West-Cappel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

West-Cappel
West-Cappel
L'église Saint-Sylvestre, classée au titre des monuments historiques.
Blason de West-Cappel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
André Figoureux
2020-2026
Code postal 59380
Code commune 59657
Démographie
Gentilé West-Cappelois
Population
municipale
639 hab. (2018 en augmentation de 13,1 % par rapport à 2013)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 55′ 47″ nord, 2° 30′ 22″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 20 m
Superficie 7,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
West-Cappel
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
West-Cappel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
West-Cappel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
West-Cappel

West-Cappel est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.

West-Cappel est une commune rurale de la Flandre française. De faible altitude (de 1 à 20 m), une petite partie de la commune fait partie de la plaine maritime flamande, qui est une plaine de très faible altitude, inférieure à 5 m pour l'essentiel, régulièrement plate, dont une partie se situe sous le niveau des plus hautes marées. Elle est composée d'alluvions marines silico-calcaires qui reposent sur un lit de tourbe. C'est une partie de la plaine de Flandre, qui est plus vaste.

Cette plaine continue bien au-delà de la frontière, sur tout le long du littoral de la Belgique, dans la Région flamande, et jusqu'à l'estuaire de l'EscautAnvers). Elle passe par une portion des Pays Bas : la Flandre zélandaise. Si au nord sa limite est le littoral, au sud sa limite est essentiellement constituée par le début de bas plateaux argilo-sableux et limoneux dont fait partie le « Houtland » en Flandre flamingante française.

Cette plaine s'est formée par la sédimentation marine lors des épisodes fréquents d'inondation quasi complète de cette plaine par la mer jusqu'aux périodes historiques récentes. Au fil des invasions marines, les sédiments ont relevé le niveau du fond jusqu'à le faire quasiment émerger.

Durant les dernières périodes d'inondations marines, ce qui est aujourd'hui la plaine maritime flamande était alors occupé par une mer peu profonde avec de nombreux bancs de sable et de vase qui émergeaient à marée basse, séparé de la mer du Nord par un cordon dunaire formant des petites îles à l'emplacement du littoral actuel, sur lesquelles des bourgs et des abbayes se sont élevées au Moyen Âge.

Le village est situé à 15 km du rivage de la mer du Nord et de la ville de Dunkerque, à 7 km, tant de Bergues au nord-ouest, que de la frontière belge, à l'est (Province de Flandre Occidentale dont Bruges est le chef-lieu).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes qui l'entourent sont Bambecque (à 4 km), Rexpoëde (à 3 km), Warhem (à 8 km), Wormhout et Quaëdypre (à 7 km).

Communes limitrophes de West-Cappel
Warhem Rexpoëde
Quaëdypre West-Cappel
Wylder Wormhout Bambecque

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 721 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dunkerque », sur la commune de Dunkerque, mise en service en 1917[7] et qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 697,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 57 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

West-Cappel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (98,7 %), prairies (1,3 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Arnuldi Capella en 1123, Arnouds Capple en 1328, Arnouts Capple (Arnulphi Capella) au XIVe siècle en 1372, West-Cappel en 1405[21].

West Kapel en flamand[22].

En néerlandais moderne West, signifie ouest et Kapel est une chapelle.

West-Cappel doit être opposé à Oost-cappel, tous deux villages situés près d'une chapelle[21], une chapelle primitive de 1160 située près de ces deux sites. West-Cappel est simplement à l' « ouest de la Chapelle ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé à cheval entre le « Houtland » et le « Blootland » (pays nu, par opposition au « Houtland », pays des forêts), le village qui faisait partie de la châtellenie de Bergues, à l'intérieur du comté de Flandre sera successivement français (863), bourguignon (1385), puis espagnol (1526), avant de redevenir définitivement français au XVIIe siècle sous Louis XIV avec le traité d'Aix-la-Chapelle (1668). La langue vernaculaire restera le flamand[Note 7] jusqu’au XXe siècle.

Un château y est construit au XIVe siècle. Il est l'œuvre des seigneurs de Capple, Capple étant la seigneurie principale sur la paroisse de West-Cappel. Mais il perd l’essentiel de son appareil défensif au cours de la Révolution française et fait en outre l’objet de transformation à la fin du XIXe siècle.

