 juin 1890 1892 Jules Jeulin    
3 novembre 1892 1900 Abel Jeulin    
15 mai 1900 1919 Aimé Julien Lange    
10 décembre 1919 1er février 1920 Désiré Bruant    
25 avril 1920 1925 Maurice Bruant    
17 mai 1925 1945 Désiré Gasnier    
26 juin 1945 mars 1971 Roger Seigneuret    
18 juin 1971 16 mars 2001 Janine Rozier RPR Conseillère générale
16 mars 2001 en cours Alain Touchard UMP Logisticien

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Les juridictions compétentes pour Ormes se situent à Orléans — qui dispose d'un tribunal d'instance d'un tribunal de grande instance, d'un tribunal pour enfants, d'un conseil de prud'hommes, d'un tribunal de commerce, d'un tribunal administratif et d'une Cour d'appel — à l'exception de la Cour administrative d'appel, qui relève de la commune de Nantes[53].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Ormes est rattachée à la station de traitement des eaux usées de La Chapelle-Saint-Mesmin[15].

Antérieurement à 2004[54], Ormes a obtenu le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris et l'a toujours conservé depuis[55].

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2012, le résultat de l'exercice comptable, arrondi au millier, s'élève à un bénéfice de 2 190 000 euros, soit 630 euros par habitant, alors que la moyenne de la strate est de 176 € par habitant. Cet excédent est le plus haut depuis 2004. La capacité d'autofinancement s'élève de son coté à 2 254 000 euros[56].

Le taux de la taxe d'habitation tel que voté par la municipalité s'élève à 10,64 % et a rapporté 445 000 euros. La taxe foncière s'élève pour les propriétés bâties à 23,48 % et pour les propriétés non bâties à 53,28 %. Elles ont rapporté respectivement 2 756 000 euros et 34 000 euros[57].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 7 avril 2014, Ormes n'est jumelée avec aucune commune[58].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Ormes_(Loiret).

En 2013, la commune comptait 3 725 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750 872 813 858 759 800 790 775 823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
812 784 806 707 723 755 747 733 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
686 622 626 600 610 615 587 614 696
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
735 799 1 062 1 272 2 291 3 053 3 381 3 725 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[59].)
Histogramme de l'évolution démographique

Âge de la population[modifier | modifier le code]

La population de la commune comporte 50,5 % d'hommes et 49,5 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge beaucoup plus jeune que celle de la France métropolitaine. Il existe en effet 1 053 jeunes de moins de 20 ans pour 446 personnes de plus de 60 ans[60]. L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[61], est ainsi de 2,36 pour la commune, soit 236 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également supérieur à celui du département (1,1) et à celui de la région (0,95)[62].

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune d'Ormes en 2010[63] ainsi que, comparativement, celle du département du Loiret la même année[64], sont représentées par les graphiques ci-dessous.

Pyramide des âges à Ormes en 2010 en pourcentage[63].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,6 
2,7 
75 à 89 ans
4,2 
9,5 
60 à 74 ans
8,8 
24,4 
45 à 59 ans
23,4 
22,7 
30 à 44 ans
26,4 
16,4 
15 à 29 ans
14,9 
24,1 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges dans le département du Loiret en 2010 en pourcentage[64].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,2 
6,6 
75 à 89 ans
9,6 
13,8 
60 à 74 ans
14,3 
20,0 
45 à 59 ans
19,9 
20,1 
30 à 44 ans
19,4 
19,0 
15 à 29 ans
17,4 
20,0 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle Saint-Exupéry.

Ormes est située dans l'académie d'Orléans-Tours.

La commune administre l'école maternelle Saint-Exupéry[65] et l'école primaire Jacques-Prévert[66].

Durant la rentrée 2013, Ormes a fait partie des 28 communes ayant appliqué la réforme des rythmes scolaires[67]. Face à l'accroissement de l'effectif à Jacques-Prévert, l'académie du Loiret a donné un avis favorable pour la construction d'une treizième classe à la rentrée 2013[68].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le terrain de la ville d'Ormes.

Ormes dispose de nombreuses associations sportives[69]. Les principaux clubs sont engagés en basket-ball et en football.

L'Éveil Sportif Ormes Basket 45 évolue actuellement en Nationale 3 du championnat de France. En 2013, le club a été condamné à verser 53 300 € de dommages et intérêts à de ses anciens basketteurs, dont le conseil de prud'hommes a déterminé que son licenciement était sans cause réelle et sérieuse[70].

En football, le F.C Saint Péravy-Ormes, fusion des clubs de Saint-Péravy-la-Colombe et d'Ormes, évolue cette année dans la ligue régionale de football de la région Centre, après avoir remporté respectivement en juin 2012 et 2013 les deuxièmes et premières division départementale[71],[72].

Santé[modifier | modifier le code]

Entre septembre 2013 et février 2014, Ormes ne comptait aucun médecin généralise, le dernier praticien ayant annoncé son départ[73]. Néanmoins, les recherches entreprises par la municipalité pour attirer des praticiens ont permis l’arrivée de trois médecins avant l'été 2014. Le premier a ouvert son cabinet le 10 février[74].

La clinique la plus proche est située à Saran, et le centre hospitalier le plus proche se trouve à Fleury-les-Aubrais.

La ville d'Ormes compte deux pharmaciens en activité dans un même établissement[75].

Médias[modifier | modifier le code]

La République du Centre assure la publication des informations locales à la commune.

La commune ne dispose pas de connexion à un réseau de fibre optique. Les lignes téléphoniques sont raccordées à un réseau situé dans Ormes en non dégroupage et à deux équipements en zone dégroupé situés à l'extérieur d'Ormes, dans les communes limitrophes d'Ingré et de Saran[76].

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 994 €. Ormes est ainsi classée au 2 116e rang parmi l'ensemble des 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[77].

En 2009, 28,3 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables à l'impôt sur le revenu (France)[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 2 328 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,8 % d'actifs dont 73,3 % ayant un emploi et 3,5 % de chômeurs. Parmi les inactifs, 10,7 % de l'ensemble de cette population représentent des élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés, 8,1 % des retraités où préretraités tandis que le chiffre des autres inactifs est de 4,4 %[I 5].

On comptait 4 914 emplois dans la zone d'emploi, contre 4 087 en 1999. Ce sont principalement des emplois dans l'industrie, le commerce, le transports, et les services divers[I 6].

Le nombre d'actifs ayant un emploi et qui résident dans la zone d'emploi étant de 1 709, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 287,5 %[I 7]. 369 personnes actives de 15 ans ou plus ayant un emploi travaillent dans la commune résidente, soit 21,6 % de l'ensemble des actifs ayant un emploi et résidant dans la zone d'emploi[I 8].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le siège social de l'entreprise Vergnet est installé à Ormes ; de nombreuses entreprises sont situées au sein du Pôle 45.

Pôle 45[modifier | modifier le code]

Implanté sur les trois communes d'Ingré, Ormes et Saran, le Pôle 45 est le deuxième plus grand parc d’activités de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire. La création de cette zone industrielle date de 1976, avec le concours de la Chambre de commerce et d'industrie du Loiret[15]. Démographiquement, son développement a permis la transformation massive du territoire, passant d'un village de 799 habitants en 1968 en une ville qui compte aujourd'hui 3 725 habitants en 2013.

Le Pôle 45 compte près de 200 entreprises et a permis la création de 6 500 emplois, principalement dans l'industrie et le domaine du transport et de la logistique. Aujourd'hui, le parc souhaite se tourner vers le développement durable[15].

Principales entreprises du Pôle 45
Nom Chiffre d'affaires[Note 4] Effectif[Note 4] Activité
Alcatel-Lucent Fabrication d'appareils de téléphonie
Amazon.com 146 306 800 €[78],[Note 5] Centre de distribution en France
Deret 83 453 596 €[79],[Note 6] Logistique
Gemey Maybelline 100 (2004)[80] Usine de fabrication de produits de maquillage
Honda 104 982 600 €[81] 154[81] Fabrication de matériel agricole
John Deere 1 294 911 000 €[82],[Note 7] Fabrication de matériel agricole
Kühne + Nagel Logistique
Norbert Dentressangle Logistique
Shiseido 560[83] Fabrication de parfums et de produits de luxe pour la toilette
Wincanton Logistique

Statistiques globales des entreprises[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Ormes comptait 257 établissements : 12 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 31 dans l'industrie, 25 dans la construction, 171 dans le commerce-transports-services divers et 18 étaient relatif au secteur administratif[I 9].

Sur un ensemble de 4 357 postes salariés, 41,3 % dépendent des activités industriels et 47,9 % des activités de Commerce, transports et services divers[I 10].

En 2011, 20 entreprises ont été créées à Ormes[I 11].

Activités commerciales[modifier | modifier le code]

La zone commerciale d'Ormes.

Selon l'Insee, le nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2012 est de sept et sont répartis comme suit : une épicerie, une boulangerie, une boucherie-charcuterie, un magasin d'électroménager, un fleuriste, un magasin d'optique et une station service[84].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ormes ne compte aucun monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[85], ni de lieu et monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[86].

L'église Notre-Dame.

De style gothique du XIIIe siècle, l'Église paroissiale a été bénie le 29 octobre 1871. En 1972, un nouvel autel est consacré et rend honneur à la Vierge Marie. L'église porte le nom de Notre-Dame de la Nativité[87].

