Craywick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Craywick
Craywick
Église Saint-Gilles vue depuis un champ.
Blason de Craywick
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Dunkerque Grand Littoral
Maire
Mandat
Pierre Desmadrille
2020-2026
Code postal 59279
Code commune 59159
Démographie
Gentilé Craywickois
Population
municipale
676 hab. (2018 en diminution de 8,4 % par rapport à 2013)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 16″ nord, 2° 14′ 14″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 8 m
Superficie 7,73 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grande-Synthe
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Craywick
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Craywick
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Craywick
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Craywick

Craywick (en néerlandais : Kraaiwijk, en flamand occidental : Craeywyck) est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Craywick dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Craywick se trouve entre Loon-Plage, Bourbourg et Brouckerque, à proximité de l'autoroute A16.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 700 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dunkerque », sur la commune de Dunkerque, mise en service en 1917[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 697,8 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Boulogne-sur-Mer », sur la commune de Boulogne-sur-Mer, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1947 et à 51 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,6 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,2 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Craywick est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (95,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (90,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,2 %), zones urbanisées (1,9 %), zones agricoles hétérogènes (1 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du moyen néerlandais craie (corbeau), et wijc, du latin vicus (quartier).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Craywick est desservie par la ligne 23 du réseau DK'BUS.

Histoire[modifier | modifier le code]

Craywick dépend avant la Révolution française de la châtellenie de Bourbourg. La commune est le siège d'une ammanie (l'amman est le représentant du châtelain avec pouvoirs administratifs et de justice) s'étendant sur les paroisses de Craywick, la moitié est de celle de Bourbourg, et une partie de celle de Cappelle-Brouck[21].

Avant la Révolution française, la paroisse était incluse dans le diocèse de Thérouanne, puis à la disparition de celui-ci dans le diocèse de Saint-Omer[22].

Seigneurie de Craywick[modifier | modifier le code]

Plusieurs seigneuries d'importance inégale se trouvaient sur Craywick, comme le Penhof détenue par les seigneurs de Flêtre dès le XVe siècle. Est retranscrite ci-dessous la principale d'entre elles.

Ammanie de Craywick[modifier | modifier le code]

En 1554, est retrouvé, comme titulaire de l'un des fiefs de l'ammanie, Frans Gardins à Loon-Plage.

Il le transmet en 1572 à Renier Gardins, bailly de la ville de Dunkerque, qui devient le titulaire de l'ammanie en 1584.

Celui ci transmet son bien à son fils Hercule Gardins.

En 1619, est retrouvé comme amman Antoine Gardins, écuyer, seigneur d'Edequines, Stapelant, fils d'Hercule Gardins.

En 1665, l'ammanie passe à Jean de Vulder, bourgmestre de Bourbourg, époux de Louise de Simpol.

En 1689 est retrouvé Jacques Ignace de Blonde, bailly du Ghyselhuys (principale seigneurie de la châtellenie de Bourbourg).

En 1703, l'amman François Weyns passe en justice pour abus dans l'exercice de ses fonctions : il est ou a été suspendu de ses fonctions pendant six ans[23]

En 1769, le titulaire en est Jacques Nicolas de Montigny, conseiller pensionnaire de la Prévôté Saint Donat à Bergues (seigneurie dépendant directement du Roi de France), petit-fils de Jacques Ignace de Blonde.

En 1785, en hérite son neveu Louis Antoine Clayes, seigneur van Der Hulst, avocat à Bergues[24].

Craywick vu depuis la campagne

Un lieu de pèlerinage[modifier | modifier le code]

À l'instar de la plupart des petites entités rurales, l'histoire de Craywick ne peut se dissocier de celle de son église : rebâtie vers la fin du XVIIe siècle sur des vestiges de construction romane, l'édifice abrite la rédaction des cahiers de doléances en 1789 et les élections du premier conseil municipal en 1791. Pour avoir reçu en 1679 les reliques de saint Gilles, la paroisse devint lieu de pèlerinage, rassemblant lors de la neuvaine de septembre, paysans et pêcheurs des environs : ils venaient y puiser l'eau d'une source jugée curative, avant de se restaurer à l'auberge du "bon Saint Gilles" tenue par le clergé local. C'est ainsi que pendant très longtemps — même après la disparition des reliques sous la Révolution — on invoque Saint Gilles contre les maux de tête, la fièvre, l'épilepsie et les maladies infantiles, une dévotion bien révélatrice aussi de l'état sanitaire de la contrée.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le cahier de doléances de Craywick, rédigé en vue des États Généraux de 1789 dénonce le népotisme des échevins de Bourbourg qui géraient la ville de Bourbourg mais aussi toute la châtellenie[25].

Pendant la Révolution française, Craywick eut comme prêtre Louis Dutoit, ayant juré le serment de fidélité à la constitution civile du clergé, un ancien moine à Saint-Augustin de Thérouanne, devenu ensuite vicaire à Bourbourg avant d'être le curé de Craywick[26].

Un hameau industriel[modifier | modifier le code]

Des évènements militaires qui affectèrent Craywick — et ils furent légion du fait de la proximité de deux places fortes — retenons la prise de Gravelines par les français en 1644 qui incita les espagnols, toujours en possession de Bourbourg, à faire creuser un fossé défensif rectiligne jusqu'au passage de Coppenhaecq[réf. souhaitée] ou Coppenax où fut construite une redoute bastionnée[réf. souhaitée] : ce site donna naissance à Coppenaxfort, hameau né dans la seconde moitié du XVIIe siècle après le démantèlement de cet ouvrage fortifié. C'est dans ce secteur que s'implantèrent, après le creusement du canal de Bourbourg (1670-1685), diverses activités industrielles dont une fabrique de toiles de voile en 1766, une usine textile et, au milieu du XIXe siècle, une sucrerie qui évolua en distillerie. Ce hameau a continué à se développer au XXe siècle conjointement aux importants travaux destinés à compléter le réseau des voies navigables : en 1932 avec le creusement de la dérivation du canal de la Colme et en 1967 avec l'élargissement destiné à permettre l'accessibilité aux transports fluviaux de grand gabarit, entraînant la création de zones de dépôt, le relèvement du pont de Brouckerque et la disparition du pont de Dunkerque.

En 1903, la voie de chemin de fer reliant Bourbourg à Dunkerque, passe à Craywick et Coppenaxfort, qui disposent d'une gare ou à tout le moins d'un arrêt[27].

Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la première guerre mondiale, Craywick est à l'arrière du front qui part de Nieuport, suit le cours de l'Yser vers les monts des Flandres. En 1916 et 1917, le village placé sous l'autorité du commandement d'étapes (service de l'armée de terre organisant le stationnement et le passage de troupes) de Gravelines, de même que Bourbourg-ville et Bourbourg-Campagne, Saint-Pierre-Brouck, Loon-Plage, Grande Synthe... est le lieu de passage et de cantonnement de troupes, soldats français et belges, de répartition entre les communes concernées de travailleurs agricoles (136 à 143 selon les moments), de décision de fermetures temporaires d'établissements, notamment les cabarets ayant servi à boire aux soldats en dehors des heures règlementaires , etc.[28]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de Craywick

Les armes de Craywick se blasonnent ainsi :"De gueules à une escarboucle pommetée et fleurdelisée d'or, la branche du milieu terminée en chef par une crosse du même ; à la bordure componée d'argent et de sable."

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La ville est membre de la communauté urbaine de Dunkerque (Dunkerque grand littoral).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 1800 et jusqu'en 1803 : Louis Étienne Louvat, ancien échevin et conseiller de la chambre de commerce de Dunkerque[29].

De 1803 à 1807 : Henry Duverger[29].

De 1807 à 1809 : Jean Baptiste Vergriete, précédemment adjoint au maire (décède en fonction)[29].

De 1809 à 1821 : Nicolas Jacques Clays[29].

De 1821 à 1844 : Constant Liévin Tassaert, précédemment adjoint au maire[29].

De 1844 à 1860 : Victor Napoléon Watré, précédemment adjoint au maire[29].

De 1860 à 1878 : Jules Nerva Geerssen[29].

De 1878 à 1881 : Edmond Florent François Duriez, distillateur[29].

De 1881 à 1900 : François Edouard Joseph Duriez (frère du précédent, décède en fonction), distillateur[29].

De 1902 à 1925 : François Prosper Marie-Joseph Duriez (fils du précédent), distillateur[29].

De 1925 à 1939 : Jules Bulteel[30].

De 1951 à 1971 : M. Vercoustre[31].

De 1971 à 1978 au moins : Albert Costenoble[32]

Maire de 2001 à 2020 : André Hennebert

Maire depuis 2020 : Pierre Desmadrille

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Pierre Desmadrille   maire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[34].

En 2018, la commune comptait 676 habitants[Note 7], en diminution de 8,4 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
248228253234245266293299315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
331380383408456517479515463
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
463436426393386377381410413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
388338404445382464569584598
2013 2018 - - - - - - -
738676-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Craywick en 2007 en pourcentage[37].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
1,7 
75 à 89 ans
2,3 
4,4 
60 à 74 ans
4,6 
18,9 
45 à 59 ans
11,3 
25,0 
30 à 44 ans
28,5 
21,3 
15 à 29 ans
19,9 
28,7 
0 à 14 ans
33,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[38].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Sport[modifier | modifier le code]

Le ministère des sports a décompté 10 équipements sportifs sur le territoire de la commune en 2013[39].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Gilles et son cimetière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Craywick est le berceau d'une branche de la famille Duriez, qui a donné plusieurs maires à la ville ainsi que de nombreux industriels à la région.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Dunkerque - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Craywick et Dunkerque », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Dunkerque - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Craywick et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 32.
  22. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 66, lire en ligne.
  23. Ville de Bourbourg- Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Lille, (lire en ligne), Série FF page 7.
  24. Georges Dupas option citée pages 98 à 100
  25. Georges Lefebvre, « La Société populaire de Bourbourg », sur persée.fr, p. 181-182.
  26. Georges Lefebvre, « La Société populaire de Bourbourg », sur persée.fr, p. 192-193..
  27. Le Journal de Bourbourg et du canton de Gravelines, no 1158 du 4 mars 1903
  28. « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  29. a b c d e f g h i et j Registres de l’État Civil de la commune de Craywick - Archives départementales du Nord
  30. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1926 à 1939
  31. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 à 1971
  32. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1972 à 1979
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  37. « Évolution et structure de la population à Craywick en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  38. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  39. « Recensement des équipements sportifs, espace et sites de pratiques - détail par communes - », sur Site ministériel du recensement des équipements sportifs (consulté le ).