West Cappel faisait partie de la châtellenie de Bergues.

Du point de vue religieux, la commune était située dans le diocèse de Thérouanne puis dans le diocèse d'Ypres, doyenné de Bergues[23].

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la première guerre mondiale, en 1915-1916 notamment, West-Cappel est une des communes avec Hondschoote, Wormhout, Wylder, Bambecque, Socx, Killem, Oost-Cappel, Warhem, Herzeele, Quaëdypre, Bissezeele à faire partie du commandement d'étapes installé à Rexpoëde, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front[24] . La commune dépend également en 1917-1918 du commandement d'étapes installé à Bergues[24].

Le 13 novembre 1915, un incendie s'est déclaré dans une ferme du village, où étaient cantonnées des troupes (bataillon d'Afrique). Des secours sont intervenus, venant de Rexpoëde avec la pompe, mais trop tard : les bâtiments de la ferme étaient encore construits en chaume et il n'en reste que des décombres. Selon l'enquête, le sinistre ne serait pas dû à une négligence des troupes mais aurait une cause fortuite[25].

Le 8 janvier 1917, des troupes canadiennes sont accueillies à West-Cappel[26].

Le 24 février 1917, est annoncée à West-Cappel l'arrivée de prisonniers allemands qui doivent venir aider les Anglais à doubler la ligne de chemin de fer Bergus-Proven. Les Anglais organisent un camp situé à 1 km au nord-est de West-Cappel dans un champ[27].

Le 3 mars 1917, a été interpellé à West-Cappel, un homme à l'allure suspecte, soupçonné d'espionnage. L'interrogatoire a révélé qu'il s'agit d'un déserteur belge, François Laumons. Il a été remis à la gendarmerie belge[28].

Le 24 mars 1917, un obus non éclaté est tombé dans une prairie de la commune. Les artilleurs de l'arsenal de Bergues sont chargés de le prendre en charge pour l'enlever[29].

Début août 1917, une compagnie de travailleurs (membres de l'arme du génie) anglais (5 officiers, 437 hommes) et deux compagnies de travailleurs canadiens (7 officiers, 466 hommes) se sont installées sous des tentes, dans les environs de la gare anglaise de Rexpoëde, sur la commune de West-Cappel[30].

En août 1917, une batterie anglaise de D.C.A (Défense contre l'aviation) stationne à West-Cappel. Le 19 août 1917, à 22 h 10, le poste d'observation placé dans le clocher de l'église de Rexpoëde a reçu un appel téléphonique du commandement de l'artillerie de l'armée. Ordre lui a été donné de sonner les cloches pour donner l'alarme, un avion allemand étant signalé comme ayant franchi les lignes. La batterie anglaise de D.C.A de West-Cappel a tiré plusieurs salves. Il n'y a pas eu de dégât. Le lendemain, une bombe a été retrouvée non explosée à Bambecque[31].

En novembre-décembre 1917, une vingtaine de personnes de la Croix-Rouge anglaise stationnent sur West-Cappel[32].

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, des combats d’arrière-garde y ont lieu en (dans le cadre de l’opération Dynamo , c’est-à-dire l’évacuation des troupes anglaises et d’une partie des troupes françaises et belges enfermées dans la poche de Dunkerque, soit plus de 300 000 soldats alliés).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1903 dans l'arrondissement de Dunkerque du département du Nord. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la quatorzième circonscription du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bergues[33]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune a intégré le canton de Wormhout.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Bergues, créée fin 1992.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme des collectivités territoriales françaises (2008-2012)[34], celle-ci fusionne avec ses voisines pour former, le , la Communauté de communes des Hauts de Flandre, dont West-Cappel est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Ign. Verhille[35].

Maire en 1854 : M. Duwel[36]

Maire en 1883 et de 1887 à 1914 : M. Chocqueel[37],[38].

Maire de 1922 à 1930 : H. Vanbockstaël[39].

Maire de 1930 à 1939 : Chocqueel[40].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1941 1963 Jean Vandaele[41] CNIP Sénateur du Nord (1951 → 1958).
1963 1977 Louis Pinseel SE Agriculteur.
1977 En cours André Figoureux
Réélu pour le mandat 2020-2026[42]
DVD Conseiller général de Bergues (2011 → 2015[43]),
Président de la CC du canton de Bergues (2001 → 2013)
Président de la CC des Hauts de Flandre (2014 → ),
Conseiller régional des Hauts-de-France (2016 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[45].

En 2018, la commune comptait 639 habitants[Note 8], en augmentation de 13,1 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9318089239759478841 006962923
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838774749818882866840777700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680680664631565559550577509
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
508453453433497526566572570
2017 2018 - - - - - - -
628639-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007
Pyramide des âges à West-Cappel en 2007 en pourcentage[47].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,0 
4,2 
75 à 89 ans
7,8 
7,3 
60 à 74 ans
7,8 
22,5 
45 à 59 ans
22,6 
24,2 
30 à 44 ans
23,7 
14,5 
15 à 29 ans
15,9 
27,0 
0 à 14 ans
22,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[48].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Briarde, 100 rue Jean-Chocqueel : en briques de sable jaune, il est entouré de douves. Le château existait déjà au XIVe ; il fut fortifié au XVIe, pratiquement rebâti au XVIIIe et fortement remanié au XIXe[49]. Élégant, habité et bien entretenu, il présente un joli exemple de manoir flamand dans un vaste parc[50] qui lui donne un aspect romantique.
  • Mairie, construite sur les plans d'Adolphe Van Moë en 1894, ancien presbytère[51]
  • West-Cappel Churchyard Cemetery.
  • Église Saint Sylvestre, classée monument historique[52], classique de style flamand, datée du XVIe siècle.
    C’est une église-halle ou « hallekerque » (Église dont la nef centrale et les nefs collatérales sont de hauteur égale et communiquent entre elles sur toute cette hauteur). Construite en briques de sable, on y pénètre par une tour-clocher sobre et puissante. Epargnée par les destructions, elle bénéficie d’une rare unité et d’une atmosphère lumineuse. Elle contient de nombreuses curiosités qui justifient une visite. On peut citer plus particulièrement :
    • L’orgue de 1683. Œuvre de Jan van Belle, facteur d'orgues à Ypres, il a conservé la plus grande partie de sa tuyauterie d’origine. Il est donc considéré comme l’un des plus anciens d’Europe. Il compte près de 1000 tuyaux, a un seul clavier mais pas de pédalier. Il a été restauré en 1984. Il n’a été transféré à West Cappel qu’en 1855[réf. nécessaire].
      Le buffet d'orgue de François Debos et Armand Cauzy de 1825 est à 3 tourelles ; la tribune, des mêmes artistes, de plan chantourné, est supportée par 2 colonnes. Tous les éléments du décor sculpté sont dorés[53]
    • Vitraux. Fait rare dans la région, il subsiste des fragments de vitraux du début du XVIe siècle. À cette époque les maîtres verriers adoptent une nouvelle technique. Ils remplacent le verre teinté dans la masse par l’application de couleurs sur du verre incolore ce qui apporte souplesse et virtuosité. Le plus intéressant et mieux conservé est celui de l’Annonciation (1532). Cet ensemble de verrières était estimé par Sandérus (1641/47) comme l’un des plus beaux des Pays-Bas. Mêmes incomplètes, elles constituent un témoignage irremplaçable de l’art du vitrail à cette époque dans le Nord. C’est à ce titre qu’elles furent classées monument historique dès 1906, déposées en 1939 pour éviter leur destruction, et après diverses localisations (donc celle du musée de l’Art moderne à Paris) reposées en 1962.
    • Autel retable de sainte Anne, de la fin du XVIIIIe siècle[54],[55],[56].
    • Tombeau et pierres tombales[57],[58]. Le gisant de Ludwine van Cappel (1420 - MH), fille de Robert de Cappel, (Seigneurs de Capple), est particulièrement intéressant[59]. D’esprit médiéval, la figure de marbre blanc du gisant se détache de l’ensemble du monument en marbre noir de Tournai. La pierre tombale d’Henri de Warhem (1484), chapelain de l'église de West Cappel, se présente sous la forme d’une dalle gravée de la silhouette du défunt[60].
    • Buste reliquaire de Saint Sylvestre (XVIIIe siècle)[61]. Les reliques du pape (270-335) et patron de l’église y sont conservées sous le buste-procession du saint (Saint Sylvestre était le pape du premier concile de Nicée : ce fut le premier concile œcuménique au cours duquel fut fixée la confession de foi dont résulte le « Credo » actuel. On célèbre la fête de St Sylvestre le ...).
    • Boiseries et lambris[62],[63],[64],[65],[66],[67],[68],[69],[70] :
      On peut noter plus particulièrement les autels à retable au nord et au sud (MH). Ils sont consacrés à la Vierge et à la Sainte Famille. Le banc de communion est un des plus beaux de Flandre. Il est décoré de petits anges en ronde bosse portant les emblèmes eucharistiques et symbolisant les vertes théologales (foi, espérance et charité). Il traite aussi de sujets bibliques. La chaire de vérité (1641) est sobrement décorée de têtes et d’arabesques[71]. Son décor compartimenté se retrouve dans les confessionnaux. Les statues du Christ souffrant et de la Vierge de douleur, en chêne, datent de la fin du XVIIIe siècle[72].
    • Vêtements (chasuble, dalmatique de 1626)[73] et mobilier liturgiques.

Une promenade dans les rues du village permet d’admirer notamment la sacristie octogonale couverte d’une toiture en ardoise en forme de bulbe, l’entrée de l’ancien presbytère (1779) près de la mairie actuelle, l'école de 1876-1879 construite sur les plans de Charles Outers[74], mais aussi des maisons flamandes typiques en brique[75]. Elles sont en général à un seul niveau, l’ensemble étant flanqué de deux hauts pignons, le tout recouvert d’un large toit de tuiles souvent équipé d’un léger auvent pour mieux protéger la construction des intempéries. Les plus anciennes ont parfois des pignons ornés d’imbrications runiques (motifs géométriques s’inspirant de l’ancien alphabet runique). On peut ainsi noter :

  • Ferme à Cluithouck (CD 4) de 1874-1878[76] ;
  • Fermes à Rattekoot (CR 1) de 1847, 1860 et 1873[77] et 1880 ; 1913 ; 1929[78] ;
  • Maison à Hofsteede Gruson (CR 2) rebâtie en 1902 après incendie[79] ;
  • Ferme à Taxe (CR 2) de 1833 ; 1868 ; 1872 ; 1883 ; 1929[80] ;
  • Maison, contours de l'église, de 1878[81] ;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

West-Cappel

Les armes de West-Cappel se blasonnent ainsi : D'argent à la bande fuselée de gueules[83].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des provinces françaises du Nord par Jeanine Desmulliez et Ludo Milis. Artois presses université (1988).
  • Les églises de la Flandre française, au nord de la Lys, par Ernest Lotthe, édition SILIC à Lille 1940
  • Vitraux en Flandre, édité par l’Association Retables de Flandre, en (p. 155 à 160).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Le flamand est un dialecte issu du germanique côtier de la mer du Nord et du vieux bas francique occidental. Il résulte donc en fait de la fusion de la langue des francs et de celle des saxons. Il est en outre très proche du néerlandais
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Dunkerque - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre West-Cappel et Dunkerque », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Dunkerque - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre West-Cappel et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a et b Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak - - Origine des noms de villes et villages du Nord - Page 308 - (ISBN 2916344454).
  22. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  23. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 65, lire en ligne.
  24. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  25. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde 1915-1916, p. 688, lire en ligne.
  26. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde janvier-avril 1917, p. 2, lire en ligne.
  27. Journal de marche du commandement d'étapes de Steenvoorde puis Rexpoëde novembre 1916 - juillet 1917, p. 79, lire en ligne.
  28. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde janvier-avril 1917, p. 58, lire en ligne.
  29. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde janvier-avril 1917, p. 81, lire en ligne.
  30. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde Avril-Septembre 1917, p. 136, lire en ligne.
  31. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde Avril-Septembre 1917, p. 149-150, lire en ligne.
  32. Journal de marche du commandement d'étapes de Rexpoëde Septembre 1917- Janvier 1918, p. 114, lire en ligne.
  33. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Article 35 de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales.
  35. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  36. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  37. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Année 1883
  38. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 à 1914
  39. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1930
  40. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1931 à 1939
  41. http://www.senat.fr/senateur-4eme-republique/vandaele_jean0388r4.html
  42. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21597855
