Épinay-sur-Duclair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Épinay (homonymie).
Épinay-sur-Duclair
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Duclair
Intercommunalité Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe
Maire
Mandat
Jean-Jacques Crochemore
2014-2020
Code postal 76480
Code commune 76237
Démographie
Population
municipale
507 hab. (2011)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 34″ N 0° 50′ 08″ E / 49.5261111111, 0.83555555555649° 31′ 34″ Nord 0° 50′ 08″ Est / 49.5261111111, 0.835555555556  
Altitude Min. 55 m – Max. 125 m
Superficie 6,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Épinay-sur-Duclair

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Épinay-sur-Duclair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épinay-sur-Duclair

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épinay-sur-Duclair

Épinay-sur-Duclair est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Épinay-sur-Duclair, plus que les trois autres communes portant aussi le nom d'Épinay, peut revendiquer être la véritable terre d'origine d'une famille noble importante : Epinay ou Des Hayes, famille aujourd'hui désignée sous le nom d'Epinay-Saint-Luc. Une branche est domiciliée au château de Montgiron à Veilleins. Les armes sont « d'argent, au chevron d'azur, chargé de onze besants d'or, couronne ducale et supports avec deux licornes ».

À la fin du XVIIIe siècle, les principaux propriétaires nobles sur la commune étaient Titaire de Glatigny, Le Boucher de la Giffarderie et Compoint du Boulhard. Nicolas Chantin, fort de plus de 1 600 livres de revenus en 1778, y possédait aussi plus de 100 acres de terre qu'il exploitait. Un siècle plus tard, la bourgeoisie normande investissait dans les terres. Nous y trouvons Alexandre Lair à Fréville, Paul Bellet à Rouen, Victorien Aubert à Duclair, Etienne Levaillant domicilié à Guebarville, Pascal Leguillon domicilié à Blacqueville.

La commune d'Épinay intégra, en 1795, le 19e canton de la Seine-Inférieure dont le siège était alors à Fréville. Lemetais, élu délégué, représentait Epinay au Conseil du canton. Dans un souci de centralisation, Fréville perdit son titre de chef-lieu de canton en 1800 et Épinay intégra le canton de Duclair.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, Epinay fut occupé par les allemands, on suppose qu'il y avait 400 soldats allemands, alors que la population d'Epinay ne dépassait pas les 250 habitants, cela fut donc difficile à vivre pour les habitants. Il existe encore des traces de l'occupation allemande, puisque l'on peut retrouver un blockhaus dans un champ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Pierre Chantin fut 15 ans conseiller municipal puis 35 ans maire de 1848 à 1883, doyen des maires de la Seine-Maritime en exerçant plus de 50 ans jusqu'à sa mort le 12 décembre 1882.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1902   Tasserie    
1929 1940 Alfred Hébert    
1940 1941 Rabardy    
1941 1945 Georges Pécot    
1945 1949 Léon Bersoult    
1949   Émile Berneval    
1989 8 novembre 2007 Denise Carpentier   Agricultrice
2008 en cours Jean-Jacques Crochemore   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 507 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 389 426 363 324 338 348 331 303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300 306 277 258 278 259 273 269 247
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
255 247 245 251 252 242 216 252 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
234 219 229 265 322 386 478 496 508
2011 - - - - - - - -
507 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église dédiée à saint Martin et datant du XVIe siècle.

Dès le début de sa fondation, l'église était une étape importante du pèlerinage qui s'effectuer entre les deux grandes abbayes normandes, à savoir les Abbayes de Jumièges et de Saint-Martin de Boscherville. La coutume voulait que quand, on arrive devant l'église d'Epinay, on devait déposer sur la porte des fers à cheval, car saint Martin était le saint protecteur des animaux.

Sur la porte de l'édifice, on peut retrouver des représentations de deux saints :

  • saint Martin. Ce dernier est représenté en train d'offrir son manteau à un mendiant.
  • saint Etienne qui fut accusé de blasphème par les juifs, pour ses prédications. Il fut donc lapider et fut donc le premier martyr de la chrétienté.

Ces deux représentations hagiographiques sont des moyens pour les habitants de l'époque, qui ne savaient pas lire, de voir deux scènes de la chrétienté, à savoir la charité et la foi.

L'église fut victime d'un grave incendie dans la nuit du 8 au 9 mai 1815. La commune acheta l'ancien presbytère (maison Baudribos) pour le démolir en 1886 et y faire un jardin. On construisit en 1888 un nouveau presbytère juste à côté.

Aujourd'hui, l'église est classée au patrimoine des monuments historiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Fromager (préf. Charles Carré), Le Canton de Duclair à l'aube du XXe siècle, Duclair,‎ 1986, 163 p. (ISBN 2-9501653-0-3)
  • Gilbert Fromager, Le Canton de Duclair 1925-1950, Duclair,‎ 1993, 204 p. (ISBN 2-9501653-1-1)
  • Philippe Gaury, Histoire d'Epinay-sur-Duclair, chez l'auteur
  • « Épinay-sur-Duclair », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France »,‎ 1997, 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 427

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]