Arnèke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arnèke
Arnèke
Église Saint-Martin.
Blason de Arnèke
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre Intérieure
Maire
Mandat
Francis Ampen
2020-2026
Code postal 59285
Code commune 59018
Démographie
Gentilé Arnékois, Arnékoises
Population
municipale
1 594 hab. (2018 en diminution de 0,93 % par rapport à 2013)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 53″ nord, 2° 24′ 43″ est
Altitude Min. 14 m
Max. 50 m
Superficie 13,41 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quinzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Arnèke
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Arnèke
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arnèke
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arnèke
Liens
Site web http://www.arneke.fr/

Arnèke est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

 

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en Flandre française dans la région naturelle de l'Houtland, à 6,6 km de Cassel, 13,8 km de Saint-Omer, 15,1 km d'Hazebrouck, 22,8 km de Dunkerque et 49,9 km de Lille.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Peene Becque, petite rivière, affluent de l'Yser. Plusieurs ruisseaux existent sur le village[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 774 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Watten », sur la commune de Watten, mise en service en 1970[8] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 792,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 56 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Arneke se situe en bordure de l'ancienne voie romaine reliant Cassel à la côte, la Steenstraete[1] ou D 52.

La commune est desservie par les TER Nord-Pas-de-Calais en gare d'Arnèke.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Arnèke est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (96,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,9 %), zones urbanisées (5,1 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponymie : le nom vient de Rentiacus ou Rantiacum (le domaine de Rantius).

1201 : Erdenka ;

1208 : Arneka ;

1245 : Renteka (cartulaire de l'abbaye de Watten).

Arnèke se nomme en néerlandais Arneke, et en flamand occidental : Arnyke.

Arnèke compte plusieurs hameaux ou lieux-dits : le Coffre ; le Cygne ; le Couthof ; la Seine ; Le violon d'Or[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Gohard (originaire de Bavière, canonisé en 1131 par Innocent II, mort en Bavière[23],[24]), vénéré à Arnèke aurait évangélisé le pays. Il aurait été curé d'Arnèke vers l'an 1000[23],[25].

L'église d'Arnèke appartenait à la cathédrale de Thérouanne (diocèse de Thérouanne) avant le XVIe siècle puis aux évêques de Saint-Omer[25]. On retrouve trace de son existence dans les cartulaires (recueil de chartes) des grandes abbayes voisines : abbaye Saint-Winoc de Bergues, abbaye de Watten, abbaye de Saint-Bertin à Saint-Omer.

En 1199, Lambert évêque de Thérouanne confirme à l'abbaye de Bergues la possession de l'hospice Saint Gohard d'Ernteka où étaient reçus les passants pauvres[26]. En 1201, Gérard, châtelain d'Oudenbourg, confirme et augmente les donations faites à l'abbaye de Bergues, à qui il cède la possession de l'hôpital Saint Gérard (en fait Saint Gohard) d'Erdenka[27].

En 1206, le pape Innocent III confirme à l'abbaye la possession de cet hospice[28] et en 1208, l'abbé Ingelmar et les religieux de Bergues s'accordent avec le chapitre de l'église Saint-Martin de Cassel au sujet de cet établissement[29]. En 1229, Adam, évêque des Morins (ou de Thérouanne) déclare que le chevalier Florent de Hangest n'a aucun droit sur l'hospice d'Ernteka, dépendance de l'abbaye de Bergues[30].

La commune relevait de la châtellenie de Cassel.

Un combat se déroula le 5 septembre 1793 à Arnèke. Il opposait les français aux alliés coalisés contre la République. Il intervint dans le cadre de la Bataille d'Hondschoote qui permit de lever le siège de Dunkerque[31]. Il eut lieu sur la hauteur dite Klytte-Klim[25]. Une inscription rappelle l'évènement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Arnèke dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Jacques Looten[32].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1951 1958[39] P. Picotin    
1958 1959[40] Jean-Louis Gaymay    
1959 1986 Charles Paccou RPR Député de la Quatorzième circonscription du Nord (1983-1993),
Conseiller général du Canton de Cassel (1955-1992).
1986 2000 Denis Cavrois    
2001 2005 Philippe Carton    
2005 En cours Francis Ampen
Réélu pour le mandat 2020-2026[41]
DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[43].

En 2018, la commune comptait 1 594 habitants[Note 7], en diminution de 0,93 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3721 2551 3081 4471 4931 4981 4981 4791 428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4031 4251 4721 4781 4941 4881 4801 4941 492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4671 4581 4601 4461 3661 2511 2561 2741 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 3161 2561 3901 4741 5681 5491 5201 5901 615
2018 - - - - - - - -
1 594--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique
Arnèke la Mairie

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Arnèke en 2007 en pourcentage[46].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
2,3 
8,5 
75 à 89 ans
14,6 
13,6 
60 à 74 ans
16,4 
20,2 
45 à 59 ans
18,9 
19,8 
30 à 44 ans
17,1 
19,4 
15 à 29 ans
13,3 
18,0 
0 à 14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[47].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Arnèke fait partie de l'académie de Lille.

La commune compte une école primaire publique Émilienne Moreu et une école primaire privée Saint Gohard.

Sports[modifier | modifier le code]

Le village compte de nombreux clubs sportifs dont l'US Arnèke. Le club de football représente Arnèke au niveau régional en PH.

