Arrondissement de Dunkerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arrondissement de Dunkerque
Arrondissement de Dunkerque
Situation de l'arrondissement de Dunkerque dans le département Nord.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département et
collectivité territoriale
Nord
Chef-lieu Dunkerque
Code arrondissement 594
Démographie
Population 375 768 hab. (2017)
Densité 260 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 02′ nord, 2° 22′ est
Superficie 1 443 km2
Subdivisions
Communes 111

L'arrondissement de Dunkerque est une division administrative française, située dans le département du Nord et la région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Dunkerque se situe à l'extrême nord de la France. Il s'étend entre la Lys et la mer. Il est bordé au nord-ouest par la mer du Nord et compte trente cinq kilomètres de côte, au nord-est par la Belgique, de la mer à la Lys, au sud-est par l'arrondissement de Lille dont il est séparé par la Lys, au sud et au sud-ouest par le département du Pas-de-Calais, dont il est séparé sur la majeure partie de sa frontière par la Lys, le canal de Neufossé, et l'Aa.

L'arrondissement, depuis la suppression de l'arrondissement d'Hazebrouck le 10 septembre 1926 et son intégration dans l'arrondissement de Dunkerque, se caractérise par son unité linguistique et recouvre la Flandre flamingante, par opposition à la Flandre wallonne qui s'étend de la Lys à la Scarpe.

Il se compose d'une partie de la plaine maritime flamande, sur sa bordure côtière, trente cinq kilomètres de long sur environ dix kilomètres de profondeur, faisant partie de la plaine de Flandre qui s'étend largement au-delà de ses frontières.

La bordure côtière a souvent une altitude inférieure au niveau de la mer, dont elle est protégée par une barrière de dunes. Région longtemps marécageuse, elle a nécessité des travaux permanents pour évacuer l'eau, drainer le sol, amenant au creusement de nombreux canaux et à la mise en place d'une administration pour gérer la situation, les watringues. L'arrondissement comprend également la zone des Moëres, à l'est de Dunkerque, ancien pays de marais, aujourd'hui asséché, à la frontière avec la Belgique.

A l'intérieur des terres, entre l'Yser et la Lys, se trouvent quelques zones de hauteurs isolées telles que le mont Cassel (175 mètres), le mont des Cats (164 mètres), le mont Noir (152 mètres), le mont des Récollets (140 mètres), le mont de Watten (72 mètres)[1].

L'arrondissement compte plusieurs canaux, voies de communication très empruntées dans le passé lorsque les routes n'étaient pas encore en bon état, et plus ou moins exploitées de nos jours selon les cas ː

Cet ensemble de canaux situé en zone côtière assure la liaison entre les villes de Flandre maritime vers la Belgique d'une part , et vers Watten, l'Aa, le canal de Neufossé et l'intérieur des terres d'autre part, vers Valenciennes (Réseau des voies navigables). L'Aa draine la trafic vers l'intérieur, relie le système côtier à Saint-Omer et de là au réseau régional[1].

A l'intérieur des terres, Hazebrouck assure les liaisons vers la Lys et au réseau régional, à la fois au sud ouest vers Aire-sur-la-Lys, et au nord ouest vers Merville et Armentières.

Par ailleurs, Hazebrouck occupe la position de nœud central en matière de chemin de fer, vers Dunkerque, Calais, mais aussi Béthune, Lille etc.

L'autoroute A25 traverse l'arrondissement et le relie au réseau autoroutier français et international.

Composition[modifier | modifier le code]

Composition de l'arrondissement depuis 2015[modifier | modifier le code]

L'arrondissement compte 111 communes reparties en sept cantons (Bailleul, Coudekerque-Branche, Dunkerque-1, Dunkerque-2, Grande-Synthe, Hazebrouck et Wormhout) :

Composition de l'arrondissement avant 2015[évasif][modifier | modifier le code]

Avant 2015, l'arrondissement comptait seize cantons (Bailleul-Nord-Est, Bailleul-Sud-Ouest, Bergues, Bourbourg, Cassel, Coudekerque-Branche, Dunkerque-Est, Dunkerque-Ouest, Grande-Synthe, Gravelines, Hazebrouck-Nord, Hazebrouck-Sud, Hondschoote, Merville, Steenvoorde et Wormhout) :

Arrondissement dunkerque nord 59.png

Découpage communal depuis 2015[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, le nombre de communes des arrondissements varie chaque année soit du fait du redécoupage cantonal de 2014 qui a conduit à l'ajustement de périmètres de certains arrondissements, soit à la suite de la création de communes nouvelles. Le nombre de communes de l'arrondissement de Dunkerque est ainsi de 113 en 2015, 111 en 2016 et 111 en 2017. Au , l'arrondissement groupe les 111 communes suivantes[2] :

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrondissement coïncide essentiellement avec le territoire de l'ancienne Flandre maritime, territoire compris entre la Lys et la mer du Nord, qui est la partie nord de la Flandre française (la Flandre française est la partie française de l'ancien comté de Flandre). De plus l'arrondissement correspond relativement bien au Westhoek français (Flandre flamingante française), c'est-à-dire la partie de la Flandre française où l'on parlait traditionnellement le flamand.

Avant 1789, ce qui est devenu l'arrondissement de Dunkerque correspondait presque exactement à l'intendance de la Flandre maritime (et à peu près à la moitié de la Flandre maritime lors de l’extension maximale de cette dernière). Elle se composait de la ville de Dunkerque et de son territoire ; de la châtellenie de Bergues, de la châtellenie de Bourbourg, et d'une portion de celle de Cassel[3].

La Révolution française créa la nouvelle division administrative de la France. Pour la Flandre maritime, fut créé en 1790 le District de Bergues devenu en 1801 l'arrondissement de Bergues et déplacé ensuite à Dunkerque.

À l'origine, l'actuel arrondissement était divisé en deux, avec d'un côté la sous-préfecture de Bergues, et de l'autre celle de Cassel. Depuis, la sous-préfecture de Bergues a été déplacée à Dunkerque (1803) et celle de Cassel à Hazebrouck (1857), avant d'être définitivement supprimée en 1926.

Sous-préfets[modifier | modifier le code]

Liste des sous-préfets
Période Identité Fonction précédente Observation
[4] André Randouin Sous-préfet de Blaye Nommé secrétaire général de la préfecture du Nord
[5] Pierre Leroy de Boisaumarié Sous-préfet de Saint-Gaudens Nommé sous-préfet de Bayonne
[6] Jean de Bry Secrétaire général de la préfecture du Nord Nommé préfet de Vaucluse
[7] Jules Rampand Chef de bureau au ministère de la guerre Nommé préfet de la Lozère
[8] Alphonse Paillard Sous-préfet de Forcalquier Nommé préfet du Cantal
1857[9] 1859[10] Jean Stanislas Gérard
Baron Pétiet Sous-préfet en 1861
[11] Henri Bourgeois de Jessaint Sous-préfet de Saint-Omer Nommé préfet de la Creuse
[12] Charles Blanquart de Bailleul Sous-préfet de Mulhouse Nommé préfet de la Sarthe
[13] René Pichon Secrétaire général de la préfecture d'Indre-et-Loire Nommé secrétaire général de la préfecture du Nord
[14] Robert Godefroy Sous-préfet de Lunéville Nommé sous-préfet de Cambrai
[15] Amand Becq Chef du service au ministère des colonies Nommé préfet de la Corrèze
[16] René Brisac Secrétaire général de la préfecture d'Indre-et-Loire Nommé préfet du Tarn
[17] Clément Bonhoure Secrétaire général de la préfecture du Puy-de-Dôme Nommé préfet des Hautes-Alpes
[18] Arnaud Poivert Secrétaire général de la préfecture du nord chargé des fonctions de préfet du Nord Nommé préfet de la Mayenne pour la durée de la guerre
[19] Joseph Séguin Secrétaire général de la préfecture du Nord Nommé préfet de la Corse
[20] François Taviani Sous-préfet de Lunéville Nommé préfet des Pyrénées-Orientales
[21] Alfred Papinot Sous-préfet d'Autun Nommé préfet de la Corrèze
[22] Maurice Bezagu Sous-préfet de Mamers Nommé préfet du Lot
[23] Jean-Baptiste Benedetti Secrétaire général de la préfecture de la Somme Nommé préfet délégué à Montpellier
[24] Louis Dramard Sous-préfet de Bayonne Nommé préfet délégué à Nancy
[25] Roger Constant Chef du secrétariat particulier du ministre Pierre Pucheu Nommé préfet du Morbihan
[26] André Portal Sous-préfet d'Arles par intérim Suspendu de ses fonctions
[27] Claude Deshayes Chef de cabinet du ministre de la reconstruction et de l'urbanisme Raoul Dautry Nommé préfet de l'Aveyron
[28] Maurice Oster Sous-préfet de Thionville Mis à la disposition du ministre de la France d'Outre-Mer
[29] Jacques Bonis-Charancle Sous-préfet de Tournon-sur-Rhône Nommé préfet de la Haute-Saône
[30] Pierre Rouvière A la disposition du préfet inspecteur général régional d'Alger Nommé sous-préfet de Valenciennes
[31] [32] Julien Vincent Sous-préfet de Montluçon Nommé préfet de l'Aveyron
[33] Jean Desgranges Sous-préfet de Cambrai Nommé préfet de l'Yonne
[34] Yves Bonnet Sous-préfet de Cherbourg Nommé préfet représentant du gouvernement à Mayotte
1982[35] 1984 Georges Peyronne
1985[36] Michel Morin
[37] Bernard Prevost Nommé préfet de la Nièvre
[38] [39] André Viau Secrétaire général de la préfecture de la Côte-d'Or Nommé préfet de la Haute-Corse
[40] [41] Jean-Pierre Maurice Secrétaire général de la préfecture de la Haute-Vienne Nommé directeur du cabinet du préfet de la région d'Ile-de-Fance, préfet de Paris
[42] [43] Jean-François Tallec Chargé de mission pour les affaires régionales auprès du préfet de la région Midi-Pyrénées, préfet de la Haute-Garonne Nommé préfet de la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon
[44] Daniel Ferey Commissaire divisionnaire de la police nationale
[45] [46] Jean-Régis Borius Secrétaire général de la préfecture de l'Oise Nommé préfet de la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon
[47] [48] Jérôme Gutton Secrétaire général de la préfecture du Var Nommé préfet de l'Indre
[49] [50] Henri Jean Secrétaire général de la préfecture de la Haute-Vienne Administrateur du Grand port maritime de Dunkerque (GPMD)[51]


Travaille à l'élaboration du schéma départemental de coopération intercommunale[52],
à une convention entre l'État et le groupe Total concernant le site de l'ancienne raffinerie des Flandres,
et sur les enjeux de sécurité industrielle et technologique[53]
Nommé préfet de la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon

[54] Eric Etienne Secrétaire général de la préfecture du Finistère

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2017, l'arrondissement comptait 375 768 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
296 996317 695351 281371 670375 073379 702375 784376 816377 294
2017 - - - - - - - -
375 768--------
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[55] puis population municipale à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Comparaison des pyramides des âges de l'arrondissement et du département du Nord en 2006 :

Pyramide des âges de l'Arrondissement de Dunkerque en 2006[57] en pourcentage.
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans et plus
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
7,6 
11,3 
60 à 74 ans
12,7 
21 
45 à 59 ans
20,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,5 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,4 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du Nord en 2006[58] en pourcentage.
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans et plus
0,8 
4,3 
75 à 89 ans
7,9 
10,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,7 
45 à 59 ans
19,4 
21,1 
30 à 44 ans
20,1 
22,6 
15 à 29 ans
21 
21,6 
0 à 14 ans
19 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Année 1979, arrondissement de Dunkerque, p. 9204-9205
  2. « Composition de l'arrondissement de Dunkerque », sur https://www.insee.fr (consulté le 19 janvier 2018)
  3. Statistique archéologique du département du Nord : arrondissement de Dunkerque, Extrait du bulletin de la Commission historique du département du Nord, tome VI, Lille, 1862.
  4. « RANDOUIN, Androphile dit André », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  5. « LEROY DE BOISAUMARIÉ, Pierre Alexandre », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  6. « BRY, Jean Alexandre Romain Fortuné de », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  7. « RAMPAND, Jules Amable Benoît », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  8. « PAILLARD, Alphonse Charles Mathurin », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  9. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, p. 5, lire en ligne
  10. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1860, p. 5, [1]
  11. « BOURGEOIS DE JESSAINT, Henri Fernand », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  12. « BLANQUART DE BAILLEUL, Charles Joachim Gustave », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  13. « PICHON, René Charles », sur Archives nationales (consulté le 3 février 2020).
  14. « GODEFROY, Robert Frédéric », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  15. « BECQ, Amand Elisée », sur Archives nationales (consulté le 13 janvier 2020).
  16. « BRISAC, René Jules », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  17. « BONHOURE, Clément Benjamin », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  18. « POIVERT, Arnaud Alexandre », sur Archives nationales (consulté le 13 janvier 2020).
  19. « SÉGUIN, Joseph Paul Dieudonné », sur Archives nationales (consulté le 3 février 2020).
  20. « TAVIANI, François Marie Ida », sur Archives nationales (consulté le 3 février 2020).
  21. « PAPINOT, Alfred Marcel Louis », sur Archives nationales (consulté le 10 janvier 2020).
  22. « BEZAGU, Maurice Georges », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  23. « BENEDETTI, Jean-Baptiste Antoine », sur Archives nationales (consulté le 13 janvier 2020).
  24. « DRAMARD, Louis Marie Charles », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  25. « CONSTANT, Roger », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  26. « PORTAL, André François Marie Joseph », sur Archives nationales (consulté le 3 février 2020).
  27. « DESHAYES, Claude Joseph Sylvain », sur Archives nationales (consulté le 13 janvier 2020).
  28. « OSTER, Maurice Antoine », sur Archives nationales (consulté le 17 janvier 2020).
  29. « BONIS-CHARANCLE, Jacques Paul Louis », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  30. « ROUVIÈRE, Pierre », sur Archives nationales (consulté le 28 janvier 2020).
  31. « VINCENT, Julien Léon Jean-Baptiste », sur Archives nationales (consulté le 3 février 2020).
  32. Décret du 21 avril 1975 M. Julien Vincent, sous-prefet hors classe, sous-prefet de Dunkerque, est nomme prefet de l'aveyron
  33. « DESGRANGES, Jean Louis François », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  34. « BONNET, Yves Germain Albert Louis », sur Archives nationales (consulté le 31 janvier 2020).
  35. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1982 et 1984
  36. Annuaire Ravet Anceau Arrondissement de Lille 1985
  37. Décret du 5 juin 1992 portant nomination de préfets
  38. Décrets du 13 juillet 1992 portant nomination (administration préfectorale)
  39. Décret du 13 juillet 1995 portant nomination de préfets
  40. Décrets du 18 septembre 1995 portant nomination (administration préfectorale)
  41. Décret du 4 novembre 1997 portant nomination (administration préfectorale)
  42. Décret du 6 novembre 1997 portant nomination (administration préfectorale)
  43. Décret du 10 janvier 2001 portant nomination d'un préfet
  44. Décrets du 24 janvier 2001 portant nomination (administration préfectorale)
  45. Décret du 22 juin 2006 portant nomination du sous-préfet de Dunkerque (1re catégorie) (administration préfectorale) - M. Borius (Jean-Régis)
  46. Décret du 29 octobre 2009 portant nomination du préfet de la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon - M. Borius (Jean-Régis)
  47. Décret du 10 décembre 2009 portant nomination du sous-préfet de Dunkerque (1re catégorie) - M. GUTTON (Jérôme)
  48. Décret du 1er août 2012 portant nomination du préfet de l'Indre - M. Gutton (Jérôme)
  49. Décret du 14 septembre 2012 portant nomination du sous-préfet de Dunkerque (classe fonctionnelle II) - M. Jean (Henri)
  50. Décret du 3 mars 2016 portant nomination du préfet de la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon - M. JEAN (Henri)
  51. Le Conseil de Surveillance du Port de Dunkerque. Consulté le 4 mai 2012.
  52. Schéma départemental de coopération intercommunale du Nord (http://www.nord.gouv.fr/Annonces-avis/Schema-de-cooperation-intercommunale-du-Nord/(language)/fre-FR)
  53. Compte-rendu réunion de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (13 mai 2011) (http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-oecst/10-11/c1011014.asp
  54. Décret du 7 avril 2016 portant nomination du sous-préfet de Dunkerque (classe fonctionnelle II) - M. ETIENNE (Eric)
  55. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  56. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 1962, 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  57. « Pyramide des âges de l'Arrondissement de Dunkerque en 2006 », sur site de l'INSEE (consulté le 5 avril 2010)
  58. « Pyramides des âges du département du Nord », sur site de l'INSEE