Barrage de Naussac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barrage de Naussac
Géographie
Localisation
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
soutien d'étiage
Date du début des travaux
1er octobre 1976
Date de la fin des travaux
1er novembre 1980
Date de mise en service
1983
Barrage
Hauteur
(lit de rivière)
50 m
Longueur
240 m
Épaisseur en crête
m
Épaisseur à la base
145 m
Réservoir
Nom
Altitude
945 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Volume
190 millions de
Superficie
10,5 km²
Longueur
8 kmVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Arch dam 12x12 n.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Arch dam 12x12 n.svg
Localisation sur la carte de la Lozère (département)
voir sur la carte de la Lozère (département)
Arch dam 12x12 n.svg

Le barrage de Naussac est un barrage construit sur un affluent de l'Allier, situé près de Langogne, dans le département de la Lozère. Sa construction, entre 1976 et 1980, a généré le lac de Naussac, mettant sous l'eau le village du même nom.

Présentation[modifier | modifier le code]

La première tranche a été mise en service en 1983, la construction du barrage engloutissant le vieux Naussac qui fut reconstruit plus haut, juste à côté de Langogne. La seconde tranche, destinée à améliorer la capacité de la première, a été mise en service en 1998.

Rôle du barrage[modifier | modifier le code]

Le barrage de Naussac permet d'assurer durant l'été, grâce à des lâchers, un débit minimum de la Loire au niveau de Gien, dont la station de mesure sert de référence pour les centrales nucléaires de Belleville (Cher) et de Dampierre (Loiret) : les lâchers d'eau doivent permettre le refroidissement de ces centrales en été. Diverses associations écologistes ont dénoncé la construction de ce barrage (ainsi que de celui de Villerest) au profit du parc nucléaire[1]. L'eau retenue sert aussi dans une moindre mesure en cas de sécheresse pour l'agriculture locale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]