Alexandre IV (pape)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alexandre IV
Image illustrative de l’article Alexandre IV (pape)
Biographie
Nom de naissance Rinaldo Conti
Naissance vers 1199
Jenne
Décès
Viterbe
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
Viterbe
(6 ans, 5 mois et 13 jours)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Alexandre IV, né Rinaldo Conti di Segni (Jenne[1], diocèse d'Anagni, vers 1199), fut le 181e pape de l’Église catholique de 1254 à 1261.

Son pontificat est marqué par les efforts d'unification entre les églises orthodoxe et catholique, la protection des universités, les faveurs accordées aux ordres mendiants dans leur différends avec les séculiers et les tentatives d'organiser des croisades contre les Tartares.

Par sa mère, il fait partie de la famille du pape Grégoire IX, dont il était le neveu, et de la famille du pape Innocent III. Son oncle Grégoire IX le fait cardinal en 1227, puis cardinal-évêque d'Ostie en 1231.

Pontificat[modifier | modifier le code]

À la mort d'Innocent IV, il est élu pape à Naples le .

Il est décrit comme un homme ferme, accueillant et bon mais sans être particulièrement brillant.

Il succède à Innocent IV en tant que tuteur de Conradin, le dernier descendant des Hohenstaufen, lui promettant sa protection bienveillante. Mais il conspira aussitôt contre lui, puis s'opposa à son oncle Manfred. Alexandre IV menace en vain Manfred d'excommunication et d'interdit. Il ne réussit pas non plus à entraîner les rois d'Angleterre et de Norvège dans une croisade contre la dynastie des Hohenstaufen.

Rome devenant trop proche du parti gibelin, le pape s'établit à Viterbe en 1257, en raison de l'hostilité du peuple et de la bourgeoisie romaine, fomentée par le sénateur Brancaleone degli Andalò. Il fait rénover et agrandir le palais épiscopal de la ville pour en faire le palais des papes de Viterbe, où il meurt en 1261. Ses successeurs y demeureront jusqu'en 1281.

Bulles[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • 1254 - confirme et complète la bulle d'Innocent IV en disant que les monastères de l'ordre de Cîteaux seront dispensés de payer aux évêques aucun droit de visite ou de procuration[2].
  • 1255 (12 avril) - le pape octroie la licentia ubique docendi à l'université de Salamanque[3]
  • 1255 - du , commettant l'abbé de l'abbaye Saint-Martin de Nevers, pour examiner un rescrit de Rome, obtenu par Girard de La Roche de Beauvoir, évêque d'Autun, touchant le privilège d'exemption, sans avoir déclaré qu'il y avait un litige entre les deux parties. Décision annulée par une bulle du , qui annule également toutes les lettres que l'évêque d'Autun a pu obtenir contre l'abbaye de Saint-Martin d'Autun. Un bref de 1256, commettant le cardinal de Saint-Laurent, puis, celui de Sainte-Sabine, pour accorder les parties[4].
  • 1255 - autorise les religieux et religieuses de l'ordre de Cîteaux à construire dans leurs granges et fermes des autels et des chapelles pour y célébrer le service divin[5].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Dans la prophétie de saint Malachie, il porte la devise « Signum Ostiense », soit signe d’Ostie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les registres d'Alexandre IV, 1902

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jenne est son lieu de naissance, raison pour laquelle il est souvent appelé Ricardo de Jenne.
  2. Berthault, l'Abbaye du Pont-aux-Dames, Paris-Meaux, 1878, p.111.
  3. (es) Garcia y Garcia, A., « « La enseñenza universitaria en las Partidas » », Glossoe. Revista de historia del Derecho europeo,‎ 1989-90, p. 107-118
  4. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte LXIV - LXV - LXVII. Texte en ligne.
  5. Berthault, l'Abbaye du Pont-aux-Dames, Paris-Meaux, 1878, p.111. cette bulle se trouve dans le cartulaire de l'abbaye du Pont-aux-Dames

(en) « Alexandre IV (pape) », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne] [ (en) Lire en ligne sur Wikisource]