Saint-Pierre-de-Manneville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre et Manneville.
Saint-Pierre-de-Manneville
La mairie de Saint-Pierre-de-Manneville
La mairie de Saint-Pierre-de-Manneville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Grand-Couronne
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe
Maire
Mandat
Nelly Tocqueville
2014-2020
Code postal 76113
Code commune 76634
Démographie
Gentilé Mannevillais
Population
municipale
750 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 36″ N 0° 55′ 57″ E / 49.3933333333, 0.9325 ()49° 23′ 36″ Nord 0° 55′ 57″ Est / 49.3933333333, 0.9325 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 114 m
Superficie 10,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Manneville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Manneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Manneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Manneville
Liens
Site web http://www.saintpierredemanneville.fr/

Saint-Pierre-de-Manneville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Elle fait partie de la Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe et du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de Manneville appartient au canton de Grand-Couronne et fait partie de la Communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe. La commune se trouve sur la rive droite de la Seine, en bordure de la forêt de Roumare.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les ponts les plus proches permettant de traverser la Seine sont le pont de Brotonne à Caudebec-en-Caux et le pont Gustave-Flaubert à Rouen. Les bacs les plus proches sont ceux de Duclair et de Sahurs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pierre-de-Manneville
Mauny Quevillon Canteleu
Saint-Pierre-de-Manneville Val-de-la-haye
Caumont Sahurs

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme latinisée Mannivilla vers 1060.

Saint-Pierre-de-Manneville est un toponyme médiéval, dont l'élément « Manneville » signifie probablement « grande ferme »[1]. Il s'agit sans doute d'une variante dialectale man(e), comme dans les autres Manneville et Mandeville, correspondant au vieux français main(e) « grand » que François de Beaurepaire[2] identifie dans Menneval (Eure, Manneval vers 1000) et issu du latin magnus / magna de même sens. Albert Dauzat et Charles Rostaing[3] évoquent pour certains d'entre-eux, un nom de personne norrois Máni (vieux danois Mane, surnom dérivé de « la lune ») ou germanique Mano, comme dans Manonville. Ils citent en revanche le vieux français magne pour expliquer Manéglise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Pierre-de-Manneville.svg Les armes de la commune de Saint-Pierre-de-Manneville se blasonnent ainsi :D’or à la bande ondée d’azur, accompagnée en chef d’une grappe de raisin de gueules, tigée et feuillée de sinople et en pointe d’un sapin arraché du même, au chef de gueules chargé de trois angennes d’argent. [4]

Le blason de la commune est constitué d'une bande ondée d’azur évoquant la Seine. Elle est accompagnée d’une grappe de raisin symbolisant la culture de la vigne qui a été introduite dans l'antiquité ou au Haut Moyen Âge, et d’une pointe de sapin illustrant la forêt de Roumare. Sur le blason figurent aussi les armoiries de la famille de Tancarville. Les tiges de blé entourant le blason rappellent la richesse agricole de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 septembre 1795 Jean Le Tailleur   Officier public
septembre 1795 septembre 1797 Jean Carré   Officier public
septembre 1797 1810 Pierre Bellamy   Officier public puis maire
1810 décembre 1837 Pierre Caron    
janvier 1838 août 1848 Théodule Le Roy    
août 1848 1865 Philémon Auger    
1865 1871 Charles Bordeaux    
mai 1871 1904 Adolphe Petit    
  Mars 1965 Max Mery de Bellegarde    
mars 1965 Mars 1977 Roger Bernard    
mars 1977 juin 1995 Raymond Becquet    
juin 1995 mars 2001 Renaud Hamard    
mars 2001 en cours Nelly Tocqueville    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 750 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 015 880 975 802 801 834 816 802 701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
699 650 609 598 558 539 523 485 462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
476 437 415 424 409 431 468 462 461
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
432 442 501 571 728 774 728 728 745
2011 - - - - - - - -
750 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École Louis-Pergaud

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Pierre-de-Manneville[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Pierre-de-Manneville] fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 27 mars 1914[7]. Elle a été totalement reconstruite au début du XVIe siècle. Sa nef est de style gothique. Sa façade occidentale est dotée de deux portails géminés en style gothique flamboyant. Son berceau est une charpente du XVIe siècle. Le vaisseau est éclairé par six fenêtres à compartiments, dont quelques-unes renfermaient des verrières.
Il n’en reste qu'un petit nombre de fragments : un arbre de Jessé ; un saint Clément, pape ; une Conversion de saint Paul et une Adoration des bergers. Dans la nef était une naïve peinture de 1600, représentant le « jugement de Notre Seigneur par Pilate ».

Le Manoir de Villers[modifier | modifier le code]

Le Manoir de Villers fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 août 1997[8]. Le Manoir de Villers était à l'origine une « maison de maître » construite en 1581, et faite en pierre de Caumont, avec un étage à pans de bois et recouverte de petites tuiles. Il connut de nombreuses transformations au cours des siècles, jusqu'à devenir ce grand manoir néo-normand aux toitures inspirées des plus belles maisons de Rouen et aux façades habillées d'un curieux trompe-l'œil (architecte : Lassire).

  • La chapelle du manoir.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, lien OCLC?)
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS.
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard,‎ 1981, 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, lien OCLC?), p. 143
  3. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 431.
  4. GASO - Banque du blason - 76634
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. « Notice no PA00101042 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no PA76000034 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Paris-Normandie, édition du 22 mai 2010

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :