Bollezeele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bollezeele
Bollezeele
Blason de Bollezeele
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Dunkerque
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts de Flandre
Maire
Mandat
Pierre Marle
2020-2026
Code postal 59470
Code commune 59089
Démographie
Gentilé Bollezeeloises, Bollezeelois
Population
municipale
1 430 hab. (2018 en augmentation de 0,14 % par rapport à 2013)
Densité 82 hab./km2
Population
agglomération
265 974 hab.
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 55″ nord, 2° 19′ 29″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 52 m
Superficie 17,54 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dunkerque
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Wormhout
Législatives Quatorzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bollezeele
Géolocalisation sur la carte : Nord
Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bollezeele
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bollezeele
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bollezeele
Liens
Site web http://www.bollezeele.fr/

Bollezeele est une commune française située dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en Flandre française à une vingtaine de kilomètres au sud de Dunkerque, à 12 km de Wormhout, 63 de Lille.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bollezeele est traversée par l'Yser.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 13,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 800 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Watten », sur la commune de Watten, mise en service en 1970[7] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 792,6 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Boulogne-sur-Mer », sur la commune de Boulogne-sur-Mer, dans le département du Pas-de-Calais, mise en service en 1947 et à 52 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,6 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,8 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,2 °C pour 1991-2020[13].

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bollezeele est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dunkerque, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 66 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[17],[18].

La commune comprend plusieurs hameaux comme Les Cinq rues, Le Pont de l'Erkelsbrugghe.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (96,9 %), zones urbanisées (3,1 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Bollingesel en 1113[21], Bullingasela en 1119, qui signifie le « séjour de Babolèmes ».

Le village doit son nom à un certain Bolo[22], seigneur ou chef de tribu Franc qui établit son habitation en ce lieu ; zeele vient de sali qui est chez les Francs, l'habitation du seigneur.

La commune se nomme Bollezele en néerlandais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Francs se sont établis vers l'an 600 dans notre région et la plupart des villages de notre secteur de l'Yser datent de cette époque. Cela doit être le cas de Bollezeele même si la première trace écrite date de 1101, avec le nom de Bolingesela puis en 1119 Bullingasela.

Avant l'arrivée des Francs, le territoire de Bollezeele n'était cependant pas totalement vide d'habitants : pour preuve, le vase de terre qui contenait 2 000 pièces romaines qui fut découvert dans un champ au XVIIe siècle : « trésor  » de 2000 écus d'argent frappés vers 267, sous Postume, général gaulois s'étant fait proclamer empereur romain. Des fouilles effectuées dans la commune auraient également permis de retrouver des médailles et vases antiques[23].

À égales distances des bourgs voisins, Bollezeele a dû rapidement devenir un petit centre attractif. « Vijf uren van Duinkerke, vijf uren van Kales, drie uren van Kassel, drie uren van Burgburg, drie uren van Bergen, Bollezeele is Bollezeele » soit « À cinq lieues de Dunkerque, cinq lieues de Calais, trois lieues de Cassel, trois lieues de Bourbourg, trois lieues de Bergues, Bollezeele est Bollezeele » disait Joseph Dezitter artiste originaire de Bollezeele, mort en 1957.

En 1221, le châtelain de Saint-Omer a, selon Adam évêque de Thérouanne, conclu des conventions avec ses hommes (sans doute ses vassaux) de Bollezeele, Lederzeele, etc.[24].

En 1232, le comte de Flandre Ferrand de Flandre et Jeanne de Constantinople, sa femme, accordent des franchises à tous les habitants du Métier de Lederzeele et des domaines qu'ils possèdent dans la paroisse de Bollezeele[25].

En 1257, Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, et Gui, comte de Flandre son fils, (Gui de Dampierre) déclarent que les habitants de Lederzeele et de Bollezeele continueront à jouir de leurs immunités malgré la subvention qu'ils ont payée pour la rançon du jeune comte (Gui de Dampierre a été emprisonné trois ans par ses adversaires néerlandais menés par ses frères utérins les D'Avesnes et les communes de Flandre ont été sollicitées pour payer la rançon ce qui les a appauvries)[26].

Mais le nom de Bollezeele est surtout attaché à sa vierge, Notre Dame de la Visitation dont l'origine est liée à une source des bords de l'Yser. Son culte remonterait au XIVe siècle, on lui attribue de très nombreux miracles (le premier est cité en 1429), en 1510 elle délivra la région de la peste d'où une importante neuvaine longtemps fort suivie par les populations locales, au XIXe siècle 6 000 communions étaient enregistrées durant la neuvaine[27].

L'archiduchesse Isabelle-Claire-Eugénie d'Autriche, gouvernant les Pays-Bas espagnols, est venue en 1621 vénérer Notre-Dame de Bollezeele. Selon la légende elle aurait donné à cette occasion une ceinture tissée de soie et d'or[28].

Notre Dame de Bollezeele est sans doute en partie responsable du développement du bourg, de son érection en doyenné en 1680, de la création de son marché, de la prospérité des commerces et de la richesse de son église. La vierge fut couronnée en 1910, y assistaient plus de 100 prêtres et 15 000 personnes.

Sous l'ancien régime, après avoir été dans le territoire du diocèse de Thérouanne, Bollezeele dépendait du diocèse de Saint-Omer[29], et faisait partie de la châtellenie de Cassel qui relevait directement du comte de Flandre. La châtellenie était divisée en vierschaeres, juridictions où l'on jugeait les petits délits en premier ressort. Les communes de Bollezeele et Zegerscappel constituaient une vierschaere. Bollezeele à la limite de la Flandre Intérieure et de la Flandre Maritime était également à la limite de la châtellenie de Bourbourg ce qui lui valut d'être quelque temps au XVIIe siècle zone frontière; on a alors bâti deux forts au nord ouest de la commune.

Après la Révolution française, sous le premier Empire, se tiennent chaque année à Bollezeele deux foires de seconde classe, héritées de l'époque antérieure à la Révolution, pour marchandises et bestiaux; en 1803, elles ont eu lieu le 14 floréal (4 mai) et le 14 fructidor (1er septembre)[30]. Se tient encore chaque décade (période de dix jours du calendrier républicain) un marché décadaire pour grains, petits animaux et légumes[31].

Une voie ferrée qui exista de 1914 aux années 1950 reliait Bergues à Bollezeele via Steene, Pitgam, Drincham.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bollezeele

Les armes de Bollezeele se blasonnent ainsi : « D'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules. »


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Bollezeele dans son canton et son arrondissement.

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Maire en 1802-1803 : Vandenkerckhoove[32].

Maire en 1854 : Mr Villette, notaire[33].

En octobre 1859 Jean Louis Delepouve est adjoint au maire[34].

Maire en 1883 et 1887 : C. Bellynck[35].

Maire de 1887 à 1907 : Auguste Cockempot[36].

Maire de 1907 à 1909 : I. Dehaene[37].

Maire de 1909 à 1939 : J. Dehaene, notaire (peut être le même que ci-dessus)[38].

Maire de 1951 à 1954 : A. Dubreucq[39].

Maire de 1954 à 1971 : D. Wissocq[40].

Maire de 1971 à 1978 au moins : Roger Thys, photographe[41].

.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1835 ? Philippe Antoine Joseph
Vandekerckhove
(1775-1849)
  Conseiller d'arrondissement[42]
1865 1871 Victor CORTYL   notaire
1871 1878 Bénoni DECORTE   pharmacien, propriétaire
1878 1881 Jean Louis DELEPOUVE    
1881 18 février 1887 Constant BELLYNCK   propriétaire, décédé en cours de mandat
1887   Auguste Amand COCKEMPOT   cultivateur
         
mars 2014 Marie-Joseph Dubreucq    
En cours Pierre Marle DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Bollezeele dépend du tribunal de grande instance de Dunkerque pour les affaires judiciaires civiles, du tribunal correctionnel de Dunkerque pour les petits délits au pénal, de la Cour d'Assises du Nord à Douai pour les crimes, et du tribunal administratif de Lille pour les litiges avec l'administration.

Une affaire récente a ému la population de Bollezeele : en 2011, a été arrêté le prêtre en exercice sur la commune au motif d'accusations de pédophilie. Il a été condamné par la Cour d'Assises du Nord en janvier 2015 à 18 ans de réclusion criminelle, assortis d'une peine de sûreté des 2/3, pour viols et agressions sexuelles commis sur une dizaine d'enfants pendant vingt cinq ans dans l'arrondissement de Dunkerque. Il n'y a pas eu d'appel par le condamné. La peine de sûreté avait été demandée par l'avocat général, en raison des 70 ans atteints par l'accusé en 2015, qui de ce fait pouvait demander sa libération conditionnelle. L'accusé fut également sévèrement jugé par la hiérarchie catholique (archévêque de Lille)[43].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[45].

En 2018, la commune comptait 1 430 habitants[Note 7], en augmentation de 0,14 % par rapport à 2013 (Nord : +0,41 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2581 3831 5391 5881 6621 7081 7401 8001 769
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7321 7181 7761 8111 8151 7981 8051 7001 649
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6201 5911 5851 5501 5601 5431 5621 5061 463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 4391 3891 3281 5001 4761 3821 3751 3911 432
2018 - - - - - - - -
1 430--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bollezeele en 2007 en pourcentage[48].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
2,5 
8,2 
75 à 89 ans
16,2 
14,8 
60 à 74 ans
15,2 
18,2 
45 à 59 ans
19,3 
20,3 
30 à 44 ans
17,3 
16,6 
15 à 29 ans
14,0 
21,8 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[49].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bollezeele fait partie de l'académie de Lille. Se trouvent sur le village une école communale publique et une école libre.

Sports[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Une neuvaine à Notre-Dame de Bollezeele a lieu chaque année du 24 juin au 2 juillet.

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis les temps anciens (il existait déjà en 1893[50]) un marché hebdomadaire se tient à Bollezeele : il a lieu le mercredi matin.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Un chemin de randonnée pédestre de 6,5 km, le « Circuit du pantgat » traverse le bourg et emmène dans la campagne environnante[51].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À l'intérieur : buffet d'orgue de 1669, cinq retables en bois, beaux vitraux sur l'histoire de Bollezeele et les apparitions de la Vierge en France. La dévotion à Notre-Dame de Bollezeele (sous le vocable de Notre-Dame de la Visitation) est antérieure au XIIIe siècle. L'église du village est un monument des dernières années du XVIe siècle, terminée en 1606. Elle a été fortement retouchée en 1879-1880, car elle était devenue trop petite pour l'importance de la paroisse et surtout pendant la neuvaine. La flèche ajourée, sérieusement ébranlée par la guerre en 1940, puis par la foudre en 1947, fut restaurée en 1949.

Elle possède également de très beaux vitraux, dont certains relatent les faits propres à l'histoire de Bollezeele. Le saint patron de l'église est saint Wandrille. Les moines de l'abbaye de ce nom (située près de Rouen), voulant sauver les reliques de leur fondateur lors de l'invasion des Normands, se seraient arrêtés à Bollezeele en fuyant vers la Belgique.

On trouve dans l'église des autels et boiseries du XVIIIe siècle, la croix processionnelle utilisée lors des dévotions à Notre-dame de Bollezeele est en argent et date du XVIe siècle. L'église contient également un reliquaire pédiculé des cheveux de la Vierge en argent fin du XVIIe siècle, un ostensoir en argent datant de 1691[28].

  • La source dédiée à Notre Dame de la Visitation. En 1980, M. le Doyen Liéven, Curé, fit édifier une petite chapelle à l'endroit de la source. Elle fut bénie par Mgr Gand, évêque de Lille.
  • La maison de retraite aujourd'hui hostellerie Saint Louis fut ouverte en 1864. Fondée par Louis Vandenkerkhove, né à Volckerinckhove le 15 mai 1805.
  • La mairie en néogothique flamand a été inaugurée en 1933, elle est l'œuvre de M. Cockenpot de Lille, derrière le bâtiment une seconde place accueillait les adeptes du jeu de Paume.
  • Le cimetière qui entourait l'église fut déplacé en 1860.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Dezitter, (1883-1957), né à Bollezeele, artisan ébéniste, graveur sur bois, auteur de peintures, aquarelles, dessins, livres sur le patrimoine ancien de la Flandre maritime.

La ducasse[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1947, chaque 1er week-end de juillet est consacré à la célèbre ducasse (kermesse du village) avec sortie des géants, cortèges, spectacles, fête foraine, tournois de foot, de pétanque, bal et autres feux d'artifice... rassemblant habitants et anciens habitants pour un moment de convivialité jusqu'au mardi suivant.

Bollezeele a aussi quatre géants PET'JE NOOM, MET'JE MOEÏE et leurs enfants PHON'CHE et NET'CHE mais aussi une harmonie municipale dirigée par Jean Marie Mauwers et présidée par Etienne Ponchart.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Watten - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Bollezeele et Watten », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Watten - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Bollezeele et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Boulogne-sur-Mer - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dunkerque », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1007 - (ISBN 2600001336).
  22. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak - Origine des noms de villes et villages du Nord - Page 311 - (ISBN 2916344454).
  23. Henri Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc : notices historiques sur Hondschoote, Wormhoudt, Gravelines, Mardick, Bourbourg, Watten, etc., Imprimerie de Vanelslandt, (lire en ligne), p. 82.
  24. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2e partie, Année 1221.
  25. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome IV, Année 1232.
  26. Stanislas Bormans, Joseph Halkin, Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome XI, 2e volume, Année 1257.
  27. Mr le Chanoine Flahaut, Notre-Dame de la visitation à Bollezeele : notes et documents, Lille, Imprimerie Victor Ducoulombier, , 74 p. (lire en ligne).
  28. a et b Annuaire Ravet Anceau Département du Nord, Année 1979, Tome 3, p. 9525.
  29. Mémoire de la Société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, 1862-1864, neuvième volume, p. 66, lire en ligne.
  30. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. viij, lire en ligne.
  31. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. viij-ix, lire en ligne.
  32. Annuaire statistique du département du Nord pour l'an XI de la République 1802-1803, p. 272, lire en ligne.
  33. Almanach du commerce Département du Nord 1854
  34. État civil de Bollezeele
  35. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1883 et 1887
  36. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1887 à 1907
  37. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1908 1909
  38. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1910 à 1914 et 1922 à 1939
  39. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1952 à 1954
  40. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1955 à 1970
  41. Annuaire Ravet Anceau Département du Nord Années 1972 à 1979
  42. « Almanach royal et national... : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale », sur Gallica, (consulté le ).
  43. La Voix du Nord - Edition du 16 janvier 2015- Page 6
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  48. « Évolution et structure de la population à Bollezeele en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  49. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  50. Annuaire Ravet Anceau 1893
  51. « Circuit du pantgat », sur Cirkwi (consulté le ).