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La dévotion à saint Gohard demeure vivace à Arnèke : chaque année ont lieu une neuvaine et des pèlerinages du 1er au 9 mai. Le saint est notamment invoqué contre les rhumatismes.

Économie[modifier | modifier le code]

En 1979, se tenait à Arnèke un marché le mardi matin. Une foire avait également lieu pendant 9 jours à partir du 1er mai, ainsi qu'un concours chevalin le 14 juillet[22].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La fête communale a lieu le dernier dimanche de juillet, et le raccroc le 14 septembre ou le dimanche suivant le 14 septembre[22].

Un chemin de randonnée pédestre, le « Circuit des 7 planètes », de 17 km amène à la découverte d'une partie du bourg et de la campagne environnante, en passant par le village voisin de Ochtezeele[48]. Il en existe une variante plus courte de 11 km[49].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune d'Arnèke a deux bâtiments inscrits comme monument historique : la motte féodale et l'église Saint-Martin

Motte féodale des sept Planètes[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la ferme dite des sept planètes. Établissement privé[50].

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

La nef de l'église Saint-Martin

L'église Saint-Martin date de la deuxième moitié du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle[51]. Elle contient des éléments remarquables :

  • Buste reliquaire de Saint Gohard, XIXe siècle
  • Orgue et tribune (XVIIIe siècle ; 3e quart XVIIIe siècle ; 4e quart XIXe siècle). Se sont illustrés pour leur construction et mise au point : Spillemaeker François (menuisier) ; Neuville Émile (facteur d'orgues) ; Neuville Alfred (facteur d'orgues)
  • Retable Nord: dédié à saint Omer, (Audomar de Thérouanne), statue, tableau : apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite Marie Alacoque[52] Peinture de Alexis Bafcop 1874.
  • Retable Nord: autel, retable, statue, tableau : Vierge remettant le rosaire à Saint Dominique
  • Maître-autel: haut-relief : saint Charles Borromée devant la croix; lambris de revêtement du chœur, XVIIIe siècle
  • Chaire et stalles datant du XVIIIe siècle
  • Plat d'offrande en cuivre repoussé datant du XVIIe siècle
  • Épitaphe du curé Charles Van Kempen 1772

À Arnèke, se trouvent également le monument funéraire de Jean Van Halle, fondateur des frères mineurs capucins de Bailleul, datant du XVIIIe siècle.

Autre construction remarquable : la ferme du Brammelhof avec chapelle et statue de saint Gohard[22].

Cimetière militaire britannique[modifier | modifier le code]

Arnèke contient un cimetière militaire britannique datant de la première guerre mondiale, situé à 3 km au nord-est du village, route de la Seyne.

Autres édifices[modifier | modifier le code]

Arneke Chapelle Marie secours des chrétiens

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint-Gohard, curé d'Arnèke en 999

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Arnèke

Les armes d'Arnèke se blasonnent ainsi : « De sable à la croix d'argent chargée de cinq mouchetures d'hermines de sable. »

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les églises de la Flandre française, au nord de la Lys, par Ernest Lotthe, édition SILIC à Lille 1940
  • Histoire des provinces françaises du Nord par Jeanine Desmulliez et Ludo Milis. Artois presses université (1988).
  • Armorial des communes du département du Nord par T. Leuridan (réédition 1996)
  • Ici Merckeghem, par Charles Paccou, député honoraire (2005). (fascicules 1 & 2)
  • NUMÉRO HORS SÉRIE de l’association Retables de Flandre (printemps 2008) BP 5535 59386 Dunkerque
  • Discours d’inauguration des foyers logements de la fondation van kempen
  • Visite guidée de l’église saint Martin par A Bonduaeux, curé d’Arnèke. Voix du Nord du 05/08/1985.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notre commune - Arnèke - Site de la mairie », sur www.arneke.fr (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Watten - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Arnèke et Watten », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Watten - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Arnèke et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a b c et d Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Arrondissement de Dunkerque Arnèke Année 1979
  23. a et b « Saint Gohard »
  24. « Saint Gohard »
  25. a b et c Annuaire Ravet Anceau, Département du Nord, Arrondissement de Dunkerque, Arnèke, Année 1979.
  26. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 1ère partie, Année 1199.
  27. A. Wauters, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, Tome VII, 1ère partie, Année 1201.
  28. A. Wauters, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, Tome VII, 1ère partie, Année 1206.
  29. A. Wauters, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, Tome VII, 1ère partie, Année 1208.
  30. A. Wauters, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, Tome VII, 2ème partie, Année 1229.
  31. Commandant Lévi, La défense nationale dans le Nord en 1793, lire en ligne.
  32. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  33. Almanach du commerce du Nord Année 1854
  34. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1883
  35. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 à 1888
  36. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1889 à 1912
  37. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1913-1914 et 1922 à 1925
  38. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1926 à 1939
  39. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1952 à 1958
  40. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1959
  41. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21599233
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  46. « Evolution et structure de la population à Arnèke en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  47. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  48. « Circuit des 7 planètes », sur Cirkwi (consulté le ).
  49. « Circuit des 7 planètes_variante », sur Cirkwi (consulté le ).
  50. « Motte féodale avec fossés », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  51. « Eglise Saint-Martin », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le ).
  52. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy