Macao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macau et MACAO.
Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine[1]
中華人民共和國澳門特別行政區 Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (zh)
Região Administrativa Especial de Macau da República Popular da China Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (pt)
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Macao
Carte indiquant la localisation de Macao dans la région
Carte indiquant la localisation de Macao dans la région
Administration
Statut politique Région administrative spéciale
Gouvernement
- Chef de l'exécutif
- Président de la Cour de cassation
- Président de l'assemblée législative

Fernando Chui Sai On
Sam Hou Fai

Lau Cheok Va
Démographie
Gentilé Macanais, macanaise
Population 552 503 hab. (2011)
Densité 18 729 hab./km2
Langue(s) Cantonais[2]
Portugais
PIB (2009)
 · PIB/hab.
21,168 milliards de $
38 968 $
Géographie
Coordonnées 22° 10′ 00″ N 113° 33′ 00″ E / 22.166666666667, 113.55 ()22° 10′ 00″ Nord 113° 33′ 00″ Est / 22.166666666667, 113.55 ()  
Superficie 29,5 km2
Divers
Monnaie Pataca (MOP)
Fuseau horaire UTC +8[3]
Domaine internet .mo
Indicatif téléphonique 853

Macao [makao] (chinois traditionnel : 澳門 ; chinois simplifié : 澳门 ; pinyin : àomén ; cantonais Jyutping : ou3mun4 ou ou3mun2 ; portugais : Macau), officiellement Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine, est une région administrative spéciale (RAS) de la République populaire de Chine depuis le 20 décembre 1999[4],[5]. Auparavant, Macao a été colonisé et administré par le Portugal durant plus de 400 ans et est considéré comme le dernier comptoir ainsi que la dernière colonie européenne en Chine[6] et en Asie[7].

La création de cette administration remonte au milieu du XVIe siècle[8], lorsque Macao a été colonisé et occupé graduellement[9] par les Portugais. Ils ont rapidement apporté la prospérité à la zone, ce qui en a fait une grande ville et un intermédiaire important dans les échanges entre la Chine, l'Europe et le Japon, en atteignant son apogée à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. À partir de 1887, la Chine reconnaît officiellement la souveraineté et l'occupation perpétuelle du Portugal à Macao à travers le Traité sino-portugais de Pékin, un des traités inégaux, signés entre les puissances impériales occidentales et les empires colonisés d'Extrême-Orient[8]. En 1967, à la suite de l'émeute soulevée par les pro-communistes chinois résidents à Macao le 3 décembre 1966, le Portugal renonce[8] à son occupation perpétuelle du territoire. En 1987, après d'intenses négociations entre le Portugal et la Chine, les deux pays convinrent que Macao allait revenir à la souveraineté chinoise le 20 décembre 1999[8]. Aujourd'hui, Macao connaît une croissance économique rapide, basée sur le fort développement du tourisme et des jeux d'argent. Le chiffre d'affaires des casinos y est d'ailleurs quatre fois plus élevé qu'à Las Vegas[10],[11],[12], ce qui fait de Macao l'une des villes les plus riches du monde[13]. Orson Welles l'a d'ailleurs qualifié de « ville la plus pervertie au monde »[14] et le poète W. H. Auden de « ville de l'indulgence »[14].

Macao se compose de la péninsule de Macao et de deux îles, Taipa et Coloane, qui sont reliées ensemble par des terres gagnées sur la mer (l'isthme de Cotai), totalisant une superficie de 29,5 km2. Macao est situé sur la côte sud de la République populaire de Chine, à l'ouest de l'embouchure de la rivière des Perles et à 60 km de Hong Kong, qui se trouve approximativement en face de Macao. Les frontières Nord et Ouest communiquent avec la zone économique spéciale de Zhuhai qui fait partie de la province de Guangdong[15],[16].

Sa population est de 552 500 habitants en 2011, la majorité de la population étant constituée de chinois de souche[17].

Depuis le 20 décembre 1999, le nom officiel de Macao est « Région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine » (RASM). Après la création de la RASM, Macao est régi selon les principes du gouvernement central de la République populaire de Chine, soit « un pays, deux systèmes », ainsi que de « l'administration de Macao par le peuple de Macao » avec un « haut degré d'autonomie », profitant ainsi d'un régime spécial, similaire à celui de Hong Kong. Par conséquent le gouvernement local gère tout, sauf les relations extérieures et la défense. La République populaire de Chine a garanti le maintien de son système économico-financier et de ses spécificités pour au moins 50 ans, c'est-à-dire au moins jusqu'en 2049[18],[19],[20].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom portugais, Macau, provient de l’approximation phonétique de la réponse donnée par les habitants quand les marins portugais demandèrent comment s’appelait ce lieu : « A-Ma Gao » (baie de A-Má en cantonais), nom qui doit son existence au temple en l'honneur de la déesse A-Má qui s’y trouvait[21],[22],[23]. A-Ma Gao est devenu Amacao, dont la première mention est faite en 1555 par l’écrivain et explorateur portugais Fernão Mendes Pinto[24], Macao et, en portugais, Macau[25].

Son nom chinois, 澳門 (pinyin : àomén), qui signifie littéralement « porte de la baie », apparaît pour la première fois en 1564[26] et semble provenir de la description faite de la partie du sud de la péninsule de Macao où les Portugais furent autorisés à s’établir ; la baie y est dite entourée de deux collines[27] qui sont « comme les jambages d’une porte ». Par ailleurs, nombre de toponymes de villes côtières chinoises contiennent le caractère 門 qui signifie « porte ». Macao apparaît dans les documents chinois anciens sous différents noms dont 蠔鏡, háojìng, Wade : Hou-Keng, « huître-miroir », 濠江, háojiāng, Wade : Hou-Kong, « fossé-fleuve » et 鏡海, jìnghǎi, Wade : Keng-Hoi, « miroir-mer ». L’origine incertaine de ces noms est peut-être celle attribuée par l'historien chinois Fei Chengkang[28] et reprise par Philippe Pons[29] : les deux larges rades au nord et au sud de la partie enflée de la péninsule étaient rondes comme des miroirs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie de Macao.

Localisation[modifier | modifier le code]

Photo satellite de la partie septentrionale du territoire, c'est-à-dire la péninsule de Macao et le nord de l'île de Taipa (vers 2004).

Macao est située au sud du tropique du Cancer, sur la côte sud de la République populaire de Chine bordant la mer de Chine méridionale. Établie à l'ouest du delta de la rivière des Perles, elle est à 145 kilomètres de Canton et à 60 kilomètres de Hong Kong qui se trouve de l'autre côté du delta[15]. Macao possède des frontières au nord et à l'ouest avec la zone économique spéciale de Zhuhai qui fait partie de la province de Guangdong[16]. La longueur de son littoral est de 47,6 km.

Évolution du territoire[modifier | modifier le code]

Carte topographique de Macao montrant les gains de territoires sur la mer entre 1555 et 2011.

En un siècle, le territoire de Macao s'est considérablement étendu sur la mer passant de 11,6 km2 en 1912[16] à 29,2 km2 en 2007. Les premiers grands travaux de remblaiement des eaux de faible profondeur du delta de la rivière des Perles eurent lieu durant les années 1920 (port extérieur, Ilha verde) et 1930 (Praia grande). Les anciennes villas et fortifications portugaises qui jadis jalonnaient la côte se trouvent depuis le long de l’« avenue de la grande plage » en pleine ville.

Les îles qui formaient Macao ont été peu à peu reliées entre elles, soit par des ponts, soit par des terre-pleins[30]. L’isthme reliant Taipa à Coloane date ainsi de 1968 et le premier pont entre la péninsule et Taipa, le pont du gouverneur Nobre de Carvalho, de 1974.

Mais c’est surtout à partir de 1991, que le rythme s’accélera (68 % de croissance entre 1991 et 2007). C'est sur ces terrains que furent notamment construits l’aéroport en 1995 et la « tour de Macao » en 1998. À partir de 1997, les eaux peu profondes qui séparaient Taipa et Coloane furent à leur tour « enterrées ». C’est sur ces terrains appelés Cotai, contraction des premières syllabes de Coloane et Taipa, que furent construits les casinos du Venetian et de Galaxy Macao.

Aujourd'hui, Macao a une superficie de 29,5 km2 et est composé de la péninsule de Macao (9,3 km2), des îles de Taipa (6,8 km2) et Coloane (7,6 km2) et de la zone de Cotai (5,8 km2)[15],[16].
C'est dans la péninsule de Macao que se concentrent l'activité principale, l'essentiel des organes politiques et administratifs, la plupart de l'industrie et les principaux services d'équipement culturels.

Le Conseil des affaires de l'État de la République populaire de Chine a approuvé en 2009 un plan qui vise à gagner 3,5 km2 supplémentaires dont 0,47 km2 sont déjà fait[31].


Superficie de Macao (km2)


Source : Direction des services de cartographie et des cadastres[32]

Relief[modifier | modifier le code]

Carte de Macao.

La surface de Macao est essentiellement composée de plaines (69 % de la surface) constituées par la sédimentation naturelle puis par les terrains gagnés sur la mer. Cependant, elle possède plusieurs collines de granite abruptes (20 % du total[16]) témoins de la masse rocheuse originelle : la colline de Guia (90 m), la colline de Barra (73 m), la colline de Mong-Ha (60 m), la colline de Penha (62 m), la colline de l'Île-Verte (57 m), la colline Monte (52 m) et la colline Dona Maria II (48 m)[33]. Ces points culminants sont maintenant souvent masqués par les grands bâtiments construits récemment.

La colline de Coloane (170,6 m) est le point culminant de la RAS, tandis que Taipa culmine à 158 m avec la colline de Taipa grande et à 111 m avec la colline de Taipa pequena.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

De 1928 à la rétrocession en 1999, Macao était divisé en deux municipalités : la municipalité de Macao et la municipalité des Îles, qui étaient chacune administrées par un organe exécutif appelé « chambre municipale », elle-même supervisée par une assemblée municipale[34].

À son tour, la municipalité de Macao, qui couvrait toute la péninsule de Macao, était divisée en cinq freguesias[35] :

La municipalité des Îles[36] (créée en 1928), qui couvrait les îles de Taipa et de Coloane, était divisée en deux freguesias :

Mais, après une période transitoire, les municipalités et leurs organes municipaux provisoires ont finalement été dissous le 31 décembre 2001 et un nouvel organe administratif, l'Institut pour les affaires civiques et municipales (IACM)[37] couvre depuis toute la RAS. Les freguesias n'ont plus de statut administratif et sont seulement reconnues par le gouvernement comme de simples divisions symboliques de Macao. Cotai, terre gagnée sur la mer entre Taipa et Coloane, n'a ainsi pas été affecté à une freguesia.

Freguesias
  Freguesia Superficie Population Carte numérotée des freguesias de Macao.   Freguesia Superficie Population
01 Nossa Senhora de Fátima (Notre-Dame de Fatima) 03,2 km2 201 000 5 03,4 km2 40 600
02 Santo António (Saint Antoine) 01,1 km2 112 900 6 Nossa Senhora do Carmo (Notre-Dame de Carmo) 06,8 km2 63 300
03 São Lázaro (Saint Lazare) 00,6 km2 30 900 7 Cotai 05,8 km2 0
04 São Lourenço (Saint Laurent) 01,0 km2 48 300 8 São Francisco Xavier (Saint François-Xavier) 07,6 km2 3 300

Climat[modifier | modifier le code]

Macao est situé dans la zone de mousson et son climat est subtropical humide : chaud et humide en été, frais et sec en hiver.

Durant l’été, la plus longue saison de l'année à Macao, entre mai et octobre, il y a souvent de fortes pluies, des orages, des tempêtes tropicales (typhons), et des températures élevées. Lorsque les vents atteignent des vitesses de 63 à 117 km/h, le code local no  8 des tempêtes tropicales est déclenché coupant les liaisons maritimes et aériennes. L'une de ces tempêtes ayant causé beaucoup de dégâts récemment, du fait de la conjonction avec les marées d'équinoxe, date du 23 septembre 2008, lors du passage du typhon Hagupit[38].

La plus agréable saison de l'année est l'automne, qui commence à la mi-octobre, lorsque la température de l'intérieur de la Chine se réduit, et se termine mi-décembre. Le temps y est généralement chaud et le ciel y est clair.

En janvier et février (les mois d'hiver), Macao est touché par des vagues de froid et de vents secs provenant du nord de la Sibérie, refroidissant ses températures, avec des minima qui tombent au-dessous de 10 °C.

Le printemps se situe aux mois de mars et d'avril, le vent souffle d'est en ouest, augmentant la température et l'humidité. À cette période de l'année, les bruines humides et une faible visibilité surviennent relativement fréquemment[39].

Les variations climatiques de Macao, qui sont relativement importantes entre l'été et l'hiver, sont principalement causées par la mousson. En 2006, les valeurs absolues de la température au maximum (en été) et minimale (en hiver) de l'air ont été de 36,0 °C et de 6,5 °C[40], respectivement. La température moyenne annuelle entre 1971 et 2000 y est de 22,4 °C, la moyenne des précipitations annuelles est de 2120 millimètres et la moyenne de l'humidité relative de 79 %[16].

Relevé météorologique de Macao
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 12,2 13,1 16,2 20,2 23,6 25,7 26,3 26 24,9 22,3 17,8 13,8 20,2
Température maximale moyenne (°C) 17,7 17,7 20,7 24,5 28,1 30,3 31,5 31,2 30 27,4 23,4 19,6 25,2
Ensoleillement (h) 132,4 81,8 75,9 87,8 138,4 168,2 226,2 194,7 182,2 195 177,6 167,6 1 828
Précipitations (mm) 32,4 58,8 82,5 217,4 361,9 339,7 289,8 351,6 194,1 116,9 42,6 35,2 2 122,9
Nombre de jours avec précipitations 6 10 12 12 15 17 16 16 13 7 5 4 133
Humidité relative (%) 74,3 80,6 84,9 86,2 85,6 84,4 82,2 82,5 79 73,4 69,3 68,8 79,3
Source : Organisation mondiale de la météorologie & Direction des services météorologiques et géophysiques de Macao (moyennes mensuelles 1971/2000)


Villes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Zhuhai Zhuhai Delta de la rivière des Perles Rose des vents
Zhuhai N Hong Kong
O    Macao    E
S
Île de Hengqin Mer de Chine méridionale Mer de Chine méridionale

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Macao.
L'extension d'agglomération de Macao s'étend sur presque tout son territoire.

Macao a, selon le recensement de 2011, une population de 552 503 habitants[41], ce qui en fait le territoire le plus densément peuplé du monde devant Monaco et Singapour, avec 18 478 habitants au km2 (sur une surface de 29,9 kilomètres carrés). La densité de population a cependant déjà été plus élevée. Elle était de 27 050 habitants au km2 en 1985 avant les travaux de terrassement permettant d’agrandir le territoire sur la mer (population de 408 500 habitants sur une surface deux fois plus petite : 15,1 km2) et a atteint 29 000 habitants au km2 en 1940-1941 pendant la Seconde Guerre mondiale et l’occupation japonaise de Guangzhou et Hong Kong (population de 400 000 habitants[42] sur une surface de 13,8 km2).

Évolution démographique de Macao
1555 1568 1580 1640 1700 1743 1825 1832 1839 1866 1871 1878
400 6 000 20 000 40 000 4 900 5 500 22 500 35 000 13 000 56 252 77 000 68 086
1896 1910 1920 1927 1936 1939 1940 1945 1950 1960 1970 1980
78 627 74 866 83 984 157 175 120 000 245 194 400 000 150 000 187 772 169 299 248 636 268 300
1985 1991 1996 2001 2006 2011 - - - - - -
408 500 355 693 414 128 435 235 513 427 552 503 - - - - - -
(Sources : Bureau des statistiques et recensement de la RASM[43],[44], Morbey[45], recensements[46],[47])


Courbe d'évolution démographique de Macao depuis 1825

Structure[modifier | modifier le code]

Actuellement, la croissance de la population, notamment de la population active, est principalement soutenue par l'immigration venant de Chine continentale, des Philippines et d'autres pays d'Asie[17]. En février 2011, la main d'œuvre importée se chiffrait à 79 467, soit 24,5 % de la population active occupée[48].

Le taux d'accroissement démographique annuel pour la période 2004-2009 est en effet de 4,7 % en moyenne, mais le taux de accroissement naturel n'est que de 0,5 % pour la même période, la différence représentant le solde migratoire. Le taux de natalité est l'un des plus faibles au monde : estimé à 9,03 ‰ en 2011[49], celui-ci est cependant en hausse depuis 2002 quand il avait atteint 7,2 ‰ après 14 années consécutives en baisse[50]. Macao est cependant l'un des endroits où l'espérance de vie à la naissance (84,4 ans en 2010) est la plus forte[51] et le taux de mortalité infantile le plus bas (environ 3,18 décès pour 1000 naissances)[52]. Plus concrètement, environ 5 100 enfants sont nés à Macao, 1 800 personnes y sont mortes et 7 800 y ont immigrés en 2010[53]. La population est en état de vieillissement démographique même si celui-ci est en partie caché depuis 2003 par la forte immigration de personnes en âge de travailler. De 1996 à 2010, le pourcentage de personnes âgées de plus de 65 ans est passé de 6,9 à 8,0 tandis que celui de personnes âgées de moins de 15 ans est passé de 25,7[54] à 12,2[53].

Ethnie et immigration[modifier | modifier le code]

La population de cette région est composée principalement de Chinois (94 %) nés en Chine continentale (47 %) selon le dernier recensement intercalaire de 2006[44]. 42,5 % de la population est née à Macao, 3,7 % à Hong Kong et seulement 0,3 % au Portugal. De même pour la nationalité, seulement 1,7 % de la population a la nationalité portugaise. La notion de « nationalité » dans les recensements de Macao a cependant radicalement changé depuis la rétrocession, ce qui explique la différence entre les nombres ci-dessus et ceux de l'estimation de population de 1988 qui dénombrait 20,69 % de « citoyens portugais[55] ». Celle-ci se basait en effet sur la loi portugaise de la nationalité, elle-même basée sur le principe du « droit du sol » jusqu'en 1976. Ainsi toutes les personnes nées à Macao avant 1976 avaient automatiquement la nationalité portugaise et de même pour toute personne née entre 1976 et 1999 et dont au moins un des parents avaient la nationalité en vertu du « droit du sang » appliqué ensuite. Depuis 1999, la loi sur la nationalité de la République populaire de Chine, ne reconnaissant pas la double nationalité, s'applique et les personnes nées à Macao d'ascendance chinoise acquièrent automatiquement la nationalité chinoise[47].

Les personnes qui ont une ascendance mixte portugaise et asiatique (chinoise mais aussi malaise, indienne, sri lankaise) nées ou vivant à Macao ainsi que certains Chinois convertis au catholicisme et parlant le portugais sont appelés les Macanais ou les « fils de la terre », formant jusqu'à la rétrocession une « minorité influente ». Nombre d'entre eux ont cependant émigré avant la rétrocession et très peu savent encore parler le patois macanais, basé sur le créole portugais, qui est menacé de disparition.

Les langues officielles sont le portugais et le chinois. Le cantonais est la langue, ou plus précisément le dialecte chinois le plus parlé, en 2006, avec 91,9 % de la population. Le mandarin est parlé par 38,5 % de la population et le portugais par 2,4 %[44].

Même si la langue portugaise est très isolée et largement supplantée par l'anglais dans la région, elle est toutefois maintenue à Macao en accord avec la loi fondamentale de la région administrative spéciale de Macao. Le gouvernement chinois y voit aussi une opportunité pour Macao de servir de plate-forme de contacts avec le monde lusophone.

En effet le portugais est parlé par plus de plus de 200 millions de personnes dans le monde et certains pays de langue portugaise sont soit, comme l'Angola, des partenaires économiques importants, soit, comme le Brésil, des pays émergents aux perspectives économiques prometteuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Macao.

Périodes préhistoriques et médiévales[modifier | modifier le code]

Selon des études archéologiques, la région était déjà habitée il y a 4 000 à 6 000 ans. Au cours du XIIIe siècle, un certain nombre de Chinois fidèles a la cour Song du Sud fuient les envahisseurs mongols et s'installent dans la région après la bataille de Yamen qui a lieu dans l'estuaire de la rivière des Perles non loin de Macao le 12 mars 1279. Ils établirent de nouvelles colonies de peuplement dans ce qui était le district de Xiangshan (chinois : 香山) dont dépendait Haojing (ancien nom de Macao). Le « vieux temple Yongfu » (dont il ne reste rien), aurait été construit à cette époque à Patane au nord de la péninsule de Macao, mais cela n'a pas été prouvé[56].

À la fin du XIVe siècle, la répression contre les familles de généraux de la dynastie Yuan vaincue par la dynastie Ming, conduit certains pêcheurs de la province de Fujian à fuir vers le sud[57]. Un rapport écrit en 1787 par les chefs du village de Mongha (chinois : 望廈 ; pinyin : wàngxià), soulignant que leurs ancêtres vivaient dans ce village depuis au moins 300 ans[56], sert de base à l'histoire officielle qui veut que Macao était habité avant l'arrivée des Portugais[58].

Colonisation et essor économique du territoire[modifier | modifier le code]

Carte montrant Macao et sa position dans les routes commerciales portugaises et espagnoles, à son apogée (fin du XVIe siècle, début du XVIIe siècle).

Après la découverte de la route des Indes par Vasco de Gama en 1498, les Portugais continuent leurs explorations maritimes le long de la côte de l'océan Indien. Ils « découvrent » ainsi Cochin en 1500 (fondant l’Inde portugaise en 1505), Goa en 1510, Malacca en 1509, les fameuses « îles aux épices », les Moluques, en 1512 et arrivent dans le delta de la rivière des Perles en 1513 sous le commandement de Jorge Álvares[59],[60],[61]. En 1517, Fernão Peres de Andrade se rend à Canton et obtient la permission que l'ambassadeur Tomé Pires se rende à Pékin pour y rencontrer l'empereur[62]. La construction illégale d'un fort sur l'île de Tamao (chinois : 屯門 ; pinyin : túnmén[63]) et la supposée abduction d'enfants chinois par le frère de Fernão Peres de Andrade change cependant l'attitude des Chinois vis-à-vis l'ambassade portugaise[60]. L'empereur décrète alors l'interdiction de tout commerce avec les Folangji (佛郎機, nom venant de « francs », donné par les traducteurs musulmans à tous les étrangers).

Sous l'impulsion du roi Jean III de Portugal, et d'une diplomatie plus pragmatique et tolérante[64], Leonel de Sousa réussit à inverser l'édit impérial en 1554 et les marchands portugais retournent à Canton, tout en étant autorisés à s'établir sur les îles de Sancian (chinois : 上川 ; pinyin : shàngchuān, où François Xavier meurt en 1552) puis de Lampacao (chinois : 浪白滘 ; pinyin : làngbáijiào)[60],[65].

Cherchant un port plus proche de Canton sur le continent proprement dit, les Portugais s'établissent de manière saisonnière dans la rade de Macao entre 1553 et 1554[8] et demandent à rester sur la terre ferme en prétextant qu'ils doivent sécher leur cargaison. En 1557, les autorités chinoises accordent finalement l'autorisation aux Portugais de s'y établir de façon permanente[8], en leur donnant un degré considérable d'autonomie. En échange, les Portugais payent une sorte de loyer annuel (près de 500 taels d'argent) et certaines taxes, qui ont fait valoir que Macao faisait encore partie intégrante de l'Empire chinois[66]. Les autorités chinoises, exprimant de la crainte et du mépris pour les étrangers, suivent de près les activités des Portugais de Macao et exercent, jusqu'au milieu du XIXe siècle, une grande influence dans l'administration de leur comptoir commercial.

Macao, 5 Patacas à l'effigie de l'église St Paul et d'une jonque

Depuis, Macao a été conçu comme un comptoir de type triangulaire entre la Chine, le Japon et l'Europe à un moment où les autorités chinoises ont interdit les échanges directs avec l'archipel nippon pendant plus d'une centaine d'années. Ce commerce lucratif a introduit une grande prospérité à Macao, ce qui en fit une grande ville commerciale et l'a aidée à atteindre son apogée entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle[67].

En plus d'être un comptoir commercial, Macao a également joué un rôle actif et central dans la propagation du catholicisme à l'étranger, jusqu'à devenir un haut lieu de formation de missionnaires catholiques de différents pays de l'Extrême-Orient, principalement pour la Chine. Pour cette raison, le pape Grégoire XIII crée en 1576 le diocèse de Macao[68]. Ces missionnaires ont également joué un rôle important dans l'échange culturel, scientifique et technique entre la Chine et l'Occident, et le développement de la culture et de l'éducation à Macao.

Le Leal Senado, créé en 1583.

En 1583 fut créé le Leal Senado, le siège et le symbole du pouvoir et du gouvernement local, par des résidents portugais et plus précisément par les commerçants de Macao[66]. Cet organe politique, considéré comme le premier conseil municipal de Macao, fut fondé dans le but de protéger le commerce contrôlé par Macao, d'établir l'ordre et la sécurité de cette ville et de résoudre les questions et les problèmes quotidiens. Bien qu'en 1623 Macao se dote d'un gouverneur portugais[8], le Leal Senado a continué à maintenir une grande autonomie et un rôle clé dans l'administration de la ville jusqu'à la première moitié du XIXe siècle.

En raison de sa prospérité, Macao a souvent été attaqué par les Néerlandais au cours de la première moitié du XVIIe siècle[67]. La plus célèbre attaque a eu lieu le 22 juin 1622, où près de 800 soldats néerlandais débarquent dans une tentative de conquérir la ville. Après deux jours de combat, le 24 juin[8] les envahisseurs sont vaincus. Le bilan des victimes est élevé, environ 350 morts. Cependant, seulement une dizaine de soldats portugais sont tués. Pour Macao, non préparé, cette victoire a été considérée comme un miracle[67].

De 1638 à 1853, le commerce portugais avec le Japon a pris fin en raison de la politique d'isolement (Sakoku), menées par l'ancien Shogun japonais, Ieyasu Tokugawa. Cette décision a gravement affecté l'économie de Macao, qui déclina rapidement[67].

Le 3 janvier 1787, Jean-François de La Pérouse y débarque dans le cadre de son expédition, comptant y vendre ses fourrures achetées en Alaska. Il décrit la dureté de l'administration portugaise[69].

Déclin[modifier | modifier le code]

Macao en 1844, photo de Jules Itier

Dans le contexte de la Guerre péninsulaire, en septembre 1808, le territoire est occupé par les troupes de la force expéditionnaire sous le commandement de l'amiral William O'Brien Drury, commandant en chef des forces navales britanniques dans les mers asiatiques, prétextant une protection contre la menace française. Cet effectif fut finalement rappelé à la fin de cette même année, en raison de la présence d'environ 80 000 hommes de l'armée chinoise aux portes de la ville.

Carte de la région du delta de la rivière des Perles publiée au XIXe siècle.

Depuis le milieu du XVIIe siècle, Macao, même en ayant perdu de nombreux marchés commerciaux à partir de la fin des échanges avec le Japon et vivant avec une certaine fréquence dans la pauvreté et la misère, a tout de même réussi à conserver son importance économique et stratégique en tant que port européen en Chine. Toutefois, cette importance a été fortement réduite avec la Première guerre de l'opium en 1841 lorsque Hong Kong est devenu le port le plus important de l'Ouest de la Chine[67].

En 1844, par le biais d'un décret royal, Macao a finalement été intégré dans le système ultramarin portugais. Toutefois, le décret n'a pas été reconnu par la Chine[8]. Cet acte a par ailleurs redéfini le pouvoir à Macao affirmant que le gouverneur est le principal organe politique et administratif, et non plus le Leal Senado, qui avait perdu son importance et son influence politique depuis 1834.

En 1845, le Portugal déclare la ville port franc. Le gouverneur João Ferreira do Amaral, en fonction de 1846 à 1849, ordonne la fin du loyer annuel et des taxes chinoises, l'expulsion des mandarins de Macao et l'abolition, en 1849, de la douane chinoise (le Ho-pu)[8].

Au cours du XIXe siècle, les Portugais occupèrent la partie Nord de la péninsule de Macao (alors occupée par les Chinois), les îles de Taipa (en 1851) et Coloane (en 1864)[8]. Ils ont également commencé à étendre leur influence sur les îles voisines de Lapa, Dom João e Montanha.

En 1887, le Portugal organisa avec le faible gouvernement chinois de l'époque le Traité d'amitié et de commerce sino-portugais, qui reconnaît et légitime l'occupation perpétuelle de Macao et de ses dépendances par le Portugal[8].

Développement du Jeu et rétrocession à la Chine[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Macao, souhaitant créer sa propre monnaie officielle, autorise, en 1901, la Banco Nacional Ultramarino (BNU) à émettre des billets sous le nom de patacas. Les premiers billets imprimés pour distribution sont créés en 1906 et 1907.

Le Portugal n'a pas officiellement participé à la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), Macao devint alors l'un des seuls endroits en Asie à rester neutre durant le conflit mondial. Pour cette raison, un grand nombre de réfugiés chinois fuyant l'occupation japonaise se sont réfugiés provisoirement à Macao, ce qui a doublé sa population durant cette période. Cet afflux de réfugiés a causé de nombreux problèmes, en particulier ceux relatifs à la surpopulation et au manque de nourriture.

Le Japon respecta la neutralité du Portugal, et donc celle de Macao. Cependant, même en n'occupant pas le territoire, les forces japonaises exercèrent une énorme pression sur le gouvernement de Macao, le menaçant à plusieurs reprises. Par exemple, en 1941 les îles de Lapa, Dom João e Montanha, officiellement occupées par les Portugais en 1938, ont été abandonnées en raison d'une menace émise par l'armée japonaise. En conséquence, les Japonais les occupèrent, mais avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, les rendirent à la Chine en raison de l'incapacité des Portugais à les réoccuper[8].

1949 marque la fondation de la République populaire de Chine (RPC) à caractère communiste et anticolonialiste. La nouvelle République déclara le Traité de l'amitié et du commerce sino-portugais comme l'un des nombreux traités inégaux imposés par les puissances européennes à la Chine et, par conséquent, a été déclaré invalide. Mais le nouveau régime n'est pas encore prêt à aborder la question historique des traités inégaux, le statu quo de Macao est donc provisoirement maintenu.

Le 3 décembre 1966, la célèbre révolte dite émeute 1-2-3 éclate, soulevée par les Chinois pro-communistes insatisfaits et fortement influencés par la Révolution culturelle chinoise de Mao Zedong. Lors de cette journée de protestation, 11 personnes furent tuées et environ 200 autres blessées. Ces faits exigèrent la mobilisation de soldats pour contrôler la situation. L'émeute généra la tension et la terreur à Macao jusqu'à sa résolution le 29 janvier 1967 avec une demande d'excuses humiliantes faites par le gouvernement de Macao à la communauté chinoise. Cette émeute a également causé la renonciation du Portugal à l'occupation perpétuelle de Macao[8] et fit reconnaître la puissance et le contrôle de facto des Chinois de Macao aux Portugais, marquant le début de la fin de la période coloniale de la ville.

Après la Révolution des Œillets, en 1974, le Portugal déclara l'indépendance immédiate de toutes ses provinces ultramarines. Mais la Chine rejeta une fois de plus ce transfert immédiat et appela à la mise en place de négociations visant à permettre un transfert sans heurt.

Au cours des négociations, le statut de Macao fut changé pour Territoire chinois sous administration portugaise et le transfert de souveraineté de Macao à la Chine[6],[4] fut prévu pour le 20 décembre 1999 par Déclaration commune sino-portugaise sur la question de Macao[20]. Ce projet bilatéral et international, signé le 13 avril 1987, établit une série d'engagements et de garanties conclues entre le Portugal et la Chine qui accorde à Macao un haut degré d'autonomie et la conservation de ses caractéristiques uniques, y compris son mode de vie et son système économique capitaliste jusqu'en 2049[70].

Le territoire redevient finalement chinois le 20 décembre 1999, sans susciter d'émotion au sein du peuple portugais, qui en avait une assez mauvaise image[14].

Administration post-coloniale[modifier | modifier le code]

Après le transfert, le nouveau gouvernement de Macao, dirigé par Edmund Ho Hau-wah, a lutté avec acharnement et avec succès contre le crime organisé par les Triades avec le précieux soutien de l'administration centrale de la République populaire de Chine. Macao a été remilitarisé par une garnison de troupes chinoises. Ces troupes furent un moyen pour la Chine d'affirmer son autorité sur le territoire, et un soutien pour la lutte contre la criminalité[71] De 2001 à 2002, la libéralisation partielle du secteur des jeux eut lieu en raison de l'expiration du monopole de ce secteur d'une grande importance pour la société des casinos de Stanley Ho[71],[72] Cette libéralisation et l'assouplissement des restrictions sur les résidents chinois continentaux par le gouvernement central provoqua le développement du tourisme à Macao et une forte croissance économique rapide.

Mais, derrière cette croissance, de graves problèmes sociaux apparurent, comme l'inflation croissante, la main-d'œuvre illégale ou un excès d'importations (légales) de main-d'œuvre bon marché et l'écart économique entre les riches et les pauvres. En 2006, le coefficient de Gini à Macao a augmenté de 0,48, et donc l'inégalité de la distribution des revenus fut plus forte que, par exemple, à Singapour en Corée du Sud ou même en Chine continentale[73]. Ces problèmes, ainsi que la découverte en 2006 de cas de corruption impliquant le secrétaire aux Travaux publics, Ao Man Long[74] et le manque de transparence du gouvernement de la RAS de Macao, ont engendré plusieurs protestations, dont les plus récentes datent du 1er mai 2007 (date de la Fête du Travail)[75] et du 20 décembre 2007 lors du 8e anniversaire de la création de la Région administrative spéciale. Au cours de la dernière manifestation, près de 1 500 à 3 500 personnes marchèrent dans les rues pour obtenir un système politique plus démocratique et une plus grande transparence, en exigeant du gouvernement la mise en œuvre intégrale du suffrage universel direct pour les élections de l'Assemblée législative de Macao et du chef de l'exécutif. Les citoyens manifestaient aussi pour une plus grande indépendance des recettes de jeu et l'introduction de mesures visant à réduire l'écart entre les riches et les pauvres[76],[77].

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie de Macao.
Le Grand Lisboa (en haut, à gauche), a ouvert partiellement en 2007 et l'Hôtel et Casino Lisboa (en bas, à droite), ouvert en 1970. Tous deux propriétés importantes de Stanley Ho.

Macao est une petite économie de marché très ouverte et libérale, avec la libre circulation des capitaux, résultat de sa longue histoire en tant que port franc. La monnaie officielle utilisée à Macao est la pataca qui est liée au dollar de Hong Kong. Macao fait partie de l'Organisation mondiale du commerce depuis le 1er janvier 1995.

L'économie de Macao est largement fondée sur le secteur tertiaire, en particulier dans les jeux de chance et de hasard, avec plusieurs grands casinos situés dans des hôtels très luxueux et entourés de boutiques spécialisées dans les hypothèques, rassemblant ainsi trois activités très lucratives liées les unes aux autres, et le tourisme. D'autres activités importantes sont l'industrie du textile et la production de feux d'artifice, de jouets, de produits électroniques, de fleurs artificielles, de transactions bancaires et de construction civile[13].

Le PIB de Macao, en 2007, était de 19,1 milliards de dollars. Le PIB par habitant en 2007, était lui de 36 357 dollars. En 2006, l'économie de la région a subi une augmentation de l'inflation de 5,2 %[78] à une inflation de 5,57 % en 2007. Cependant, un économiste de Macao indique que la valeur réelle de l'inflation est bien au-dessus de 5,57 %, voire supérieure à la valeur de 7,5 %[79].

Le gouvernement de Macao a toujours réussi à équilibrer ses finances, c'est pourquoi en 2006, le solde budgétaire s'élevait à plus de 50 milliards de patacas[80].

Mais cet équilibre budgétaire est actuellement très dépendant des taxes perçues par le jeu, objet d'une libéralisation partielle, depuis la fin du monopole de la société des casinos de Stanley Ho (la STDM) qui a pris fin le 31 décembre 2001[72].

À Macao, l'activité dans ce secteur vital pour l'économie repose sur les subventions de droit administratif[81]. Il existe maintenant trois concessionnaires et trois sous-concessionnaires de jeux de chance et de hasard[72]. Grâce à son grand nombre de casinos, Macao est appelé le Las Vegas de l'Orient.

En 2005, les sommes de jeu à Macao égalent pour la première fois Las Vegas (chacune d'environ 5,6 milliards de dollars) ce qui fait de Macao le principal centre mondial de l'industrie du jeu[82].

En 2006, l'Organisation mondiale du tourisme a classé Macao comme étant la 21e destination touristique mondiale et la 24e en nombre de touristes reçus[83].

En 2007, le revenu brut du secteur des jeux à Macao a été de près de 83,8 milliards de patacas, c'est-à-dire environ 10,5 milliards de dollars[84]. Macao a une balance commerciale négative (exportations moins importations) d'environ -2,805 milliards de dollars[78]. Plus de 27 millions de touristes ont choisi Macao comme destination de voyage, dont 55,08 % provenant de Chine continentale[85]. Cette croissance est principalement due à la réduction des restrictions de Voyage par le gouvernement central. Après la baisse progressive de ces restrictions, les Chinois ont réussi à obtenir des visas de voyage, pouvant aller librement dans d'autres pays et régions, principalement vers Macao et Hong Kong, ce qui contribua à développer le domaine du tourisme.

En 2009, Fernando Chui Sai On a toutefois manifesté la volonté de diversifier les activités du territoire afin de moins dépendre de l'industrie du jeu[86].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2009.
  Artisanat Construction Transports et communication Commerce de gros et de détail Restauration et hôtellerie Jeu Secteur public Services financiers Autres services et agriculture
Macao 4,9 % 9,3 % 5,2 % 12,6 % 13,6 % 14,2 % 6,6 % 2,1 % 31,5 %
Source : CIA World Factbook[87]
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2009.
  Agriculture Industrie Services
Macao 0,1 % 2,8 % 97,1 %
Moyenne nationale 10,9 % 48,86 % 40,5 %
Source : CIA World Factbook[87]
Taux de chômage depuis 1997.
  1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Macao 3,2 % 4,8 % 6,4 % 6,7 % 6,4 % 6,2 % 6,0 % 4,7 % 4,1 % 3,7 % 3,0 % 3,1 % 3,4 %
Moyenne nationale 4,0 % 3,0 % 10,0 % 10,0 % 10,0 % 10,0 % 9,8 % 10,1 % 9,8 % 9,0 % 4,2 % 4,0 % 4,3 %
Sources : Direcção dos Serviços de Estatística e Censos[88] & CIA World Factbook[87]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique de Macao.

Le statut actuel de Macao (Région administrative spéciale) est défini dans la Déclaration commune sino-portugaise sur la question de Macao et dans la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Macao. La Déclaration commune et la Loi fondamentale précisent que Macao bénéficie d'une forte autonomie territoriale, et que son système économique, financier, social, fiscal, de sécurité et de contrôle de l'immigration et des frontières, le mode de vie, les droits et libertés de ses citoyens, telles que les libertés d'expression, médias, d'édition de la libre sortie et retour à Macao, d'association, de réunion, de cortège et de manifestation, de culte, d'organisation et de participation aux grèves, et, finalement, de ses spécificités, continueront d'être préservés et inchangés au moins jusqu'en 2049, 50 ans après le transfert de souveraineté.

À titre d'exemple de son autonomie, la Région administrative spéciale, peut d'elle-même, établir des relations, des célébrations et des accords avec les pays et les régions et les organisations internationales sous le nom de « Macao, la Chine ». Avec cette désignation, Macao peut également participer, par elle-même, dans les organisations et conférences internationales et aux événements sportifs par exemple[18],[19],[20].

Elle est administrée par les habitants et non par les officiers de la République populaire de Chine. Elle possède une grande autonomie dans tous les aspects et les questions liées à celle-ci, sauf dans les questions relatives à la défense et dans les affaires étrangères (politique étrangère), et, dans ce dernier domaine, Macao a encore une certaine autonomie[19]. Cette petite région maintient sa propre monnaie (pataca), son propre système d'immigration et de la police des frontières et de sa propre police[89],[19].

Le pouvoir est divisé, comme dans la plupart des systèmes politiques, en 3 parties distinctes : pouvoir exécutif, législatif et judiciaire. Pour la magistrature, Macao possède une cour de cassation, appelée tribunal de última instância, conformément aux dispositions de la Loi fondamentale[90].

Chef de l'exécutif et gouvernement[modifier | modifier le code]

Le Chef de l'exécutif, le plus important organe politique à Macao, est toujours occupé par un résident chinois éminent citoyen de Macao. Il est conseillé par le Conseil exécutif, composé de 7 à 11 administrateurs. L'actuel chef de l'exécutif est Fernando Chui Sai On, élu le 26 juillet 2009.

Il est choisi par une « Commission électorale », composée de 300 membres nommés par les associations ou organisations représentant les intérêts des divers secteurs de la société de Macao, dûment enregistrés et régulièrement interrogés par des membres de l'Assemblée législative de Macao, par les députés de l'Assemblée nationale populaire et par les représentants de Macao, à la Conférence consultative politique du peuple chinois. Après son élection, le chef de l'exécutif n'a pas encore été officiellement désigné, il doit encore être accepté par le gouvernement central chinois. M. Edmund Ho Hau-wah, dirigeant de la communauté, homme d'affaires et ancien banquier, fut le premier chef de l'exécutif de Macao, en remplacement du gouverneur portugais, le général Vasco Joaquim Rocha Vieira (désigné directement par le Portugal) dans les premières heures de la rétrocession[91],[92],[93].

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Assemblée législative de Macao
Article détaillé : Assemblée législative de Macao.

L'organe législatif de Macao est l'Assemblée législative (AL), composée de 29 membres élus ou désignés de différentes façons: 12 sont élus directement (élections) par les électeurs, 10 sont des élus (élection indirecte) par des organisations ou associations représentant les intérêts des différents secteurs de la société locale, qui ont acquis la personnalité juridique depuis au moins trois ans, et ont été officiellement enregistrés et régulièrement interrogés, et 7 sont nommés par le chef de l'exécutif. L'assemblée est responsable de l'élaboration des lois et a le pouvoir en vertu de la loi, de reconnaître la question et de présenter une motion de censure contre le chef de l'exécutif, ou de communiquer directement la motion au Gouvernement populaire central. Elle a également le pouvoir de modifier le mode d'élection du chef de l'exécutif en 2009[94].

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Les élections sont organisées tous les quatre ans. Elles sont réservées à tous les citoyens ayant leur résidence permanente à Macao et étant âgés de plus de 18 ans. Le terme de « parti » n'existe pas à Macao, c'est pourquoi, les élection indirectes sont uniquement réservées aux organismes ou aux associations locales représentant les intérêts des divers secteurs de la société, qui ont acquis la personnalité juridique depuis au moins trois ans, et ont été officiellement enregistrées et régulièrement recensées[95]. Ceci signifie que 17 députés sur 29 sont désignés et non pas élus.

Les élections de 2009, les troisièmes dans l'histoire du territoire (les premières s'étaient déroulées en 2001), furent les plus participatives avec 149 006 citoyens de Macao (environ 59,9 % du total des électeurs inscrits) s'étant déplacés pour voter[96] donnant les résultats suivants[97] :

2009-2013Legislative Assembly of Macau Seat Composition.png
No[98] Liste Votes +/-  % +/- Sièges +/-
4 APMD 16,424 +3,976 11.58 +0.55 2 +1
15 ANMD 11,024 7.77 1
12 UPD 21,098 +4,510 14.88 +1.59 2 0
7 ACUM 17,014 -3,681 12.00 -4.58 2 0
10 NUDM 14,099 +2,547 9.94 +0.61 1 0
13 UPP 14,044 +2,059 9.90 +0.30 1 -1
2 NE 12,908 +2,935 9.10 +1.11 1 0
1 UMG 10,348 (nouveau) 7.30 (nouveau) 1 (nouveau)
5 Mudar 7,857 (nouveau) 5.54 (nouveau) 1 (nouveau)
3 UPPD 5,389 (nouveau) 3.80 (nouveau) 0 (nouveau)
6 Cívico 5,329 (nouveau) 3.76 (nouveau) 0 (nouveau)
16 AACPP 2,334 -607 1.65 -0.77 0 0
8 EJS 1,627 (nouveau) 1.15 (nouveau) 0 (nouveau)
9 AAPD 1,141 +487 0.80 +0.28 0 0
14 VPGM 905 (nouveau) 0.64 (nouveau) 0 (nouveau)
11 ADS 256 (nouveau) 0.18 (nouveau) 0 (nouveau)

Système juridique et judiciaire[modifier | modifier le code]

Selon la Loi fondamentale de Macao, la région possède un degré élevé d'autonomie dans la gestion de ses affaires. Le système judiciaire de Macao est autonome et indépendant du gouvernement ou du gouvernement populaire central de la République populaire de Chine, et il a même le pouvoir de jugement en dernier ressort.

Les organes judiciaires de la RAS sont : le Ministère public; les Tribunaux de première instance, qui sont subdivisés en tribunal judiciaire de base, tribunal administratif, tribunal de seconde instance et cour de cassation.

Le système juridique de Macao est basé sur le concept d' État de droit, à l'indépendance du pouvoir judiciaire, la défense des droits de l'homme et les droits et libertés fondamentales des citoyens. Ce système est essentiellement fondé sur le modèle de la loi portugaise, et donc en partie de la famille des systèmes juridiques continentaux de la racine (romain germanique).

De 1987 à 1999, le système juridique a été complètement modernisé en vue du transfert de la souveraineté de Macao à la République populaire de Chine. Ainsi a été adoptée une série de nouvelles lois et codes, y compris le Code pénal (1995), le Code civil (1999), le Code du commerce (1999), le Code de procédure pénale (1996) et le Code de procédure civile (1999). Après la transition, le système a continué d'être réformé, avec des ajouts tels que l'utilisation du chinois dans les tribunaux et les lois.

Bien que, depuis la création de Macao, ce système ait subi plusieurs changements, des améliorations et des adaptations pour répondre à la Loi fondamentale de Macao et le nouveau statut de Macao en tant que région administrative spéciale, il est maintenu pendant au moins 50 ans à compter de la date du transfert de souveraineté (1999), avec le principe de un pays, deux systèmes. Pour cette raison, toutes les lois en vigueur avant 1999 ont été maintenues, sauf une petite partie qui entrait en contradiction avec la Loi fondamentale.

D'un point de vue constitutionnel, le système juridique de Macao se caractérise par l'existence d'un texte constitutionnel en conformité avec le droit interne de Macao, la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Macao, promulgué par Assemblée nationale populaire de la République populaire de Chine en 1993. En général, les lois nationales de la Chine ne s'appliquent pas à Macao, à l'exception de celles expressément énoncées à l'annexe III de la Loi fondamentale. Actuellement, elles sont 11 et traitent des questions qui ne figurent pas dans le statut autonome du territoire, telles que la défense nationale et les relations extérieures.

Depuis le début des années 1990, l'éducation juridique relève de l'université de Macao, qui propose des cours de licence et de maîtrise en droit en portugais et en chinois, et certains cours de master en anglais. Cette université offre également des cours de doctorat et Postgraduate également en droit. La formation de magistrats, d'autres officiers de justice ou des professionnels de la justice proviennent principalement du Centre pour la formation juridique et judiciaire.

Le secteur du jeu, qui est une activité fondamentale de Macao, est soumise à une réglementation assez bien développée et un droit du jeu en conséquence. Le droit pénal ne comporte ni peine de mort ni de prison à vie.

Conditions de voyage et passeport[modifier | modifier le code]

Conditions de sortie pour les Macanais[modifier | modifier le code]

Carte des pays ne nécessitant pas de visa pour les titulaires de passeports macanais.

Environ 78 pays et territoires sont convenus d'accorder un traitement d'exemption de visa pour les titulaires de passeports macanais au 24 décembre 2008:

Conditions d'entrée[modifier | modifier le code]

La détention d’un visa n’est pas obligatoire pour les ressortissants des pays suivants voulant se rendre à Macao[184] :

Tout voyageur doit être muni d'un passeport ou d'un titre de voyage valable depuis au moins trente jours à partir de la date d'entrée du territoire[185].

Passeport[modifier | modifier le code]

Le passeport de Macao est délivré par la République populaire de Chine aux résidents permanents du territoire. Selon la loi sur la nationalité de la République populaire de Chine et les explications de certaines questions posées par le Comité permanent du Congrès national populaire de Chine concernant l'application de la loi sur la nationalité de la RAS de Macao, les résidents permanents de Macao de nationalité chinoise peuvent faire une demande de passeport macanais. Dans le même temps, ils leur est possible de posséder un passeport portugais, ou un autre passeport étranger, à travers un document de voyage. Sa description est la suivante :

  • La couleur de la couverture du passeport de la RAS de Macao est vert bouteille, avec l'emblème national de la République populaire de Chine situé au centre de la page de garde. Il est inscrit avec les titres de la République populaire de Chine et la RAS traduit en trois langues (en chinois - Sinogramme traditionnel, en portugais et en anglais) : « 中華人民共和國 澳門 特別 行政區 », « Regiao Administrativa Especial de Macau, República Popular da China » et « Macao special administrative region, People's republic of China », en haut de l'emblème. « 護照 », « Passaporte » « Passport » en bas de l'emblème.
  • Un passeport RAS de Macao se compose de 48 pages de dimension de 125 × 88 mm numérotées. Le texte est toujours traduit en trois langues : chinois, portugais et anglais.
  • Les pages du passeport sont en papier fin imprimé avec le filigrane de la Grande Muraille, un arc-en-ciel au bas de pages et le relief d'une fleur de lotus.
  • En dehors des données à caractère personnel, la page supplémentaire du passeport est imprimée avec la photo et les empreintes digitales de son titulaire.

Les passeports macanais ne sont délivrés que par la « Direcção dos Serviços de Identificação » (Direction des services d'identification) de Macao. Leur coût est de 150 patacas pour un premier passeport et le double pour un renouvellement[186].

Ces passeports biométriques et permis de voyages électroniques sont délivrés depuis le 1er septembre 2009. Avec comme décoration les sites du patrimoine mondial de Macao, et un filigrane sur les pages de visa de la Région administrative spéciale pour les passeports biométriques[187]

Criminalité et sécurité publique[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs décennies, les crimes violents étaient un risque sérieux pour le tourisme, car la ville n'arrivait pas à contrôler la criminalité.

Les groupes du crime organisé, connus localement sous le nom de « Triades » ou de « sectes » sont des transformations des organisations politico-révolutionnaires, qui existaient depuis l'époque de la dynastie Qing. Au fil du temps, ces organisations étaient en train de perdre leur identité et, aujourd'hui, sont surtout connues comme des sociétés secrètes, ou en chinois, « Hák Sé Wui ». Parmi elles, les plus connues sont les « 14 Kilates » (Sap Sei Kei) et les « gazeuses » (Soi Fong).

Les sources de revenu des triades sont : les commissions pour ne pas déstabiliser l'activité des casinos, des boutiques et autres activités commerciales, notamment des prêts à de très hautes commissions pour les joueurs de casinos, « protection » pour les commerçants qui les paient, la drogue et le blanchiment d'argent. Dans les années 1990, il y a eu un grand nombre d'assassinats, mais de telles choses n'ont pas nui à la vie des personnes civiles.

En mai 1998, Wan Kuok-koi, le célèbre et redouté chef de la puissante triade « 14 Kilates » a été arrêté. En octobre 1999, débute son historique jugement et en novembre, un mois avant le transfert, il est condamné à 15 ans de prison et à la confiscation de tous ses biens illégaux[71],[188].

Après le transfert de souveraineté, le nouveau gouvernement de Macao, soutenu par l'administration centrale de la République populaire de Chine, lutta avec succès contre le crime organisé. Une garnison de l'Armée populaire de libération fut mise en place à Macao et fut considérée comme un plus pour lutter contre la criminalité[71]. Le nombre de crimes a été réduit considérablement, en particulier les crimes violents, qui ont diminué de 70 % au cours de l'année 2000, puis de 45 % au cours de l'année 2001. Macao est devenu beaucoup plus sûr, ce qui redonne confiance aux touristes. Cette évolution est également propice à la réanimation de l'économie. Malgré la diminution du nombre de crimes organisés, les triades sont toujours présentes et gardent une influence sur la société.

En 2006, la criminalité, surtout non organisée, est repartie à la hausse, avec plus de crimes contre la vie en société, mais moins de crimes violents[189].

En 2009, 12 406 infractions ont été commises sur le territoire, soit une diminution de 11,15 % par rapport à 2008[190].

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture de Macao.
Matteo Ricci, premier missionnaire catholique en Chine.
Centre Culturel de Macao

Macao est souvent caractérisé comme un point de rencontre de la coexistence harmonieuse et des échanges multiculturels (notamment entre la culture chinoise et celle de l'occident) et, par conséquent, un site où convergent de nombreuses valeurs, de croyances religieuses, coutumes, habitudes, traditions et styles architecturaux, contribuant à l'émergence d'une culture propre et unique de Macao, qui est l'une des spécificités de cette région administrative spéciale. Cela est principalement dû à l'emplacement du territoire de Macao, en territoire chinois et étant une ancienne colonie portugaise.

Le Portugal a envoyé de nombreux missionnaires catholiques à Macao, y compris le plus célèbre occidental de la Chine, Matteo Ricci. Mais l'art, la littérature classique, la médecine et la philosophie chinoise ont atteint l'Europe via Macao.

La population de Macao est composée principalement par des Chinois de l'ethnie Han, et aussi par une minorité (environ 1,7 %) de Portugais et de Macanais. Les langues officielles sont le cantonais et le portugais, mais la première langue est le cantonais. Les Macanais, qui ont une ascendance portugaise ou chinoise (et d'autres personnes d'origine asiatique, par exemple, malaise, indienne et sinhala), ont leurs propres culture et leur mode de vie, ainsi que leur propre créole, ou patois macanais. Ce type de créole est basé sur le portugais, et est fortement influencé par le cantonais, par le malais et de nombreuses autres langues. C'est le fruit d'une longue et historique vie commune, de coexistence et d'échanges entre les cultures occidentales et orientales.

Cette réunion harmonieuse des cultures est également montrée, dans le calendrier des jour fériés à Macao, en particulier comme le Nouvel an lunaire, la Journée de Bouddha, Noël et Pâques.

Le gouvernement, en particulier l’Instituto cultural et quelques fois l’Instituto dos Assuntos Cívicos e Municipais, organisent de nombreux spectacles, concerts et activités, évènement récréatifs et manifestations culturelles, en mettant en évidence la compétition Jeunes musiciens de Macao (qui se tient en été), l' Exposition des arts visuels, le Festival international de la musique(en octobre) et le Festival des arts de Macao (en mars).

Macao possède également de nombreux musées, en particulier le Musée de Macao et le Musée maritime et un centre culturel (le Centre culturel de Macao), d'une superficie de 45 000 mètres carrés, constituant un lieu approprié pour la tenue d'expositions, de spectacles, d'activités et de manifestations culturelles[191].

Cuisine[modifier | modifier le code]

Les abats de canard sont unes des spécialités culinaires de Macao.

La cuisine de Macao est aussi un mélange de cultures. Un des plaisirs de la nourriture de la Chine, notamment le sud de la Chine, est la soupe d'aileron de requin, le fameux dimsum (点心 diǎnxīn en Mandarin), qui est un riche mélange de différents petits plats, servi principalement dans les restaurants où on peut y trouver du Yam Tcha (littéralement : boire du thé).

Lorsque l'on parle de la cuisine de Macao, il faut considérer la cuisine macanaise, comme unique au monde, qui est née lorsque les épouses orientales des portugais essayèrent de faire des repas avec des ingrédients locaux (en particulier ceux d'origine chinoise), mais aussi avec plusieurs ingrédients issus de lieux (par exemple Malacca, Inde et Mozambique) visités par les Portugais au cours de leurs découvertes. Bien sûr, les traditions culinaires de ces épouses ont influencé ces aliments, créant la cuisine de Macao, considérée par beaucoup comme une véritable nourriture de fusion. Lacassá de talharins et porc fumé, Chi Min (viande hachée), Tacho (ragoût de viande et de légumes), riz au lait, les abats de canard, crevettes large farcis[réf. nécessaire], igname chau-chau avec lap-Yock, poulet rôti, jus de racines de lotus et curry poulet sont quelques-uns des aliments populaires de Macao[192].

Patrimoine mondial de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre historique de Macao.
La façade de l'église de la Mère-de-Dieu, un des monuments les plus connus du Centre historique de Macao.

La protection, la valorisation et la préservation des richesses historiques, architecturales et culturelles de Macao sont des priorités majeures du gouvernement de Macao, qui a élaboré plusieurs lois, mesures, directives et des politiques claires et efficaces dans ce domaine, qui constituent une attraction touristique de grande importance[193].

Des dizaines de bâtiments et de lieux historiques, en raison de leur valeur unique et universelles, ont même été inclus dans la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco, le 15 juillet 2005. À partir de ce moment, cet ensemble historique et architectural, fut nommé Centre historique de Macao[194],[195],[196].

Jours fériés[modifier | modifier le code]

Liste des jours fériés de Macao[197] :

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Nouvel an 元旦, Ano Novo (ou Fraternidade Universal)
Variable Nouvel an lunaire chinois 春節之首三日, Ano Novo Lunar Chinês Trois jours fériés normalement fin janvier, début février.
Variable Commémoration des fidèles défunts 清明節 (Cheng Ming), Dia de Finados Journée de commémoration des fidèles défunts dans la tradition chinoise, célébrée normalement en avril.
Variable Mort du Christ 耶穌受難日, Morte de Cristo Célébrée un vendredi, normalement fin mars, début avril.
Variable Veille de Pâques 復活節前日, Véspera da Ressureição de Cristo Célébrée un samedi, un jour après la mort du Christ.
1er mai Fête du travail 勞動節, Dia do Trabalhador
11 mai Journée de Bouddha 佛誕節, Dia do Buda
6 juin Fête du Bateau-dragon 端午節 (Tung Ng), Barco Dragão
13 septembre Fête du Gâteau de lune 重陽節 (Chong Chao), Bolo Lunar
1er octobre Création de la République populaire de Chine 中華人民共和國國慶日, Implantação da República Popular da China
2 octobre Journée suivant la création de la République populaire de Chine 中華人民共和國國慶日翌日, Dia seguinte à Implantação da República Popular da China
6 octobre Culte des ancêtres 中秋節翌日 (Chong Yeong), Culto dos Antepassados Journée réservée au culte des ancêtres dans la tradition chinoise.
2 novembre Toussaint 追思節, Dia de Finados Uniquement célébrée par les catholiques.
8 décembre Immaculée conception 聖母無原罪瞻禮, Imaculada Conceição
20 décembre Journée célébrant la création de la Région administrative spéciale de Macao 澳門特別行政區成立紀念日, Dia Comemorativo do Estabelecimento da Região Administrativa Especial de Macau
21 décembre Solstice d'hiver 冬至, Solstício de Inverno
24 décembre Veille de Noël 聖誕節前日, Véspera de Natal
25 décembre Noël 聖誕節, Natal

Cinéma[modifier | modifier le code]

La première diffusion d'un « film » à Macao eut lieu en 1893 (il ne s'agissait alors que d'images animées) et le premier cinéma, le « Victoria », ouvrit quant à lui ses portes en 1910[198]. Ici suit une liste des principaux films se déroulant ou ayant été tournés à Macao[199]:

Musique[modifier | modifier le code]

Le mandolim est un instrument très présent dans la musique macanaise.
Le groupe macanais Soler, basé à Hong Kong.

La musique de Macao est un mélange de musique chinoise et de musique portugaise.

Ce genre de musique hybride a connu son essor au début du XXe siècle, notamment avec des groupes surnommés « Tunas ». Au Portugal, ces groupes étaient composés de jeunes hommes qui se réunissaient dans les universités pour former des groupes estudiantina-like, mais à Macao, ce genre de groupe de musique a pris une orientation différente, il a été mélangé avec les célébrations de salle de bal de Carnaval et fêtes de rue. Le répertoire se compose de marches de carnaval, de ballades, de valses, de ballades d'inspiration cantonaise, fados, polkas, etc.

Beaucoup de chansons de cette période ont été traduites en patois macanais, comme la chanson brésilienne « Mamãe Eu Quero », qui a donné « Mama Sa Filo », la chanson populaire portugaise « Oh Careca tira a bóina » (en français : Oh le chauve, enlève ton béret) qui a donné « Sium Careca », la chanson de fado « Uma Casa Portuguesa,», renommée en « Unga Casa Macaísta » ou encore les chansons « Bastiana » et « Assi Sa Macau ». Cette dernière est une composition de l'adepte du patois macanais sur le territoire, le poète, compositeur et metteur en scène José dos Santos Ferreira, surnommé « Adé ».

Le groupe macanais « Tuna Macaense » a été créé en 1935 et existe toujours de nos jours. Il se compose de huit membres (António Lopes - mandolim, guitare, chant et percurssion; Rui Coelho - mandolim, basse, guitare solo et chant; Filomena Jorge - basse, guitare rythme, guitare solo et chant, Carlos Pereira - batterie et percussions; Judas Manhão Jorge - guitare solo; Pedro Santos - basse et percurssion; Isabel Carvalhal - chant et percussions; Un Yiu - clavier).

Les institutions musicales de la ville sont le Macao Orchestra et le Macao Conservatoire, qui a joué un rôle important dans l'éducation musicale dans la région depuis sa fondation en 1991. Le « Festival international de musique de Macao » est un événement annuel important.

L'un des plus importants musicien chinois, Xian Xinghai, est né à Macao.

La musique pop à Macao en est encore à ses débuts. Toutefois, le boys band Soler est allé à Hong Kong développer sa carrière musicale.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religion à Macao.
Principale porte du temple d'A-Ma, un célèbre temple chinois.

En tant que point de rencontre et d'échange entre l'Occident et l'Extrême-Orient, Macao est doté d'une grande diversité de religions comme le bouddhisme, le taoïsme, le catholicisme, le protestantisme, l'islam et le bahaïsme.

La principale et la plus pratiquée dans cette région administrative spéciale est le bouddhisme. Mais beaucoup des habitants considèrent le bouddhisme comme une conception générique, en incorporant plusieurs éléments dans cette religion des valeurs du confucianisme, du taoïsme, de la mythologie chinoise et d'autres coutumes, des philosophies, des croyances et des pratiques traditionnelles chinoises. Une de ces pratiques correspond aux cultes ancestraux, considérés par les chinois comme très importants et faisant partie intégrante de la tradition et de la culture chinoise. Cet ensemble syncrétique de croyances, de valeurs religieuses et de pratiques adoptées par les Chinois est communément appelé religions populaires chinoises ou croyances populaires chinoises ou encore croyances traditionnelles chinoises.

Il existe également à Macao une forte communauté de chrétiens, la majorité étant membres de l'Église catholique romaine qui est hiérarchiquement structurée et organisée dans le diocèse de Macao. Cette circonscription catholique, créée le 23 janvier 1576 par l'édit du pape Grégoire XIII, ne gère plus actuellement que le territoire de Macao, et est directement dépendante du Saint-Siège. Depuis 2003, l'évêque de ce diocèse est D. José Lai Hung-Seng.

Il existe en plus de l'Église catholique, une communauté significative de protestants qui comptait en 2006, près de 6 000 fidèles et environ 70 églises protestantes contrastant avec les 5 églises existantes dans les années 1950. L'introduction du protestantisme a Macao a débuté avec l'arrivée de Robert Morrison au cours de l'année 1807, pour se dédier à la traduction de la Bible en chinois et une compilation du dictionnaire anglais-chinois, ce qui en fait le premier missionnaire protestant à Macao.

Conformément à l'article 34 de la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Macao, « les résidents de Macao bénéficient de liberté de croyance religieuse et de la liberté de prêcher, de promouvoir les activités religieuses en public et d'y participer ». Et, conformément à l'article 128, « le gouvernement de de la Région administrative spéciale de Macao n'interfère pas dans les affaires internes des organisations religieuses, ou dans le maintien et le développement des relations des organisations religieuses et des croyants avec les organisations religieuses et les croyants de l'extérieur de la région de Macao. Il n'impose aucune restriction sur les activités religieuses qui ne contreviennent pas aux lois de la Région administrative spéciale de Macao. À Macao, toutes les religions sont égales devant la loi et conformément à la loi no 5/98/M, les relations entre son gouvernement et les groupes religieux se fondent « sur les principes de séparation et de neutralité »[200].

religion en % de la
population
année source
Bouddhisme 50 % 1997 [201]
Église catholique romaine 15 % 1997 [201]
Autres religions 35 % 1997 [201]

Santé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Santé à Macao.
Hôpital Kiang Wu

Selon les statistiques gouvernementales[202], Macao comptait en 2009, 1292 médecins (en moyenne 2,4 médecins pour 1000 habitants), 1491 infirmiers (moyenne de 2,8 infirmiers pour 1000 habitants) et 1109 lits d'hôpitaux disponibles (soit près de 2,0 lits pour 1000 habitants). Bien que la moyenne pour le nombre de médecins et d'infirmières par tête soit au-dessus de la moyenne mondiale (mais encore loin de la moyenne européenne), le nombre moyen de lits d'hôpitaux par tête est en revanche bien en dessous de la moyenne mondiale, qui est d'environ 3 lits pour 1000 habitants[203].

En 2005, le gouvernement de Macao a dépensé 1,56 milliard de patacas, avec une augmentation de 20 % par rapport à l'année précédente (environ 1,3 milliard de patacas) dans le système de santé. Mais en dépit de tous ces investissements le système de santé de Macao, en plus du manque de lits d'hôpitaux, est également confronté à plusieurs problèmes tels que la lenteur ou le retard des soins pour les patients et le manque de personnel qualifié dans certains départements et zones spécifiques de médecine[203].

Le gouvernement offre divers types de services de santé, notamment les premiers, qui sont actuellement fournis par les 7 « centres de santé », les 2 stations de santé publique et surtout le centre hospitalier Conde de São Januário, l'unique hôpital public de Macao. Ce centre hospitalier, fondé en 1874, est actuellement composé de 4 blocs liés et un héliport et fournit des services médicaux gratuits pour tous les résidents de Macao. Plus concrètement, en 2005, il a administré des consultations externes à près de 251 000 personnes, les urgences à plus de 167 000 personnes, et l'internement de plus de 15 000 patients. En 2005, il était composé de 230 médecins, 532 infirmiers et 544 lits, 476 appartenant aux services d'hébergement.

Outre le secteur public, il existe également de nombreuses entités privées telles que l'hôpital Kiang Wu, le dispensaire du commerce, l'Association des cliniques de bienfaisance Tung Sin Tong ainsi que des cliniques privées, qui fournissent des services de santé. Plusieurs de ces entités, comme l'hôpital Kiang Wu, reçoivent le soutien financier du gouvernement et des associations locales. L'hôpital privé a été fondé par les Chinois en 1871, et continue d'être administré par des Chinois, il est dépendant de l'Association de bienfaisance de l'hôpital de Kiang Wu. En 2005, il était composé de 237 médecins, 356 infirmières, 195 techniciens et 445 travailleurs à d'autres fonctions. L'hôpital dispose également d'un centre médical à Taipa, construit en octobre 2005 qui sert principalement les habitants de Taipa.

À Macao, les principales causes de décès sont, en 2008, les tumeurs (31 %), les maladies cardiaques (27,6 %) et les maladies respiratoires (13,7 %)[204].

Assistance sociale[modifier | modifier le code]

En 2005, les dépenses du gouvernement de Macao pour les services sociaux s'élevaient à plus de 401 milliards de patacas, en augmentation de 38,88 % par rapport à l'année précédente. La même année, le gouvernement voulant verser une aide spéciale aux familles monoparentales, aux handicapés et aux malades chroniques, a réuni plus de 20 milliards de patacas et, avec l'intention d'aider les résidents âgés de plus de 65 ans, créa une subvention pour les personnes âgées, qui octroie chaque année 1 200 patacas par an à cette tranche d'âge. Ces subventions annuelles, même critiquées par de nombreux habitants de Macao pour cette petite somme délivrée chaque année aux personnes âgées, a coûté au gouvernement près de 40 milliards de patacas rien qu'en 2005.

En 1989, Le gouvernement de Macao a créé un régime contributif de sécurité sociale pour protéger les salariés. Ce régime est placé sous la responsabilité du Fonds de sécurité Sociale (FSS), créé le 23 mars 1990. Cette institution, placée sous la tutelle du Secrétariat à l'économie et aux finances, possède une autonomie administrative et financière, ses principales sources de revenus provenant des bénéfices des investissements privés et en particulier les contributions des employeurs, des salariés, du gouvernement (1 % de ses recettes courantes) et du secteur du jeu (un certain pourcentage de ses revenus bruts).

Le Fonds de sécurité sociale octroie aux salariés contribuant plusieurs types de prestations, tels que la pension de vieillesse, la pension d'invalidité, la pension sociale, les allocations chômage, l'allocation maladie, l'allocation de naissance, l'allocation de mariage, l'allocation de funérailles et des crédits émergeant des relations industrielles. En 2005, toutes prestations confondues, le FSS a versé environ 229 milliards de patacas.

Conformément à la loi, tous les employeurs ont la responsabilité d'inscrire et de payer leurs contributions, afin que leurs salariés puissent profiter des avantages offerts par le FSS. Les salariés avec un paiement volontaire des contributions et les travailleurs indépendants bénéficient d'un autre régime de cotisations.

En 2005, plus de 158 000 salariés contribuant travaillaient pour le compte d'un autre (y compris les salariés occasionnels et les fonctionnaires), plus de 12 000 salariés payaient volontairement leurs cotisations et plus de 10 000 étaient indépendants[204].

Transports[modifier | modifier le code]

Un bus de la société Transmac.
Le Terminal maritime du port extérieur est le seul héliport et le port le plus utilisé pour l'embarquement et le débarquement des passagers en effectuant des navettes régulières pour Hong Kong et Shenzhen.

Macao est couvert par un réseau routier, dont la longueur totale atteint 368,2 kilomètres en 2004. Cette région possède également un système relativement efficace de transports publics, couvrant une grande partie du territoire, en dépit de nombreux problèmes graves et urgents à résoudre, tels que le niveau élevé de saturation du système[205] et le manque préoccupant de conducteurs de bus qui, par conséquent, a provoqué une diminution du nombre de bus en circulation dans cette région[206]. Les deux moyens prédominant de transports publics sont les bus et les taxis.

Actuellement, les Transports urbains de Macao SARL (Transmac) et la Société des transports collectifs de Macao (STCM) sont les deux seules sociétés qui sont autorisées à exploiter les services de bus à Macao. Pour les taxis, on comptait, fin 2005, environ 760 véhicules ce qui reste relativement faible.

Fin 2010, il y avait à Macao plus de 106 000 cyclomoteurs et motos et plus de 76 000 voitures particulières en circulation ayant été enregistrées et plus de 16 000 voitures neuves (montrant une augmentation de 1 % par rapport à 2009). La circulation routière est aussi le fait de véhicules provenant de Chine. En 2010, ceux-ci augmentèrent de 9 % par rapport à 2009, se montant à 3 812 243 déplacements[207]. Pour le stationnement des véhicules, qui est un problème qu'il convient de résoudre, il existait à Macao, en 2005, 14 parkings en concession à usage public, qui ont une capacité totale de 5 928 voitures, 250 mini-bus, 240 bus ou camions et 609 motos, et près de 2931 parcmètres. Tout ceci contribue à l'aggravation des problèmes relativement urgents liés au trafic à Macao.

La péninsule de Macao est reliée à l'île de Taipa par trois ponts (le pont de l'amitié, le pont du gouverneur Nobre de Carvalho, et le pont Sai Van). Les îles de Taipa et de Coloane, sont reliées par la « route de l'isthme », construite sur l'isthme de Cotai. Cotai à son tour, est reliée à l'île chinoise de Hengqin par un pont-route (le pont Fleur de Lotus) et recevra une future liaison ferroviaire.

Pour établir des liens avec le monde extérieur, Macao possède un aéroport international, un héliport et divers ports[208], qui servent à l'embarquement ou le débarquement des passagers (notamment le Terminal maritime du port extérieur également appelé Terminal maritime et héliport de Macao) ou pour le chargement et le déchargement de marchandises et de carburant. Le transport maritime et par hélicoptère contribuent de façon significative à l'établissement de liens entre Hong Kong, Shenzhen, Zhuhai et d'autres villes de la région de l'embouchure de la rivière des Perles[209].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Télécommunications à Macao.

Au contraire de Hong Kong, Macao n'a pas développé de réseau de communication local particulièrement compétitif. Pour cette raison, ce réseau fait face à une forte concurrence avec d'autres réseaux régionaux, notamment ceux de Hong Kong et de Chine continentale, qui sont, dans la plupart des cas, de meilleure qualité. Ainsi, de nombreux résidents de Macao choisissent souvent, au détriment ou en complémentarité avec le réseau local, les dizaines de journaux et de magazines publiés et les différentes chaînes et programmes de radio et de télévision émis à Hong Kong et en Chine.

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Pour l'audiovisuel, il existe à Macao:

  • un opérateur de service public de télévision : « Teledifusão de Macau (TDM) » qui diffuse ses programmes sur deux chaînes généralistes : « Canal Macau » en portugais et « Canal Oumun » en cantonais ; et, depuis octobre 2009, deux chaînes thématiques : « Canal Desporto » et « Canal Vida ». TDM diffuse également une chaîne en haute définition et une chaîne par satellite[210];
  • deux stations de radio : Rádio Macau, qui appartient à la TDM, et Radio Vilaverde[211], qui est une entreprise privée;
  • une entreprise responsable de la distribution de services de télévision par câble : TV Cabo Macau, SA;
  • trois entreprises qui offrent des services de radiodiffusion télévisuelle par satellite : Cosmos Televisão por Satélite, Companhia de Televisão por Satélite China (Grupo) S.A et Companhia de Televisão por Satélite MASTV[212],[213].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

La presse écrite est apparue au cours du XIXe siècle à Macao, mais ce n'est qu'à partir des années 1930, que les journaux de Macao ont commencé à se développer.

Actuellement, plus de 100 000 exemplaires de différents journaux sont publiés quotidiennement à Macao. Il y a neuf journaux (quotidiens) chinois, le plus ancien étant le Tai Chung Pou (fondé en juillet 1933) et le plus récent le Hou Kong Iat Pou (fondé en 2008). Le plus grand journal de Macao est le Ou Mun Iat Pou, fondé le 15 août 1958, qui exerce une grande influence, représentant environ 80 % du tirage total de tous les journaux de Macao. Il est détenu par une société privée qui entretient des liens étroits avec le parti communiste chinois. Le Va Kio Pou, fondé le 20 novembre 1937, est le deuxième plus grand journal chinois à Macao.

Parmi les sept hebdomadaires chinois existants, le plus ancien reste le Jornal Si-Si, fondé en 1972. Tous, sauf le Semanário Desportivo de Macau, qui est un journal sportif, traitent principalement des questions d'intérêt général de la population locale.

De plus en plus de personnes critiquent la presse chinoise, car elle est pro-chinoise et pro-gouvernementale et parce qu'elle pratique l'autocensure en évitant certaines questions sensibles, craignant des représailles de la Chine[70].

Pour la presse en portugais, il existe trois quotidiens : le Jornal Tribuna de Macau, le Hoje Macau et le Ponto Final; et un hebdomadaire : O Clarim.

Quant à la presse en anglais, il y a deux quotidiens : The Macau Post Daily et le Macau Daily Times; et deux mensuels : Macau Business et Macau Closer.

Il y a également plusieurs types de magazines, comme par exemple, la Revista MACAU.

Liste des journaux[modifier | modifier le code]

Ici suit la liste des journaux diffusés à Macao[214] :

  • Neuf quotidiens en chinois:
    • Ou Mun Iat Pou (Quotidien de Macao) depuis août 1958
    • Va Kio Pou (Quotidien des chinois d'outre-mer) depuis novembre 1937
    • Si Man Pou (Quotidien du citoyen)
    • Seng Pou (Quotidien l'étoile)
    • Tai Chung Pou (Quotidien de la foule ou quotidien pour tous) depuis juillet 1933
    • Today Macau (Macao d'aujourd'hui) depuis mars 1987
    • Cheng Pou (Vertu) depuis novembre 1978
    • San Wa Ou (Nouveau courrier sino-macanais) depuis décembre 1989
    • Hou Kong Iat Pou (Quotidien de Macao) depuis 2008
  • Sept hebdomadaires en chinois:
    • Jornal Si-Si (Questions d'actualité) depuis 1972
    • Jornal Son Pou (Information)
    • Semanário Desportivo de Macau (Hebdomadaire sportif de Macao)
    • O Pulso de Macau (Le Pouls de Macao)
    • Semanário Recreativo de Macau (Hebdomadaire récréatif de Macao)
    • Observatório de Macau (L’Observatoire de Macao) depuis 1995
    • Agora Macau (Macao maintenant) depuis 2008
  • Trois quotidiens en portugais:
    • Jornal Tribuna de Macau (Tribune de Macao) fusion en 1998 du Jornal de Macau et du Tribuna de Macau, tous les deux depuis octobre 1982
    • Hoje Macau (Aujourd’hui Macao) depuis septembre 2001 (auparavant Macau Hoje de 1990 à 2001)
    • Ponto Final (Point Final) quotidien depuis février 2002 (auparavant hebdomadaire de 1992 à 2002)
  • Un hebdomadaire en portugais:
    • O Clarim (Le Clairon) depuis mai 1948
  • Deux quotidiens en anglais:
    • The Macau Post Daily depuis août 2004
    • Macau Daily Times depuis juin 2007

Téléphone[modifier | modifier le code]

De 1927 à 1981, les services de télécommunication étaient assurés par le service public : « Correios, Telégrafos e Telefones »[215].

Depuis 1981, les réseaux de télécommunications fixes et les services de télécommunication avec l'extérieur sont sous la concession exclusive de la Companhia de Telecomunicações de Macau (CTM), et ce jusqu’en décembre 2011. Il y a plus de 175 000 lignes de téléphone fixe en 2008.

La CTM a initié les services de téléphonie mobile numérique en 1995, et à la fin 2008, plus de 932 000 personnes ont utilisé les services de télécommunications mobiles (dont 396 000 abonnements) offerts par les quatre entreprises opérant à Macao (Hutchison - Telefone (Macau), SmarTone - Comunicações Moveis et Companhia de Telecomunicações de Macau depuis 2001 à la norme GSM, et Companhia de China Unicom (Macau) depuis 2006 à la norme CDMA), ce qui représente un taux de pénétration du marché de la téléphonie mobile de 167 %.

L'indicatif téléphonique de Macao est le 853[212].

Internet[modifier | modifier le code]

En 1995 les services d'Internet furent lancés à Macao et en 2000, le service d’accès à Internet à haut débit, fut lancé par la CTM. En 2001, le gouvernement de Macao a commencé à délivrer des licences de fournisseur de services Internet à plusieurs opérateurs et, en 2005, accorda des licences définitives à 17 entreprises (dont 4 fournisseurs d'accès). En 2002, le règlement d'administration relatif à la fourniture de ces services a finalement été publié.

En 2007, plus de 120 000 personnes utilisaient Internet, soit environ 22 % de la population de Macao, dont environ 68 000 utilisateurs étaient abonnés en haut débit. Le domaine Internet de Macao est «.mo »[212].

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation à Macao.
L'université de Macao, située à Taipa.

En 2006, le taux d'alphabétisation de la population résidente âgée de 15 ans ou plus était seulement de 93,5 %, avec toutefois une hausse d'environ 2,2 % par rapport à 2001. Mais ce nombre est dû au fait que le taux d'alphabétisation de la population âgée de moins de 65 ans est seulement de 60,1 %. Pour la population âgée de 15 à 19 ans, le taux d'alphabétisation était de 99,7 %, ce qui est beaucoup plus encourageant.

Cependant, même ainsi, Macao reste en dessous de la moyenne des pays riches et développés. En 2006 seul 16,4 % de la population active a achevé l'enseignement supérieur. C'est inquiétant pour Macao, qui se développe à un rythme rapide et qui a besoin de main-d'œuvre qualifiée et spécialisée[216].

À Macao, l'enseignement obligatoire est appliqué sous une forme universelle et obligatoire à tous les enfants entre 5 et 15 ans. La scolarité gratuite, qui est plus répandue, englobe l'enseignement infantile ou pré-scolaire, dont l'accès est autorisé lorsque l'enfant atteint l'âge de 3 ans, pour une durée de 3 ans; l'enseignement primaire, dont l'accès est autorisé lorsque l'enfant est âgé de 6 ans et l'âge maximum de fréquentation est de 15 ans, pour une durée de 6 ans; le secondaire général, dont l'âge limite de fréquentation est de 18 ans, pour une durée de 3 ans; l'enseignement secondaire supplémentaire, dont l'âge maximum de fréquentation est de 21 ans, a une durée de 3 ans[217].

Macao ne dispose pas d'un système éducatif propre et universel, c'est pourquoi l'on utilise le système éducatif britannique, chinois ou portugais. Les langues chinoises (le cantonais et le Mandarin) et anglaises sont enseignées dans la quasi-totalité des écoles locales, alors que le portugais est délaissé depuis le transfert de souveraineté, à l'exception évidente de l'École portugaise de Macao qui est la seule école à offrir des programmes similaires à ceux du Portugal.

Au cours de l'année 2005/2006, il existait à Macao 86 écoles (13 sont publiques ou officielles, 60 sont privées mais gratuites et 13 sont privées et payantes), qui composaient l'enseignement non-supérieur, avec plus de 92 000 élèves et 4 490 professeurs.

Pour l'année scolaire 2004/2005, il existait à Macao 10 institutions d'enseignement supérieur, 4 publiques et 6 privées. Ces institutions, (la plus ancienne étant l'université de Macao) avec environ 26 000 étudiants et 1521 enseignants, offrent un total de 252 cours de différents diplômes : baccalauréat, licence, maîtrise et doctorat[218].

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Macao.
Complexe Olympique de Macao, anciennement appelé Stade de Macao. Il est situé à Taipa.
Piscine olympique de Macao située à Taipa.

Pour promouvoir le sport, le gouvernement de Macao organise de nombreuses activités et événements, telles que la Journée de sport en famille, la Journée du sport pour tous, le Festival sportif des entités publiques, le Festival sportif des femmes de Macao et la Journée internationale du défi[219].

Macao possède de nombreux terrains, pavillons, centres et installations sportives de grande qualité, notamment le complexe olympique de Macao, la piscine olympique de Macao et le complexe sportif de Macao, presque toujours ouverts au public.

Cette région administrative spéciale dispose d'un réseau de chemins de randonnée (qui se trouvent sur les îles de Taipa et Coloane), piscines et plages publiques, et un nombre significatif de parcs et jardins publics grand public de parcs et de jardins (compte tenu de la petite région de Macao), offrant au public un lieu de pratiques physiques ou matinale ou simplement par pur plaisir.

Le hockey sur gazon et la pelote basque ont été des sports qui ont eu de l'importance à Macao, mais qui ont disparu au fil du temps. Le rink hockey, très influencé par la communauté portugaise, l'emporte encore à Macao comme une bonne alternative au sport pour de nombreux jeunes, en plus du tennis de table, badminton, basket-ball et volley-ball[219].

Les activités liées aux arts martiaux tels que le kung-fu, le karaté, le judo et le taekwondo sont très populaires et possèdent de nombreux fans. La plupart de la population âgée, principalement chinoise, opte pour le tai chi comme sport d'entretien.

Macao n’a pas de comité national olympique mais a un comité national paralympique et a envoyé ses premiers athlètes aux Jeux paralympiques d'été de 1988 à Séoul[220],[221]. Macao accueille de nombreuses compétitions sportives au niveau régional et international. Le Grand Prix de Macao de Formule 3 fait partie du calendrier annuel mais Macao a aussi organisé les 4e Jeux d'Asie orientaux en 2005, les 1er Jeux de la lusophonie en 2006 et les 2e Jeux asiatiques d'intérieur en 2007.

Football[modifier | modifier le code]

Logo de la Fédération de football

Le football est le sport le plus pratiqué du territoire et celui qui possède le plus d'amateurs. Étant donné qu'il y a peu de stades de taille officielle pour 22 footballeurs (deux équipes) pour répondre aux besoins du grand nombre de joueurs de football local, le football se joue à sept à Macao, il est appelé Bolinha et est pratiqué dans les stades de petites dimensions comme celui du collège D. Bosco. Malgré cela, Macao possède sa propre équipe de football et sa propre fédération de football fondée en 1939 et affiliée à la FIFA depuis 1978 et de l'AFC depuis 1976.

Les clubs de football de petites dimensions, comme celui de l' Infirmerie, constitué d'athlètes chinois, de macanais et de portugais, est un exemple d'union inter-communautaire que le sport illustrant l'esprit de tolérance de Macao. Le football en salle (futsal) est également très pratiqué par les jeunes de Macao.

Grand Prix[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Prix de Macao de Formule 3.
Virage à l'Hôtel Lisboa, l'un des endroits du circuit où le plus d'accidents sont enregistrés.

Une des attractions de Macao est le Grand Prix, une série de spectaculaires courses de voitures et de motos dont celle comptant pour le championnat du monde des voitures de tourisme et l’épreuve reine de Formule 3.

Tous les mois de novembre, depuis 1954, les meilleurs pilotes au monde sont invités à participer dans l'un des circuits les plus dangereux du monde[222],[223]. Il s'agit d'un circuit qui traverse la ville, entrecoupé de longues lignes droites (Port extérieur) avec les courbes sinueuses de la montagne de la Guia. La courbe de l'hôtel Lisboa est le lieu où la plupart des accidents sont enregistrés. Le circuit n'accueille toutefois la Formule 3 que depuis 1983.

Les plus célèbres pilotes qui ont réussi sur ce circuit sont: Vern Schuppan, Riccardo Patrese, Geoff Lees, Roberto Moreno, John Nielsen, Ayrton Senna, Michael Schumacher, Mika Häkkinen, Rubens Barrichello, David Coulthard et Ralf Schumacher. Beaucoup ont utilisé le circuit de Macao comme un tremplin pour la Formule 1[224]. Le pilote chinois Michael Kwan, dans l'épreuve de Super Cars est celui qui a remporté le plus souvent le Grand Prix.

Toutefois, la difficulté du circuit et l'absence d'échappatoires ont provoqué des morts depuis la création du concours en particulier dans les motocycles, comme le Français Bruno Bonhuil.

Pendant les deux jours d’entraînement, et en particulier pendant les deux jours de compétition, un nombre important de résidents de Macao et de touristes assistent à ces courses spectaculaires.

En 2003, on a célébré la 50e édition du Grand Prix, avec de nombreuses célébrations et festivités, dont une démonstration de Formule 1[225].

Tennis[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, Macao organise une exhibition de tennis, avec de grand spécialistes en la matière, on a ainsi pu voir jouer en 2007 Roger Federer et Pete Sampras[226], en 2008 Roger Federer, Björn Borg, John McEnroe et James Blake[227] et en 2009 Pete Sampras et Andre Agassi[228] sur un central de 15 000 spectateurs, à titre de comparaison le court central de Roland-Garros fait 14 840 places.

Passage de la flamme olympique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Relais de la flamme olympique 2008.
Les affiches annonçant le relais à Macao.
Les fuwas dans les rues de Macao.

L'événement a eu lieu à Macao le 3 mai 2008 pour la dernière étape du relais de la flamme olympique. C'était la première fois que la flamme olympique voyageait à Macao[229]. Une cérémonie a eu lieu aux docks des pêcheurs. Ensuite, la torche a voyagé à travers Macao, en passant par un certain nombre de repères comprenant le temple d'A-Ma, la tour Macau, le pont du gouverneur Nobre de Carvalho, le pont de Sai Van, le centre culturel de Macao, le stade de Macao, puis retour aux docks pour la clôture de la cérémonie. Certaines parties de la route, près des ruines de Saint-Paul et de Taipa ont été raccourcies à cause de la foule de supporters qui bloquaient les rues étroites. Un total de 120 relayeurs ont participé à cet événement, y compris le propriétaire de casinos Stanley Ho. Leong Hong Man et Leong Heng Teng ont été respectivement les premiers et les derniers relayeurs. Un article publié sur le Macao Daily News critique le fait que la liste des relayeurs ne pouvait pas représenter pleinement les Macanais et qu'il y avait trop de non-athlètes parmi les relayeurs (dont certains avaient déjà été relayeurs d'autres événements sportifs).

Un syndicat avait prévu de protester contre le relais pour de meilleures conditions de vie. Le législateur hongkongais Michael Mak Kwok-Fung et le militant Chan Cheong, tous deux membres de la Ligue des sociaux-démocrates de Hong Kong, n'ont pas été autorisés à entrer à Macao[230].

Un résident de Macao, a été arrêté le 26 avril pour avoir posté un message sur cyberctm.com qui encourageait la population à perturber le relais. Les sites Internet de forum orchidbbs.com et cyberctm.com ont été temporairement fermés du 2 au 4 mai. Des spéculations affirment que les fermetures ont été des ciblages des discours contre le relais. Le chef du Bureau de régulation des télécommunications a nié le fait que la fermeture des sites Internet ait un but politique. Près de 2200 policiers ont été déployés dans les rues, il n'y a pas eu d'interruption du relais.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Cérès, 4 avos, 1913

Les premiers timbres de Macao sont émis en mars 1884, utilisant les figures de la « couronne portugaise » et allant de 5 à 300 réaux. Les pénuries de valeurs ont perduré jusqu'en 1887, résultant en une variété de surcharges à la fois sur les timbres-poste et les timbres fiscaux.

En 1888, de nouveaux timbres furent émis à l'effigie de Louis Ier de Portugal avec un profil en relief. Louis mourut peu après, et en 1894 une nouvelle série de 12 valeurs fut émise avec le portrait de Charles Ier de Portugal. Toujours en 1894 la monnaie changea pour les avos et la roupie, 78 avos faisant une roupie. Cela changera à 100 avos pour une pataca en 1913[231] et en conséquence, les timbres ont été surchargés de valeurs en avos différentes, en alphabet latin et, pour la première fois, en caractères chinois, ainsi que du mot « PROVISORIO »[232].

Dans le sillage de l’instauration de la république en 1910 au Portugal, le gouvernement local surchargea ses stocks de timbres à l'effigie de Charles Ier avec le mot « REPUBLICA ». La série Cérès de 1913 a été un nouveau départ pour tous les territoires portugais, totalisant 29 combinaisons de couleurs et de valeurs jusqu'en 1924. En 1948, une nouvelle série d'usage courant comprenait 12 valeurs avec différents paysages et bâtiments locaux.

En 1976, le statut de Macao fut changé pour Territoire chinois sous administration portugaise, lui donnant plus d'autonomie dans sa gestion de la poste. La mention « REPÚBLICA PORTUGUESA » disparut, ne laissant plus que « MACAU ».

Depuis le 20 décembre 1999, Macao conserve son indépendance philatélique et postale au sein de la République populaire. La mention bilingue sur les timbres est « MACAU, CHINA » et « 中國澳門 ».

Codes[modifier | modifier le code]

Macao a pour codes :

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge

Localisation des villes jumelées avec Macao
City locator 14.svg Jumelage

City locator 3.svg Pacte d'amitié et de coopération

Macao a développé des associations de jumelage avec[233] :

Macao a également conclu des pactes d'amitié et de coopération avec plusieurs villes :

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme indiqué dans le texte chinois de l'emblème de Macao, le texte de la « Loi fondamentale de Macao » (consulté le 8 janvier 2010), et le « site du gouvernement de Macao » (consulté le 8 janvier 2010), le nom complet du territoire est la région administrative spéciale de Macao de la République populaire de Chine. Bien que le titre de « Région administrative spéciale de Macao » et « Macao » puissent également être utilisés.
  2. La Loi fondamentale de Macao stipule que les langues officielles sont « le chinois et le portugais ». Elle ne précise pas explicitement le type de « Chinois ». Alors que le mandarin standard et les caractères chinois simplifiés sont utilisés comme langue parlée et écrite en Chine continentale, le cantonais et les caractères chinois traditionnels sont établis de longue date à Macao.
  3. Macao n’utilise plus d’heure d’été depuis 1980 (pour plus d’information, voir « sur le site de la Direction des services météorologiques et géophysiques ») et est maintenant calé sur l’heure standard de la Chine.
  4. a et b (pt) « Retorno de Macau » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Xinhua News Agency. Consulté le 8 janvier 2010. Site contenant des informations générales sur la rétrocession de Macao.
  5. (en) « China takes over in Macau », World: Asia-Pacific, sur news.bbc.co.uk, BBC News,‎ 20 décembre 1999 (consulté le 8 janvier 2010)
  6. a et b (en) « Macau handover: Asia's last colony », World: Asia-Pacific, sur news.bbc.co.uk, BBC News,‎ 20 décembre 1999 (consulté le 8 janvier 2010)
  7. (en) « Macau and the end of empire », World: Asia-Pacific, sur news.bbc.co.uk, BBC News,‎ 18 décembre 1999 (consulté le 8 janvier 2010)
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « Foreign Concessions and Colonies », sur www.worldstatesmen.org (consulté le 8 janvier 2010)
  9. expression utilisée dans la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Macao
  10. [vidéo] « Macao dépasse Las Vegas », sur ina.fr
  11. (en) « Vegas vs. Macau: Who Will Win? », sur www.businessweek.com, BusinessWeek,‎ 8 juin 2006 (consulté le 8 janvier 2010)
  12. (en) « Tiny Macau overtakes Vegas Strip »,‎ 25 octobre 2006 (consulté le 8 janvier 2010)
  13. a et b Chan, p 12-13.
  14. a, b et c José Alves, « La rétrocession ne suscite guère d'émotion au Portugal », Les Échos, no 18046,‎ 14 décembre 1999, p. 71 (lire en ligne)
  15. a, b et c (fr) « Situation géographique de Macao », sur le site de la Direction des services de tourisme (consulté le 5 octobre 2010)
  16. a, b, c, d, e et f Macau 2009 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. XIV (« Géographie et Population »), p. 565-568 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  17. a et b (pt) « Residentes aumentaram 4,7 por cento em 2007 », Jornal Tribuna de Macau, no 2755,‎ 28 mars 2008 (lire en ligne)
  18. a et b (pt) « La politique fondamentale du gouvernement de la Chine sur la RAS de Macao et les relations extérieures dans le « retour de Macao » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 8 janvier 2010
  19. a, b, c et d (pt) « Loi fondamentale de la RASM », sur le site officiel de Macao (consulté le 11 janvier 2010)
  20. a, b et c (pt) « Déclaration conjointe », sur le site officiel de Macao (consulté le 11 janvier 2010)
  21. Même si elle est acceptée par la plupart des historiens, la présence d'une population autochtone avant l'arrivée des Portugais reste l'objet de discussions. Dans un article paru dans le numéro 3 de l'édition internationale de la Revista de Cultura, Tan Shibao révèle le manque de source scientifique, documentaire ou archéologique supportant la thèse de l'existence de village ou communauté chinois.
  22. (pt) Manuel Teixeira, Toponímia de Macau, vol. I - Ruas com nomes genéricos, Macau, Centro de informação e turismo,‎ 1979, 667 p., p. 40-42
  23. (pt) Graciete Nogueira Batalha, « Este nome de Macau… », Revista de Cultura, no 1,‎ 1987, p. 7–15
  24. Dans une lettre datée du 20 novembre 1555 de Amacao ; mais de nombreux historiens ont remis en cause la présence de Mendes Pinto à Macau (notamment Paul Pelliot dans « Un ouvrage sur les premiers temps de Macao », T’oung pao, vol. XXXI,‎ 1935, p. 58-94). La mention du nom est cependant irréfutable et la localisation donnée ne laisse aucun doute sur l’exactitude de son identification, voir Usellis, 1995, As origens de Macau, p. 112-113. Le texte de cette lettre a été publié dans : (pt) Rui Manuel Loureiro, Em busca das origens de Macau, Macau, Museu maritimo de Macau,‎ 1997, 228 p. (ISBN 972-96755-7-0), p. 67-75
  25. (fr) « Résumé historique de Macao », sur le site de la Direction des services de tourisme (consulté le 5 octobre 2010)
  26. Dans le « Mémoire sur la pacification des barbares de Macao » du censeur Pang Shang-peng (鹿尚膀), voir Usellis, 1995, As origens de Macau, p. 129-130.
  27. La colline de Penha, appelée Nám-T'ói (colline du sud) par les Chinois à l’époque, et celle de la Guia, appelée Pâk-T'ói (colline du nord) d’après (pt) Luís Gonzaga Gomes, « Diversos nomes de Macau », Boletim do Instituto Luís de Camões, vol. 3,‎ printemps 1969, p. 57-72 (lire en ligne).
  28. Fei, 1996, Macao 400 years, p. 9.
  29. Pons, 1999, Macao, un éclat d'éternité, p. 71.
  30. (fr) « L'extension sur la mer » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Arte, sur http://archives.arte.tv/. Consulté le 9 juin 2010
  31. (en) Alexandra Lages, « Land reclamation to be done in the next 5 years », Macau Daily Times,‎ 19 juin 2010 (lire en ligne)
  32. « Carte de l'évolution du territoire au XXe siècle. »
  33. (pt) « Sites classés de Macao »
  34. (pt) « Lei n.º 24/88/M : Refime Jurídico dos municípios », sur http://www.io.gov.mo/, Imprensa Oficial (consulté le 13 janvier 2010)
  35. La freguesia est la plus petite division administrative portugaise. Ce concept laïc est le pendant de la « paroisse ».
  36. La municipalité des Îles a été créée par le diplôme législatif n ° 44, après l'extinction du commandement militaire de Taipa et de Coloane (qui les administrait depuis le début de leur occupation portugaise jusqu'à 1928), mettant ainsi fin à l'administration militaire des îles.
  37. (pt) « Lei n.º 17/2001 : Criação do Instituto para os Assuntos Cívicos e Municipais », sur http://www.io.gov.mo/, Imprensa Oficial (consulté le 16 janvier 2010)
  38. (pt) « Macau, China 23/09/2008 » sur le site de l'agence de presse Lusa.
  39. « Climat », sur le site de la Direction des services de tourisme (consulté le 5 octobre 2010)
  40. (pt) « Estatísticas do Ambiente », sur http://www.macautourism.gov.mo/pt/, Direcção dos Serviços de Estatística e Censos (consulté le 13 janvier 2010)
  41. (pt)(zh) Bureau des statistiques et recensement de la RASM, « Résultats des recensements de 2011 »,‎ 2012 (consulté le 1 juin 2012) (en) « Results of 2011 population census »
  42. (en) Chan Shek-Kiu, Tan Weiguang, « Urban development and pollution in Macau », dans DY Yuan, Wong Hon-Keong et Libânio Martins (eds), Population and City Growth in Macau,‎ 1990, 315 p. (présentation en ligne), p. 219
  43. « Statistiques démographiques » sur le site du Bureau des statistiques et recensement de la RASM.
  44. a, b et c (pt)(en)(zh) Bureau des statistiques et recensement de la RASM, « Résultats globaux du recensement intercalaire de 2006 »,‎ 2007 (consulté le 26 avril 2011)
  45. Morbey, 1990, Macau 1999 - O desafio da transição, p. 15, 22, 92.
  46. Morbey, 1990, Macau 1999 - O desafio da transição, p. 11.
  47. a et b (pt) « Relatório do Estudo sobre a Vida e as Necessidades dos Novos Imigrantes em Macau », Instituto de Acção Social,‎ 2004 (consulté le 28 avril 2011), p. 9-10
  48. (en) Lixian Xia, « Locals' unemployment rate stays unchanged at 3.3 % », The Macau Post Daily, no 1650,‎ 28 avril 2011, p. 2 (ISSN 1813-2898)
  49. (en) « Rank Order - Birth Rate », sur https://www.cia.gov/index.html, The World Factbook (consulté le 16 janvier 2010)
  50. Macau 2003 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. XIII (« Géographie, environnement et population »), p. 508 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  51. (en) « Rank Order - Life expectancy at birth », sur https://www.cia.gov/index.html, The World Factbook (consulté le 22 avril 2011)
  52. (en) « Rank Order - Infant mortality rate », sur https://www.cia.gov/index.html, The World Factbook (consulté le 16 janvier 2010)
  53. a et b (pt)(en)(zh) Bureau des statistiques et recensement de la RASM, « Estimation de la population de Macao au 31 décembre 2010 »,‎ 2011 (consulté le 26 avril 2011)
  54. Macau 2002 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. XIII (« Géographie et population »), p. 449 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 26 avril 2011)].
  55. Morbey, 1990, Macau 1999 - O desafio da transição, p. 17.
  56. a et b Fei, 1996, Macao 400 years, p. 13.
  57. (pt) Ana Maria Amaro, « O velho templo de Kun Iâm em Macau », Boletim do Instituto Luís de Camões, vol. 1, no 4,‎ 1967, p. 355-436
  58. Cette version a longtemps été niée par les Portugais, même s'ils affirmaient en même temps que l'origine du nom « Macao » était la réponse donnée aux premiers marins débarquant dans la baie de A-Ma. Par contre, la justification qui veut que le temple d'A-Ma et même le vieux temple de Kun Iam à Mongha ait été construits avant 1550 est aussi erronéee. Le plus probable est qu'il y avait quelques habitants à Mongha et Barra, que ceux-ci y vénéraient Kun Iam et A-Ma sur de simples autels, et que les Portugais s'établirent dans la zone « déserte » entre les deux.
  59. Il jette l'ancre dans l'île de Lintin (chinois : 内零汀 ; pinyin : nèilíngtīng) et érige une croix (padrão) sur l'île de Sancian (chinois : 上川 ; pinyin : shàngchuān, portugais : Sanchoão).
  60. a, b et c (en) Roderich Ptak, « Early Sino-Portuguese relations up to the Foundation of Macao », Mare Liberum, Revista de História dos Mares, Lisbonne, Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses, no 4,‎ 1992, p. 289-297 (lire en ligne)
  61. (pt) Luís Gonzaga Gomes, « Summary of the history of Macao », RC: Review of Culture, vol. 2, no 23,‎ 1995, p. 131-143 (lire en ligne)
  62. Il sera reçu à la cour mais ne rencontre pas l'empereur Zhengde qui meurt trois mois après l'arrivée de l'ambassadeur.
  63. Bien que cela ne soit pas prouvé, il s'agit probablement de l'île de Lintin. Le nom chinois était utilisé à l'époque pour désigner la baie connue maintenant sous le nom de Shenzhen Bay ou Deep Bay en face de laquelle se trouve l'île de Lintin.
  64. (en) Jorge Manuel dos Santos Alves, « The first decade of Portuguese-Chinese diplomacy after the foundation of Macao », RC: Review of Culture, vol. 2, no 19,‎ avril-juin 1994, p. 5-10 (lire en ligne)
  65. Usellis, 1995, As origens de Macau, p. 22, 108
  66. a et b (pt) « Macau Portuguesa: A Cidade do nome de deus na Cina. Um caso singular em direito internacional. Origem histórica e futuro anunciado. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.buscalegis.ufsc.br. Consulté le 24 avril 2010
  67. a, b, c, d et e (en) « Macau History », sur http://uk.holidaysguide.yahoo.com, uk.holidaysguide (consulté le 24 avril 2010)
  68. (zh) « Définition du mot « Catholique » », sur l'encyclopédie de Macao (consulté le 11 janvier 2010)
  69. (fr) « Le voyage de La Pérouse » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Musée national de la marine, sur http://www.musee-marine.fr/site/fr/accueil-musee-national-de-la-marine. Consulté le 16 janvier 2010
  70. a et b (pt) Geoffrey Gunn, Ao encontro de Macau: uma cidade estado portuguesa na periferia da China, Comissão Territorial de Macau para as Comemoraçoes dos Descobrimentos Portugueses,‎ 1998, 271 p. (ISBN 9729739188)
  71. a, b, c et d (en) « Cracking down on the triads », sur http://www.bbc.co.uk/, British BBC (consulté le 11 janvier 2010)
  72. a, b et c (pt) « Liberalização do Jogo depois da Transição », sur http://www.dicj.gov.mo/, Direcção de Inspecção e Coordenação de Jogos (consulté le 11 janvier 2010)
  73. (zh) « 透視中國:澳門光鮮的背后 », sur news.bbc.co.uk/chinese, Chinese BBC (consulté le 11 janvier 2010)
  74. (en) « 27 years behind bars », sur http://www.thestandard.com.hk/, The standard (consulté le 11 janvier 2010)
  75. (fr) « 1er mai: heurts lors de manifestations à Macao », sur http://www.aujourdhuilachine.com/home.asp, Aujourd'hui la Chine (consulté le 11 janvier 2010)
  76. « Cerca de mil manifestantes em Macau exigem nas ruas mais democracia », Público,‎ 21 décembre 2007, p. 18
  77. (pt) « Manifestação tranquila pelo sufrágio universal » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur http://www.aujourdhuilachine.com/home.asp. Consulté le 11 janvier 2010
  78. a et b (pt) « Dados Financeiros », sur http://www.economia.gov.mo, Direcção dos Serviços de Economia (consulté le 1er février 2010)
  79. (pt) « Inflação real estimada em 7,5% » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur www.jtm.com.mo. Consulté le 1er février 2010
  80. (pt) « Saldo acumulado da RAEM excede 50 mil milhões » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur www.jtm.com.mo. Consulté le 2 février 2010
  81. (pt) « Lei n.º 16/2001 : Regime jurídico da exploração de jogos de fortuna ou azar em casino », sur http://www.io.gov.mo/, Imprensa Oficial (consulté le 2 février 2010)
  82. (pt) « Macau ultrapassa Las Vegas em 2007 », sur http://dn.sapo.pt/inicio/, Diário de Notícias (consulté le 2 février 2010)
  83. (en) « 2007 UNWTO World Tourism Barometer », sur http://www.unwto.org/index.php, UNWTO World Tourism (consulté le 2 février 2010)
  84. (pt) « Receitas da venetian em dezembro ultrapassaram SJM pela primeira vez » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur www.jtm.com.mo. Consulté le 2 février 2010
  85. (pt) « DST com aposta renovada na diversificação » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur www.jtm.com.mo. Consulté le 2 février 2010
  86. (fr) « Changement de cap pour Macao », sur http://fr.euronews.net/, euronews (consulté le 2 février 2010)
  87. a, b et c (en) « Economy of Macau », sur https://www.cia.gov/, CIA World Factbook (consulté le 28 avril 2010)
  88. Taxa sintética de desemprego
  89. (pt) « CAPÍTULO V : Economia », sur http://pt.io.gov.mo/, Imprensa oficial (consulté le 3 février 2010)
  90. (pt) « CAPÍTULO II : Relacionamento entre as autoridades centrais e a Região Administrativa Especial de Macau », sur http://pt.io.gov.mo/, Imprensa oficial (consulté le 3 février 2010)
  91. (pt) « Chefe do Executivo », sur http://www.safp.gov.mo/default.asp, Direcção dos Serviços de Administração e Função Pública (consulté le 3 février 2010)
  92. (pt) « Lei n.º 3/2004 : Lei eleitoral para o Chefe do Executivo », sur http://www.io.gov.mo/, Imprensa oficial (consulté le 3 février 2010)
  93. (pt) « ANEXO I : Metodologia para a Escolha do Chefe do Executivo da Região Administrativa Especial de Macau », sur http://www.io.gov.mo/, Imprensa oficial (consulté le 3 février 2010)
  94. (pt) « Atribuições da Assembleia Legislativa », sur http://www.safp.gov.mo, Imprensa oficial (consulté le 27 avril 2010)
  95. (pt) « Breve apresentação sobre as eleições », sur http://www.el2005.gov.mo/PT/default.asp, Governo de Macau (consulté le 3 février 2010)
  96. (pt) « Afluência de hora a hora por área de votação », sur http://www.eal.gov.mo/election/public/eal/html.jsf?lang=pt, Governo de Macau (consulté le 3 février 2010)
  97. (pt) « Resultado do sorteio », sur http://www.eal.gov.mo, Governo de Macau (consulté le 25 avril 2010)
  98. Le numéro correspond à celui attribué lors des élections
  99. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Burundi (BI) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  100. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Cape Verde Islands (CV) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  101. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Comores Islands (KM) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  102. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Central African Republic (CF) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  103. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Djibouti (Republic) (DJ) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  104. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Egypt (Arab Republic of) (EG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  105. (en) « Consular Services Provided to Foreigners », sur http://www.ethiopiaemb.org.cn/index.pl, Ambassade d'Éthiopie en Chine (consulté le 3 février 2010)
  106. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Kenya (KE) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  107. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Madagascar (Democratic Republic) (MG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  108. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Malawi (MW) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  109. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (fr) « Do you need a Visa ? », sur http://www.diplomatie.gouv.fr/en/, Ministère des affaires étrangères français (consulté le 3 février 2010)
  110. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Mozambique (MZ) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  111. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Namibia (NA) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  112. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Seychelles (SC) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  113. (en) « Passport / Travel Document Holders Who Are Exempt From Visas For South Africa » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Department of home affairs, sur http://www.home-affairs.gov.za/. Consulté le 3 février 2010
  114. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination South Africa (ZA) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  115. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Tanzania (United Republic of) (TZ) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  116. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Togo (TG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  117. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Uganda (UG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  118. (en) « Nationals exempt from visa requirement to travel to Aruba », sur http://www.dimasaruba.com/, DIMAS (consulté le 3 février 2010)
  119. a, b, c, d et e (en) « The following countries/territories have granted visa-free access or visa-on-arrival to HKSAR Passport holders », sur http://www.gov.hk/en/residents/, The Hong Kong Government (consulté le 3 février 2010)
  120. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Bermuda (BM) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  121. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Brazil (BR) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  122. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Virgin Islands (British) (VG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  123. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Chile (CL) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  124. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Dominica (DM) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  125. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Dominican Republic (DO) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  126. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Ecuador (EC) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  127. (en) « Visa Requirements » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Visitor Falklands, sur http://www.visitorfalklands.com/. Consulté le 3 février 2010
  128. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Greenland (GL) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  129. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Haiti (HT) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  130. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Mexico (MX) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  131. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Netherlands Antilles (AN) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  132. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination St. Lucia (LC) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  133. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Armenia (AM) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  134. (en) « More than 100,000 travelers have chosen e-Visa », sur http://evisa.mfaic.gov.kh/, Ministry of Foreign Affairs and International Cooperation of the Kingdom of Cambodia (consulté le 3 février 2010)
  135. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Cambodia (KH) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  136. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Chinese Taipei (TW) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  137. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Cyprus (CY) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  138. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Georgia (GE) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  139. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Hong Kong (SAR China) (HK) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  140. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Indonesia (ID) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  141. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Israel (IL) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  142. (en) « A Guide to Japanese Visas », sur http://www.mofa.go.jp/, Ministry of foreign affairs of Japan (consulté le 3 février 2010)
  143. (en) « Travel Documents & Visas », sur http://www.mofa.go.jp/, Ministry of foreign affairs of Jordan (consulté le 3 février 2010)
  144. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Jordan (JO) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  145. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Korea (Republic) (KR) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  146. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Kuwait (KW) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  147. (en) « Laos Travel Information », sur http://www.visit-mekong.com, Visit Mekong (consulté le 3 février 2010)
  148. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Lebanon (LB) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  149. (en) « Visa Requirement for Foreigners », sur http://www.kln.gov.my, Ministry of foreign affairs of Malaysia (consulté le 3 février 2010)
  150. (en) « Entry to Maldives », sur http://www.immigration.gov.mv/, Department of immigration and emigration of Maldives (consulté le 3 février 2010)
  151. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Mongolia (MN) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  152. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Nepal (NP) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  153. (en) « Get a short visit visa? », sur http://www.rop.gov.om/, Royal Oman Police (consulté le 3 février 2010)
  154. (en) « Visa to Philippines », sur http://www.visitphilippines.org/guide/, Visit Philippines.org (consulté le 3 février 2010)
  155. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Singapore (SG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  156. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Thailand (TH) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  157. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Timor oriental (TL) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  158. (en) « VISA FORMALITIES », sur http://www.tourismturkey.org, Tourism Turkey (consulté le 3 février 2010)
  159. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Germany (DE) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  160. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Andorra (AD) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  161. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Bosnia Herzegovina (BA) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  162. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Bulgaria (BG) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  163. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Croatia (HR) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  164. (en) « Practical Information », sur http://www.gibraltarvisit.com, Gibraltar Info (consulté le 3 février 2010)
  165. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Gibraltar (GI) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  166. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Ireland (Republic of) (IE) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  167. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination FYROM (MK) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  168. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Monaco (MC) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  169. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Montenegro (Republic of) (ME) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  170. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Romania (RO) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  171. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination San Marino (SM) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  172. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination United Kingdom (Great Britain) (GB) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 3 février 2010)
  173. (en) « Facts and Information », sur http://www.cook-islands.gov.ck, Cook Islands Government (consulté le 17 février 2010)
  174. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Fiji (FJ) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  175. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Kiribati (KI) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  176. (en) « Entry Requirements » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Visit Micronesia, sur http://www.visit-micronesia.com. Consulté le 17 février 2010
  177. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Niue (NU) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  178. (en) « Travel Information », sur http://www.palauembassy.com, Embassy of the Republic of Palau (consulté le 17 février 2010)
  179. (en) « Visa requirements », sur http://www.pngtourism.org.pg, Visiting PNG (consulté le 17 février 2010)
  180. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Samoa (WS) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  181. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Tuvalu (TV) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  182. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Tonga (TO) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  183. (en) « National Macao (SAR China) (MO) /Destination Vanuatu (VU) », sur http://www.timaticweb.com, Agence Delta (consulté le 17 février 2010)
  184. (en)« Entry and Exit of Non-residents », Police de Sécurité Publique de Macau (consulté le 18 novembre 2013)
  185. (fr)« Procédures d'entrée », sur http://www.macautourisme.com, Office du tourisme de Macau (consulté le 18 novembre 2013)
  186. (en) « Macao SAR Electronic Passport », sur http://www.dsi.gov.mo/, Direcção dos Serviços de Identificação (consulté le 20 février 2010)
  187. (en) « About Electronic Travel Documents », sur http://www.dsi.gov.mo/, Direcção dos Serviços de Identificação (consulté le 20 février 2010)
  188. (en) « 'Broken Tooth' goes on trial », sur http://news.bbc.co.uk/, BBC News (consulté le 1er mai 2010)
  189. (pt) « Falsificações de documentos e dinheiro aumentaram mais de 40 por cento » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur www.jtm.com.mo/. Consulté le 1er mai 2010
  190. (pt) « Crimes registados », sur http://www.dsec.gov.mo/, DSEC (consulté le 7 juin 2010)
  191. Macau 2009 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. IX (« Culture et sport »), p. 406-453 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  192. (pt) « Gastronomia macaense », sur http://rpdluz.tripod.com/, Projecto memória macaense (consulté le 1er mai 2010)
  193. (pt) « Lançada Consulta Pública relativa ao Projecto da “Lei de Salvaguarda do Património Cultural” », sur http://www.macauheritage.net/, Macau heritage (consulté le 1er mai 2010)
  194. (fr) « Centre historique de Macao », sur http://whc.unesco.org, UNESCO (consulté le 1er mai 2010)
  195. (en) « Inscribed! Macao’s Heritage now features on World Heritage List », sur http://www.macauheritage.net/, Macau heritage (consulté le 1er mai 2010)
  196. (en) « The Historic centre of Macau », sur http://www.macauheritage.net/, Macau heritage (consulté le 1er mai 2010)
  197. (pt) « Ordem Executiva n.º 60/2000 », sur http://bo.io.gov.mo/, Imprensa Oficial (consulté le 1er mai 2010)
  198. (en) « History of Cinema in Macau », sur http://www.filmbirth.com/, Film Birth (consulté le 21 mai 2010)
  199. (en) « Macao », sur http://www.imdb.com/, Internet Movie Database (consulté le 1er mai 2010)
  200. Macau 2009 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. XV (« Religions et pratiques religieuses »), p. 600-613 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  201. a, b et c (en) « People of Macau », sur https://www.cia.gov/, CIA World Factbook (consulté le 28 avril 2010)
  202. (en)(pt) (zh) Estatísticas da Saúde 2009, Macao, Direcção dos Serviços de Estatística e Censos,‎ juin 2010, 73 p. (lire en ligne), p. 13
  203. a et b (pt) Emanuel Graça, « Camas de hospital disponíveis na RAEM muito abaixo da média mundial », Jornal Tribuna de Macau, no 2836,‎ 17 juin 2008 (lire en ligne)
  204. a et b Macau 2009 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. X (« Santé publique et assistance sociale »), p. 454-483 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  205. (pt) « Um em cada cinco visitantes critica a rede de transportes públicos » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur =http://www.jtm.com.mo. Consulté le 1er mai 2010
  206. (pt) « TCM com prejuízos de 2,6 milhões de patacas em 2007 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jornal Tribuna de Macau, sur http://www.jtm.com.mo. Consulté le 1er mai 2010
  207. (en) « MSAR has almost 200,000 vehicles », Macau Daily Times, no 1226,‎ 1er février 2011
  208. Trois siècles durant, le comptoir de Macao fut un des fleurons de l'empire colonial portugais. Il est aujourd'hui un simple port de pêche n'accueillant que des sampans et des jonques à faible tirant d'eau, car l'estuaire de la rivière des Perles s'ensable.
  209. Macau 2009 - Livro do Ano, partie II (« Brève présentation de la RASM »), chap. XIII (« Transports »), p. 540-563 [lire en ligne en portugais] [ou en anglais (page consultée le 30 décembre 2010)].
  210. (pt) Olga Pereira, « População vai ter acesso a mais três canais públicos », Jornal Tribuna de Macau, no 3280,‎ 29 septembre 2009, p. 6 (lire en ligne)
  211. (zh) « Radio Vilaverde », sur http://www.am738.com/, Radio Vilaverde (consulté le 1er mai 2010)
  212. a, b et c (pt) « Communication sociale, télécommunications et technologies de l’information », dans Macau 2009 - Livro do Ano [« Comunicação Social, Telecomunicações e Tecnologias da Informação »] (trad. Zeng Yongxiu et GCS), Macao, Gabinete de Comunicação Social do Governo,‎ octobre 2009 (ISBN 978-99937-56-14-9, présentation en ligne, lire en ligne)
  213. (pt) « Estações de Televisão e Rádio », sur http://www.gcs.gov.mo/, Governo de Macau (consulté le 1er mai 2010)
  214. (pt) Listes et coordonnées des quotidiens et des hebdomadaires sur le site du « Bureau de la communication sociale » (Gabinete de Comunicação Social)
  215. (pt) « Correios em Macau - Dois Séculos de História » (consulté le 18 novembre 2010)
  216. (pt) « Intercensos de 2006 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Governo de Macau, sur http://www.dsec.gov.mo/. Consulté le 1er mai 2010
  217. (pt) « Articles 20 et 21 de la Lei n.º9/2006 : Lei de Bases do Sistema Educativo Não Superior », sur http://www.dsec.gov.mo/, Imprensa oficial (consulté le 1er mai 2010)
  218. (pt) « Educação », sur http://yearbook.gcs.gov.mo, Macau YearBook 2006 (consulté le 1er mai 2010)
  219. a et b (pt) « Cultura e Desporto », sur http://yearbook.gcs.gov.mo, Macau YearBook 2006 (consulté le 1er mai 2010)
  220. (en) Donna Page, « We can be heroes », Macau Closer, no 18046,‎ avril 2008, p. 37-39 (ISSN 1994-4470, lire en ligne)
  221. (en) « Athlètes de Macao ayant participé aux jeux de Séoul » (consulté le 15 mars 2011) sur le site officiel du Comité international paralympique
  222. (fr) « Macao, le circuit le plus dangereux au monde », sur http://www.automoto.fr/, AutoMoto (consulté le 1er novembre 2010)
  223. (pt) « Dados relacionados ao GP », sur http://gp.macau.grandprix.gov.mo, Grande Premio de Macau (consulté le 7 juin 2010)
  224. (pt) « Um Passado Dourado e um Futuro Resplandecente » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Grande Premio de Macau, sur http://www.macau.grandprix.gov.mo. Consulté le 1er mai 2010
  225. (pt) « Festival do Jubileu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Grande Premio de Macau, sur http://www.macau.grandprix.gov.mo. Consulté le 1er mai 2010
  226. (fr) « Federer bat Sampras », sur http://www.lequipe.fr/, L'Équipe (consulté le 1er mai 2010)
  227. (fr) « Federer en exhibition », sur http://www.lequipe.fr/, L'Équipe (consulté le 1er mai 2010)
  228. (fr) « Sampras retrouve Agassi », sur http://www.lequipe.fr/, L'Équipe (consulté le 1er mai 2010)
  229. (fr) « Macao acclame la torche olympique », sur http://www.france24.com/, France 24 (consulté le 1er mai 2010)
  230. (en) « Two HK democrats banned from Macau », sur http://makkf.wordpress.com/, Word press (consulté le 1er mai 2010)
  231. (en) « Macau », sur http://www.jl.sl.btinternet.co.uk/stampsite/home.html, Stampsite: The Encyclopaedia of Postal Authorities (consulté le 24 avril 2010)
  232. (en) Scott catalogue
  233. (pt) « Protocolos de Geminao », sur http://gb.iacm.gov.mo, Governo de Macau (consulté le 1er mai 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Macao.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Gouvernement
Informations générales
Audio et Vidéo

Cérémonie de la rétrocession sur youtube.fr.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Kessel, Hong Kong et Macao, Gallimard,‎ 1957, 284 p. (ISBN 2-07-029245-2)
  • (pt) Rafael Avila de Azevedo, A influência da cultura portuguesa em Macau, Biblioteca Breve,‎ novembre 1984, 129 p. (présentation en ligne)
  • (en) Daniel Carney, Macau, Kensington Publishing Corporation,‎ 1986, 592 p. (ISBN 0821719408)
  • (en) R.D. Cremer (dir.), Macau: City of Commerce and Culture, Univ of Washington Press,‎ 1988, 202 p. (ISBN 0295966084)
    Présentation un peu datée mais complète par des spécialistes basés à Macao. Réédité en 1991 avec le sous-titre Continuity and Change.
  • (pt) Jorge Morbey, Macau 1999 – O desafio da transição, Biblioteca Breve,‎ mars 1990, 181 p.
  • (pt) (en) W. Robert Usellis (trad. Pedro Miguel Catalão), As origens de Macau : The origin of Macao, Macao, Museu marítimo de Macau,‎ 1995, 170 p.
    Publication bilingue de la thèse présentée par l'auteur à Chicago en 1958. Cet ouvrage garde toute son importance par l'utilisation systématique de sources occidentales et chinoises.
  • (en) Chengkang Fei (trad. Wang Yintong), Macao 400 years [« 澳门400年 »], Shanghai, The Publishing House of Shanghai Academy of Social Sciences,‎ 1996, 360 p. (ISBN 7-80618-266-7)
  • (pt) Geoffrey Gunn, Ao encontro de Macau: uma cidade estado portuguesa na periferia da China, Comissão Territorial de Macau para as Comemoraçoes dos Descobrimentos Portugueses,‎ 1998, 271 p. (ISBN 9729739188)
  • Philippe Pons, Macao, un éclat d'éternité, Gallimard-Promeneur,‎ 1999, 194 p. (ISBN 207075734X)
  • « Spécial Macao », Perspectives chinoises, Centre d'études français sur la Chine contemporaine, no 55,‎ septembre-octobre 1999 (lire en ligne)
  • (en) Bong Yin Fung, Macau: a General Introduction, Joint Publishing (H.K.) Co. Ltd.,‎ 1999 (ISBN 962-04-1642-2)
  • (en) Christina Miu Bing Cheng, Macau:a cultural Janus, Hong Kong University Press,‎ 1999, 238 p. (ISBN 9622094864, présentation en ligne)
  • (en) S. S. Chan, The Macau Economy, Publications Centre, Université de Macao,‎ 2000 (ISBN 99937-26-03-6)
  • (en) João De Pina-Cabral, Between China and Europe - Person, Culture and Emotion in Macau, Berg Publishers,‎ 2002 (ISBN 0826457495, présentation en ligne)
  • « Spécial Macao », Perspectives chinoises, Centre d'études français sur la Chine contemporaine, no 73,‎ septembre-octobre 2002 (lire en ligne)
  • (en) James Eayrs, Macau Foreign Policy and Government Guide, International Business Publications, USA,‎ 2003 (ISBN 0739764519)
  • (en) Jorge Godinho, Macau business law and legal system, LexisNexis, Hong Kong,‎ 2007 (ISBN 9789628937271)
  • (pt) Macau 2009 - Livro do Ano (trad. Zeng Yongxiu et GCS), Macao, Gabinete de Comunicação Social do Governo,‎ octobre 2009 (ISBN 978-99937-56-14-9)
    Ouvrage de référence publié annuellement par le « Bureau de la communication sociale » du gouvernement de la RASM en chinois, en portugais et en anglais. Les trois versions sont disponibles sur le site http://yearbook.gcs.gov.mo