Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand
(la) Ordo Sancti Gregorii Magni
Illustration.
Insigne de commandeur (civil) de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand
Conditions
Décerné par Drapeau du Vatican Vatican
Type Ordre honorifique civil et militaire
Éligibilité Civils et militaires
Détails
Statut Toujours décerné
Devise Pro Deo et Principe
Grades Grand-croix
Commandeur avec plaque
Commandeur
Chevalier
Statistiques
Création par Grégoire XVI
Total 17 000 membres
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Ordre de Saint-Sylvestre
Équivalent
Supérieur
Ordre de Pie IX
Suivant
Illustration.
Ruban de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand

L’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand est une décoration accordée par le Saint-Siège (Vatican), à titre civil ou militaire.

Fondé le par le pape Grégoire XVI en l'honneur du pape saint Grégoire (590-604), il fut modifié le .

Présentation[modifier | modifier le code]

C'est l'ordre conféré ordinairement pour services politiques de défense des États pontificaux. L'ordre est conféré à des catholiques (dans de rares cas à des non-catholiques), en reconnaissance de leur service à l'Église, de travaux inhabituels, de soutien au Saint-Siège, de leur bon exemple dans leurs communautés et pays.

Il est constitué de quatre classes :

  • Chevalier / Dame Grand-Croix de Première Classe (GCSG / DCSG)
  • Chevalier / Dame Commandeur avec plaque (KCSG / DCSG)
  • Chevalier / Dame Commandeur (KCSG / DCSG)
  • Chevalier / Dame (KSG / DSG)

À titre militaire, il fut décerné aux militaires français qui débloquèrent Rome en 1849 et 1869, ainsi qu'aux officiers français des troupes pontificales qui défendirent les États pontificaux de 1830 à 1870.

L'insigne de l'Ordre porte une représentation de Saint Grégoire sur l'avers et au revers la devise « Pro Deo et Principe » (Pour Dieu et le prince). Il est suspendu à un ruban rouge et or. Dans l'héraldique ecclésiastique, les Grand-Croix portent le ruban entourant leur écu, tandis que ceux des autres rangs un ruban en dessous de leur écu.

Sa devise est : "Pro Deo et Principe".

Membres[modifier | modifier le code]

L'ordre comprend 17 000 membres au maximum.

Ne sont donnés ici que quelques noms. D'autres membres de l'ordre peuvent être mentionnés sur les sites en anglais, allemand, portugais et néerlandais de Wikipédia.

Grand-croix (16 hommes, 1 dame)[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :


Commandeurs avec plaque et commandeurs (72 hommes - 0 dame)[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :

Chevaliers et dames (79 hommes - 2 dames)[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :

  • Ara Aharonian, homme politique (Arménie, 2003 );
  • Marcel Albisetti (France, 2005);
  • Docteur Amal H. Abou Zeid (Liban, 2015);
  • Frédéric d'Alançon, Polytechnicien et Contrôleur Général des Armées
  • Paul Antoine, notaire, personnalité de l'enseignement catholique (France, 1965) ;
  • Pierre Bardon, Organiste Titulaire des grandes orgues historiques de la Basilique Sainte Marie Madeleine de Saint Maximin la Sainte Baume.
  • Julien Beeckmans de West-Meerbeeck (Belgique, 1863-1942), banquier et philanthrope
  • Adrien Berbrugger, archéologue (France) ;
  • Augustin Bonnetty (France, 1845) ;
  • Gaëtan Boucharlat de Chazotte (France, 2007) ;
  • Henri Brault (France, 2013) ;
  • Victor de La Brosse (1867-1952, avocat-bâtonnier à Riom) ;
  • Charles Buisine-Rigot, menuisier, décorateur d'édifices religieux (Lille) ;
  • Philippe Callies, archidiocèse de Monaco (2012) ;
  • Docteur François Carton (1885 - 1954), sous Pie XI;
  • Auguste Chancerelle, conserveur à Douarnenez (1935)
  • Loïc Chancerelle, général de gendarmerie (2014)
  • Jean-Paul Chiasson ;
  • Alain Chobert (maitre de chapelle de la cathédrale de Dijon, chef de chœur de la maîtrise, 2011) ;
  • Augustin Chomel[6] ;
  • Docteur Balthazard Claraz, médecin chirurgien de Pie VII et Grégoire XVI (Savoie, 1817) ;
  • Ernest Pierre Claudon, sous-préfet, (France, 16 juillet 1866) ;
  • Joseph Cleret de Langavant, Chef de bataillon ;
  • Robert Davoudian (France, 2001) ;
  • Françoise, de Dax d'Axat, professeure honoraire, ancienne directrice de l'ISIT, chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres (France, 2006 [7]) ;
  • Émile Dehaye (France, 1930) ;
  • Henri Delahaye (France, 1899), maire de Vertou (Loire-Inférieure)
  • Jean Pierre Debeaune (France 1882), président du comité des écoles congréganistes libres de Lyon-Vaise ;
  • Adolphe Delmasure (France, 1930) ;
  • Jean-Baptiste Devaux(1827-1900), industriel textile (France) ;
  • Kamiel D'Hooghe, organiste (Belgique)
  • Wladimir Di Giorgio, consulteur honoraire de l'Académie pontificale (Rome, 1998) ;
  • Ligori Doumayrou (France, 1961) ;
  • Eugène Droulers (1861-1929), industriel textile et personnalité de l'enseignement catholique (France, Nord) ;
  • Pierre Droulers (1889-1944), industriel textile, président des associations de l'enseignement libre du Nord (France) ;
  • Julien-Édouard-Alfred Dubuc, industriel (Canada, 1904) ;
  • Pierre-Marie Dumont (France, 2005) ;
  • Jean-Dominique Durand, historien (France, 2007) ;
  • Edmond Duval (1809-1873), musicien (Belgique)[8] ;
  • Maurice Eblé (1880-1942), personnalité du catholicisme social ;
  • Nagy Oidih El-Khoury (Liban, 2005[9]) ;
  • Max Eraud (1914-1996), général de brigade, président de la Fédération sportive et culturelle de France (France) ;
  • Jacques de Giafferri, maître de chapelle de la collégiale Notre-Dame-la-Grande de Poitiers ;
  • Henri Gormand (France) ;
  • Goudji, sculpteur et orfèvre (France, 2007) ;
  • Joseph Grillon, Expert-comptable (France, 1908-1982)
  • André Groussau (France) ;
  • James Guerin (Canada) ;
  • Hubert Guillotin[10] (président du conseil d'administration de l'association gestionnaire de l'Université catholique de l'Ouest Bretagne-Sud à Vannes, 2012) ;
  • Léon Guillou, maître de chapelle de la maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne, à Saint-Brieuc, directeur de la chorale diocésaine du diocèse Saint-Brieuc et Tréguier (1929-2009)
  • Georges Imhaus (1817-1888), haut fonctionnaire et homme politique français, directeur de la Presse et de la Librairie au Ministère de l’Intérieur sous le Second Empire, receveur général des finances.
  • Élie Janvier de La Motte (1798-1869) ;
  • Paul-Louis-François de Janzé (Chartres de bretagne 1883) ;
  • François Jeanne (France, 1858) ;
  • Edouard Lamy, architecte (France) ;
  • Gabriel Lédan (France) ;
  • André Lépine, Expert-comptable (France, 2006)
  • Charles Leroy, architecte (France) ;
  • Antoine Lestra, écrivain, penseur et journaliste
  • Stéphen Liégeard, homme politique (France) ;
  • René van der Linden homme politique (Pays-Bas, 2004) ;
  • Stanislas Loiret, industriel français, fondateur de la société Loiret & Haëntjens (1844-1919) ;
  • Francesco Mantica, entrepreneur (Monaco, 2009) ;
  • Auguste Marceau, officier de marine (France) ;
  • Arthur Marie Martin Lauzier, ancien zouave pontifical (France) ;
  • Jean-Joseph de Martin, Docteur en médecine (1803, 1883)
  • Ruffin Matungala (Congo, 2007) ;
  • Albert des Méloizes, archéologue et historien français, 1879 ;
  • Anastase Montlouis-Félicité, administrateur territorial (Martinique, France) ;
  • Gilbert Olivier (1914-1992), avocat, président de la Fédération sportive et culturelle de France (France) ;
  • Charles-Hubert Olivier, avocat (France) ;
  • Raphael Oumoudian ( Liban, 2012 );
  • Charles Ozanam
  • Auguste Pavin de Lafarge, industriel (France) ;
  • Edouard Pavin de Lafarge, industriel (France) ;
  • Marie-Thérèse Pictet-Althann, Ambassadeur, Observateur permanent de l'Ordre Souverain de Malte auprès de l'Office des Nations Unies à Genève (Suisse, 2014);
  • Pierre Pincemaille, organiste (France) ;
  • Antonio Pirès (Portugal, 2005) ;
  • Urbain Poncet, avocat (France, 1927) ;
  • Henri Portier (France) ;
  • Jean Pradel (France, 2012) ;
  • Antoine Richard, soyeux Lyonnais, industriel (France) ;
  • Bernard Richard, soyeux Lyonnais, industriel (France) ;
  • Joseph Richard, soyeux Lyonnais, industriel (France) ;
  • Sébastien Remy, médecin (France, 1930) ;
  • Marcel Riou, gérant foyer ND de Valbenoîte (Saint-Étienne, France, 1961)
  • Edmond des Robert (France, 1930) ;
  • Roger Rossi, entrepreneur (Monaco, 2010) ;
  • Jules Rostand (1820-1889), négociant, industriel et homme d'affaires;
  • Jules II Rostand (1847-1930), banquier, maire d'Andilly;
  • Adrien Rougier, compositeur, organiste (France, 1965) ;
  • Joseph Elian Sarkis, homme de lettres, bibliographe et libraire-éditeur (Le Caire, 1926).
  • René Savatier (France, 1971) ;
  • Elisée François Marie Sénès (Beyrouth entre 1880 et 1888), médecin, grand-père du Lieutenant Élisée Alban Darthenay
  • Charles Auguste Senoutzen, industriel lillois, (France, 1903) ;
  • Sylvain du Sorbiers de la Tourrasse (France, 2008) ;
  • Jacques de Surmont (France, 2004) ;
  • Alexandre Terreaux (France, 1930) ;
  • Louis Testu de Balincourt (France, diocèse de Blois, 2013)
  • Tony Tollet, artiste peintre (France, 1939) ;
  • Michel Vaillat (France, 2008) ;
  • Philippe Van der Haeghen
  • Mathieu de Vienne (France, 1930) ;
  • Pierre Villaréal, homme d'affaires (Vietnam 1971) ;
  • Étienne Zongo, service de l'Église (Nouvelle-Calédonie, 2007).
  • Etienne Montagne
  • Henri Montagne
  • Jean Lestra (France 2014)
  • Yves Paillard Brunet (France 2002)

Membres à titre militaire (10 hommes - 0 dame)[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :

  • Georges-Louis de Berthier de Grandry, général comte de Berthier, commandeur (France, 1855) ;
  • Auguste Cappe de Baillon (France) ;
  • Carlos Cordonnier (France) ;
  • Charles Le Bailly (France) ;
  • Casimir de Limairac (France) ;
  • Émile Mellinet commandeur (France, 1853) ;
  • Antoine de Meyer (Suisse) ;
  • Charles-Nicolas Michelet (France, 1864) ;
  • Josué Nicolas Pinault, Rome 1870 (Canada, reçu commandeur en 1916) ;
  • Ludovic de Rigaud (France).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Né en Australie de parents écossais et anglais, il est devenu citoyen des États-Unis pour raisons professionnelles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. notice de Paul, Joseph Ardant sur le site de l'Assemblée nationale
  2. autorisé par décret impérial du 13 juin 1867 à accepter et à porter la croix de commandeur qui lui a été conféré par sa Sainteté le Pape (source : base Léonore - France)
  3. Dossier sur la base Léonore
  4. d'après un document officiel : "Reconstitution des matricules des membres de la Légion d'Honneur, des décorés de la Médaille militaire et d'Ordres étrangers" par la Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur, en date du 5 mars 1872.
  5. Hector Besner, Les Wilson de Coteau-du-Lac. Ombre et lumière, Coteau-du-Lac, Société d'histoire de Coteau-du-Lac, (ISBN 978-2-9805068-5-7)
  6. Diocèse de Lyon, Semaine religieuse du Diocèse de Lyon, Lyon, Diocèse de Lyon, , 741 p. (ISSN 0996-3731, lire en ligne), p. 117
  7. L’ETIB présente à l’hommage de Françoise de Dax d’Axat
  8. https://books.google.fr/books?id=UgtDAAAAcAAJ&pg=PA2
  9. [1]
  10. UCO. H.Guillotin, chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]