Saint-Georges-des-Groseillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-des-Groseillers
Aide : insérer une image
Aide : insérer une image
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Flers-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Flers
Maire
Mandat
Guy Lange
2014-2020
Code postal 61100
Code commune 61391
Démographie
Gentilé Georgiens
Population
municipale
3 266 hab. (2011)
Densité 463 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 46′ 13″ N 0° 34′ 24″ O / 48.770278, -0.57333348° 46′ 13″ Nord 0° 34′ 24″ Ouest / 48.770278, -0.573333  
Altitude Min. 172 m – Max. 276 m
Superficie 7,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Groseillers

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Groseillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Groseillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-des-Groseillers

Saint-Georges-des-Groseillers est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 3 266 habitants[Note 1] (les Georgiens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal s'étend sur la rive droite de la Vère (affluent du Noireau) en aval de Flers dont il est limitrophe. Le sud du territoire est d'ailleurs compris dans la zone urbaine flérienne. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie place la commune au nord-est de l'unité des hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais située majoritairement au nord-ouest du département de l'Orne et caractérisée par un «  paysage rude, marqué par un relief complexe modelé par les cours d’eau qui en divergent comme d’un château d’eau »[1].

Le bourg est à 2,5 km au nord de Flers et à 10 km au sud de Condé-sur-Noireau. La commune est parcourue par deux ramifications de la route départementale 962, l'une la reliant à Flers au sud et rejoignant l'autre au nord du territoire, s'unissant en direction de Condé-sur-Noireau et Caen. Cette autre ramification longe la limite nord-est, tantôt sur Saint-Georges, tantôt sur Aubusson, et rejoint la départementale 924 Flers-Argentan, servant ainsi de voie de contournement de l'agglomération.

Saint-Georges-des-Groseillers est dans le bassin de l'Orne, par son sous-affluent la Vère qui délimite le territoire du sud-ouest au nord. Trois de ses affluents parcourent le territoire communal : le ruisseau de la Planchette qui marque la limite avec Flers au sud, le ruisseau d'Aubusson qui marque la limite avec Aubusson à l'est et un ruisseau plus modeste au sud du bourg.

Creusé par la vallée de la Vère à l'ouest, le territoire est ponctué de quelques collines. Le point culminant (276/278 m) se situe à l'est, à proximité du lieu-dit le Haut Faix, près du château d'eau et de la D 807. La route remonte également à une hauteur comparable à la sortie du territoire, au carrefour de la Trigale. Le point le plus bas (172 m) correspond à la sortie de la Vère de la commune, au nord.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 47 km, mais Alençon-Valframbert et Granville-Pointe du Roc sont à moins de 75 km[2]. Le bocage flérien s'en différencie toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Georges-des-Groseillers, avoisine les 950 mm[3].

Les lieux-dits sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : le Moulin de la Riptière, la Fosse, le Castel (au nord), la Poterie, la Riptière, le Bourg, les Groseillers, le Clos, Launay Cornu, les Bruyères (à l'est), Sotavie, le Haut Faix, le Bas Faix, le Bois de Flers, Bellevue (au sud), la Garenne, le Moulin de Launay, le Hameau de Vère, les Nouettes, la Bourdonnière et le Prieuré (à l'ouest)[4].


Communes limitrophes de Saint-Georges-des-Groseillers[5]
Caligny Caligny Montilly-sur-Noireau (par un angle)
Aubusson
La Lande-Patry Saint-Georges-des-Groseillers[5] Aubusson
La Lande-Patry Flers Flers

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Georges-des-Groseillers, S. Georgii des Groiseilliers vers 1350[6], Saint George des Groiseillers en 1793[7] : la paroisse est dédiée à Georges de Lydda, martyr chrétien du IVe siècle. L'origine de Groseillers est incertaine[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant optenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
    Jacques Jousse    
1995 2008 Anna Gerbet    
2008 en cours Guy Lange[12]   Industriel retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-trois membres dont le maire et quatre adjoints[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 266 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Georges-des-Groseillers[13]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Saint-Georges-des-Groseillers a compté jusqu'à 3 405 habitants en 1982.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
798 825 945 1 043 1 062 1 412 1 544 1 565 1 716
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 756 1 868 1 908 2 003 2 063 2 245 2 395 2 192 2 344
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 273 2 334 2 280 2 076 1 981 2 011 2 035 2 283 2 330
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 598 2 691 2 941 3 405 3 361 3 259 3 193 3 175 3 266
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'emblème du sport georgien est le léopard.

En football, l'Association sportive des Léopards de Saint-Georges a été créée en 1968. Le club fait évoluer une équipe en ligue de Basse-Normandie et deux autres en divisions de district[17].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Morel, acteur, né en 1959 à Flers, a résidé à Saint-Georges-des-Groseillers durant toute son enfance.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Georges-des-Groseillers (Orne) : de la commune à l'intercommunalité (1790-1994), Le Pays bas-normand, n°281-282, 2011, 204 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « www.donnees.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr (Dreal Basse-Normandie) - Les unités de paysage : Unité 7.4.2 : Les hauts pays de l’ouest ornais et du Mortainais » (consulté le 4 juillet 2013)
  2. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  3. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 21 août 2012) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  4. Saint-Georges-des-Groseillers sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Georges-des-Groseillers », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 19 décembre 2010)
  8. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ 1996 (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 222
  9. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 juillet 2014)
  10. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 juillet 2014)
  11. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 9 juillet 2014)
  12. a et b Réélection 2014 : « Saint-Georges-des-Groseillers (61100) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  13. Date du prochain recensement à Saint-Georges-des-Groseillers, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  16. a et b « Normandie 44 La Mémoire - Flers/Saint-Georges-des-Groseillers/Aubusson » (consulté le 17 juin 2013)
  17. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – A. Les Léopards de St Georges » (consulté le 21 août 2012)
  18. « Ouest-france.fr - Une fête communale sous le signe indien ce week-end - Saint-Georges-des-Groseillers » (consulté le 17 décembre 2011)