Zegerscappel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zegerscappel
Zegerscappel
L'église Saint-Omer, classée au titre des monuments historiques.
Blason de Zegerscappel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Chantal Comyn
2020-2026
Code postal 59470
Code commune 59666
Démographie
Gentilé Zegerscappelois, Zegerscappeloises
Population
municipale
1 540 hab. (2020 en augmentation de 0,46 % par rapport à 2014)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 53′ 16″ nord, 2° 23′ 02″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 40 m
Superficie 17,4 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Zegerscappel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Zegerscappel
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Zegerscappel
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Zegerscappel
Liens
Site web www.zegerscappel.fr

Zegerscappel (prononcé [zeɡɛʁskapɛl]; Zeskappel en flamand occidental, Zegerskappel en néerlandais[1]) est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Zegerscappel dans son canton et son arrondissement.

Situation[modifier | modifier le code]

Zegerscappel est située à 6,3 km de Wormhout, 26,1 km de Dunkerque, 20,4 km de Saint-Omer et à 62,4 km de Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Une entrée de la commune.
Communes limitrophes de Zegerscappel
Eringhem Pitgam Crochte
Bollezeele Zegerscappel Esquelbecq
Arnèke Ledringhem

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 758 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Watten », sur la commune de Watten, mise en service en 1970[8] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 792,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Boulogne-sur-Mer », sur la commune de Boulogne-sur-Mer, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1947 et à 57 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,6 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,2 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Zegerscappel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (98,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (97,2 %), zones urbanisées (2,8 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sigeri Capella en 1119[22], Sigerii Capella en 1186[23], Segers-Capelle en 1193[22].

Zegerskappel en flamand.

La chapelle aurait été construite à l'initiative d'un certain Sighari ou Sigher[24].

Microtoponymie[modifier | modifier le code]

Noms des lieux-dits et quartiers

Galg Houck (Sud-Est), Valle Meulen Houck (Sud), La Cloche (Est), Katte Houck (Est), Bollezeele Meulen Houck (Sud-Ouest), Le Coin de la Garenne[25]...

Histoire[modifier | modifier le code]

Zeggerscappel était traversée par une voie romaine (D 52) menant de Cassel à Mardyck à travers la Flandre maritime[26].

Selon la légende, Zegerscappel viendrait du franc sigueri capella, ou chapelle du vainqueur. Il aurait été fondé par Clovis de retour de bataille (celle où il a décidé de se faire chrétien ?). Bivouaquant là avec ses soldats, il aurait décidé d'y construire une chapelle.

Zeggerscappel est citée dans une charte du comte de Flandre Thierry d'Alsace , passée entre 1128 et 1167 : l'abbaye de Watten avait reçu du fis de Baudouin Botel la juridiction sur la commune de Zeggerscappel ; le comte Thierry, suzerain de la Flandre, abandonne à l'abbaye de Watten ses droits, donnant ainsi à l'abbaye toute la justice seigneuriale sur ces terres[27].

En , Matthieu de Messines et Hugues le Blond de Zegerscappel sont deux personnes réfugiées dans l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer (motif de ce refuge inconnu ; ces personnes ont sans doute des liens avec l'abbaye). Adam évêque de Thérouanne, considérant les privilèges de l'abbaye (et notamment le droit de justice sur les personnes situées sur des terres dépendant d'elle), leur permet d'en sortir librement. La consigne donnée par l'évêque n'est pas respectée car quelques jours plus tard, il notifie aux curés de son diocèse que les deux ayant été enlevés par violence de la cuisine de l'abbaye, on doit les mettre en liberté, sous peine d'encourir les censures ecclésiastiques (par exemple l'excommunication que pouvaient prononcer les évêques à l'époque)[28].

Avant la Révolution française, Zeggerscappel est le siège d'une seigneurie : en 1225, Laurent, chevalier, seigneur de Zegers-Capple (Sigeri-capella), tient en fief une terre située à Sainte-Marie- Kerque[29].

En 1297, le comte de Flandre Gui de Dampierre est en guerre contre le roi de France Philippe IV le Bel, mais perd la partie. Plusieurs terres appartenant à des fidèles du comte vont être utilisées pour récompenser des seigneurs ayant servi le roi, par confiscation sur leurs propriétaires légitimes. Ces confiscations n'ont sans doute majoritairement été que temporaires, néanmoins, en 1298, Baudouin de Sohier-Cappel ou Zegers Capple reçoit de Raoul II de Clermont-Nesle lieutenant du roi, un manoir et des terres situées à Quaedypre confisqués sur Chrétien le Brabantre[30].

Du point de vue religieux, la commune était située dans le diocèse de Thérouanne puis dans le diocèse d'Ypres, doyenné de Bergues[31].

Un Arnoul Clays de Zeggers-Cappel est cité à plusieurs reprises entre 1568 et 1578 comme faisant partie des principaux dirigeants communaux (le magistrat) de Bergues, soit poortmestre ou chef des bourgeois soit chef de la loi. Cet Arnoul aurait été un juriste réputé mais aussi savant, et gendre de Gérard de Mekeren, chevalier, vice-amiral de la flotte de Flandre[32],[33]. La fille unique et héritière d'Arnoul Clays dit de Zegghers Cappel et de Catherine van Meckeren a épousé Jean de Bergh, écuyer, seigneur de Plancques, Schaubroucq, etc[33].

Zegerscappel est un village particulièrement privilégié pour l'implantation des moulins à vent puisqu'il en a compté 8 à la fin du XIXe siècle, dont deux moulins à cheval et des moulins à eau grâce à l'Yser.

Héraldique[modifier | modifier le code]

armes de Zegerscappel

Les armes de Zegerscappel se blasonnent ainsi :

D'argent à la fasce de sable, accompagné de six billettes du même, trois en chef et trois en pointe[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Vandenkerckoove[35].

Maire de 1922 à 1935 : Julien Franchois[36].

Maire de 1935 à 1939 : Denis Ammeux[37].

Maire de 1951 à 1954 : A. Minne[38].

Maire de 1954 à 1971 : L. Depoers[39].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1855[40] 1864 Vincent Vandenbilcke    
1864 après 1913 Hilaire Auguste Théophile Franchois[41],[42],[43],[44]    
1971 2008 Gérard Bécue    
2008 2014 Béatrice Ryckebusch    
2014 En cours Chantal Comyn DVG  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[45] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 10 1,11
Marine Le Pen (FN) 252 27,88
Nicolas Sarkozy (UMP) 264 29,20 467 56,47
Jean-Luc Mélenchon (FG) 69 7,63
Philippe Poutou (NPA) 12 1,33
Nathalie Arthaud (LO) 9 1,00
Jacques Cheminade (SP) 3 0,33
François Bayrou (MoDem) 77 8,52
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 22 2,43
François Hollande (PS) 186 20,58 360 43,53
Inscrits 1106 100,00 1105 100,00
Abstentions 178 16,09 208 18,82
Votants 928 83,91 897 81,18
Blancs et nuls 24 2,59 70 7,80
Exprimés 904 97,41 827 92,20

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[46] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 7,96 75
Marine Le Pen (FN) 36,62 345 54,49 455
Emmanuel Macron (EM) 15,18 143 45,51 380
Benoît Hamon (PS) 3,40 32
Nathalie Arthaud (LO) 1,38 13
Philippe Poutou (NPA) 1,27 12
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (RES) 0,74 7
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 12,53 118
François Asselineau (UPR) 0,85 8
François Fillon (LR) 20,06 189
Inscrits 1 147 100,00 1 147 100,00
Abstentions 171 14,91 192 16,74
Votants 976 85,09 955 83,26
Blancs 22 2,25 93 9,74
Nuls 12 1,23 27 2,83
Exprimés 942 96,52 835 87,43

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[47]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[48].

En 2020, la commune comptait 1 540 habitants[Note 8], en augmentation de 0,46 % par rapport à 2014 (Nord : +0,16 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6501 7071 7691 8231 7751 8051 8751 7461 709
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7021 7391 7681 7621 7711 6991 6081 5681 545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5351 6111 4971 4001 3671 3411 3061 3441 242
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 1931 2021 2081 1791 2521 2001 4251 4631 464
2015 2020 - - - - - - -
1 5431 540-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,5 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,9 % la même année, alors qu'il est de 22,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 759 hommes pour 774 femmes, soit un taux de 50,49 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,77 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[51]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,5 
5,0 
75-89 ans
7,3 
14,8 
60-74 ans
13,5 
21,4 
45-59 ans
21,2 
20,1 
30-44 ans
22,2 
16,1 
15-29 ans
16,1 
22,0 
0-14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2018 en pourcentage[52]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,1 
75-89 ans
8,1 
14,3 
60-74 ans
15,6 
19,2 
45-59 ans
18,6 
19,6 
30-44 ans
18,7 
20,7 
15-29 ans
19,1 
20,7 
0-14 ans
18,5 

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Un chemin de randonnée pédestre de 9,2 km, le « Circuit du rijssel berg » fait découvrir une partie du bourg et la campagne environnante[53].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Depuis 2009, Zegerscappel fait partie du réseau Village Patrimoine, coordonné par les Pays de Flandre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dominique Doncre (1743-1820), peintre.
  • Marcel André Kokel né à Zegerscappel le 18 août 1922. Mort en déportation le 14 mars 1945 à Flossenburg[54].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Fête patronale : 25/7 ; Fêtes communales : à partir du 1er dimanche de septembre.

Ressources et productions[modifier | modifier le code]

Industries alimentaires(TIMO). Rouissage du lin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes du Nord-Pas-de-Calais », rechercher Zegerscappel(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Watten - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Zegerscappel et Watten », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Watten - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Zegerscappel et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a et b Dans le cartulaire de Notre-Dame de Bourbourg.
  23. Dans un titre de l'abbaye d'Andres.
  24. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages du Nord, , 314 p. (ISBN 978-2-916344-45-4 et 2-916344-45-4), p. 313.
  25. Détail des lieux-dits sur la carte IGN classique sur le site de Géoportail (site visité le 28 juillet 2022).
  26. Mr Bergerot, <<Vie de Saint-Folquin>>, dans Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1855, p. 90 à 131, lire en ligne
  27. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Années entre 1128 et 1167
  28. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1223.
  29. Comité flamand de France Auteur du texte, « Annales du Comité flamand de France », sur Gallica, (consulté le )
  30. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VI, Année 1298.
  31. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 65, lire en ligne.
  32. Louis de Baecker, Recherches historiques sur la ville de Bergues (lire en ligne), p. 123 à 125.
  33. a et b M.A. Bonvarlet, « Chronique de l'abbaye des dames de Saint-Victor, dite du nouveau cloître à Bergues », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Année 1857, publié en 1858, p. 275, lire en ligne
  34. http://www.zegerscappel.fr/Z2/index.php
  35. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  36. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1922 à 1935
  37. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1936 à 1939
  38. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 1954
  39. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1955 à 1970
  40. Almanach du commerce Département du Nord, .
  41. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord, .
  42. Annuaire Ravet Anceau du département du Nord, .
  43. Annuaire Ravet Anceau département du Nord, .
  44. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord, .
  45. Ministère de l'Intérieur - Nord (Nord - Pas de Calais), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Zegerscappel » (consulté le ).
  46. Ministère de l'Intérieur - Nord (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Zegerscappel » (consulté le ).
  47. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  48. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  49. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  51. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Zegerscappel (59666) », (consulté le ).
  52. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Nord (59) », (consulté le ).
  53. « Circuit du rijssel berg », sur Cirkwi (consulté le ).
  54. « MORTS EN DEPORTATION NE(E)S EN DE FRANCE », sur www.lesmortsdanslescamps.com (consulté le )

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]