Bavinchove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bavinchove
Bavinchove
Mairie.
Blason de Bavinchove
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Canton Wormhout
Intercommunalité Communauté de communes de Flandre Intérieure
Maire
Mandat
Jean-Luc Fache
2014-2020
Code postal 59670
Code commune 59054
Démographie
Gentilé Bavinchovois
Population
municipale
949 hab. (2015 en augmentation de 3,04 % par rapport à 2010)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 47′ 05″ nord, 2° 27′ 18″ est
Altitude Min. 15 m
Max. 93 m
Superficie 8,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Bavinchove

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bavinchove

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bavinchove

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bavinchove
Liens
Site web http://bavinchove.fr/

Bavinchove est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bavinchove
Zuytpeene Cassel
Clairmarais Bavinchove Oxelaëre
Renescure Staple

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire communal appartient à l'éocène inférieur (tertiaire) appelé également Yprésien (du nom de la ville d'Ypres proche).

La commune s'étend sur 8,31 km2 avec une altitude minimum de 15, maximum de 93 m et moyenne de 35 m. Sa latitude est de 50.785 degrés Nord et sa longitude de 2.455 degrés Est. Elle se situe sur la plaine de Flandre, plaine du nord-ouest de l'Europe, ouverte sur la mer du Nord, entre les collines de l'Artois et l'embouchure de l'Escaut. La partie occidentale, appelée Flandre maritime, est dominée par une butte-témoin, relique de l'ère tertiaire, le Mont Cassel culminant à 176 mètres. L'ensemble est composé d'alluvions marines silico-calcaires qui reposent sur un lit de tourbes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bavinchove est traversé du SE au NO par la Lyncke Becque, l'un des tronçons affluents référencés de la Peene Becque, affluent de l'Yser. La Lyncke Becque (longueur 6,7 km) prend sa source à Staple et finit sa course à Noordpeene (confluence).

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Le climat de Bavinchove est de type océanique. En l'absence d'obstacles dus au relief et sous l'influence modératrice de la mer du Nord proche et de l'océan atlantique les amplitudes thermiques sont faibles, les hivers doux et les étés plutôt frais. Les jours de gelée et de neige sont normalement rares. La moyenne annuelle des températures est d'environ 11°C. L'orientation du vent a une grande influence sur la pluviométrie : en flux d'ouest fréquents, donc sous influence atlantique, on observe des passages nuageux, avec perturbations et/ou ciels de traînes ; les flux d'est provoquent des hivers plus froids et des étés secs et ensoleillés ; les vents du sud, plus rares, sont desséchants et peuvent entraîner de fortes chaleurs en été.

Climat dans le département du nord par saison en 2014[1]

HIVER PRINTEMPS ÉTÉ AUTOMNE
Soleil
Heures d'ensoleillement 326 h 593 h 506 h 214 h
Moyenne nationale 359 h 667 h 638 h 300 h
Equivalent jours de soleil 14 j 25 j 21 j 9 j
Moyenne nationale 15 j 28 j 27 j 12 j
Pluie
Hauteur de pluie 188 mm 194 mm 235 mm 179 mm
Moyenne nationale 260 mm 166 mm 226 mm 257 mm
Vent
Vitesse maximale 108 km/h 90 km/h 76 km/h 101 km/h
Moyenne nationale 158 km/h 151 km/h 140 km/h 176 km/h
Températures
Maximales 9,5 14 24 19
Minimales 5 8 14 11

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Entrée de Bavinchove.

La gare située sur la commune de Bavinchove est appelée gare de Cassel. Elle se situe au PK 273,807 sur la Ligne d'Arras à Dunkerque-Locale entre les gares d'Hazebrouck et d'Arnèke. Le bâtiment de la gare a été démoli en 1999 mais la SNCF continue d'y assurer la vente de titres de transport par automates et le parking de bicyclettes et de voitures.

La commune est traversée par la D933 (rue Nationale) qui commence au Rond-Point du Fort Rouge à Arques jusqu'à la D916, route de Lille, à Cassel. Elle emprunte en partie l'itinéraire de l'ancienne RN 42 qui reliait Bailleul à Boulogne-sur-Mer.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2014, le projet d'urbanisme de Bavinchove s'inscrit dans le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, document cadre essentiel pour le développement et l’aménagement de la CCFI et des 50 communes qui la composent en termes d’aménagement, d’équipement, d’urbanisme, de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, de préservation ou de remise en bon état des continuités écologiques, de l’habitat, des transports et des déplacements, du développement des communications numériques, de l’équipement commercial, du développement économique, et des loisirs. Cependant la Communauté de communes de Flandre intérieure se heurte à l'hétérogénéité de l'ensemble. Actuellement le projet de planification pour Bavinchove est à l'étude dans un des 12 plans d’occupation des sols et des plans locaux d'urbanisme à contenu POS pour Bavinchove, Eecke, Hondeghem, Le Doulieu, Morbecque, Ochtezeele, Pradelles, Sainte-Marie-Cappel, Staple, Steenbecque, Terdeghem et Wallon-Cappel. En principe, le PLUi exprime, dans le cadre d'un projet de développement durable, les priorités intercommunales des communes de la CCFI en matière d'aménagement de l'espace, de développement économique, d'habitat, d'environnement, de mobilité, d'énergie et d'aménagement numérique. L'élaboration du PLUi doit s'inscrire sur plusieurs années et faire l'objet d'une concertation auprès de l'ensemble des personnes et associations locales concernées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • anciennement Bavinchova, 1793 : Bavenchove, 1801 : Bavinckove.
  • Bavinkove[2], Bavinkhove en flamand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Le 19 mai 1604, est rendue une sentence de noblesse pour François de Hanon (Hasnon?) seigneur de Bavincove, domicilié à Saint-Omer. Il choisit pour armes "Aux 1 et 4 de gueules à 3 coquilles d'argent posées 2 et 1, aux 2 et 3 d'argent à la croix ancrée de gueules". Ces armes sont celles des Courtheuse[4].
  • En 1621, Charles de Bryarde est seigneur de Bavinchove et de Crombecque (fief dans la châtellenie de Bourbourg). Il est l'époux d'Adrienne de la Douve, dame d'Hardoye et Vroyland[5]. Le fief de Vroyland, situé dans la même châtellenie représente un ensemble de 657 mesures (de l'ordre de 300 hectares, dont environ 50 de marais) dans différentes localités à travers la châtellenie, et relevait en partie de la seigneurie de Nieurlet située à Lederzelle. Adrienne de la Douve avait hérité Vroyland de sa famille qui le détient dès 1518. Après eux, la possession passera en 1641 à leur fille Catherine de Briarde, dame de Bavinchove, veuve de Denis de Massiet, seigneur de Staple (Catherine de Briarde a une sœur Éléonore de Briarde dont il sera question ci-dessous). En 1678, est retrouvé un héritier de ces familles, Adrien de Massiet, seigneur de Staple et de Bavinchove et de Vroyland. Puis les fiefs de Bavinchove et Vroyland arrivent par le jeu des mariages dans la famille de la Viesville, notamment Philippe Adrien de la Viesville, lequel sans doute mort sans héritier, les transmet à son neveu, Joseph Guislain Baudry de la Tramerie, baron de Roisin, seigneur de Bavinchove et de Vroyland, via ses parents Guislain François Baudry, baron de Sassignies et Claudine Françoise de la Viesville qui gèrent les fiefs en 1709-1711. Joseph Guislain en est le détenteur en 1728. Il meurt lui aussi sans postérité et les biens passent alors à une arrière petite fille d'Éléonore de Briarde, sœur de Catherine Briarde citée ci-dessus en 1641. Il s'agit de Isabelle Caroline de Maulde dame de Bavinchove en 1755, puis en 1766 à l'héritier féodal de celle-ci, Dominique Jean Baptiste Coppens, seigneur de Wintsvelde, et enfin en 1768 à sa sœur Françoise Suzanne Coppens, dame de Wintsvelde, Bavinchove et Vroyland[6]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Au cours de la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918, 48 Bavinchovois sont morts au combat. la Flandre maritime reste libre, bien que Dunkerque soit constamment bombardée. Bavinchove, proche du front, ne fait donc pas partie de la zone occupée par les Allemands. Cassel, distant de moins de quatre kilomètres, est le quartier général de Foch.
  • La Compagnie D du 4e Bataillon du Corps expéditionnaire britannique occupe Bavinchove du 27 au 29 mai 1940. Elle faisait partie de la ligne de défense incluant Cassel et Wormhout qui devait retarder l'avance allemande sur Dunkerque et ainsi favoriser l'embarquement des forces alliées vers l'Angleterre. 8 soldats du Commonwealth ont trouvé la mort dans cette opération.
  • Dans le cadre de la Résistance à l'ennemi, 3 agents SNCF de Bavinchove sont morts en déportation, 1 autre à l'hôpital.
  • Bien que Dunkerque soit restée aux mains des Allemands jusqu'au 9 mai 1945, Bavinchove a été libérée dès le début septembre 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Bavinchove dans son canton et son arrondissement.

Bavinchove appartient à la CCFI, Communauté de communes de la Flandre Intérieure, née le 1er janvier 2014 de la fusion de 6 intercommunalités (de l’Houtland, de la Voie Romaine, du Pays des Géants, du Pays de Cassel, Monts de Flandre - Plaine de la Lys, rurale des Monts de Flandre et des communes isolées d’Hazebrouck, Blaringhem et Wallon-Cappel), en tout plus de 100 000 habitants sur 50 municipalités gouvernées par un Conseil communautaire de 88 élus et de 43 suppléants.

Avant le rattachement à la CCFI, Bavinchove appartenait à la Communauté de communes du Pays de Cassel qui regroupait 13 communes : Arnèke, Bavinchove, Buysscheure, Cassel, Hardifort, Noordpeene, Ochtezeele, Oxelaëre, Rubrouck, Sainte-Marie-Cappel, Wemaers-Cappel, Zermezeele et Zuytpeene, soient 9 228 habitants répartis sur 11 728 hectares.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

  • Législatives
16 juin 2002      10 juin 2007      17 juin 2012
Socialistes 50,6 % UMP 55,3 % DVD 52 %
UMP 49,33 % RG 14 % Socialistes 47 %
  • Présidentielles
5 mai 2002      6 mai 2007      6 mai 2012
Jacques CHIRAC 79,8 % Nicolas SARKOZY 52 % Nicolas SARKOZY 51,57 %
Jean-Marie LE PEN 49,33 % Ségolène ROYAL 48 % François HOLLANDE 48,43 %

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La Commune est administrée par un conseil municipal de 15 élus âgés de 24 à 75 ans, dont 4 femmes, avec une moyenne d'âge de 51 ans.

Le maire (depuis 20 ans en 2015) Jean-Luc Fache (né le 13 décembre 1949) est salarié du privé à la retraite.

On compte, par catégories socio-professionnelles, 6 retraités dont 2 de l'agriculture, 2 de la fonction publique (enseignement) et 2 du privé ; 1 agriculteur exploitant en activité ; 2 employés du secteur privé ; 3 ouvriers du secteur privé ; 1 fonctionnaire catégorie C ; 1 écrivain et 1 étudiante.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1854 : E. Barlin[7].

Maire en 1883 et de 1887 à 1892 : D. Pierens[8].

Maire de 1892 à 1907 : Ch. Beudaert [9].

Maire de 1907 à 1914 : Louis Godderis[10].

Maire de 1922 à 1925 : F. Blondé[11].

Maire de 1925 à 1929 : J. Moriaux[12].

Maire de 1929 à 1939 : F. Campagnie[13].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1995 Germain Beck    
en cours Jean-Luc Fache    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La politique environnementale de la commune s'inscrit, en partie, dans le projet de la CCFI. En effet, outre les compétences obligatoires gouvernées par le Conseil communautaire et pilotées par le Bureau, la Communauté est responsable de la mise en valeur et de la protection de l’environnement, de l'aide à la plantation, à l'entretien des haies et d'arbres d'essences régionales, de l'aide à la création et à la réhabilitation et à l'entretien des mares, de la politique du cadre de vie, de la création, de l'aménagement et de l'entretien de la voirie communautaire. En 2015, la politique environnementale communautaire est placée sous l'autorité de M. Joël DEVOS, maire de Steenwerck, chargé de l'environnement, des ordures ménagères et de l'hydraulique.

En outre, le Syndicat mixte Pays Cœur de Flandre, association loi 1901, créée en mars 2000 a pour objet l’exercice des activités d’étude, d’animation et de coordination nécessaire à la mise en œuvre des projets économiques, sociaux, environnementaux, culturels et touristiques d’intérêt collectif à l’échelle du Pays, prévus par la Charte de développement durable du territoire.

Jumelages[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune de Bavinchove n'est jumelée avec aucune autre.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2015, la commune comptait 949 habitants[Note 1], en augmentation de 3,04 % par rapport à 2010 (Nord : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9038989209311 0561 003960983970
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
910885863880864900860873839
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
809821832807786815816781749
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
765745741747848955939937935
2013 2015 - - - - - - -
935949-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bavinchove en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
0,2 
6,1 
75 à 89 ans
8,9 
11,6 
60 à 74 ans
12,6 
19,4 
45 à 59 ans
19,1 
20,0 
30 à 44 ans
20,4 
21,7 
15 à 29 ans
20,2 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Au 20 août 2015, la commune dispose :

  • d'un médecin généraliste
  • d'une kinésithérapeute
  • de deux infirmières

En outre, on comptait au 8 avril 2015 11 assistantes maternelles agréées en accueil non permanent.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bavinchove fait partie de l'académie de Lille. On y trouve :

  • L'école primaire publique du Val de la Peene (maternelle et élémentaire)
  • L'Association des parents d’élèves de l'école du Val de la Peene, créée en 2007

Sports[modifier | modifier le code]

  • U.S. Bavinchove-Cassel
  • Les écuries du pays de Cassel (équitation)
  • Bavinchove et sa pétanque

Média[modifier | modifier le code]

Bavinchove est couvert par le Central de Cassel (59135CAS - CAS59)[20] pour le haut-débit internet et télévision.

Depuis fin 2014, l'école de la commune dispose du très haut débit.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Religion catholique :
La paroisse de Bavinchove se trouve dans l'Archidiocèse de Lille.
Le diocèse de Lille est l'archevêché métropolitain de la province ecclésiale. À sa tête se trouvent un archevêque et un évêque auxiliaire.
Le clocher de Bavinchove dépend de la paroisse Saint-François (Moulins de Flandre) de Cassel.

Économie[modifier | modifier le code]

Les catégories suivantes y sont représentées :

  • Restauration, bars, chambres d'hôtes
  • Commerces
  • Artisanat, industries, entreprises
  • Agriculture

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Omer

Saint-Omer, église de type hallekerque composée de trois vaisseaux et de voûtes en berceaux, date des XVIe-XVIIe siècles. Les boiseries sont du XVIIIe siècle et les orgues de 1784.

À l'intérieur, on peut voir un retable de la Vierge et un autre de saint Nicolas ainsi qu'une mise au tombeau. Les deux retables présentent des similitudes de disposition : deux colonnes ornées d'une statue encadrent une large travée médiane où figurent des tableaux.

À l'extérieur de l'église se trouve une pierre tombale à l'effigie armoriée de Jean Van-Cappel, datée de 1537.

Outre sa vocation cultuelle, l'église Saint-Omer reçoit des expositions et diverses animations tels le festival international Albert-Roussel, la fête de la musique.

La mairie de Bavinchove, consciente du rôle central joué par cet édifice, a sollicité l'aide de la DRAC et de la Fondation du patrimoine pour l'aider à la rénovation, à la restauration et à l'embellissement de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Andrée Brunin, poétesse née en 1937 y mourut en sa demeure, "Windhuus", acquise en 1976, le 1er avril 1993. La Bibliothèque de Bavinchove qu'elle avait animée porte son nom.
  • Damien Top, fils de la précédente, né en 1963 ténor, musicologue et chef d'orchestre, fondateur du Festival international Albert-Roussel.
  • Maude Julien, thérapeute spécialiste dans l'emprise mentale et auteure d'une autobiographie, née le , a écrit avec Ursula Gauthier Derrière la Grille : quand la vie gagne malgré tout, Paris, Stock, 2014, (ISBN 978-2-234-07747-8). Elle décrit dans son ouvrage comment Louis Didier, riche concessionnaire automobile lillois, haut dignitaire d'une franc-maçonnerie ésotérique et délirante, plus prosaïquement paranoïaque et alcoolique, achète en 1936 à un mineur de fond désargenté une fille blonde de six ans, Jeannine. À sa majorité, il devient son mari pour qu'elle lui donne un enfant, Maude, l'« élue » qui sauvera le monde. Pendant 15 années de réclusion (1961-1976), ce père adoptif l'éduque « à la dure » et la cloître à « La Villa Saint-Charles », dite « Le Château », aujourd'hui siège local de l'AAE, Association d'action éducative de Dunkerque, centre renforcé pour mineures délinquantes. Maude se réfugie dans la littérature et finit par se rebeller à seize ans, quittant sa « prison ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bavinchove (Nord).svg

Les armes de Bavinchove se blasonnent ainsi : « Burelé d'or et d'azur de douze pièces ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] En se basant sur les données climatiques de plus d'une centaine de stations de Météo France, Linternaute.com propose un guide complet du climat en France.
  2. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  3. Selon la légende, Arnoul aurait été tué par son homme lige, Gerbodon, qui, en expiation de sa faute, aurait demandé au pape qu'on lui coupât les mains. Le cuisinier chargé d'exécuter la sentence constata que les mains d'Arnoul ne tremblaient pas ce qui, sur ordre du pape, devait mettre fin au supplice. Gerbodon devint moine de Cluny et finit son existence en odeur de sainteté
  4. Amédée le Boucq de Ternois, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de la Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 20, lire en ligne
  5. Georges Dupas, Seigneuries et seigneurs de la châtellenie de Bourbourg, Coudekerque-Branche, Galaad Graal, , p. 110
  6. Georges Dupas, option citée, page 267
  7. Almanach du commerce du Nord Année 1854
  8. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Années 1883 et 1887 à 1892
  9. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord Années 1893 à 1907
  10. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1908 à 1914
  11. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1925
  12. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1926 à 1929
  13. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1930 à 1939
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. « Évolution et structure de la population à Bavinchove en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  20. Central Cassel sur ariase.com