Pontorson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontorson
Façade méridionale de l'église Notre-Dame.
Façade méridionale de l'église Notre-Dame.
Blason de Pontorson
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Pontorson (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Avranches - Mont-Saint-Michel
Maire
Mandat
André Denot
2014-2020
Code postal 50170
Code commune 50410
Démographie
Gentilé Pontorsonnais
Population
municipale
4 138 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Population
aire urbaine
4 138 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 15″ N 1° 30′ 21″ O / 48.554167, -1.50583348° 33′ 15″ Nord 1° 30′ 21″ Ouest / 48.554167, -1.505833  
Altitude Min. 5 m – Max. 73 m
Superficie 43,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Pontorson

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Pontorson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontorson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontorson
Liens
Site web www.ville-pontorson.fr


Pontorson est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie.

Elle est le chef-lieu d’un canton de dix communes et 6 884 habitants, dans l’arrondissement d’Avranches et est peuplée de 4 138 habitants[Note 1] (les Pontorsonnais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Couesnon et la proximité du mont Saint-Michel sont les deux atouts de Pontorson.

Pontorson se situe à 9 km du mont Saint-Michel, 22 km d’Avranches et 45 de Granville.

Située au milieu de la baie du mont Saint-Michel, Pontorson est une ville traversée par le Couesnon (un des trois fleuves de la baie du mont Saint-Michel)

Pontorson est « encadrée » par le Couesnon et plus de 10 km de zone de marais vers le sud et par plus de 4 800 hectares de polders.

Pontorson et son canton profitent d’un climat océanique tempéré et se trouvent protégés par la baie du Mont-Saint-Michel.

Ses communes limitrophes sont : Huisnes-sur-Mer, Tanis, Macey, Vessey, Aucey-la-Plaine, Sougéal, Pleine-Fougères, Saint-Georges-de-Gréhaigne, Beauvoir, Le Mont-Saint-Michel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers l'an 400, les côtes de l'Avranchin vécurent au rythme des invasions saxonnes. Remontant le long du fleuve Couesnon, les envahisseurs laissèrent dans la toponymie des traces de leurs passages (Thumb, Thumb-lein). Puis les Francs, à leur tour, vinrent coloniser cette région. L'un d'eux Drogon, installa entre Caugé et Les Pas un mesnil : Mesnil Drogon, (Mesnil-Drey qui devint Moidrey). À cette époque, le premier évêque d'Avranches, saint Léonce, dans le souci de supplanter les croyances païennes, fit bâtir deux églises à Caugé et aux Pas. Quelques années plus tard, trois moines s'installent à Sacey et entament la christianisation de la région. Bâtissant rapidement une église dans les bois (bosc), ils la dédient à saint Pierre. Elle deviendra Saint-Pierre de Boucey. Après le concile d'Orléans (541), les églises de Caugé, Boucey, Les Pas et Moidrey s'organisent en paroisses, un prêtre s'installe dans chacune d'elles.

En 708, saint Michel étant apparu à Aubert, évêque d'Avranches, un sanctuaire est construit tout près sur le mont Tombe (futur mont Saint-Michel). Nouveau bouleversement en 789 pour les communautés qui bordent le Couesnon. Les Normands, refoulés de Paris, se ruent sur le Cotentin, pillent Saint-Lô, tuent l'évêque de Coutances et avancent vers le sud. L'an 911 voit la signature entre Rollon, chef viking et le roi Charles le simple, du traité de Saint-Clair-sur-Epte. Les hommes du nord se voient attribuer les terres correspondant à l'actuelle Haute-Normandie. À force de conquêtes vers le sud et l'ouest, les hommes de Rollon se rendent maîtres du Cotentin et de l'Avranchin, repris sur les normands de Bretagne commandés par Incon (933). Pontorson doit son origine au fait que l'envahissement de la mer, rend peu pratique le chemin du gué de l'épine (sous Avranches) au lieu-dit le Pavé (en passant par Les Pas). De ce lieu-dit, le chemin se divise à l'est pour le chemin de Regnes et à l'ouest pour le chemin Dolais. Ce dernier traversait la baie, au « pas au bœuf », actuellement situé dans les polders. Robert, fils de Richard II, demande au capitaine normand Orson de bâtir un pont qui permettra à ses troupes aller et venir plus aisément vers la Bretagne.

La cité de Pontorson fut fondée au XIIe siècle sur un vœu de Guillaume le Conquérant. Par sa position stratégique aux portes de la Bretagne, la forteresse de Pontorson joua un rôle important au cours du Moyen Âge et des guerres de religion. Deux capitaines de Pontorson figurent en bonne place dans l'histoire de France : Bertrand Du Guesclin et Gabriel de Montgomery. Après les guerres de religion la forteresse fut rasée en 1623 sur ordre de Louis XIII. Quelques vestiges subsistent de cette époque comme l'église Notre-Dame, l'hôtel Guischard de la Ménardière ou l'ancien hôtel-Dieu Saint-Antoine-de-la-Charité.

En 1973, la commune a fusionné avec Ardevon, Beauvoir, Boucey, Cormeray, Curey, Moidrey et Les Pas, qui ont gardé le statut de communes associées. Beauvoir a repris son indépendance en 1989. Située à 9 km du Mont-Saint-Michel, Pontorson est au cœur de la baie du mont Saint-Michel, sur les bords du Couesnon, au cœur des futurs grands travaux qui redonneront au mont son insularité.

Pontorson et les de Montgomery[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (décembre 2012)

Origines de la famille Montgomery [1] :

Le nom Montgomery est composé de trois termes. Mont désignant une forteresse, une place forte. Gomer, le nom d'une personne et y, contraction du latin iacum, indique la notion de possession.

Gomer est un prénom très ancien que l'on retrouve dans le livre de la Genèse (X, 2). Fils de Japhet, Gomer est donc l'un des petits enfants de Noé. Un Gomer, dit Roger le Grand, a participé aux côtés de Rollon à la conquête de la Normandie[2]. Nouvelles traces, d'un Roger Gomer à Paris en 1037. Celui-ci commandait l'avant-garde des troupes normandes lors de la bataille d'Hastings en 1066[3]. Suite à la victoire, il fut fait comte de Chichester et Arondel (Arundel) par Guillaume le Conquérant. Quatre ans plus tard, les Normands envahissent le pays de Galles. La première place forte construite par Baudoin, non loin de Shrewsburg (Shrewsbury), reçut le nom de mont Gomer Y. Roger Gomer devenu, entre temps, comte de la province de Shrop et de l'ensemble des terres conquises aux gallois, adopta dès lors le nom de sa place forte de Montgomery.

Il eut quatre fils : Hugues, Robert, Guillaume et Gilbert. Robert entre à l'abbaye de Bayeux, Hugues et Gilbert décèdent sans offrir de descendant à la famille. Hugues, par son mariage avec Josceline de Pontaudemer (nièce par alliance de Richard, duc de Normandie), devient vicomte d'Exmes. Cette union donne deux garçons, Roger et Gilbert.

Roger II épouse Mabile, fille du comte Guillaume de Belesme, qui empoisonne son beau-frère, Gilbert. Elle donne cinq garçons à Roger II. Hugues, comte d'Arundel, tué par Magne, le frère du roi de Norvège. Roger, comte de Lancastre qui épouse la fille du comte de la Marche. Arnoul, comte de Pembroke, marié à la fille du roi d'Irlande (Hibernie). Robert qui s'unit à Agnès, fille du comte Guy de Ponthieu, reçoit en héritage « toutes les terres de ça la mer», « ascavoir Bellesme, Alençon, Séez (Sées), Bernay et le comtey de Montgomery ». Il marque ainsi l'origine de la branche française de la famille Montgomery.

Curieusement, ce n'est pas de cette branche dont sont issus les de Montgomery de Pontorson. En effet, Arnoul s'est établi en Irlande dans le comté de Hall-Donégal [4]. L'un de ses descendants, Robert (mort en 1177), part pour l’Écosse et devient comte d'Eglinton au XIIe siècle. Il fonde ainsi, la branche écossaise de la famille Montgomery. De sa descendance, Robert de Montgomery gagne la France et s'engage quelques années plus tard, comme archer dans la garde écossaise de François Ier.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pontorson

Les armes de la commune de Pontorson se blasonnent ainsi :
De gueules au pont de trois arches d'argent sur une rivière du même, sommé de deux cygnes adossés aussi d'argent, surmonté d'un écusson d'azur semé de fleurs de lys d'or brisé d'un lambel d'argent. [5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de Pontorson.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? 1807 M. Hédouin    
1807 1810 M. Tanguy    
1810 1817 René Burdelot    
1817  ? Adolphe-Claude Hédouin    
1831  ? Louis-Julien-Marie Tanguy[6]    
1857  ? Félix Loyer[7]   Notaire
1871 1873 M. Bellet    
1873 1875 Aimé Morel    
1875 1879 Émile Lefèvre    
1879 1881 Louis Perrin    
1881 juil. 1882 Louis Guichard    
juil. 1882 août 1882 M. Loyer    
août 1882 nov. 1882 Louis Guichard    
nov. 1882 déc. 1882 M. Roulteaux    
déc. 1882 jan. 1884 M.Cheptel    
jan. 1884 mai 1884 Henri Marie    
mai 1884 1885 M. Cheptel    
1885 1888 M. Blanchetière    
1888 1891 M. Cheptel    
1891 1897 M. Morel    
1897 1900 M. Haugomat    
1900 - Louis-Pierre Bailleul   Médecin
1926 1969 Yves Tizon   Médecin
mars 1971 mars 1977 Michel Judas DVD Vétérinaire
mars 1977 mars 1983 M. Bois DVD  
mars 1983 mars 1989 Michel Judas DVD Vétérinaire
mars 1989 juin 1995 Claude Ménard PCF Enseignant
juin 1995 mars 2001 Joël Lerognon DVD  
mars 2001 avril 2014 Patrick Larivière DVG Préparateur en pharmacie, conseiller général du canton de Pontorson (1998-2011)
avril 2014[8] en cours André Denot SE Cadre retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 138 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 254 1 321 1 459 1 456 1 661 1 796 1 924 1 996 2 014
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 164 2 245 2 308 2 234 2 383 2 563 2 483 2 339 2 455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 585 2 728 3 022 2 849 2 958 3 021 3 030 3 458 3 222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 427 3 538 5 497 5 366 4 376 4 107 4 135 4 125 4 080
2011 - - - - - - - -
4 138 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Notre-Dame (XIe et XIIe siècles) : vœu de Guillaume le Conquérant, elle fut bâtie par les compagnons qui édifièrent le Mont-Saint-Michel. Romane et de transition gothique des XIIe et XVe siècles, elle s’impose dans son environnement par son aspect massif et son porche flanqué de deux tourelles romanes aux sculptures variées.
  • La maison Guischard de la Ménardière (dite maison romane) (XIe au XIIe siècle) : cette demeure, appelée Maison Romane fut probablement édifiée au XIIe siècle. Modifiée aux XIVe, XVe et XVIIIe siècles, elle gardera son aspect d’une grande maison sur laquelle, il est possible de lire l’inscription de la famille Guischard en 1719.
  • La demeure des comtes de Montgomery (aujourd’hui un hôtel restaurant) : cet Hôtel était autrefois la demeure des comtes de Montgomery, dont le plus illustre, Gabriel Ier (1530-1574) blessa mortellement Henri II de France lors d’un tournoi. Les parquets, plafonds peints, les boiseries et le grand escalier sont autant d’ouvrages datant de cette époque.
  • Les anciennes gares de Pontorson, illustrant la vie importante du train, et l’ancienne ligne allant de Vitré à Moidrey puis au Mont Saint-Michel. La ligne passant à Pontorson fut ouverte en 1873.
  • Le moulin de Moidrey, datant de 1806, et entièrement restauré dans les années 2000, produit aujourd’hui sa farine.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Du Guesclin.
  • Gabriel de Lorges, comte de Montgomery tua accidentellement, lors d’un tournoi, Henri II de France. Il s’enfuit à Jersey où il se convertit au protestantisme et devient une grande figure de la Réforme en Basse-Normandie.
  • Victor Louis Cuguen (1889-1969), peintre né à Pontorson (rue Hervé). Membre de l'académie du Var, il exposa dans de nombreuses galeries de la région de Toulon, en Normandie et en Bretagne.
  • Émile Lemarié des Landelles, peintre du XIXe siècle, né à Pontorson, élève de Gérome et de Pelouse, on le retrouve dans la région de Pont-Aven et de Concarneau de 1875 à 1878. Il s'éteindra en 1903 à St Jean Le Thomas.
  • Auguste Chapdelaine (1814-1856), martyr chrétien, fut vicaire à Boucey
  • Léon Teisserenc de Bort (1855-1913), dirigea de 1879 à 1892 le Service de météorologie puis développa ses recherches sur la haute atmosphère. Il découvrit en 1898 la Stratosphère après avoir lancé 236 ballons sondes à des altitudes allant de 8 à 12 km.
  • Marcel Proust cite Pontorson dans le premier tome de À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, dans la troisième partie Noms de pays : le nom, « Questembert, Pontorson, risibles et naïfs, plumes blanches et becs jaunes éparpillés sur la route de ces lieux fluviatiles et poétiques ».

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Industries hier et aujourd'hui[modifier | modifier le code]

  • Usine de Chaussures Bry et Helleux
  • Usine de vêtements Ariés
  • Usine de vêtements
  • Briques et Bois
  • Manoir aux Abeilles
  • Agrial

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pontorson est dénommé « commune touristique » depuis octobre 2009[11].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

  • Le 1er week-end de mars : depuis plus de 20 ans, très important rassemblement de voitures anciennes, bourse d'échanges de pièces détachées, miniatures, livres etc.
  • Le 3e week-end de septembre : depuis plus de 10 ans, Le Salon du Livre ancien - Exposition sur l’histoire de Pontorson à travers les archives communales
  • Fête centenaire de la Saint-Michel, le dernier week-end de septembre.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Jarnoüen, Pontorson, petite cité normande », Rennes, 1932
  • Abbé Beuve, Pontorson, 1947 (Réédition Édition du Scribes 1991)
  • Hélène Avisseau-Roussat, Revue du Département de la Manche, L’Hôpital St Antoine de la Charité de Pontorson (1644-1792) t. 6 ; fascicule 22-23, année 1964
  • "Livret de découverte – Pontorson et son canton, 2002 puis 2006 – Édité par l’OTSI de Pontorson
  • Émile Barbe, Restauration de l’église de Pontorson
  • Catherine Duguépéroux, Le Canton de Pontorson et ses habitants dans la Seconde Guerre mondiale - à compte d'auteur, 2004
  • Veritas, Pontorson – La Question du Presbytère, avant-propos de Verax, Rennes, Simon, 1907

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Public Record Office de Londres
  2. Peerage of Scotland, Sir Robert Douglas, Jean-Philippe Wood (1813)
  3. Histoire de la Maison d'Arundel, J-P Quatman (1882)
  4. Abbé Beuve (1946)
  5. Élie Guénée (dir.), Tout sur le département de la Manche, Coutances, Manche-Tourisme, Archives dép. Manche, 1987, p. 82
  6. Annuaire du département de la Manche, 12e année 1840, p 221
  7. Annuaire du département de la Manche, 33e année 1861, p 101
  8. « Pontorson (50170) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 mai 2014)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - 9 novembre 2009 » : page 17.