Ledringhem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Ledinghem, une commune du département du Pas-de-Calais.

Ledringhem
Ledringhem
Blason de Ledringhem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Wormhout
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Christian Delassus
2014-2020
Code postal 59470
Code commune 59338
Démographie
Gentilé Ledringhemois
Population
municipale
706 hab. (2016)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 19″ nord, 2° 26′ 30″ est
Altitude Min. 11 m
Max. 26 m
Superficie 7,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Ledringhem

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Ledringhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ledringhem

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ledringhem

Ledringhem est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Le gentilé des habitants de Ledringhem est Ledringhemois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ledringhem dans son canton et son arrondissement

Situation[modifier | modifier le code]

Situé en Flandre française, dans la partie appelée le Houtland ("Pays du Bois", avec les villes de Cassel et de Hazebrouck), Ledringhem se situe à environ 4 km de la petite ville de Wormhout. Elle est à une dizaine de kilomètres de la frontière avec la Belgique.

La commune est traversée par la rivière Peene Becque.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ledringhem
Esquelbecq
Ledringhem Wormhout
Arnèke Zermezeele

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étant une commune du Nord, on connait une correspondance en néerlandais du nom du village qui s'écrit alors Ledringem.

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

  • Leodringas en 723 (« Leodringas mansiones infra Mempisco ») dans le texte en Latin du cartulaire de St Bertin dont la première partie est créditée à St Folquin[1]. Ce texte relate un acte de vente écrit en 723 avec les noms Leodringas mansiones ou Leodringae mansiones. Il est supposé que Leodringas est une forme Latinisée du germanique Ledring et mansiones traduit le germanique hem « foyer, maison ». Mempisco fait quant-à lui référence au Pagus du Mempisque, une subdivision administrative du territoire des Flandres à l'époque. Dans l'acte de vente, le propriétaire est décrit comme possédant une fortune considérable, et est nommé Rigobert, alors que l'acheteur est l'abbé de Sitdiu (Saint-Omer)[2],[3].
  • Ledringehem aux environs de 1090[4]
  • Lidringhere en 1207 (titre de l'abbaye de Blandecques [Mir.]),
  • Leedringhem en 1245 (cartulaire de l'abbaye de Watten),
  • Ledringhien en 1330 (manuscrit de la bataille de Cassel)[5]
  • Leodredingas en 1614-1616[6] par Ferry de Locre (Ferreolus Locrius)[7] en p. 86 dans son livre Chronicum belgicum (Chronicon belgicum, ab anno CCLVIII ad annum usque M.D.C. continuo perductum.) Atrecht (Arras)[8],[9], un travail publié à titre posthume par son père Philippus Locrius
Carte du Comté de Flandres de 1609 par Matthias Quad (cartographe) et Johannes Bussemacher (graveur & éditeur à Cologne)
  • Leregem en 1609 (carte de Matthias Quad appelée Flandiae Descriptio)[10]
  • Leodringas en 1639 (Dans le livre de Jacques Malbrancq De Morinis et Morinorum rebus, sylvis, paludibus, oppidis, regia comitum prosapia ac territoriis, Tomus Primus, ab anno ante Christum 309 ad annum eiusdem 751, Tornaci Nerviorum, 1639)[11]
  • Leregem en 1645 (carte de Joan Blaeu appelée Artesia Comitatus Artois)[12]
  • Ledrenghem en 1757 (14e feuille de la carte de Cassini, où le village est décrit comme une paroisse avec un moulin à vent en bois)[13]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un type toponymique flamand d'origine germanique basé sur un anthroponyme et doté du suffixe -ing qui est suivi de l'appellatif toponymique -heim « maison, foyer »[4] (comprendre hem). La forme hem est caractéristique des Flandres et remonte à l'ancien néerlandais hēm de même sens. Il procède lui-même au vieux bas francique *haim, tout comme l'ancien français ham « village », d'où hameau. Le premier élément Ledr- représente probablement un nom de personne qu'Albert Dauzat identifie sous la forme Liuthari[4], formé sur liut « homme, personne, gens » (ancien néerlandais liut, vieil anglais lēod, lēode) + hari « armée », Ernest Nègre préfère quant-à-lui un autre anthroponyme germanique basé sur le même thème liut, mais suivi de rad « conseil, jugement », c'est-à-dire Liutrad(us)[14]. Il est suivi du suffixe localisant -ing, qui peut être un élément désignant la parentèle.

Remarque : les toponymes flamands en -ing-hem ont leur équivalent en -ing-ham notamment dans le sud de l'Angleterre (exemples : Birmingham, Nottingham, etc.). L'historien spécialiste des Anglo-Saxons Daniel Henry Haigh (1819—1879) a d'ailleurs suggéré que Letheringham (Angleterre, Suffolk) partage la même étymologie. Dans les endroits où le flamand a cessé d'être parlé au Moyen Âge, la terminaison -ing-hem est restée intacte (exemples : Maninghem, Bezinghem, etc.), parfois francisé en -enghien, alors que dans la zone restée plus longtemps de parler flamand, il s'est souvent contracté en -eghem, -egem (exemples : Teteghem, etc.).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Ledringhem (59) Nord-France.svg

Les armes de Ledringhem se blasonnent ainsi : De gueules au chevron d'hermine, accompagné de trois molettes à six rais d'argent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le village remonte certainement à l'époque celte ou gallo-romaine. Pour en attester, la découverte à la fin du XIXe siècle d'un « trésor » de 50 000 pièces d'or (25 000 de couleur rouge dû à l'alliage riche en cuivre, 25 000 de couleur jaune) de type gauloises.

Article détaillé : Trésor de Ledringhem.
Article connexe : Naissance des villes flamandes.

Ledringhem était traversée par une voie romaine menant de Cassel à Mardyck à travers la Flandre maritime[15].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, Ledringem relève de la châtellenie de Cassel. Le châtelain doit cependant partager le pouvoir avec la Cour féodale ou Peron de Bergues, propriété du souverain (Comtes de Flandre puis Rois de France) qui détient des droits sur Ledringhem, ce qui est source de nombreux litiges entre les deux pouvoirs concernant leurs droits et pouvoirs respectifs. Il existe une seigneurie de Ledringhem. Au XVIIIe siècle elle appartient au Baron d'Esquelbecq, paroisse située dans la mouvance de la châtellenie de Bergues et de la Cour féodale de Bergues[16].

Acquisition française[modifier | modifier le code]

La rivière Peene Becque a donné son nom à une célèbre bataille ; la bataille de la Peene qui a été livrée entre Noordpeene et Zuytpeene le 11 avril 1677, opposant Philippe d'Orléans, frère cadet du roi Louis XIV, aux flamands. Elle a causé le rattachement des châtellenies de Cassel, Bailleul, Ypres et de la ville de Saint-Omer à la France (auparavant possessions des Pays-Bas espagnols).

Avec la signature des Traités de Nimègue le 17 septembre 1678, Louis XIV acquiert de l'Espagne un certain nombre de places-fortes flamandes comme celles de Cassel et de Saint-Omer. Au total, la frontière du nord de la France est lissée et comprend moins d'enclaves.

Révolution[modifier | modifier le code]

À la Révolution, Ledringhem faisait partie du le canton d'Esquelbecq, dans le district de Bergues, une ancienne division territoriale française du département du Nord de 1790 à 1795.

Guerres mondiales[modifier | modifier le code]

Des éclats d'obus et autres munitions peuvent encore être déterrés de nos jours par les travaux agricoles dans les champs de Ledringhem, ce qui démontre le passage du front durant la Première guerre Mondiale.

Une bataille se déroula à Ledringhem durant la Deuxième Guerre mondiale, qui opposa des soldats britanniques et allemands lors d'un repli de ces derniers de l'est de la France vers la région de Bruxelles. Certaines habitations portent encore les balafres de tirs de mitraillettes sur leur murs.
Un cimetière militaire se trouve dans l'enceinte du cimetière communal.

Le moulin de Ledringhem a été brûlé lors des combats de mai 1940. La tête a servi à réparer le Drievenmeulen, le moulin de Steenvoorde.

À l'emplacement de ce moulin se trouve désormais un lotissement d'une trentaine de maisons datant de 2004/2005, la rue parcourant ce lotissement ayant été nommée "Chemin du Moulin"

La division anglaise du "5th Glosters" est à Ledringhem en mai 1940 afin de contenir l'avancée des troupes allemandes et permettre l'évacuation de Dunkerque[17]. De son côté, le journaliste pacifiste, écrivain prolétarien et syndicaliste libertaire français César Fauxbras, mobilisé dans l'armée de Terre, est fait prisonnier le 29 du même mois à Ledringhem.

Routes et chemins[modifier | modifier le code]

  • chemin de la chapelle
  • chemin des prairies
  • route d'Arnèke
  • route de Wormhout
  • chemin du Moulin
  • chemin d'Esquelbecq

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Charles Winoc Hondermarck (1772-1829)    
    Pierre Jacques Cornil Hondermarck (1774-1834)    
1806   M. Blanckaert    
1854   M. Wispelaere[18]    
avant 1861 1865 Pierre (Augustin Ambroise) Devulder    
1865 1870 Pierre Antoine Vanhoucke    
1870   Amand (Aimé Erremond) Cailliau (1842-1923)    
1883 1887 Amand Cailliau[19]    
1887 1903 Amand Cailliau    
1903 1904 Pierre Antoine Vanhoucke[20]    
1904 1912 Amand Cailliau[21]    
1912 1929 Gabriel Deblock[22]    
1929 1937 Henri Looten[23]    
1937 1939 Arthur Coudeville[24]    
1951 1954 J.M. Devey[25]    
1954 1966 Arthur Coudeville[26]    
1966 1971 Daniel Cailliau[27]    
1995 2000 Christian (Roger Germain) Deblock    
2000 En cours Christian Delassus    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[29].

En 2016, la commune comptait 664 habitants[Note 1], en diminution de 2,21 % par rapport à 2011 (Nord : +0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
710700710704739719704702689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
658650635659649612599603523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
478487485480466446433431408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
399418403522533507649679664
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Ledringhem en 2007 en pourcentage[32].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
1,5 
75 à 89 ans
2,5 
7,8 
60 à 74 ans
9,2 
19,1 
45 à 59 ans
19,7 
28,1 
30 à 44 ans
25,5 
15,8 
15 à 29 ans
20,4 
27,8 
0 à 14 ans
22,3 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[33].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune (par odre chronologique de naissance)[modifier | modifier le code]

  • Louis de Gand de Mérode de Montmorency (1678-1767), un militaire français, Vicomte des ville et châtellenie d'Ypres, de Wahagnies et de Ledringhem,
  • Roger Deblock (1908-1994), un homme politique français : Naissance et décès,
  • René Tourlouse (1910-1972), un séminariste et vicaire de Saint-Eloi,
  • Gabriel Deblock (1935-2006), un homme politique français député du Nord : naissance,

Associations et vie sociale[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Ledringhem est desservi par la ligne scolaire 151 du réseau de bus Arc-en-Ciel (trajet Ledringhem Place <> Établissements de Bourbourg).

Divers[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du recensement des observations d'ovnis en France, un Objet Volant Non Identifié a été observé à Ledringhem le 17 avril 2011. Il s'agissait du passage d’un objet cylindrique noir au-dessus d'une maison en suivant une trajectoire rectiligne. L'obsevation a été catégorisée "D1" (non identifié) par le Geipan.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Patrimoine des Communes du Nord. Flohic Editions, volume 2, Paris 2001, (ISBN 2-84234-119-8), S. 1762.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. PARS PRIMA FOLQUINI LIB. I. ad annum 723 Chartularium Sithiense (Cartulaire de Saint Bertin), édit. Guérard, p. 49 on gallica.bnf.fr (Français + Latin)
  2. H. Van Werveke, Grands propriétaires en Flandre au VIIe et au VIIIe siècle, Revue belge de philologie et d'histoire, 2/2 (1923), p. 323.
  3. Eugène Mannier, Études étymologiques historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord (1861), page 23. On Internet Archive
  4. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979, (ISBN 2-85023-076-6), p. 394a.
  5. Henri Pirenne (ed.),Le soulèvement de la Flandre maritime de 1323-1328 (1900), p. 125. sur le site gallica.bnf.fr
  6. en tant que forme alternative du nom Latinisé Leodringas Ledringhem Latin name on crgfa.com
  7. Ferry_de_Locre sur le site wikipasdecalais.fr
  8. Études étymologiques, historiques et comparatives sur les noms des villes, bourgs et villages du département du Nord on books.google.fr
  9. Ferreolus Locrius, Chronicon belgicum, 258-1600 (Arras, 1616) (Latin)
  10. Map Flandiae Descriptio par Matthias Quad, 1609 sur commons
  11. Annales de la Société d'émulation de Bruges, Volume 10, 1848, pages 68-69
  12. Carte Artesia_Comitatus_Artois par Joan Blaeu, 1645 sur commons
  13. 1750 détail de la carte de Cassini sur le site cassini.ehess.fr
  14. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, no. 18123
  15. Mr Bergerot, <<Vie de Saint-Folquin>>, dans Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1855, p. 90 à 131, lire en ligne
  16. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 128 à 131
  17. (en) Dunkirk: Fight to the Last Man. Hugh Sebag-Montefiore - Penguin UK, 31 mai 2007 - 744 pages.
  18. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  19. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Années 1883 et de 1887 à 1903
  20. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1904
  21. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1905 à 1912
  22. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1913-1914 et 1922 à 1929
  23. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1930 à 1937
  24. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1938 1939
  25. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 à 1954
  26. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1955 à 1966
  27. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1967 à 1971
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  32. « Évolution et structure de la population à Ledringhem en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  33. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)