Ormes dispose de deux châteaux privés : le château de la Riffaudière datant du XVIIIe siècle et le château de Montaigu datant du XIXe siècle.

Enfin, le monument commémoratif de la guerre de 1870 rend hommage aux soldats français morts sur le territoire de leur commune[13].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Ormes dispose d'une bibliothèque municipale dédiée à Arthur Rimbaud. Elle possède une collection de 21 000 ouvrages et de 4 200 hebdomadaires[88].

La municipalité administre également une école de formation instrumentale. Une quinzaine d’instruments sont proposés[89].

Enfin, une maison de la polyculture a été inaugurée en 2012. Son bâtiment est une ancienne maison vigneronne entièrement restaurée à l'occasion[90]. Elle se veut, pour la municipalité, un espace culturel et de rencontres à destination des nouvelles générations pour leur transmettre le savoir faire du travail agricole au cours des XIXe et XXe siècles[91].

Associations[modifier | modifier le code]

Ormes est le lieu d'une communauté d'Emmaüs, la troisième en France du point de vue chronologique, inaugurée en 1971.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  4. a et b Selon le dernier exercice comptable connu au 18 avril 2014, sauf précision contraire
  5. Chiffres clés des 6 établissements que compote la société AMAZON FR LOGISTIQUE, dont le siège social se trouve au sein du Pôle 45, à Saran.
  6. Chiffres clés des 6 établissements que compote la société DERET LOGISTIQUE, dont le siège social se trouve au sein du Pôle 45, à Saran.
  7. Chiffres clés des 4 établissements que compote la société JOHN DEERE SAS, dont le siège social se trouve au sein du Pôle 45, à Ormes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité.
  7. EMP T5 - Emploi et activité.
  8. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  10. CEN T2 - Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  11. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  2. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 28 juillet 2015).
  3. « Orthodromie entre "Ormes" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « Villes les plus proches d'Ormes », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. « Ormes - ma commune face au risque majeur », sur la plateforme francophone pour la prévention des risques majeurs (consulté le 20 avril 2014).
  7. Classification des climats de Köppen » dans Introduction à la climatologie: Le rayonnement et la température, l'atmosphère, l'eau, le climat et l'activité humaine, page 12, par André Hufty, Presses Université Laval, 2001.
  8. « Les deux centres d'incendie d’Ormes et Saran seront regroupés », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  9. « Un nouveau rond-point à l’entrée nord de la ville », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  10. Des fouilles archéologiques au château de la Riffaudière à Ormes, La République du Centre, édition Orléans, 22 août 2008, p. 12.
  11. Dominique et Michèle Frémy, « Ormes (Loiret) - Fiche », Quid,‎ (consulté le 18 avril 2014).
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. a et b « La guerre de 1870 dans le Loiret », Cercle des Cartophiles du Loiret,‎ (lire en ligne).
  14. « Sur les traces de la guerre avec Jean-Marie Bois », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 18 avril 2014).
  15. a, b, c et d « Présentation de la ville d'Ormes », sur le site de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire (consulté le 7 avril 2014).
  16. Motte 2003, p. 24
  17. Motte 2003, p. 23
  18. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  19. a, b, c, d et e « Notice communale d'Ormes », sur le site de l'EHESS (consulté le 7 novembre 2015).
  20. Bloch 1906, p. 16
  21. Abbé Patron 1870, p. 481
  22. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  23. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  24. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  25. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  26. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  27. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  28. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 7 novembre 2015)
  29. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 7 novembre 2015), p. 6.
  30. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/,‎ (consulté le 7 novembre 2015)
  31. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 46 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 7 novembre 2015)
  32. Louis Rondonneau, Collection générale des lois : décrets, arrêtés, sénatus-consultes, avis du conseil d'État et réglemens d'administration publiés depuis 1789 jusqu'au 1er avril 1814. Gouvernement Impérial : 3 juillet 1806 - 22 décembre 1808, vol. 10, Paris, Imprimerie royale, coll. « Bulletin des lois », , 434 p. (lire en ligne), 2e, p. 485-486.
  33. « Décret no 73-726 du 23 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015)
  34. « Décret no 82-81 du 25 janvier 1982 création et modification de cantons dans le département du Loiret (Saint-jean-de-braye,checy,olivet,saint-jean-le-blanc,meung-sur-Loire,saint-jean-de-la-ruelle,fleury-les-aubrais,ingre,orleans-saint-marceau,orleans-la-source) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 7 novembre 2015)
  35. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  36. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 7 novembre 2015).
  37. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/,‎ (consulté le 7 novembre 2015).
  38. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  39. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  40. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  41. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 7 novembre 2015).
  42. « Rattachements administratifs de la commune d'Ormes », sur le site de l'Insee (consulté le 7 novembre 2015)
  43. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 6 novembre 2015)
  44. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  45. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/,‎ (consulté le 29 décembre 2015)
  46. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 7 avril 2014)
  47. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur.
  48. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  49. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 7 novembre 2015)
  50. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  51. « Résultats de l'élection municipales 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 20 avril 2014).
  52. « Les maires d'Ormes », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 20 avril 2014).
  53. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 2 mars 2014).
  54. 45e concours des villes et villages fleuris - Palmarès 2004, [lire en ligne].
  55. Fiche de la commune en 2014 sur le site du Conseil national des villes et villages fleuris.
  56. « Comptes des communes - Chiffres clés pour Ormes », sur le site du ministère des Finances (consulté le 7 avril 2014).
  57. « Comptes des communes - Fiscalité d'Ormes », sur le site du Ministère des Finances (consulté le 7 avril 2014).
  58. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 10 mars 2014).
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  60. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 avril 2014).
  61. « Indicateur de jeunesse », sur le site de l'Insee (consulté le 8 avril 2014).
  62. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Centre en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 avril 2014).
  63. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population d'Ormes », sur le site de l'Insee (consulté le 8 avril 2014)
  64. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département du Loiret en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 avril 2014)
  65. « École maternelle publique Saint-Exupéry », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 7 avril 2014).
  66. « École primaire publique Jacques Prévert », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 7 avril 2014).
  67. « Visite de l’école primaire Jacques Prévert d’Ormes », sur le site de la préfecture du Loiret (consulté le 7 avril 2014).
  68. « Création de deux salles de classe », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 7 avril 2014).
  69. « Associations sportives », sur le site de la mairie (consulté le 8 avril 2014).
  70. « L’Éveil Sportif d’Ormes lourdement sanctionné », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  71. « Présentation », sur le site du F.C Saint Péravy-Ormes (consulté le 8 avril 2014).
  72. « Saint-Péravy/Ormes champion jouera en PH la saison prochaine », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  73. « Les recherches suite au départ du dernier médecin aboutissent », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  74. « Trois médecins arrivent à Ormes », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 8 avril 2014).
  75. « Annuaire des pharmaciens », sur le site de l'Ordre national des pharmaciens (consulté le 20 avril 2014).
  76. « L'ADSL à Ormes », sur le portail web de référence dédié aux fournisseurs d'accès à Internet et aux offres haut-débit (consulté le 8 avril 2014).
  77. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  78. « Présentation de la société AMAZON FR LOGISTIQUE », sur le site societe.com : information gratuite sur les entreprises du Registre du Commerce, Groupe Adverline (consulté le 18 avril 2014).
  79. « Présentation de la société DERET LOGISTIQUE », sur le site societe.com : information gratuite sur les entreprises du Registre du Commerce, Groupe Adverline (consulté le 18 avril 2014).
  80. « -L’industrie de la parfumerie - cosmétique en région Centre », CRCI Centre - Service Études et Prospective,‎ (consulté le 18 avril 2014), p. 5.
  81. a et b [http://www.societe.com/societe/hon da-france-manufacturing-par-abreviation-h-f-m-sas-501736565.html « Présentation de la société HONDA FRANCE MANUFACTURING »], sur le site societe.com : information gratuite sur les entreprises du Registre du Commerce, Groupe Adverline (consulté le 18 avril 2014).
  82. « JOHN DEERE SAS à Ormes », sur bilansgratuits.fr, Groupe Les Echos (consulté le 18 avril 2014).
  83. « SHISEIDO INTERNATIONAL FRANCE », sur le site de l'association Orléans Val de Loire Technopole (consulté le 18 avril 2014).
  84. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2012 », sur le site de l'Insee (consulté le 18 avril 2014).
  85. « Liste des monuments historiques de la commune d'Ormes », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. « Liste des lieux et monuments de la commune d'Ormes à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. « Église Notre-Dame de la Nativité », sur le site du doyenné Ouest d'Orléans (consulté le 20 avril 2014).
  88. « Un zoom sur la bibliothèque municipale pour terminer la série », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 20 avril 2014).
  89. « École municipale de musique », sur le site de la mairie (consulté le 20 avril 2014).
  90. « La Maison de la polyculture a été inaugurée samedi, devant une centaine d’invités », sur le site du quotidien La République du Centre,‎ (consulté le 20 avril 2014).
  91. « Maison de la polyculture : de la vigne au blé », sur le site de la mairie (consulté le 20 avril 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Barbier, Ormes, un siècle et demi d'histoires, éditeur inconnu, (lire en ligne)
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :