Boos (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boos.
Boos
Manoir de l'abbaye de Saint-Amand
Manoir de l'abbaye de Saint-Amand
Blason de Boos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Canton de Boos
Intercommunalité Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe
Maire
Mandat
Françoise Tiercelin
2014-2020
Code postal 76520
Code commune 76116
Démographie
Population
municipale
3 292 hab. (2011)
Densité 235 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 19″ N 1° 12′ 14″ E / 49.3886111111, 1.2038888888949° 23′ 19″ Nord 1° 12′ 14″ Est / 49.3886111111, 1.20388888889  
Altitude Min. 67 m – Max. 161 m
Superficie 14,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boos
Liens
Site web www.mairie-boos.com

Boos est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime et la région Haute-Normandie.

On y trouve l'aéroport Rouen Vallée de Seine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Boos est une ville péri-urbaine.Elle se trouve au nord-ouest de la France.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Franqueville-Saint-Pierre Franqueville-Saint-Pierre Montmain][Fresne le plan Rose des vents
Saint-Aubin-Celloville N La Neuville-Chant-d'Oisel
O    Boos    E
S
Ymare Quévreville-la-Poterie La Neuville-Chant-d'Oisel

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Boos se trouve le long de la route nationale 14.

La commune est desservie par la ligne de bus 13 qui permet de rejoindre le centre-ville de Rouen en une demi-heure.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Boos

Les armes de Boos se blasonnent ainsi :

de gueules à une tête de crosse d'argent, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Bodes en 1030 - 40, puis Bothas vers 1049[1].

Il s'agit d'un appellatif toponymique issu du norrois both « barraque, maison, village ». Le -s final est la marque du nominatif pluriel en vieil anglais, d'où l'homonymie avec Booths (en) (Grande-Bretagne, Yorkshire). Il est confondu avec l'accusatif pluriel du latin dans les textes. Au singulier, both a donné -beuf (cf. Belbeuf, Elbeuf, etc.)[1].

Homonymie avec Boos, hameau à Bonnetot (Boes fin XIIe siècle). Homographie avec Boos (landes, Bosc).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de Boos remonte à l'époque de Rollon. Jusqu'à la Révolution, c'est une paroisse de l'Abbaye Saint-Amand de Rouen, simple village avec plein fief de haubert et cure appartenant. La présence d'un château-fort est attestée dans la forêt de Boos. Le colombier est érigé vers 1520. L'abbesse Guillemette d'Assy commande la décoration de ce colombier à Masseot Abaquesne. En 1592, Henri IV, levant le siège de Rouen, recula jusqu'à Boos et y tint ses troupes rangées pendant trente heures dans la crainte d'une attaque de la Ligue. Elle devient à la Révolution chef-lieu de canton, au détriment de Mesnil-Esnard, Bonsecours et Amfreville-la-Mi-Voie, bien plus peuplées à l'époque. Elle fusionna en 1824 avec l'ancienne paroisse de Franquevillette (Franchevilletta vers 1034). Depuis 1937, un terrain d'aviation existe sur la commune, il est utilisé par les militaires pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1968, l'aéroport est ouvert à la circulation aérienne publique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1881 1907 Chemin Jules SE Agriculteur
1907 1942 Foliot Emile SE Notaire
1955 1968 Hellot Alfred SE Menuisier
juin 1995 mars 2008 Grisel Yves SE Agriculteur
mars 2008 mars 2014 Bovin Michel SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Boos comprend au XIIIe siècle 100 ménages (environ 500 habitants), pour tomber à 70 ménages en 1707[2].

En 2011, la commune comptait 3 292 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1861 1876 1881 1886
626 662 672 625 927 795 730 687 674
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
608 655 610 559 546 537 534 507 515
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004
624 633 674 767 1 012 1 236 2 487 2 870 2 998
2006 2009 2011 - - - - - -
3 065 3 168 3 292 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et des anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 48
    Ouvrage publié avec le soutien du CNRS
  2. Joseph Prudent Bunel et Albert Tougard, Géographie du département de la Seine-Inférieure, Arrondissement de Rouen, Éditions Bertout, Luneray, 1994, réimpression de l'édition de 1879. 493 pages.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, 2007 (ISBN 978-2-902685-39-4) p. 547-552
  6. Elle a servi de grange avant sa démolition.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :