Le Mesnil-Esnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Mesnil-Esnard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Boos
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe
Maire
Mandat
Norbert Thory
2014-2020
Code postal 76240
Code commune 76429
Démographie
Gentilé Mesnillais, Mesnillaise
Population
municipale
7 253 hab. (2011)
Densité 1 431 hab./km2
Population
aire urbaine
532 559 hab.
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 42″ N 1° 08′ 34″ E / 49.4116666667, 1.14277777778 ()49° 24′ 42″ Nord 1° 08′ 34″ Est / 49.4116666667, 1.14277777778 ()  
Altitude Min. 65 m – Max. 162 m
Superficie 5,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Mesnil-Esnard

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Le Mesnil-Esnard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-Esnard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Mesnil-Esnard
Liens
Site web www.le-mesnil-esnard.fr

Le Mesnil-Esnard est une commune française, appelée traditionnellement Mesnil Esnard, située dans le département de la Seine-Maritime et la région Haute-Normandie.

Ses habitants sont les Mesnillais et Mesnillaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mesnil-Esnard fait partie de la Communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe qui compte 71 communes et 494 382 habitants (en 2006).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bonsecours, Saint-Léger-du-Bourg-Denis Rose des vents
Amfreville-la-Mi-Voie N Saint-Aubin-Épinay
Franqueville-Saint-Pierre
O    Le Mesnil-Esnard    E
S
Belbeuf

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune se trouve le long de la route nationale 14.

Le Mesnil-Esnard ne possède pas de gare ferroviaire. La plus proche est la gare de Rouen.

Les lignes de bus 13 et 21 exploitées par la TCAR permettent de rejoindre le centre-ville de Rouen en un quart d'heure à raison d'un passage toutes les 25 minutes pour la ligne 13 et toutes les 12 minutes pour la ligne 21.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionné sous les formes latinisées Einardi Mansionali v. 1055 et Maisnilio Enardi 1205. le « Mesnil » d'Eginhard / Einhard, nom de personne germanique[1].

À noter que le nom traditionnel, en usage dans la population est Mesnil-Esnard sans l'article le[2], tout comme dans les formes anciennes romanes, c'est-à-dire non latinisées. La forme le Mesnil-Esnard n'est apparue que récemment dans des documents officiels. En outre, la phonétique et la forme des toponymes utilisées dans les populations jadis illettrées sont issues d'usages oraux et traditionnels basés sur une étymologie et une évolution phonétique centenaire, voire millénaire, dans la mesure où elles ne sont pas encore oubliées de nos contemporains, et donc correctes.

Climat[modifier | modifier le code]

  • Le climat est de type océanique avec des pluies réparties sur l'année. Les hivers sont légèrement plus froid qu'à Rouen (entre 2 à 4°C de différence), la neige a tendance à tenir plus au sol. Les étés supportables avec l'influence du plateau qui joue un rôle majeur, les orages quant à eux frappent rarement la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut desservie de 1899 à 1953 par la ligne de Bonsecours de l'ancien tramway de Rouen .
  • Avant le Xe siècle, un pèlerinage à saint Léonard, établi dans la chapelle primitive, est très fréquenté.
  • Dès le XIe siècle, le village dépend de l'abbaye de Sainte-Catherine. Deux siècles plus tard, la paroisse, qui compte 300 habitants, est desservie par les moines de cette abbaye.
  • En 1513, le seigneur est Louis du Bosc, contrôleur du grenier à sel de Rouen. Il a alors 29 ans et il est l'époux d'Isabeau de La Perreuse, fille d'un défunt conseiller au Parlement. (Dom Lenoir dépouillé par Bertrand Pâris).
  • En 1719, existe une école de garçons déjà ancienne où l'enseignement est dispensé par le clergé.
  • En 1767, on donne 3 750 livres de rente au couvent d'Ernemont pour l'entretien d'une religieuse qui doit dispenser gratuitement l'enseignement aux jeunes filles de Mesnil-Esnard et de Bonsecours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1910 Emile Lecoeur    
1910 1911 Victor Garnier    
1911 1912 Napoléon Blondel    
1912 1913 Victor Garnier    
1913 1917 Augustin Paradis    
1917 1921 Raymond Saas    
1921 1925 Charles De Meilliers    
1925 1944 Gabriel David    
1944 1945 Paul Pesquet    
1945 1947 Gabriel David    
1947 1971 Maxime Magniaux    
1971 1989 Pierre Dailly    
1989 1998 Bernard Grassin-Delyle    
1998 2008 Jean Harel Sans étiquette  
mars 2008 mars 2014 Serge Cramoisan PR  
mars 2014 en cours Norbert Thory Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1861 1876 1881 1886
1 009 940 962 1 087 1 122 1 342 1 225 1 291 1 417
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
1 406 1 482 1 503 1 529 1 482 1 540 1 540 1 619 1 701
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004
2 203 2 332 2 577 2 726 3 885 5 076 6 092 6 486 6 388
2006 2009 2011 - - - - - -
6 623 6 853 7 253 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoles maternelles :

  • École publique Jean de la Fontaine
  • École privée Notre-Dame de Nazareth
  • École privée La Providence

Les écoles primaires :

  • École publique Edouard Herriot
  • École privée Notre-Dame de Nazareth
  • École privée La Providence

Les collèges :

  • Collège public Hector Malot
  • Collège privé La Providence

Les lycées :

  • Lycée public Galilée à Franqueville Saint-Pierre
  • Lycée privé La Providence
  • Lycée technique privé La Châtaigneraie

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Les Mardis Culturels (Reportage - Débat)
  • Les Vendredis Musicaux
  • Festival de Théâtre
  • Soirées Contes
  • Tournoi de scrabble (septembre)
  • Salon des Antiquités
  • Thé Dansant
  • Fête de la Musique
  • Feu de la Saint-Jean
  • Salon de l'artisanat
  • Carnaval
  • Forum des associations (septembre)
  • Le Mesnil Roller (septembre)

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe un complexe sportif nommé Stade Stanislas Bilyk du nom d'un ancien président de l'ASME Football décédé au cours de ses fonctions. Ce stade accueille plusieurs terrains de football où joue l'USMEF, une salle de basket, quatre terrains de tennis, plusieurs terrains de pétanque, une salle dédié à la pratique du tennis de table ainsi que deux salles de réunion.

Les associations sportives : A.C.S.B.D. (Association Culturelle et Sportive Bernard Denesle), B.C.M.E.F (Basket Club du Mesnil-Esnard Franqueville Saint-Pierre), M.E.P.E.L (Mesnil-Esnard Pétanque et Loisirs), R.C.P.E (Rugby Club du Plateau Est), T.C.M.E (Tennis Club du Mesnil-Esnard, M.E.T.T (Mesnil-Esnard Tennis de Table).


L'USMEF (Union Sportive Mesnil Esnard Franqueville) est le club de football résident, qui a fait suite à l'ASME Football, et issu d'une fusion entre les deux clubs de football de Mesnil Esnard et de Franqueville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie du Mesnil-Esnard - place du Général de Gaulle
  • Salle des fêtes - rue des Pérets
  • Espace Léonard de Vinci - 1, rue Jehan le Povremoyne
  • Espace de Loisirs - rue des Pérets
  • Salle Bernard Denesle - 6, rue Hector Malot
  • Stade Stanislas Bilyk - route de Belbeuf
  • Salle du SIVOM - 2, route de Paris

Église Notre Dame[modifier | modifier le code]

  • Édifiée au XIIe siècle, cet édifice a été totalement remanié aux XVIIIe et XIXe siècles[5]. Elle est située place Quibel.
  • Il ne reste de l'église primitive que les soubassements du chœur et de la nef.
  • Le clocher roman à sa base, daterait du XVIe siècle ; il est octogone, forme rare.

Mairie[modifier | modifier le code]

  • Construite en 1937, elle se situe route de Paris, les architectes étant Pierre Lefebvre et fils.
  • La mairie a été inaugurée par Édouard Herriot, alors président de la Chambre des députés.
  • Cet édifice est caractéristique du style des années 1930 avec ses lignes géométriques très marquées.
  • Le fronton triangulaire est décoré d'un relief de la même forme.
  • De chaque côté du corps central, des bâtiments en retrait ont servi d'écoles qui portaient le nom d'Édouard Herriot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 978-2-7084-0040-5, liens OCLC? et LCCN?)
  2. François de Beaurepaire, op. cit.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Notice no IA00021227 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :