Anneville-Ambourville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anneville-Ambourville
Blason de Anneville-Ambourville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Duclair
Intercommunalité Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe
Maire
Mandat
Henri Gabrielli
2001-2008
Code postal 76480
Code commune 76020
Démographie
Population
municipale
1 213 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 44″ N 0° 53′ 12″ E / 49.4622222222, 0.886666666667 ()49° 27′ 44″ Nord 0° 53′ 12″ Est / 49.4622222222, 0.886666666667 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 44 m
Superficie 20,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Anneville-Ambourville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Anneville-Ambourville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anneville-Ambourville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anneville-Ambourville

Anneville-Ambourville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune du Roumois située dans le canton de Duclair, dans un méandre de la Seine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Anneville-Ambourville
Duclair Berville-sur-Seine
Le Mesnil-sous-Jumièges Anneville-Ambourville Hénouville
Yville-sur-Seine
Bardouville
Saint-Martin-de-Boscherville
Carte de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les ponts les plus proches permettant de traverser la Seine sont le pont de Brotonne à Caudebec-en-Caux et le pont Gustave-Flaubert à Rouen. Les bacs les plus proches sont ceux de Berville-sur-Seine, Yville-sur-Seine et de la Bouille.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il s'agit de deux formation toponymiques médiévales en -ville (Terme issu du gallo-roman VILLA « grand domaine rural »).

  • Anneville est mentionné sous la forme Anslecvilla dès 1057[1]. Il signifie « le domaine rural d'ÁslæikR », nom d'homme norrois, comme tous les Anneville de Normandie[2], et qui s'est perpétué jusque la fin du Moyen Âge dans le patronyme normand Anlec.
  • Ambourville est mentionné sous la forme Auborvilla en 1122 ; Otburvilla au XIIe siècle[2]. Il signifie le « domaine rural d’Audburgis », nom de femme germanique[2] ou « Alburgis », de même origine[3],[4]. Le même nom de personne est contenu dans Ambrumesnil (Seine-Maritime, Aubrumesnil 1264)[2]. La présence d'un nom de femme en composition dans un nom de domaine est rare et ne se retrouve, en principe, que dans des noms de propriétés mérovingiennes et carolingiennes. Le nom de famille Aubourg est issu de cet ancien prénom et est, en 2009, encore principalement attesté dans le département de la Seine-Maritime. L'attraction du nom de personne Ambert pour expliquer le passage de Au- [o] à Am-[5] ne se justifie pas puisqu'il correspond à une particularité phonétique du dialecte normand, en outre, le nom Ambert n'est pas historiquement attesté dans la région[6].

La réunion des deux communes ne date que de 1975.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le seigneur de ce village suivit Guillaume le Conquérant dans son expédition, combattit à bataille d'Hastings et reçut des biens en Angleterre.

La commune est constituée par la fusion, en 1975, d'Anneville-sur-Seine et d'Ambourville.

En 1992, a lieu l'affaire Kaas.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Anneville-Ambourville

Les armes de la commune de Anneville-Ambourville se blasonnent ainsi :
de gueules à la bande ondée d'argent accompagnée de deux annelets d'or, au franc-canton cousu d'azur chargé d'une hache aussi d'argent

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs d'Anneville-Ambourville
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919   Jacques Darcel    
mars 2001 en cours Henri Gabrielli sans étiquette Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 213 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540 560 560 510 542 563 585 594 584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
545 555 534 517 490 461 462 474 494
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
435 445 409 406 407 416 413 420 455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
456 494 765 832 986 946 1 139 1 166 1 213
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale saint-Côme-saint-Damien le 3e dimanche de septembre à Ambourville
  • Fête patronale de saint-Jean le 3e dimanche de juin à Anneville

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Carrières d'extraction de granulats alluvionnaires

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château des Templiers du XIIIe siècle avec tourelle ajoutée au XVe siècle
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption d'Anneville
  • Église Saint-Rémi d'Ambourville

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Fromager, Anneville-Ambourville : à la recherche des racines de notre village, Le Pucheux,‎ 2011, 128 p.
  • État historique en abrégé des paroisses de Bardouville, d'Aubourville, de Berville, d'Anneville… avec les observations sur l'état présent de la paroisse d'Anneville, pour servir d'instruction à Messieurs les propriétaires et habitants desdites paroisses, Rouen, 1720
  • Gilbert Fromager, « Anneville-sur-Seine aux mains des Prussiens en 1870 », Le Pucheux, no 65,‎ 1998 (ISSN 0248-6474)
  • Gilbert Fromager (préf. Charles Carré), Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair,‎ 1986, 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair 1925-1950, Duclair,‎ 1993, 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • « Anneville-Ambourville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France »,‎ 1997, 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 419-421

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 30
  2. a, b, c et d F. de Beaurepaire, op. cit.
  3. Marie-Thérèse Morlet, Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, t. I, p. 15b.
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  5. Ernest Nègre, op. cit.
  6. Site de Géopatronyme : répartition du nom Ambert par nombre de naissances
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :