Uxem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Uxem
Uxem
La mairie d'Uxem
Blason de Uxem
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Pierre Defrance
2020-2026
Code postal 59229
Code commune 59605
Démographie
Gentilé Uxemois
Population
municipale
1 443 hab. (2019 en augmentation de 2,56 % par rapport à 2013)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 01′ 20″ nord, 2° 29′ 02″ est
Altitude Min. −2 m
Max. 3 m
Superficie 8,27 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Coudekerque-Branche
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Uxem
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Uxem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uxem
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uxem
Liens
Site web http://www.uxem.fr/

Uxem (prononcé [yksɛm]; Uksem en néerlandais[1]) est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France. Ce village est situé à environ 10 km de Dunkerque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Uxem dans son canton et son arrondissement.

Paysage infiniment plat de champs, sans arbres ni arbustes, quadrillé de watteringues. On y cultive des céréales, betteraves ou pommes de terre. Le sud de la commune est constitué des petites Moëres, ancien lac asséché par Cobergher et qui est sous le niveau de la mer, le reste de la commune culminant à 1 ou 2 mètres. Au nord, on distingue l'autoroute A16, qui coupe le village de la mer. Plus loin, on aperçoit l'usine des dunes (métallurgie) derrière laquelle l'œil averti pourra apercevoir des lambeaux de dunes. Au sud, on peut distinguer par temps sec la chaine des monts des flandres et l'abbaye de Saint-Winoc de Bergues. On remarquera que depuis 30 ans, si le nombre d'habitants a augmenté de 20 %, la surface urbanisée a doublé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 725 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dunkerque », sur la commune de Dunkerque, mise en service en 1917[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,3 °C et la hauteur de précipitations de 697,8 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Lille-Lesquin », sur la commune de Lesquin, mise en service en 1944 et à 65 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Uxem est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (93,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (92,3 %), zones urbanisées (6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,7 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'un nom de personne germanique + heim[22]

  • Uckesham (981), Ukesham (XIe siècle), Uxhem (1219).

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par un arrêt de la ligne 24 et par la ligne S (scolaire) du réseau DK'BUS, bien qu'elle ne fasse pas partie de la Communauté Urbaine de Dunkerque.

Uxem est desservie par certaines lignes du réseau de bus Arc-En-Ciel, notamment les lignes scolaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle, les empereurs romains, installent des lètes (barbares faits prisonniers ou d'anciens citoyens romains délivrés par les légions) pour peupler la région ravagée par les incursions franques et saxonnes. Le nom d'Uxem est certainement d'origine saxonne, comme tous les villages de la Flandre maritime contenant la racine 'hem' (maison). Il est cité en 981 dans un titre de l'abbaye Saint-Pierre de Gand.

Uxem faisait partie de la châtellerie de Bergues. L'abbaye Saint Winoc de Bergues y possédait des biens et ne manquait pas une occasion d'accroître ceux-ci, comme elle le faisait dans la plupart des paroisses proches de son monastère : en 1202, elle achète les biens détenus par le chapitre de Béthune sur Téteghem et Uxem[23].

En 1232, le chevalier Eustache d'Uxem accorde à l'abbaye de Bergues un libre passage dans ses domaines pour les biens provenant des dîmes de l'abbaye à Uxem[24].

En 1297, le comte de Flandre Gui de Dampierre est en guerre contre le roi de France Philippe IV le Bel, mais perd la partie. Plusieurs terres appartenant à des fidèles du comte vont être utilisées pour récompenser des seigneurs ayant servi le roi, par confiscation sur leurs propriétaires légitimes. Ces confiscations n'ont sans doute majoritairement été que temporaires, néanmoins, en 1298, Jean du Bois reçoit de Raoul II de Clermont-Nesle lieutenant du roi, des terres situées à Uxem, confisquées sur plusieurs personnes ayant suivi le parti du comte[25].

En 1328, des habitants d'Uxem participent à la bataille de Cassel contre le roi de France et sont tués.

En 1658, après la bataille des Dunes remportée par Turenne, Dunkerque devient anglaise. La possession anglaise recouvre non seulement la ville de Dunkerque mais aussi des territoires dont certains jusque-là relevaient de la châtellenie de Bergues  : Mardyck, Grande Synthe, Petite Synthe, une partie d'Armbouts-Cappel, Cappelle-la-Grande, une partie de Coudekerque, Téteghem, Uxem, Ghyvelde, Leffrinckoucke, Zuydcoote. En 1662, Louis XIV rachète ce territoire aux Anglais[26].

Du point de vue religieux, Uxem relève du diocèse de Thérouanne, puis du diocèse d'Ypres, doyenné de Dunkerque[27].

Ancienne mairie d'Uxem

Au moment de la Révolution française, dans le diocèse d'Ypres, le curé d'Uxem , Marie-Jean-Louis Roussel, est un des 5 prêtres, (prêtres d'Uxem, Killem, Quaëdypre, Socx, Rubrouck) sur 67 à accepter de prêter le serment de fidélité à la Révolution (constitution civile du clergé)[28].

Pendant la première guerre mondiale, Bergues est en 1917-1918 le siège d'un commandement d'étapes, c'est-à-dire un élément de l'armée organisant le stationnement de troupes, comprenant souvent des chevaux, pendant un temps plus ou moins long, sur les communes dépendant du commandement, en arrière du front. Uxem est une de ces communes qui accueillit des troupes[29]. Elle fait également partie du commandement d'étapes de Téteghem à la même époque de même qu'elle dépendait depuis 1916 de celui de Hondschoote[29].

En , les troupes britanniques et françaises résistent aux Allemands sur le canal des chats. Le village est presque entièrement détruit par les bombardements. Les inondations consécutives aux ouvertures des écluses font le reste.

Uxem fera partie de la forteresse allemande de Dunkerque jusqu'en .

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Uxem (Nord).svg

Les armes de Uxem se blasonnent ainsi :

Parti : au 1, de gueules à trois léopards d'or rangés en pal ; au 2, échiqueté d'argent et d'azur, au canton d'hermine[30].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Jean Triquet[31].

Maire en 1854 : Mr. Steen[32].

Maire en 1883 : J. Davrou[33].

Maire de 1887 à 1891 : L. Janssen[34].

Maire de 1891 à 1900 : Ch. Poidevin[35].

Maire de 1900 à 1911 : E. Brygo[36].

Maire de 1911 à 1930 : J. Vanlandtschoote[37].

Maire de 1930 à 1939 : A. Vermersch[38].

Maire de 1974 à 1978 au moins : B. Ryckelynck[39].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1974 Albert Poidevin    
avant 1981   Bernard Ryckelynck    
    Thérèse Schrevel    
André-Pierre Becquet    
En cours Pierre Defrance    

Résultats à l'élection présidentielle de 2022[modifier | modifier le code]

Résultats à Uxem[40]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Emmanuel Macron LREM 281 32,30 430 50,12
Marine Le Pen RN 274 31,49 428 49,88
Jean-Luc Mélenchon LFI 133 15,29
Éric Zemmour REC 43 7,94
Valérie Pécresse LR 28 3,22
Yannick Jadot EELV 23 2,64
Fabien Roussel PCF 22 2,53
Nicolas Dupont-Aignan DLF 19 2,18
Jean Lassalle RES 17 1,95
Anne Hidalgo PS 12 1,38
Philippe Poutou NPA 10 1,15
Nathalie Arthaud LO 8 0,92
Votes valides 870 96,99 858 91,76
Votes blancs 17 1,90 54 5,78
Votes nuls 10 1,11 23 2,05
Total 897 100 935 100
Abstention 223 19,91 188 16,74
Inscrits / participation 1 120 80,09 1 123 83,26

Résultats à l'élection législative de 2022[modifier | modifier le code]

Résultats à Uxem[41]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Paul Christophe LREM 193 34,53 287 53,64
Pierette Cuvelier RN 142 25,4 248 46,36
Philippe Heyman NUPES 94 16,92
Frédéric Devos LR 72 12,88
Frédéric Beague PA 26 4,65
Éric Maerten REC 17 3,04
Sandrine Desrayaud LO 7 1,25
Pierre Gonzalez DVG 5 0,89
Guillaume Lévecq DLF 3 0,54
Votes valides 559 96,38 535 93,86
Votes blancs 16 2,76 27 4,74
Votes nuls 5 0,86 8 1,4
Total 580 100 570 100
Abstention 548 48,58 558 49,47
Inscrits / participation 1 128 51,42 1128 50,53

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[43].

En 2019, la commune comptait 1 443 habitants[Note 8], en augmentation de 2,56 % par rapport à 2013 (Nord : +0,49 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
372360425404436430428460461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457447439471460437502473514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
525507501507498503478304354
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3423396829501 1281 0761 1711 3441 411
2019 - - - - - - - -
1 443--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,2 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 710 hommes pour 712 femmes, soit un taux de 50,07 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,3 
3,6 
75-89 ans
4,0 
16,4 
60-74 ans
18,1 
20,3 
45-59 ans
21,2 
22,9 
30-44 ans
23,7 
14,9 
15-29 ans
11,6 
21,9 
0-14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 
Église Saint-Amand.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village ayant été rasé pendant la Seconde Guerre mondiale, il ne compte pas de monument. Il y a toutefois quelques anciennes fermes disséminées dans la campagne. Une très grande majorité des bâtiments du village est constituée de lotissements construits à partir des années 70. La précédente église qui datait des années 1950 a brulé dans les années 1980. Il semblerait que la seule construction humaine ancienne du village, soit le canal des chats.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1939–1945 bronsestjerne stripe.svg

Croix de Guerre (1939-1945) avec étoile de bronze

Panneau célébrant l'attribution de la croix de guerre à Uxem

Attribué par le Secrétaire d'État aux Forces Armées Max Lejeune : "Théâtre de durs combats au cours de la défense de Dunkerque, fin mai et début juin 1940, bombardée à nouveau en 1944-1945, son territoire inondé, n'a cessé de donner le plus bel exemple de courage et d'abnégation" dû au courage des Uxemoises et des Uxemois dans la bataille de Dunkerque.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Michel Warlop, UXEM, notes historiques sur le village des origines à 1960. ISBN : 9791069981331, sorti en

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « proussel.voila.net/pages/noms_… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Dunkerque - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Uxem et Dunkerque », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Dunkerque - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Uxem et Lesquin », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Lille-Lesquin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre
  23. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 1ère partie, Année 1202.
  24. A. Wauters, option citée, Tome VII, 2ème partie, Année 1232.
  25. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1298.
  26. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 83 et 87.
  27. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 65, lire en ligne.
  28. Abbé L. Harrau, Edmond-Louis Blomme, « Le manuscrit de M. P.-C. Blanckaert, curé-doyen de Wormhoudt », dans Bulletin Union Faulconnier, tome V, Dunkerque, 1902, p. 204, lire en ligne.
  29. a et b « Journaux des marches et opérations des corps de troupe - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le ).
  30. http://www.labanquedublason2.com/lecture_fiche_commune.php3?page=f59605 « Copie archivée » (version du 18 février 2015 sur l'Internet Archive).
  31. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  32. Almanach du commerce du Nord Année 1854
  33. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Année 1883
  34. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 à 1891
  35. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1892 à 1900
  36. Annuaire Ravet Anceau département du Nord Années 1900 à 1911
  37. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1912 à 1914 et 1922 à 1930
  38. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1931 à 1939
  39. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1975 à 1979
  40. « Election présidentielle 2022 Uxem » (consulté le ).
  41. « Uxem (59229) : Résultats des élections législatives 2022 par circonscription », sur midilibre.fr (consulté le )
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Uxem (59605) », (consulté le ).
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).