Aller au contenu

Bierne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bierne
Bierne
L'église Saint-Géry.
Blason de Bierne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité CC des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Sébastien Lescieux
2023-2026
Code postal 59380
Code commune 59082
Démographie
Gentilé Biernois
Population
municipale
1 772 hab. (2021 en diminution de 1,77 % par rapport à 2015)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 57′ 48″ nord, 2° 24′ 42″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 11 m
Superficie 11,04 km2
Type Petite ville
Unité urbaine Bergues
(ville-centre)
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Coudekerque-Branche
Législatives 14e circonscription du Nord
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Bierne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Bierne
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
Bierne
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Bierne
Liens
Site web https://bierne.fr

Bierne est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Description

[modifier | modifier le code]
Une entrée de la commune.

Bierne est un bourg périurbain jouxtant à l'ouest Bergues et situé dans la région historique des Flandres française, plus précisément, le Blootland.

Il se trouve à 10 km au sud de Dunkerque et du littoral de la Manche, 12 km à l'ouest de la frontière franco-belge et 46 km au sud-ouest d'Ostende, 59 km au nord-ouest de Lille et 27 km de Saint-Omer.

Bierne est desservie par la route nationale 225, une voie express.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Bergues, Socx, Steene, Armbouts-Cappel, Cappelle-la-Grande et Coudekerque-Village.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]
Le canal de la Haute Colme.

Bierne est située sur le canal de la Haute Colme; une écluse étant placée sur le parcours à Bierne.

Plusieurs ruisseaux et canaux drainent le territoire communal, dont le Craene Becque, le Verkerde, le Bieren Dyck, le Hout Gracht, le canal de Steene, le Oude Gracht, le Rookamer Dyck

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 735 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 8 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Dunkerque à 9 km à vol d'oiseau[3], est de 11,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 690,8 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Au , Bierne est catégorisée petite ville, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bergues[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant quatre communes, dont elle est ville-centre[Note 2],[8],[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (85 %), zones urbanisées (6,6 %), prairies (3,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,7 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,6 %), forêts (0,2 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Lieux-dits, hameaux et écarts

[modifier | modifier le code]

La commune de Bierne compte un hameau important le Petit Millebrugghe.

Habitat et logement

[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 715, alors qu'il était de 662 en 2014 et de 575 en 2009[I 2].

Parmi ces logements, 96,1 % étaient des résidences principales, 1,1 % des résidences secondaires et 2,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,9 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Bierne en 2019 en comparaison avec celle du Nord et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,1 %) inférieure à celle du département (1,6 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 78,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (82,4 % en 2014), contre 54,7 % pour le Nord et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à Bierne en 2019.
Typologie Bierne[I 2] Nord[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 96,1 90,6 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,1 1,6 9,7
Logements vacants (en %) 2,8 7,8 8,2

Voies de communication et transport

[modifier | modifier le code]

Bierne est tangentée par la ligne d'Arras à Dunkerque-Locale, mais la station de chemin de fer la plus proche est la Gare de Bergues, desservie par des trains régionaux TER Hauts-de-France, qui effectuent des missions entre les gares de Lille-Flandres, ou d'Arras, ou d'Hazebrouck, et de Dunkerque.

La gare de Dunkerque, située à une dizaine de kilomètres, dispose en outre d'une desserte des TGV inOui en provenance de Paris-Nord via Arras, qui empruntent ensuite deux itinéraires différents : par Lille-Europe, ou par Lens et Hazebrouck. Il existe y également un service de TERGV en provenance de Lille-Europe, voire d'Amiens via Arras.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bieren en 1067[12].

Les origines du nom de Bierne ont été retrouvées en 1067 sur la 4e carte de Flandre. Il s’agissait de Bieren-hem (nom flamand) dont Bierne serait la traduction française avec pour signification « domaine de Bernard »[12].

Bieren en flamand[13].

Bierne est mentionné pour la première fois dans la grande Charte du 27 mai 1067 par laquelle Baudouin VI, comte de Flandre, accorde à l’abbaye de Winoc de Bergues le privilège de pouvoir mettre à profit les terrae novae (nouvelles terres) qu’elle pourrait gagner sur tous les terrains sans usages (forêt, mer et marécages).

Bierne dépendait de la châtellenie de Bergues. L'abbaye de Saint-Winoc construit la première église du village, consacrée à saint Géry, évêque de Cambrai, vers 1067, date à laquelle elle est citée. Cette église primitive sera remplacée en 1414 par une construction plus imposante avec trois nefs, tour et flèche, consacrée au même saint[14].

Époque moderne

[modifier | modifier le code]

En 1736, le responsable des fortifications de Dunkerque a décidé d'implanter une caserne à Bierne[15].

Du point de vue religieux, la commune était située dans le diocèse de Thérouanne puis dans le diocèse d'Ypres, doyenné de Bergues[16].

Révolution française et Empire

[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution française, l'église datant de 1414 est vendue comme bien national et démolie[14].

En août septembre 1793, les ennemis coalisés contre la République française veulent assiéger Dunkerque. A cette fin, ils tentent de s'emparer de Bergues, ville fortifiée. Lors de ces combats pour Bergues les villages avoisinants dont Bierne, en subissent les conséquences : combats, maisons incendiées. Bierne est occupée par l'ennemi pendant quelques jours. Bierne subit de la décision française d'inonder le pays à l'eau de mer pour protéger les deux villes. Bergues résiste, Dunkerque également, l'affaire se termine par la Bataille de Hondschoote, victoire française qui amène l'ennemi à quitter la région[17].

Époque contemporaine

[modifier | modifier le code]

Pendant la première guerre mondiale, Bierne fait partie en 1917-1918 d'un commandement d'étapes basé à Bergues, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front. Bierne a donc accueilli des troupes de passage[18]. Elle dépend également de celui de Spycker-Steene. En 1918, Bierne dépendait encore du commandement d'étapes de Coudekerque-Branche[18].

Le , vers 14 heures, un avion français venant du Bourget, piloté par l'adjudant Bernard Denizot, a perdu sa direction à cause du brouillard. Il s'est posé sans dommages sur le territoire de Bierne, au sud du canal de la Colme. Il a été gardé pendant la nuit par des sapeurs du 3e régiment du génie, cantonnés à la Malterie. Il est reparti le 14 mars dans la matinée par ses propres moyens[19].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1803 dans l'arrondissement de Dunkerque du département du Nord.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Bergues[20]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Coudekerque-Branche

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatorzième circonscription du Nord.

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

Bierne était membre de la communauté de communes du canton de Bergues, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1992 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes des Hauts de Flandre dont est désormais membre la commune.

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1795[21]   Louis Clays Venderhulst   Également maire de Bergues
avant 1802[22] après 1807[23] Pierre Coppey    
avant 1854[24]   Jeremy Meesemaecker.   Cultivateur
         
avant 1883[25]   Aug. Bastaert    
1887 1890 Aug. Bastaert[26]    
1891 1896 Isaïe Meesemaecker[27].   Cultivateur
1897 1898 Henri Masselis[28]    
1899 1904 Jules Lauwers[29]    
1904 1929 Paul Meesemaecker[30]   Cultivateur
1929 1977 Jean Paresys[Note 4],[31]    
mars 1977 mars 1989 Pierre-Jean Leprêtre[32] PS Instituteur
Conseiller général de Bergues (1979 → 1985)
Vice-président du Conseil général du Nord (1979 →1985)
mars 1989 mars 2008 Jean-Pierre Vercruysse SE Vice-président de la CCCB {1989 → 2007)
mars 2008 septembre 2012 Johann Guillemain DVD Démissionnaire
octobre 2012 mai 2020[33],[34] Gérard Lescieux[35],[36] DVD Retraité
mai 2020[37] janvier 2023[38] Jacques Bléja   Retraité
Démissionnaire
février 2023[39] En cours
(au 11er mars 2023)
Sébastien Lescieux   Fils de Gérard Lescieux
Contrôleur aérien à Lille - Lesquin

Distinctions et labels

[modifier | modifier le code]

La commune a été classée trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[40].Abandonne en 2018.

Aménagement d'une zone humide, afin de recréer un biotope avec observation ornithologique et en prévention des crues.

Équipements et services publics

[modifier | modifier le code]

Enseignement

[modifier | modifier le code]

Bierne relève de l'académie de Lille.

La commune dispose du groupe scolaire Joseph-Leprêtre, qui accueille 150 élèves répartis sur 6 classes, de la petite section de maternelle jusqu'au CM2[41] doté d'une cantine et d'un accueil périscolaire.

Un pôle santé se trouve à Bierne[42]

L’hôpital le plus proche se trouve à Dunkerque (CHD).

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[44].

En 2021, la commune comptait 1 772 habitants[Note 5], en diminution de 1,77 % par rapport à 2015 (Nord : +0,23 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483505514509501496515514505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
493492496481489534577601610
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612622672669660629707659669
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6496766631 0411 6211 7321 6461 6341 703
2017 2021 - - - - - - -
1 8311 772-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune.

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,4 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 888 hommes pour 931 femmes, soit un taux de 51,18 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ou +
0,4 
3,5 
75-89 ans
4,7 
14,2 
60-74 ans
15,7 
24,9 
45-59 ans
23,1 
19,8 
30-44 ans
21,0 
15,9 
15-29 ans
15,2 
21,6 
0-14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département du Nord en 2021 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,4 
5,3 
75-89 ans
8,1 
14,8 
60-74 ans
16,2 
19,1 
45-59 ans
18,4 
19,5 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,2 
0-14 ans
18 

Manifestations culturelles et festivités

[modifier | modifier le code]
  • Sky Festival, festival de musique rock en juillet (3e édition le 7 juillet 2012) et abandonné depuis[réf. nécessaire].
  • La fête communale est fixée au 3e dimanche de juillet.

Sports et loisirs

[modifier | modifier le code]

Diverses associations sportives : basket-ball, football, judo, gymnastique, danse, yoga, pétanque et tennis de table.

Depuis 2014 Le groupe la Band'As Co est basé à Bierne.

Plusieurs journaux sont diffusés à Bierne : Le Nouveau Ptit Biernois, journal municipal, Le Journal des Flandres, hebdomadaire de la Flandre maritime et La Voix du Nord, quotidien régional.

Chrétien catholique dans l'église Saint Géry.

- Ball Packaging (usine de fabrication de canettes métallique) est installé sur la commune depuis 1989.

- Kubota Farm Machinery (usine d'assemblage de tracteur de 150 ou 170 chevaux) s'installe sur la commune en 2014.

De nombreuses PME sont installées dans la Zone d'Activités et sur l'ensemble du territoire communal.

Une partie de la commune est encore consacrée à l'agriculture (élevage, céréales, lin...).

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
Le monument aux morts devant l'église.
  • Église Saint-Géry[48]. L’église actuelle à une seule nef a été construite vers 1807. Son clocher date de 1891. Restaurée après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle elle fut gravement endommagée à la suite des bombardements de 1940 pendant l'opération Dynamo.
    L'église déjà citée en 1067 aurait été créée par l'abbaye Saint-Winoc de Bergues[14].
    Son patron est l'évêque saint Géry (en flamand Gauwerik), évêque de Cambrai, dont la fête se célèbre le 12 août.
    L’église possède un beau buste du saint dont le pied contient un reliquaire d'argent de style Louis XV.
    Jadis, au mois d’août, avait lieu une neuvaine très fréquentée. Saint Géry était invoqué par les mamans et leurs petits enfants contre la puissance des mauvais esprits et la maladie du carreau.
    Le banc de communion en fer forgé à décoration polychrome et dorures se déploie sur toute la largeur de l'église.
    L’église comporte un baptistère. Les vitraux sont dus au sieur J. Laurent de Lambersart. Le bel orgue à motifs Renaissance a été donné à l'église en 1869 par Monsieur Pierre Vernaelde, docteur en médecine, et a été considérablement augmenté depuis. Il est l'œuvre des ateliers de Monsieur Neuville de Rexpoëde et on le considère comme un des plus beaux de la contrée.
    Devant le porche, une pierre tombale hélas effacée par le passage semble représenter un noble.
    Quoique beaucoup plus récent, le clocher renferme une cloche datant de 1599. Elle aurait échappé aux réquisitions de la Révolution française grâce à la famille Bastraert qui eut soin de la cacher dans le fumier, pour la déterrer après le Concordat de 1801.
  • Le monument aux morts.
  • Bierne est traversé par le circuit cyclotouristique des Trésors cachés des églises de Flandre[49]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Georges Guynemer (1894-1917), as de l'aviation dont l'escadrille des Cigognes vint stationner sur l'aérodrome militaire de Bierne à compter du 12 juillet 1917. L'as fut logé à la ferme Deroo (aujourd'hui Debruyne), route des Sept Planètes[50].
  • Albert Denvers (1905-2006), homme politique français socialiste, instituteur à Bierne de 1930 à 1937 dont la statue est érigée rue de l'Eglise.

Le nom de certains seigneurs nous est parvenu :

  • Vers 1484, André de Bieren, écuyer, bailli de la comté du Vieuxbourg à Bergues, est l'époux de Marguerite de Visscher, dont une sœur Marie est abbesse de l'abbaye des filles de Saint-Victor à Bergues, et une autre sœur Catherine est l'épouse de Jean de Bavinchove[51].
  • Vers 1491, Marie Pollart, abbesse de Saint-Victor à Bergues, est la marraine de François de Bieren, écuyer, avec le seigneur de Hornes, gouverneur de Bergues[52].
  • Un Pierre van Bierne, chevalier, seigneur de Valebeck épouse au XVIe siècle une Catherine de Cupere (famille de Cupere) qui meurt à Saint-Georges-sur-l'Aa en 1563 tandis que Pierre van Bierne décède à Bourbourg où il est inhumé dans l'église paroissiale sous une sépulture ornée de ses armes[53].
  • À la fin du XVe siècle, François de Bierne est possesseur d'un fief dans la châtellenie de Bourbourg[54]. Il le transmet à son fils Jacques de Bierne mort en 1573[54]. Jacques de Bierne, écuyer, seigneur de Halle, a été grand bailli de Bergues en 1564, et époux de Marie de Zuytpeene, fille de Philippe de Zuytpeene, écuyer, seigneur de Hoymille, et sœur de Jossine de Zuytpeene, abbesse de Saint-Victor de Bergues[55]. Jacques de Bierne est père de Jossine de Bierne, épouse de Jean d'Vutenhove, écuyer, seigneur de Santvelde, Most, etc., et filleule de Jossine de Zuytpeene[55]. Lui succède son fils Charles van Bierne, seigneur de la Halle ou de Halle[54].
  • Entre 1583 et 1607, Charles van Bierne, écuyer, sieur de la Halle, sans doute le même que ci-dessus, est cité plusieurs fois en tant que membre des dirigeants de Bergues Saint Winoc[56]. Il est l'époux de Françoise de Heucy ou de Heuchin, fille de Louis de Heuchin, seigneur de Rebecques[54]. Il est également possesseur de deux fiefs dans la châtellenie de Bourbourg[54]. Le couple a pour héritier Jacques de Bierne, écuyer, seigneur de Rexpoede et d'Oost-Cappel. Celui ci vend en 1629 un des fiefs de Bourbourg avec le consentement de Charles de Bierne (le même qu'en 1586?), chevalier, seigneur de la Halle, de Hoymille et Quaedypre[54].
  • Pour le second fief dans la châtellenie de Bourbourg, est retrouvé en 1634 Gérard van Bierne, écuyer, seigneur de Halle, Hoymille. Il meurt en 1682. Sa veuve Jeanne de Clais vend le fief à cette date[54].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Bierne Blason
D'argent à la croix de gueules, cantonnée de douze merlettes du même mises en orle.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite ville-centre lorsque sa population représente plus de 50 % de la population de l’agglomération ou de la population de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Bergues comprend quatre villes-centres (Bergues, Bierne, Hoymille, Warhem).
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Le foyer rural de la commune porte le nom de ce maire
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Bierne ».
  2. a et b « Chiffres clés - Logement en 2019 à Bierne » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2019 à Bierne - Section LOG T2 » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2019 à Bierne - Section LOG T7 » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans le Nord » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans la France entière » (consulté le ).

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Bierne et Dunkerque », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Dunkerque » (commune de Dunkerque) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Dunkerque » (commune de Dunkerque) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Bergues », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dunkerque », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  12. a et b Dominique Drapie / Généalogie et Histoire du Dunkerquois / G.H.Dk.
  13. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  14. a b et c Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1979, Tome III, p. 9522
  15. Henri Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc : notices historiques sur Hondschoote, Wormhoudt, Gravelines, Mardick, Bourbourg, Watten, etc., Imprimerie de Vanelslandt, (lire en ligne), p. 54.
  16. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 65, lire en ligne.
  17. Commandant Lévy, La défense nationale dans le Nord en 1793, Dunkerque, (lire en ligne), p. 187-188.
  18. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  19. Journal de marche du commandement d'étapes de Coudekerque-Branche, janvier-mars 1918, page 73, lire en ligne.
  20. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. « Le village de Bierne ».
  22. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  23. « Annuaire statistique du département du Nord. Pour … (0000AnNord_0... », sur Mnesys (consulté le ).
  24. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  25. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1883
  26. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1887 à 1890
  27. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord 1891 à 1896
  28. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1897 1898
  29. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1899 à 1904
  30. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1905 à 1914 et 1922 à 1929
  31. Annuaire Ravet-Anceau Département du Nord Années 1930 à 1939 et 1952 à 1977
  32. « Pierre-Jean Leprêtre ancien maire inhumé », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  33. Marine Frisch, « Municipales à Bierne : la majorité a explosé, les biernois trancheront : Alors que lemaire, Gérard Lescieux, ne se représente pas, deux élus se font face pour prendre sa place », Le Journal des Flandres,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « À Bierne, le maire passe la main plus tôt que prévu : Fin de mandat compliquée pour Gérard Lescieux. En colère après le recours déposé par la liste de M. Fontaine suite aux élections municipales du 15 mars, le maire de Bierne affronte à présent des soucis de santé. Dans une lettre à la population, il annonce qu’il passe les rênes de la commune à son premier adjoint, Jacques Bléja », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Bierne: Gérard Lescieux a été réélu maire : De nombreux Biernois étaient présents ce samedi soir, à la salle polyvalente, pour l’installation du conseil municipal. Gérard Lescieux a fait appel à candidature pour le poste de maire. Lui seul s’est porté candidat et a été réélu avec 17 voix pour, contre une voix à Bruno Foulon et un bulletin nul », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Thomas Pruvost, « Gérard Lescieux, désormais maire honoraire de Bierne : « je n'étais pas destiné à devenir maire » : le 11 mars, l'ancien maire de la commune de Bierne a eu droit à une cérémonie d'honorariat, récompensant 40 années de bénévolat associatif et 25 ans au sein du conseil (engagement dans la vie municipale le 11 juin 1995) », Le Journal des Flandres,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Répertoire national des maires » [csv], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  38. « Bierne : le maire Jacques Bléja annonce sa démission : Lors de la cérémonie des vœux, samedi soir, le maire Jacques Bléja a annoncé qu’il démissionnait de ses fonctions », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Didier Clippe, « Bierne : Sébastien Lescieux, élu nouveau maire comme prévu : Maire de Bierne depuis 2020, Jacques Bléjà s’était mis en retrait en septembre 2022 pour raison de santé. Dès janvier, il avait officiellement annoncé sa démission acceptée par la préfecture », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Palmares du concours des villes et villages fleuris
  41. « Le groupe scolaire Joseph Leprêtre », Mes services, sur bierne.fr (consulté le ).
  42. « Le pôle santé », Mes services, sur bierne.fr (consulté le ).
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bierne (59082) », (consulté le ).
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  48. Notice no IA00067252, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Le circuit des trésors cachés des Flandres », Que faire à Bierne, sur bierne.fr (consulté le ).
  50. « C'était un grand mince, gentil mais très énervé. Cela devait provenir de sa santé délicate. Il était capitaine à l'époque. Quelquefois avec ses amis, il offrait à dîner à des officiers venant d'ailleurs. Il ne pouvait pas les recevoir dans les baraques sous les arbres, alors il me demandait l'autorisation de disposer d'une pièce dans la ferme. Je préparais la table et des chaises dans la salle à manger, et ils passaient la soirée là. […] À la "popote", lorsque les officiers fêtaient un exploit, M. Guynemer demeurait du plus grand calme, le plus simple, comme éloigné du bruit. » Récit de madame Marie-Madeleine Janssen, épouse Deroo. Source : Le P'tit Biernois, journal d'information, n° 26 de juillet 2017, pp. 4-5.
  51. M.A. Bonvarlet, « Chronique de l'abbaye des dames de Saint-Victor, dite du nouveau cloître à Bergues », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, publié en 1858, p. 265-266, lire en ligne
  52. M. A. Bonverlet, op. cit., p. 266
  53. Jacques Salomon François Joseph Léon de Herckenrode, Généalogie de la famille de Cupere, de Cuyper ou de Kuyper, Gand, (lire en ligne), p. 17.
  54. a b c d e f et g Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Gral, , p. 108 160 et 161.
  55. a et b M. A. Bonvarlet, op. cit., p. 268-269
  56. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 69-123 à 125.