Jean Varlet (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Varlet et Varlet.

Jean Varlet
Fonctions
Sénateur du Nord[1]
Successeur Claude Prouvoyeur (CNI)
Conseiller général du Nord
(élu pour le Canton de Bourbourg)
Prédécesseur Jean Vilain (MRP)
Successeur Olivier Varlet (PS)
Conseiller commaunautaire de Dunkerque Grand Littoral
Maire de Bourbourg[2]
Prédécesseur Michel Nicolet
Successeur Olivier Varlet (PS)
Prédécesseur Jean Vilain (MRP)
Successeur Michel Nicolet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bourbourg (Nord)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès Dunkerque (Nord)
Nationalité Drapeau de France Français
Parti politique SFIO
PS
Entourage Albert Denvers
Profession Employé de commerce

Jean Varlet (homme politique)
Maires de Bourbourg

Jean Varlet, né le à Bourbourg (Nord) et mort le à Dunkerque (Nord), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Varlet, fils du maire de Bourbourg (Nord) s'engage très tôt en politique en tant que militant de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) puis, sous l'Occupation, au sein de la résistance locale. Il est arrêté en septembre 1943 et déporté aux camps de Dora et de Bergen-Belsen. À la Libération, il s'intéresse au journalisme en tant que chef du bureau de Nord Matin à Dunkerque puis devient employé de commerce.

Jean Varlet se présente aux élections sénatoriales le 22 septembre 1974 en troisième position sur la liste socialiste du Nord. Il rejoint le groupe socialiste du Sénat et siège à la commission des affaires sociales. Il n'intervient pas dans les débats sénatoriaux, mais il est cosignataire de propositions de loi concernant notamment la question des retraites, la pension des anciens combattants, la réforme du code du travail et du code électoral. Il adresse également une quinzaine de questions écrites aux différents ministères pour défendre des sujets locaux qui lui tiennent à cœur : la situation de l'emploi sur le port de Dunkerque, le manque de postes de non-enseignants dans l'académie de Lille et le personnel des établissements de l'aide à l'enfance, le prix de l'électricité pour la commune de Bourbourg et les communes environnantes de la centrale nucléaire de Gravelines, le financement du transport urbain par les collectivités territoriales.

Son mandat prend fin le  ; il ne se représente pas aux élections sénatoriales du 25 septembre 1983. Il reste élu de sa commune jusqu'en 1983, année où son fils Olivier lui succède comme maire. Il demeure conseiller général du canton de Bourbourg de 1958 à 1983. Il se retire alors de la vie politique et meurt un an plus tard, à l'âge de soixante-huit ans.

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Mandat parlementaire
Mandats locaux

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille de la déportation avec barrette « Libération ».

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]