  43. « Flandre : André Figoureux ne se représentera pas aux élections départementales : André Figoureux, le maire de West-Cappel, conseiller général du canton de Bergues et président de la communauté de communes des Hauts-de-Flandre, a annoncé sur son blog qu'il ne se représentera pas aux élections départementales (ex-élections cantonales) de mars prochain. Il préfère « tenter l'aventure des prochaines régionales », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  47. « Évolution et structure de la population à West-Cappel en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  48. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  49. « Château de la Briarde », notice no PA00125634, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « parc du château de la Briarde », notice no IA59001776, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Mairie », notice no IA00067277, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Église Saint-Sylvestre », notice no PA00107891, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « buffet d'orgue, tribune d'orgue », notice no IM59000738, base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Autel, tabernacle (autel tombeau) », notice no IM59000720, base Palissy, ministère français de la Culture.
  55. « Retable de sainte Anne », notice no IM59000719, base Palissy, ministère français de la Culture.
  56. « Autel secondaire de sainte Anne (retable, autel, tabernacle) », notice no IM59000718, base Palissy, ministère français de la Culture.
  57. « Dalle funéraire de Jeannette Van Bambeke et de Catherine De Blonde », notice no IM59000733, base Palissy, ministère français de la Culture.
  58. « Dalle funéraire (transi) », notice no IM59000732, base Palissy, ministère français de la Culture.
  59. « tombeau (gisant) de Luwine Van Capple », notice no IM59000730, base Palissy, ministère français de la Culture.
  60. « Dalle funéraire de Henri de Warhem », notice no IM59000731, base Palissy, ministère français de la Culture.
  61. « Buste de procession : Saint Sylvestre », notice no IM59000712, base Palissy, ministère français de la Culture.
  62. « Deux lambris de hauteur (en pendant) », notice no IM59000728, base Palissy, ministère français de la Culture.
  63. « Deux clôtures de sanctuaire et 2 bancs de choeur (en pendant) », notice no IM59000724, base Palissy, ministère français de la Culture.
  64. « Lambris de demi-revêtement », notice no IM59000723, base Palissy, ministère français de la Culture.
  65. « Lambris de demi-revêtement », notice no IM59000722, base Palissy, ministère français de la Culture.
  66. « Deux lambris de demi-revêtement (en pendant) », notice no IM59000721, base Palissy, ministère français de la Culture.
  67. « Clôture de choeur (table de communion) », notice no IM59000708, base Palissy, ministère français de la Culture.
  68. « Confessionnal », notice no IM59000707, base Palissy, ministère français de la Culture.
  69. « Confessionnal », notice no IM59000705, base Palissy, ministère français de la Culture.
  70. « Confessionnal », notice no IM59000706, base Palissy, ministère français de la Culture.
  71. « Chaire à prêcher », notice no IM59000709, base Palissy, ministère français de la Culture.
  72. « Deux statues (en pendant, petite nature) : Christ souffrant, Vierge de douleur », notice no IM59000729, base Palissy, ministère français de la Culture.
  73. « Ensemble (chasuble, dalmatique) », notice no IM59000735, base Palissy, ministère français de la Culture.
  74. « École primaire (école de filles) », notice no IA00067276, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. « Maisons et fermes », notice no IA00075147, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. « Ferme », notice no IA00067304, base Palissy, ministère français de la Culture.
  77. « Ferme », notice no IA00067308, base Palissy, ministère français de la Culture.
  78. « Ferme », notice no IA00067309, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Maison », notice no IA00067310, base Palissy, ministère français de la Culture.
  80. « Ferme », notice no IA00067307, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. « Maison », notice no IA00067306, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. Hippolyte-Romain Duthillœul, Pierre Alexandre Gratet Duplessis et Émile Nève, Bibliographie Douaisienne, ou Catalogue historique et raisonné des livres imprimés à Douai, depuis l’année 1563 jusqu’à nos jours, avec des notes bibliographiques et littéraires, Douai, A. d'Aubers, (lire en ligne).
  83. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59657