Bras (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bras
Bras (Var)
Vue générale de Bras.
Blason de Bras
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Provence Verte
Maire
Mandat
Franck Pero
2020-2026
Code postal 83149
Code commune 83021
Démographie
Gentilé Brassois
Population
municipale
2 663 hab. (2018 en augmentation de 3,74 % par rapport à 2013)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 23″ nord, 5° 57′ 16″ est
Altitude Min. 233 m
Max. 580 m
Superficie 34,93 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bras
(ville isolée)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
Législatives Huitième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Bras
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Bras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bras
Liens
Site web mairie-bras.fr

Bras est une commune française située en Pays de la Provence verte dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située à 10 km de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume[1] et 14 de Brignoles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief vallonné de la commune est traversé par plusieurs vallées de cours d'eau. Le point culminant de Bras se situe à l'est du village : la barre du Défens culmine à 544 m.

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par[2] :

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[8].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Il existe trois zones de sismicités dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer.
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel.
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque le plus élevé du département (qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale), concerne 21 communes du nord du département.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • D28 par Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Le Val.
  • D34 vers Brue-Auriac et vers Tourves,

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Réseau de transport en commun de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Zou ![9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aurait vraisemblablement pour origine le nom celte de “brac” qui signifie “Trou d’eau”[10]. Bras en provençal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C’est sur la colline Saint-Pierre que Bras se développe au XIe siècle. Un castrum, habitat fortifié, enserre le château, l’église et les habitations. Au XIIIe siècle, les Templiers[11] s’installent à proximité du village dans des bâtiments dont le centre est constitué par la chapelle Notre-Dame-de-Bethléem. Ils vont alors participer à la croissance du bourg. Cette commanderie était en fait une exploitation agricole qui assurait le ravitaillement des établissements templiers d’Orient via le port de Marseille.

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les Templiers s'installèrent à Bras au XIIe siècle grâce à une donation de Foulques de Bras, frère de l'ordre et commandeur de Richerenches de 1175 à 1179[12].

La chapelle Notre-Dame-de-Bethléem (chapelle romane de L'Hospital de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem) est le seul vestige de l’ancienne commanderie[13],[14] de Bras[15].

Lors de la dévolution des biens de l'ordre du Temple, la commanderie est devenue hospitalière.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Suite aux pillages et à la peste entre le XIVe et le XVe siècle, le site de Saint-Pierre est abandonné au profit d’un nouveau village en contrebas de la colline. S’ensuit une période de prospérité durant laquelle la population croît rapidement pour atteindre 1 520 habitants au XIXe siècle.

Aujourd’hui, le village compte près de 2 900 habitants.

Généralités historiques[modifier | modifier le code]

Traces d'occupation préhistorique (silex taillés).

Ce fut une base d'opération, en , lors de la bataille de Pourrières.

Une enceinte protohistorique a été dégagée au sud du « Signal » ; on a trouvé un lieu de culte à l'extrémité de ce même massif (poteries, monnaies) ; sarcophage ; fragment de cippe.

Cité en 1015 Brachium ou Castrum de Braz Vel Bracio[16].

En 1241, Raimond Bérenger fit don du fief de Bras à l'évêque de Riez. Plus tard, il devint une seigneurie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem lors de le dévolution des biens de l'ordre du Temple.

Une légende assure que des villageois mécréants furent punis par le ciel et disparurent dans les eaux d'un lac creusé soudainement et qui sont les Gours Bénits actuels.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 François Boschero[17] PS  
mars 1989 juin 1995 Jean-Louis Kieffer   Ingénieur opticien
juin 1995 mars 2008 Jean-Louis Giusti DVD  
mars 2008 mars 2014 Angélique Fromion SE  
mars 2014 En cours
(au 18 mai 2020)
Franck Péro SE Employé d'un grand groupe autoroutier
12e vice-président de la CA de la Provence Verte (2018 → 2020)
9e vice-président de la CA de la Provence Verte (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bras est l'une des communes de la Communauté d'agglomération de la Provence Verte, issue de la fusion des trois communautés de communes Comté de Provence, Sainte-Baume Mont-Aurélien et du Val d'Issole.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bras est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[18],[19],[20]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bras, une unité urbaine monocommunale[21] de 2 698 habitants en 2017, constituant une ville isolée[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[24],[25].

Le plan d'occupation des sols (POS) qui était entré en application le 25 septembre 1997[26] a été remplacé par un plan local d'urbanisme[27] modifié en 2016.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (67,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,4 %), cultures permanentes (22,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,2 %), zones agricoles hétérogènes (7,8 %), zones urbanisées (2 %), terres arables (0,1 %), zones humides intérieures (0,1 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[29].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Bras en 2009[30]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 13,50 % 0,17 % 6,15 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 17,50 % 0,24 % 7,43 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 66,16 % 1,05 % 23,44 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 21,65 %* 0,00 % 8,55 % 3,84 %

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (67,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (57,4 %), cultures permanentes (22,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,2 %), zones agricoles hétérogènes (7,8 %), zones urbanisées (2 %), terres arables (0,1 %), zones humides intérieures (0,1 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[31].

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[32] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 103 000 , soit 758  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 766 000 , soit 643  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 591 000 , soit 573  par habitant.
  • total des emplois d’investissement : 1 692 000 , soit 602  par habitant.
  • endettement : 677 000 , soit 244  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 17,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 66,16 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2017 : médiane en 2017 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 410 [33].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Bras n'a pas d'accord de jumelage.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[35].

En 2018, la commune comptait 2 663 habitants[Note 3], en augmentation de 3,74 % par rapport à 2013 (Var : +3,8 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1901 3351 2801 4891 4771 5371 5201 5031 453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4131 5031 5331 4641 4451 2431 1441 0151 020
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 005967806760774754760707710
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7046016386771 0561 2981 7842 4242 591
2018 - - - - - - - -
2 663--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Coopérative vinicole La Laborieuse, actuellement Cellier des Templiers[38].
  • Coopérative vinicole Les Travailleurs[39].
  • Production agricole, centre équestre[40].
  • Élevages de moutons.
  • Production de spiruline en brindille.
  • Production de safran[41].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Commerces et artisanat[modifier | modifier le code]

  • Artisanat d’art.
  • Commerces et services de proximité[44].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine religieux

  • L'église Notre-Dame-des-Agrenas[45].
  • Chapelles :
    • Chapelle Notre-Dame-de-Bethléem.
    • Chapelle Saint-Étienne[46].
    • Chapelle Notre-Dame-d'Espérance[47].
    • Chapelle Saint-Achillée (déformation de Saint Eucher)[48].
  • Chapelle Saint-Pierre[49].
  • Oratoires.
  • Monuments commémoratifs[50].

Autres lieux

  • Bourg castral[51].
  • Pigeonnier.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bras (Var).svg

Les armoiries de se blasonnent ainsi[53] :

Fascé d'or et de sable de six pièces

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une ligne de bus régulière : La Verdière - Varages - Barjols - Saint-Maximin-la-Sainte-Baume[54]. Les élèves ont trois lignes de bus vers les collèges et lycées de Brignoles, Barjols et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[55] :

  • Les jeunes élèves de Bras se rendent aux écoles maternelle et primaire de la Braque[56].
  • Le collège et le lycée les plus proches se situent à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume.

Sports[modifier | modifier le code]

Des associations locales proposent tout un éventail d'activités sportives[57].

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[58],[59]:

  • Un médecin généraliste est installée sur la commune.
  • Une pharmacie est installée au centre d'activités La Brasque, route de Brignoles.
  • Hôpitaux à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Brignoles

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Festivités[modifier | modifier le code]

BD en fête, chaque année, pendant le dernier week-end de septembre se tient un festival de la bande dessinée[61].

Politique[modifier | modifier le code]

Bras fait partie de la huitième circonscription électorale du Var.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances et itinéraires
  2. Cours d'eau sur la commune ou à son aval
  3. Ruisseau du Débat
  4. Ruisseau de Cologne
  5. Ruisseau de Bernarde
  6. Fiche du Cauron sur le site du SANDRE
  7. Rivière Le Cauron
  8. Table climatique
  9. Réseau régional de transports en commun
  10. Bras, sur www.mhvprovence.com/
  11. La chapelle de Bras
  12. Commanderie des Templiers (ancienne), dite aussi chapelle des Templiers ou chapelle Notre-Dame de Bethléem sur le site Patrimages Drac Paca
  13. « Chapelle des Templiers », notice no PA00081550, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Chapelle des Templiers à Bras, sur monumentum.fr/
  15. Chapelle de Provence, de Serge Panarotto, page 119
  16. Historique de Bras
  17. Notice BOSCHERO François par Jacques Girault, version mise en ligne le 13 septembre 2020, dernière modification le 13 septembre 202
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  21. « Unité urbaine 2020 de Bras », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  26. POS de Bras
  27. Plan local d'urbanismes
  28. a et b « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  29. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  30. « Impôts locaux à Bras », taxes.com.
  31. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  32. Les comptes de la commune
  33. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. « coopérative vinicole La Laborieuse, actuellement Cellier des Templiers », notice no IA83001310, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  39. « coopérative vinicole Les Travailleurs », notice no IA83001309, base Mérimée, ministère français de la Culture enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur)
  40. Agriculture, viticulture & élevages
  41. Agro-alimentaire
  42. Gîtes ruraux
  43. Via Aurelia Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. De Menton (Alpes-Maritimes) à Arles (Bouches-du-Rhône)
  44. Commerces et services de proximité
  45. L'église Notre-Dame-des-Agrenas
  46. Chapelle Saint-Étienne
  47. Chapelle Notre-Dame-d'Espérance
  48. Bras, sur provence7.com/
  49. Le patrimoine religieux de Bras, sur l'Observatoire du patrimoine religieux
  50. Monument aux morts près de la Mairie, Monument aux morts du cimetière, Plaque de rue
  51. Bourg castral
  52. Les manuscrits arabes et persans du cardinal Mazarin conservés à la Bibliothèque nationale de France, par Julie Garel-Grislin, p. 38
  53. Sainte-Baume - Mont Aurélien : Bras, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  54. Lignes de bus à Bras
  55. Établissements d'enseignements
  56. école à Bras
  57. Activités sportives
  58. Professionnels et établissements de santé
  59. Personnels de santé
  60. Paroisse Notre Dame de l'Assomption
  61. Agenda des manifestations