Verlinghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Verlinghem
Verlinghem
La fontaine Saint-Chrysole.
Blason de Verlinghem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Thierry Bonte
2020-2026
Code postal 59237
Code commune 59611
Démographie
Gentilé Verlinghemois
Population
municipale
2 483 hab. (2019 en augmentation de 7,82 % par rapport à 2013)
Densité 246 hab./km2
Population
agglomération
1 051 609 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 50° 40′ 57″ nord, 2° 59′ 50″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 34 m
Superficie 10,08 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lille (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Lille (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lambersart
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Verlinghem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Verlinghem
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Voir sur la carte topographique de Métropole européenne de Lille
City locator 14.svg
Verlinghem
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Verlinghem
Liens
Site web http://www.verlinghem.fr/

Verlinghem [vɛʁlɛ̃ɡɛm] est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Elle fait partie de la Métropole européenne de Lille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Verlinghem dans son canton et son arrondissement

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 682 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944[7] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[9] à 10,8 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Verlinghem est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lille (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 60 communes[15] et 1 051 609 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lille (partie française) est la quatrième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon et Marseille-Aix-en-Provence[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lille (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 201 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,8 %), zones agricoles hétérogènes (12,6 %), zones urbanisées (10,7 %), forêts (3,9 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique suivi du suffixe -ingen + heim[22].
  • Everlingahem (1066), Evrelengehem (1076), Everlengehem (1101), Werleghehem (1144), Verlengehem (1212).
  • Everlingem en flamand[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1066, la comtesse de Flandre Éléonore de Normandie, épouse de Baudouin IV de Flandre, abandonne ses droits sur la terre de Heverlengehem (Verlinghem) à l'église Saint-Amé de Douai (Collégiale Saint-Amé)[24].

En 1237, il existe à Verlinghem une chapellenie dépendant du chapitre Saint-Pierre de Lille[25]. En 1275, le chapitre va encore recevoir de Marguerite de Constantinople et Gui de Dampierre, comtes de Flandre, les droits de seigneurie sur un pré tenu du fief de Verlinghem[26].

Verlinghem est le siège d'une seigneurie avant la Révolution française.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Alexandre Ghestem[27].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 ? René Verquin    
mars 1977
(décès)
Jacques Houssin (père) DVD puis RPR Ingénieur agronome
Député de la 4e circonscription du Nord (1990 → 1991)
Conseiller général du canton de Quesnoy-sur-Deûle (1970 → 1991)
Jean Buchet    
Jacques Houssin (fils) RPR puis
UMP-LR
Hôtelier
Conseiller général du canton de Quesnoy-sur-Deûle (2001 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Lambersart (depuis 2015)
En cours Thierry Bonte   Consultant Chargé d'Affaires

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2019, la commune comptait 2 483 habitants[Note 7], en augmentation de 7,82 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8371 6551 7281 6781 7381 7711 7271 7291 703
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6671 6971 6861 5841 5791 6351 5531 5321 548
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5261 5631 5339641 1721 2201 1911 1841 235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 2251 3631 7291 9412 1822 3772 3122 2932 303
2018 2019 - - - - - - -
2 4752 483-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 23,6 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 188 hommes pour 1 287 femmes, soit un taux de 52 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
0,4 
6,3 
75-89 ans
8,2 
16,7 
60-74 ans
15,2 
22,9 
45-59 ans
23,2 
19,0 
30-44 ans
17,6 
16,4 
15-29 ans
15,2 
18,3 
0-14 ans
20,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Verlinghem possède deux écoles primaires voisines : une publique, l'école Gutenberg, une privée (Sainte-Marie).

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Verlinghem est intégré à la paroisse catholique Notre-Dame-des-Sources dont font également partie les communes de Lompret, Pérenchies et Prémesques. L'abbé Dominique Lemahieu en est le curé. La paroisse se trouve sur le Doyenné de la Lys et de la Deûle, lui-même faisant partie du Diocèse de Lille.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Source de la fontaine Saint-Chrysole
La ferme des Templiers
L'église Saint-Chrysole

Verlinghem possède un patrimoine historique assez riche, pour un village de cette taille, dont trois édifices classés aux Monuments Historiques :

  • la fontaine Saint-Chrysole à côté de laquelle un film a été en partie tourné en mars 2006. Elle a été classée monument historique en 1920[34]. La statue du saint, donnée en 1935 par les frères Lernould, est l’œuvre du sculpteur Adolphe Masselot. La fontaine a fait l'objet d'une restauration en 2005.
  • la ferme des Templiers. Malgré son nom, elle n'a jamais appartenu aux Templiers ; la confusion vient du fait que ceux-ci possédaient des terres à Verlinghem. Cependant, elle reste une remarquable ferme fortifiée, du XVIe siècle. Elle a également été classée monument historique en 1920[35].
  • le porche de l'église Saint-Chrysole, le saint céphalophore du village qui aurait été martyrisé par les Romains au début du IVe siècle. Il aurait eu la boîte crânienne ouverte vers Quesnoy-sur-Deûle situé à 4 km et aurait marché jusque Verlinghem avec son crâne dans la main pour mourir à l'endroit où se dresse actuellement la fontaine qui aurait des vertus thérapeutiques.

Autres Monuments[modifier | modifier le code]

  • Le calvaire du carrefour de la Croix - Érigé en 1898, il fut détruit pendant la Première Guerre mondiale et reconstruit par la suite. Il comprenait trois personnages dont deux ont été vandalisés en . Il est situé au croisement des rues de Messines et de Pérenchies.
  • Le calvaire de l'église - Érigé en 1871 et détruit pendant la Première Guerre mondiale. Il est situé à l'arrière de l'église Saint-Chrysole.
  • La chapelle Notre-Dame du Chêneau - Érigée par la famille Dumez vers 1850 et détruite pendant la Première Guerre mondiale, elle a été reconstruite dans les années 1920. Elle est située au carrefour du Cheval Blanc. Elle tirerait son nom de la présence, autrefois, d'une petite chênaie.
  • La chapelle Notre-Dame, dite "chapelle de la ferme d'Arras". Son existence serait antérieure à 1914. Elle constituait une halte sur le parcours des processions. Elle contient une statue de Notre-Dame de Lourdes.
  • La chapelle Saint-Jean Baptiste - Vestige de l'hôpital Saint-Jean-Baptiste, autrefois géré par les échevins de la paroisse, qui logeait les indigents. Elle contient une statue du saint auquel elle est vouée.
  • La chapelle Notre-Dame de Lourdes - Elle constituait autrefois une halte sur le parcours des processions. Elle est située rue de Pérenchies. Elle contient une statue de Notre-Dame de Lourdes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Seigneurs de Verlinghem[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Verlinghem

Les armes de Verlinghem se blasonnent ainsi :"Écartelé : aux 1 et 4 d'argent, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, couronné d'or, aux 2 et 3, de gueules, à une étoile à seize rais d'argent."[37]


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station météofrance Lille-Lesquin - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Verlinghem et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Lille (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lille (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  23. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  24. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome XI, 1re partie, Année 1066.
  25. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, op. cit., Année 1237.
  26. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1912. Tome XI, 2e volume, Année 1275.
  27. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 274, lire en ligne.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Verlinghem (59611) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  34. Notice no PA00107877, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Notice no PA00107876, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 245, lire en ligne.
  37. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59611