Wulverdinghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wulverdinghe
Wulverdinghe
Blason de Wulverdinghe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Michel Kerfyser
2020-2026
Code postal 59143
Code commune 59664
Démographie
Gentilé Wulverdinghois
Population
municipale
311 hab. (2018 en diminution de 3,72 % par rapport à 2013)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 56″ nord, 2° 15′ 23″ est
Altitude Min. 14 m
Max. 72 m
Superficie 2,92 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wulverdinghe
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Wulverdinghe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wulverdinghe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wulverdinghe

Wulverdinghe (Wulverdinge en néerlandais, signifiant « pays des loups »)[1] est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Wulverdinghe dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Wulverdinghe est située à la limite de la Flandre intérieure (Houtland), et entourée par le Bois du Ham et le Bois Royal de Watten. Le sol est constitué en de nombreux endroits d'argiles compacts.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Wulverdinghe
Millam Lederzeele
Watten Wulverdinghe Volckerinckhove
Saint-Momelin

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Wulverdinghe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,9 %), prairies (14,9 %), forêts (7,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village lui-même remonte au VIIe siècle alors que les Francs prenaient peu à peu possession de la région, Wulfafrithinga ː lieu appartenant aux hommes de Wulfafrith (de Wolf et de Frede : loup et paix).

En 1161, la villa de Wulverdinghe est signalée, sur l'emplacement de la voie romaine Watten-Cassel.

En 1186, une charte est signée par Wulveric, dont le nom rappelle celui du village.

En 1190, le comte de Flandre donne la forêt de Wulverdinghe à l'abbaye Saint-Bertin. Ce don est confirmé en 1193 par le comte Baudouin V de Hainaut et sa femme Marguerite d'Alsace[9].

En 1221, Michel de Boulaers, connétable de Flandre, donne à l'église de Watten (abbaye de Watten), les droits qu'il percevait sur le village.

En 1227, trois hôtes sont mentionnés dans un acte.

En 1256, un chevalier du nom de Jean Howel est signalé.

En 1282, Gilles de Hauwels vend son manoir situé à l'emplacement de la motte féodale (lieu-dit du Hoeweel) à l'abbaye de Saint-Bertin[10].

Au moment de la Révolution française, en 1791, le curé de Wulverdinghe, N. A. Stocken, ayant prêté le serment de fidélité à la constitution, (église constitutionnelle), fait partie de la « Société des Amis de la Constitution », société patriotique réunissant les partisans de la Révolution, de Watten[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Toponyme germanique composé de trois termes: Wulverd-ing-he(m).
  • Wulverthinga (1175), Wluerdinga, (1187), Wulverdinghem, (1190) Wulverdinghe (1121).
  • Wulverdinge en flamand.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Wulverdinghe

Les armes de Wulverdinghe se blasonnent ainsi : Fascé d'or et d'azur de huit pièces, à trois annelets de gueules brochant sur les deux premières fasces en chef.[12]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1854 : Mr Drieux[13].

Maire en 1883 : Ch. L. Drieux[14].

Maire de 1888 à 1908: Em. Delafosse[15].

Maire de 1908 à 1914 : L. Delgrange[16].

Maire de 1922 à 1935 : Azer Delgrange[17].

Maire de 1935 à 1971 ː J. Beyaert[18].

Maire de 1971 à 1974 ː J. Deswartvaegher[19].

Maire de 1974 à 1978 au moins ː R. Decaestecker[20].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Michel Kerfyser
Réélu pour le mandat 2020-2026[21]
   
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2018, la commune comptait 311 habitants[Note 2], en diminution de 3,72 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340338399436405408420412386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
382387389363327321320326295
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
245264268233253251249260248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
257232198206227230253303310
2018 - - - - - - - -
311--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Wulverdinghe en 2007 en pourcentage[26].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,8 
5,5 
75 à 89 ans
7,2 
10,9 
60 à 74 ans
10,4 
22,7 
45 à 59 ans
23,2 
22,7 
30 à 44 ans
23,2 
9,3 
15 à 29 ans
11,2 
28,9 
0 à 14 ans
24,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[27].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Un chemin de randonnée pédestre, de 18 km, « Sur les traces de Saint Martin », part du village et conduit jusqu'au marais audomarois via les villages de Saint-Momelin et Nieurlet[28].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-martin de Wulverdinghe: façade romane du XIIe siècle.
  • La motte féodale du Hoeweel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wulf est la prononciation en flamand occidental du mot standard wolf (loup) en néerlandais.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 21 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 21 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1193.
  10. Wulverdinghe sur le site d'Yserhouck: http://yserhouck.free.fr/Textes/wulverdinghe.html
  11. Georges Lefebvre, « La Société populaire de Bourbourg », sur persée.fr, p. 195.
  12. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59664
  13. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  14. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Année 1883
  15. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1889 à 1908
  16. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1909 à 1914
  17. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1935
  18. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1936 à 1939 et 1952 à 1970
  19. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1972 à 1974
  20. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1975 à 1979
  21. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598579
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « Évolution et structure de la population à Wulverdinghe en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  27. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010).
  28. « Sur les traces de Saint Martin », sur Cirkwi (consulté le 30 octobre 2020).